• Un couple de gauchos s’est rendu en territoire d’ISIS pour prouver que « les humains sont gentils » et s’est fait tuer

    PUBLIÉ PAR CHRISTIAN LARNET LE 16 AOÛT 2018

    Dernières victimes du lavage de cerveau des médias, un jeune couple de milléniaux acquis au narratif de la gauche progressiste, a trouvé la mort en voulant prouver que les êtres humains sont tous gentils et égaux, le reste n’étant que de la propagande de la fachosphère.

    « Le mal est un concept que nous avons inventé pour faire face à la complexité des autres humains » a écrit ces deux imbéciles heureux qui voulaient démontrer que les terroristes « n’auront pas leur haine ».

    Le jeune couple de tarés idéalistes américains acquis aux causes égalitaristes et des droits civiques a été tué par l’État islamique le mois dernier lors d’un tour du monde à vélo.

    Jay Austin et Lauren Geoghegan, deux gauchistes qui défendent un monde sans frontières où tout le monde il est beau tout le monde il est gentil, tout le monde s’aime car tout le monde est beau, âgés d’une vingtaine d’années, ont quitté l’an dernier leur emploi de bureau à Washington, DC, pour s’embarquer dans cette aventure. Austin, un végétalien qui travaillait pour le Département américain de l’habitat et du développement urbain, et Geoghegan, une végétarienne qui travaillait au bureau des Admissions de l’université de Georgetown (notez que les deux étaient fonctionnaires, des improductifs), ont décidé qu’ils gaspillaient leur vie en travaillant.

    « J’en ai assez de passer les meilleures heures de ma journée devant un rectangle rougeoyant, de colorier les meilleures années de ma vie en bandes de gris et de beige », a écrit Austin sur son blog (1) avant qu’il ne démissionne. « J’ai manqué trop de couchers de soleil pendant que j’avais le dos tourné. Trop d’orages sont passés inaperçus, trop de petites brises inaperçues. »

    Le couple a documenté son voyage d’un an sur Instagram (2) et sur un blog commun (3). Ils voulaient partager « l’ouverture d’esprit qu’ils incarnaient, et leurs actes de bonté réciproque », qui incarnent le fait qu’il n’y a pas d’étrangers, mais un seul grand village mondial dont les frontières sont d’horribles concepts xénophobes.

    « Vous lisez les journaux et vous êtes amené à croire que le monde est un endroit grand et effrayant », a écrit Austin, où « les gens ne sont pas dignes de confiance, ils sont mauvais. Oui, les gens sont mauvais. »

    Mais « je n’y crois pas », poursuit Austin, ajoutant : « Le mal est un concept imaginaire que nous avons inventé pour faire face à la complexité des valeurs, des croyances et des perspectives différentes des nôtres….. En général, les humains sont gentils. Intéressé parfois, myope parfois, mais gentil. Généreux, merveilleux et gentil. »

    Quelle tristesse de lire des propos aussi gnangnans. Mais, me direz-vous, c’est ce qu’on entend quotidiennement à la télévision. Oui, sauf que les journalistes ne croient pas un mot des thèses qu’ils soutiennent. Vous ne verrez jamais un Edwy Plenel prendre le moindre risque et se rendre, le soir et sans protection, dans les quartiers et les banlieues de non-droit dont il nie l’existence.

    Evidemment, le « voyage de rêve » d’Austin et Geoghegan a connu une fin tragique, mais prévisible lorsqu’ils se sont rendus au Tadjikistan, un pays dont la présence terroriste est importante, pour prouver que l’islam est une religion de paix d’amour et de tolérance.

    Ils roulaient à vélo à travers le pays le 29 juillet lorsqu’une voiture les a percutés, a rapporté CBS News (4). Cinq hommes sont sortis de la voiture et ont poignardé le couple à mort ainsi que deux autres cyclistes, l’un de Suisse et l’autre des Pays-Bas.

    Deux jours plus tard, ISIS a publié une vidéo montrant les terroristes assis devant le drapeau noir d’ISIS. Ils ont regardé la caméra et ont juré de tuer les « mécréants », a rapporté le New York Times (5).

    Leur mort est le résultat de leur croyance que l’homme n’est pas l’homme, et que tout est construction sociale artificielle. Cette négation de la vraie nature humaine est à l’origine d’une grande partie du mouvement progressiste qui nie les réalités comme l’existence des sexes, et d’une différence importante entre hommes et femmes par exemple, y compris les appels à supprimer les lois sur l’immigration pour totalement ouvrir les frontières, la disparition des forces de l’ordre, et le soutien des idées socialistes.

    Je suis sûr qu’il se trouvera des gauchistes pour considérer Austin et Geoghegan comme des martyrs dans la lutte pour un monde meilleur, ou des victimes de la politique des Blancs contre les minorités opprimées.

    Toujours la même soupe.

    Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Christian Larnet pour Dreuz.info.


    votre commentaire
  • Pont effondré de Gênes: des « Allah Akbar » retentissent pour les 2 morts musulmans durant les funérailles catholiques

    Publié par: Pieds Noirs 9A.. 

    Nice-Matin en profite pour clamer que "l'extrême-droite gouverne l'Italie et que les étrangers sont les victimes de nombreuses violences". En sachant ce que subissent les Italiens de la part des migrants depuis des années, un tel commentaire est non seulement non professionnel mais démontre la nocivité de la presse de gauche et sa proportion à publier des fake-news.

    Quatre "Allah akbar" ont retenti dans un silence respectueux lors d'une parenthèse ménagée en hommage à deux victimes musulmanes pendant les funérailles d'Etat catholiques après l'effondrement du pont de Gênes.

    En présence de tous les plus hauts responsables de l'Etat et de dizaines de prêtres, un imam a mené quelques minutes de prière psalmodiée en silence et ponctuée de quatre "Allah Akbar" (Allah est le plus grand), conformément à la formule rituelle des prières funéraires.

    (...)

    Nicematin.com via lesobservateurs


    votre commentaire
  • Le patron de presse Mélenchon et la bérézina du Média

    Publié :par pieds Noirs 9A..Le patron de presse Mélenchon et la bérézina du Média

    Par Caroline Parmentier, journaliste à Présent ♦ Rien ne va plus au Média : voilà les donneurs de leçons qui allaient révolutionner la presse et montrer aux autres comment on faisait une télé « honnête » (et encore plus à gauche que la vraie télé) accusés des plus humiliants des méfaits capitalistes et bourgeois.

    Leurs proclamations initiales l’annonçaient : « Nous appelons à soutenir la création d’un nouveau média fondamentalement alternatif par sa gouvernance, son modèle économique et son fonctionnement… une coopérative indépendante, pluraliste, humaniste et antiraciste, féministe, écologiste et progressiste. » Les patrons de presse « insoumis » n’ont rien d’insoumis patrons de presse et leur fameux « management de gauche » a fait ses preuves en seulement six mois : licenciements sauvages, intimidations, ruine, accusations d’avoir piqué dans la caisse, purge : les purs, les moins purs… Le tout sur fond de communautarisme et de racisme.

    La nouvelle direction « formée de quatre Blancs, quinquagénaires » se plaint que cela pose un problème à certains de leurs collègues qui se « qualifient eux-mêmes de “racisés” » : « Cette expression est odieuse ! Au moment où le terme de race doit disparaître de la Constitution, ils le revendiquent comme une identité ! » La Société des journalistes (SDJ) dans un communiqué relayé par Aude Lancelin, la nouvelle patronne du Média, dénonce : « Nous aurions pu imaginer entendre cette position de la part d’un journaliste de Valeurs actuelles, pas du Média, ce qui nous choque terriblement. »

    Sophia Chikirou, l’ex-dircom de Mélenchon, gestionnaire désastreuse, et Gérard Miller, l’insupportable psychanalyste d’extrême gauche, sont à couteaux tirés. C’est le grand déballage sur les réseaux sociaux. A l’image de ce tweet assassin : « Quand Mélenchon appelait “les gens” à donner de l’argent au Média, argent dont on sait maintenant qu’il a terminé en partie dans les poches de Chikirou qui se prétendait bénévole. » Le tout recouvert d’un discours de propagande pesant et vertueux.

    Les derniers donateurs en ont fait une indigestion. La nouvelle web télé qui devait aller « de Philippe Poutou à Arnaud Montebourg en passant par Noël Mamère » (un casting sacrément alléchant !) avait été lancée en grande pompe et largement saluée en janvier dernier au nom du pluralisme. Le pluralisme n’est évidemment toléré que s’il est de gauche et d’extrême gauche, on aurait aimé que TV Libertés ait droit à une telle rampe de lancement. Malgré une grosse retape médiatique, le JT du Média avait du mal à décoller des 10 000 vues. A titre de comparaison, TV Libertés dépasse les 100 000 vues quotidiennes. Sans aucune publicité des confrères de la grosse presse.

    Comme le fait très bien remarquer Contrepoints, « on ne remerciera jamais assez Jean-Luc Mélenchon de nous avoir montré aussi clairement ce que deviendrait la liberté de la presse, la liberté tout court, s’il devait jamais arriver au pouvoir. Une perspective que la terrifiante expérience du Média contribuera peut-être à écarter pour de bon ».

    Caroline Parmentier

    Source : Présent

    Crédit photo : Pierre-Selim [CC BY 3.0], via Wikimedia Commons


    votre commentaire
  • Oran: Salsabil, 9 ans, kidnappée, violée puis jetée du 6e étage

    Le corps d’une fillette de 9 ans, signalée disparue hier samedi, a été découvert gisant dans une mare de sang ce matin à la cité Essabah, à Oran. L’auteur du crime n’a, pour sa part, que 15 ans.

    Salsabil, qui habitait la cité El Yasmine, était portée disparue depuis hier samedi. Elle a finalement été retrouvée morte après avoir subi les pires sévices. Selon des sources sécuritaires locales citées par Ennahar TV, elle a été violée par son ravisseur, un adolescent de 15 ans, avant d’être jetée du 6e étage.

    Les services de sécurité, qui se sont rapidement déplacés sur place, ont ouvert une enquête pour élucider les circonstances précises de cet odieux crime.

    R.I.

     http://www.algeriemondeinfos.com


    votre commentaire
  • Remettre l’Etat à sa place et dans son rôle : 1 L’immigration.

    autoriteLa confusion des esprits domine largement la pensée politique actuelle. L’épicentre du phénomène se situe clairement dans la conception que l’on doit se faire de l’Etat, en se délestant des idéologies et en faisant preuve de bon sens, c’est-à-dire en raisonnant. Les vraies questions qui se posent sont simples : quelle est la fonction de l’Etat ? Au nom de quoi et de qui doit-il la remplir ? Qui doit conduire la politique qu’il mène ? Quelles sont les limites à son action ?

    L’immigration est un de ces problèmes qui font apparaître de multiples contradictions dans les réponses qui sont données. La France, c’est-à-dire l’Etat qui la dirige et la représente, devrait pour certains, par exemple les associations ou les ONG qui ne parlent que pour elles-mêmes, accueillir les migrants recueillis en mer au nom de la solidarité, humaine et européenne, et en vertu du droit maritime, afin notamment de sauver son « honneur ». Des individus, d’ailleurs, se donnent le droit d’aider les migrants illégaux, ou proposent de les recevoir en Corse ou à Sète, sans la moindre légitimité pour le faire.

    La notion de l’honneur appartient à la morale subjective. Elle n’a guère sa place dans le comportement des Etats qui doivent avant tout être pragmatiques et efficaces, sauf lorsqu’il s’agit de respecter des engagements internationaux. C’était l’un des arguments du Général de Gaulle : il fallait continuer le combat pour respecter notre alliance avec le Royaume-Uni. Mais on remarquera, qu’il y en avait deux autres, le bon sens et l’intérêt supérieur de la Patrie. Ces deux-là sont évidemment absents aujourd’hui chez les partisans de l’immigration. Il est  absurde de favoriser une immigration africaine en provenance de pays dénués de liens avec le nôtre comme l’Erythrée, par exemple, dont la population musulmane et peu formée, n’apportera dans notre pays que des problèmes supplémentaires. Il n’est pas dans l’intérêt de la France de laisser entrer des étrangers en faisant semblant de croire qu’il s’agit de réfugiés politiques quand leur profil montre à l’évidence qu’ils sont avant tout des migrants économiques dont notre pays n’a nul besoin et qu’on aura le plus grand mal à faire repartir ensuite. Les hommes jeunes qui sont une large majorité des clandestins, une fois installés, n’auront de cesse que de se faire régulariser, et de faire venir leur famille. Il n’y a aucun honneur à être dupe, et cela vaut pour le respect des traités. Le sauvetage en mer doit s’imposer en cas de naufrage accidentel. Or, nous faisons face à un détournement pervers du droit qui consiste à organiser le sauvetage sous la menace du naufrage au bénéfice de passeurs immondes dont les ONG se font les complices plus ou moins conscients et volontaires. Ce système entretient le trafic migratoire et ses tragédies humaines.

    Le rôle de l’Etat est d’assurer le bien commun du peuple dont il a la charge, au premier rang duquel se situe la sécurité. En dehors des vrais demandeurs d’asile qui ne seraient qu’une poignée, des opposants victimes de la répression d’une dictature uniquement, lesquels devraient être identifiés sur place, en Afrique, dans ces « centres d’accueil » dont on parle comme de l’Arlésienne, sans jamais les voir, il n’y a ni devoir, ni intérêt pour l’Etat à ouvrir nos frontières à la vague migratoire. Son pouvoir n’est légitime que par l’onction de la volonté populaire, or celle-ci est avec bon sens de plus en plus hostile à l’immigration. On a envie de crier « au fou » lorsque des partisans acharnés de celle-ci prétendent qu’il faut changer les mentalités ! Certes, le pouvoir populaire n’est pas absolu, mais celui des minorités ne l’est pas davantage. Le droit suprême, en l’occurrence celui qui est inscrit dans notre « Déclaration », affirme notamment que la souveraineté réside dans la Nation, et donc que ni la Corse, ni le Port de Sète n’en détiennent ne serait-ce qu’une partie. Elle professe également que la liberté, la propriété et la sûreté sont trois des droits fondamentaux qui doivent être sauvegardés. Il convient donc de rappeler aux élus qui sont à la tête de notre pays que toute politique qui porte atteinte par ses effets, à la liberté, à la propriété ou à la sécurité des Français est une trahison à l’égard du mandat qu’ils ont reçu du peuple souverain ! Les quartiers où la police n’ose plus pénétrer, les fêtes ou les manifestations qui se terminent en pillages ou en incendies, la multiplication des attaques à l’arme blanche sont pourtant des signaux assez effrayants pour savoir ce que l’honneur, le bon sens, et l’intérêt supérieur de la Patrie imposent maintenant. Vouloir « sauver l’honneur » en douce en accueillant 60 passagers de l’Aquarius, pour satisfaire une partie de sa clientèle politique revient à encourager le trafic et à trahir sa mission.

    http://www.christianvanneste.fr/2018/08/17/remettre-letat-a-sa-place-et-dans-son-role-1-limmigration/


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires