• Black-out des médias sur la nuit de terreur à Calais du samedi 9 avril

     
    run-509029
     
    Les Calaisiens ont vécu une des pires nuit de terreur, du samedi 9 au dimanche 10 avril 2016, et les médias français ont trouvé la solution parfaite pour défendre la beauté de l’immigration : faire le black-out total comme si rien ne s’était passé.
     
    « Mes amis ont été attaqués hier soir sur l’aire d’autoroute de la grande Bucaille par une quinzaine de migrants à coups de cailloux et de bâtons !
    Sans raison, tabassage gratuit.
    Mes amis n’ont plus d’argent, plus de voiture, plus aucun papier, ils leurs ont juste laissé un traumatisme crânien et un déplacement de la mâchoire » explique une habitante sur la page Facebook Les Calaisiens en colère.
    Un autre témoin : « Les journaux anglais reprennent nos reportages et les diffusent. les médias français feraient bien d’en faire autant. »
    Vœu pieux.
    Les ordre de Paris sont clairs.
     Pas de reportage, pas de problème de migrants.
    Des gangs de migrants ont attaqué des familles dans leurs voitures, ils ont dressés des barricades et y ont mis le feu pour arrêter les camions qui se rendent en Grande Bretagne et tenter de les prendre d’assaut.Jeudi soir, des affrontements ont éclaté dans la partie hors la loi de la ville, tandis que des bandes déversaient leur violence un peu au hasard sur tout ce qui bougeait.
    Des vidéos – que vous ne verrez pas qux journaux télévisés – ont été publiés sur internet montrant des barricades de pneumatiques en feu au milieu de l’autoroute et près du port destinées à forcer les routiers à s’arrêter pour que les illégaux puissent monter dedans.Autre scène de violence, des routiers ont mis en garde leurs collègues qu’une centaine de migrants armés de barres de fer tentaient des les arrêter.Des employés municipaux sont venus ramasser des branches d’arbres afin de dégager la chaussée. Dans une autre vidéo un important groupe de migrants court vers le port et tente de casser les camions et les voitures qui ont été prises au piège.
     Sur Facebook, le commentaire de Emeline Vetu, une femme furieuse du chaos et de l’indifférence des pouvoirs publics et des médias qui traitent les Calaisiens de fachos et de xénophobes s’ils osent se plaindre, a été partagé plus de 8 000 fois.
    Elle dénonce le chaos de Calais qui est une honte pour la France, et accuse la police de ne pas faire ce qui s’impose pour rétablir l’ordre.Enragée, elle explique: « mes amis ont été attaqués hier sur la route par 15 migrants armés de bâtons et de pierres, sans raison, une attaque purement gratuite. »Le démantèlement de la jungle de Calais, sans solution de rechange efficace et définitive, est largement la cause de cette folie de violence.





     Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Christian Larnet pour Dreuz.info.

    votre commentaire
  • Panama Papers : honte à nos journaleux !

    Publié par Antonin Campana 

    Panama Papers : honte à nos journaleux !

    Que tout cela pue la manipulation grossière ! Comment nos « journalistes d’investigations » (sic), cette basse engeance de laquais et de cireurs de bottes, a-t-elle pu marcher dans une combine aussi mal ficelée ? Comment a-t-elle pu ne pas comprendre au premier instant que derrière les leurres style Balkany ou Cahuzac, c’était les opposants au Nouvel Ordre Mondial qui étaient visés : la Russie, la Chine, Marine le Pen en France et même David Cameron en Grande-Bretagne (qui doit payer son idée de référendum sur le Brexit) ? Comment ces ânes bâtés qui pontifient à la télé ont-ils pu, dans leur précipitation à servir leurs maîtres, ne pas faire le travail élémentaire du journaliste : se renseigner sur les sources ? 

    On nous raconte que le travail d’investigation aboutissant à l’affaire a été mené par l’ICIJ, un consortium réunissant plusieurs centaines de « journalistes ». L’ICIJ fondé en 1997 par Charles Lewis, un journaliste «réputé », est en fait une émanation duCenter For Public Integrity (CPI). Le CPI est grassement financé par l’Open society Foundation de Georges Soros, la Sunlight Foundation de… Georges Soros, mais aussi, moins largement, par le fond Rockefeller ou la Fondation Ford (voyez ici et ici)  !

     L’ICIJ lui-même est directement financé par :

    • L’Open Society de Soros

    • la Fondation Ford ( Cette fondation finance en France SOS racisme, le CRAN, l’IFRI, Reporters sans Frontières…. Sa directrice Susan Berresford est membre de la mondialiste commission Trilatérale, mais aussi du Council on Foreign Relations (CFR) qui vise à installer un « Nouvel Ordre Mondial » au profit des Etats-Unis) .

    • The Sigrid Rausing Trust (Sigrid Rausing est un “Emeritus member” de Human Rights Watch, une association financée par Soros (10 millions de dollars par an) et le Département d’Etat américain)

    • On trouve ensuite 4 ou 5 fondations de moindre importance toutes philanthrope, démocrate, et mondialiste comme il se doit.

     

    Stephen J.A. Ward dans son ouvrage  Global Média Ethics (2015) nous apprend qu’une organisation siglée OCCRP (Centre pour l’étude de la corruption et du crime organisé) financé à la fois par l’USAID, (une officine gouvernementale américaine) et Soros, mène des actions en partenariat avec le Center For Public Integrity de Lewis. Et il se trouve que WikiLeaks vient de signaler que « l’attaque Panama Papers » a été organisée par l’OCCRP pour cibler la Russie et les pays de l’espace postsoviétique !

    Cette affaire Panama Papers est donc une attaque médiatique organisée par l’administration américaine et des fondations privées pour atteindre les opposants au Nouvel Ordre Mondial, notamment la Russie et la Chine. L’empressement avec lequel nos journaleux se sont jetés sur les proies qu’on leur désignait montre leur peu de déontologie et leur servilité. Panama Papers n’est pas une affaire concernant des évasions fiscales, c’est un complot contre la paix.

    Antonin Campana

    http://www.autochtonisme.com/


    1 commentaire
  • Un carriériste insulte des militants nationalistes

        A David Rachline qui a déclaré : « un certain nombre de gens croyaient défendre les idées du Front National mais en fait ne les défendaient pas, ce sont des marginaux, ils ne représentent rien ».

     

    Cher David, pour avoir fait partie de ton équipe pendant près de 5 ans je trouve que si je n’avais pas ma place au sein du front parce que ce ne sont pas mes idées, tu t’entoures bien mal.

        Et méfie-toi de ce que l’on représente, quand ton UDT national rassemblait 30 personnes, les jeunes avec Gollnisch en rassemblaient au moins le double et ils étaient rassemblés autour d’Alexandre Gabriac et de moi pour défendre justement les fondamentaux du front et s’opposer à la dédiabolisation ! Aujourd’hui quand vous allez à une petite dizaine faire des mini actions devant le siège PS ou une banque nous sommes 300 dans la rue. Alors de quel côté est la jeunesse ?

       Et pour finir, je ne te permets pas de mettre en doute la valeur des militants historiques qui ont fait vivre le mouvement dans les moments les plus difficiles pour que de petits carriéristes tels que toi en vivent aujourd’hui !

                                                                                     Laura Lussaud

    http://la-flamme.fr/


    votre commentaire
  • Une petite ville en colère

    Une petite ville de Buzançais dans l'Indre va subir un destin qu'en aucun cas la population le mérité, une petite ville paisiblel'ouragan d'envahisseur va s'abattre sur leurs dos ... Hollande comme le reste du gouvernement se foutent loyalement de ce qui va subir mon pays, notre pays France ... J'accuse toute la gauche comme de droite d'avoir favorisé le destin, notre destin de la France qui finira comme les départements Français d'Algérie enleur servant de proie, dont je l'ai vécu moi-même ..

    Ancienne Gendarmerie de Buzançais dans l'indre Offert aux migrants et nos SDF du centre à la rue ..

    Les migrants
    Les Français en voie d'être reconnu de deuxième zone que depuis des années je dénonce cela et tout le monde ce fout de tout ..Car la situation est grave ..Faut-il être un migrant pour espérer trouver rapidement un logement en France ? Telle est la question que désormais, les Français sont en droit de se poser quand on assiste, médusés, à la multiplication des initiatives en faveur des "migrants".Faut-il être un immigré clandestin pour espérer trouver rapidement un logement en France ? Telle est la question que désormais, les Français sont en droit de se poser quand on assiste, médusés, à la multiplication des initiatives en faveur des "migrants". Subitement, il semble possible de débloquer des budgets et de trouver des lieux pour héberger des populations entières qui ont quitté leur pays par leur bonne volonté et non chassés comme pour les Français d'Algérie que eux rentrée chez eux .. Ses clandestins pour venir s'installer chez nous. Comme par enchantement, ainsi du social a gogo ,le gouvernement trouve l'argent facile ,a partir de 1 000 € par place d'hébergement de clandestins. Mais où était cet argent pour loger les SDF qu'on laisse crever seuls et abandonnés dehors ? Aujourd'hui, il vaut surement mieux s'appeler Rachid que Bernard ..Et encore moins Français D'Algérie qu'ils fallaient chez eux ,enfin chez eux c'était la France .
    La France peut ainsi s'enorgueillir de détenir un triste record avec presque 4 millions de personnes mal logées ! Comme le révélait une enquête parue dans Le Monde, "le 115, numéro d’urgence pour les sans-abri, a, lors de l’hiver 2013-2014, reçu 355 000 demandes d’hébergement mais ne dispose que de 140 000 places (...) Le droit au logement opposable, créé par la loi Boutin en 2007, a reconnu 147 000 personnes prioritaires mais 55 000 restent sans solution. Le nombre de demandeurs d’un logement social atteint 1,8 million, alors que seules 467 000 HLM sont attribuées chaque année, satisfaisant moins d’un quart des demandes." De son côté l'Armée du Salut, qui vient de fêter ses 150 ans d'existence l'année dernière, constate que la misère ne cesse de se développer. Quant à leurs centres d'accueil, ils sont tous pleins. Impossible donc de loger tous ceux qui viennent à leur rencontre pour demander de l'aide. Sans parler de nos pauvres retraités ou certain la misère fais rage .
    On ne parvient donc pas à offrir un toit à tout le monde en France ? Qu'importe ! Malgré cette situation préoccupante, des fonctionnaires de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra) préfèrent s'activer en Allemagne pour inciter des milliers de "réfugiés" à venir s'installer chez nous, dans le cadre du "plan d’urgence" décrété par François Hollande.que dans 13 mois ,il se foutera de vous et de moi . Et pour mettre toutes les chances de leur côté,Il y a un an , se sont même décidés à distribuer des prospectus en arabe... En France, l’association Singa a lancé l'initiative CALM (Comme A La Maison) avec un site web proposant à des familles d'héberger des clandestins pendant plusieurs mois. Une sorte de Airbnb pour "migrants" qui ne peut qu'inciter les candidats à l'exil à venir tenter leur chance en France. Le slogan est assez clair : "Vous avez une chambre libre dans votre appartement ? Hébergez un réfugié !". Et nos SDF qui dorment dans la rue ? Seraient-ils trop de souche pour intéresser ces militants associatifs ?
    Le gouvernement est également prêt à apporter un certain nombre d'aides aux communes qui acceptent de mettre en place des dispositifs d'hébergement pour les "réfugiés". Claude Huet, ancien SDF et responsable de l'association SOS Sans-abris, dresse aujourd'hui un constat amer : "Quand j'ai été reçu au ministère, j'avais demandé que chaque commune de France accueille un SDF. On m'a répondu que ce n'était pas possible !". Déjà en mai 2014 , Claude Huet avait expliqué que les Français de souche semblaient être des citoyens de seconde zone dans leur propre pays : "Un centre d’hébergement d'urgence de 250 "lits" et seulement 3 FRANÇAIS. C'est de la préférence nationale ou étrangère ?".
    Quand les droites nationaliste et identitaire sont venus en aide aux SDF Français de souche, des voix se sont élevées pour dénoncer une "discrimination". Par contre, aider les autres avant les nôtres, c'est mieux car cela participe à l'accélération de l'invasion. “Pour prévoir l'avenir, il faut connaître le passé, car les événements de ce monde ont en tout temps des liens aux temps qui les ont précédés. Créés par les hommes animés des mêmes passions, ces événements doivent nécessairement avoir les mêmes résultats.” Ils n'ont pas leur place chez nous en France ..Je vous remercie..Sylvestre Brunaud ..


    votre commentaire
  • Les écoles musulmanes se multiplient en France. 

    Les écoles musulmanes se multiplient en France.

     
    Education. Dans un dossier publié aujourd'hui,Le Figarorelate les inquiétudes du gouvernement quant à la multiplication d'écoles hors contrat en France, soumises à l'influence des Frères musulmans.
    "Des écoles coraniques, détenues par les salafistes, se créent actuellement un peu partout en France".

     Il y a quelques jours, le maire PS de Sarcelles, François Pupponi, évoquait le développement inquiétant des écoles musulmanes dans les communes françaises.
     Le Figaropublie aujourd'hui un dossier sur ces écoles hors contrat et leur succès auprès des musulmans français.
    Environ 5 000 élèves fréquentent cette cinquantaine d'établissements.
    De nouveaux projets voient le jour régulièrement, de petites structures, dont les enseignements se situent souvent hors des radars de l'Education nationale.

    Créer une rupture avec la"République méchante"

    Ces établissements sont aujourd'hui le plus souvent soumis à l'influence des Frères musulmans.
    Une organisation islamiste radicale, considérée comme terroriste par plusieurs pays, notamment la Russie ou l'Arabie Saoudite.
    Son objectif officiel est la lutte contre"l'emprise laïque occidentale".
    C'est ce qui inquiète l'islamologue Gilles Kepel :"Légalement, rien n'interdit évidemment la création d'écoles musulmanes, au même titre que les écoles juives ou catholiques,explique-t-il au Figaro.Mais le projet de l'UOIF (Union des organisations islamiques de France, liée aux Frères musulmansNDLR), c'est la construction d'une communauté qui négocie son insertion dans la République. La vraie question est: dans quelle mesure ce mouvement favorise une logique de rupture avec la communauté nationale?"

    Le journal cite également Mohamed Louizi, ancien militant de cette organisation et auteur de l'ouvragePourquoi j'ai quitté les frères musulmans, qui explique l'objectif réel de cette société :"créer une rupture entre la République “méchante” et la jeunesse musulmane afin que celle-ci ne croie plus au projet républicain".

    Une idéologie d'autant plus menaçante que les mairies n'ont aucun moyen pour surveiller ces établissements.
    "Le maire ne peut rien",expliquait François Pupponi la semaine dernière, fort de son expérience à Sarcelles.

    Financement étranger

    Alors que la très grande majorité des établissements musulmans français sont hors contrat, il existe un nombre très restreint sous contrat avec l'Education nationale.
     Six, contre 7 300 dans l'enseignement catholiques.
    Ceux-ci sont dans l'obligation de respecter les programmes officiels.
    Le financement des établissements hors contrat, qui ne bénéficient pas de subventions de l'Etat, pose également question.
     La plupart du temps, les fonds pour payer les locaux, les salaires des professeurs, proviennent de l'étranger.

    Selon le Figaro, des fondations des pays du Golfe aident à financer ces structures, telles que la Banque islamique de développement, la fondation Qatar Charity ou le Croissant rouge.

    Pour tenter de laisser moins de liberté à ces écoles et de les contrôler de plus près, l'Education nationale a mis en place des inspections plus fréquentes, souvent inopinées.

    Elle a également commencé à recruter des inspecteurs arabophones.
     

    votre commentaire