• Le dirigeant des rabbins européens appelle à la solidarité avec les musulmans contre le nationalisme en Europe

    Le dirigeant des rabbins européens, Pinchas Goldschmidt, appelle la communauté juive à être solidaire des musulmans. Il avertit en outre de la montée des extrémismes partout en Europe.

    A l’occasion de la semaine de Pessah, le « Pâques » hébreu, l’un des dirigeants de la communauté juive européenne s’est notamment exprimé sur la « montée des nationalismes et les dommages qu’elle pouvait causer à l’Union Européenne », arguant que « le Brexit menace la sécurité des juifs et des musulmans ».

    Pinchas Goldschmidt a étayé son argument en affirmant que, « même si des juifs sont les victimes du terrorisme », il ne fallait pas pour cela « combattre l’Islam ». « Il est très important de tracer une ligne rouge entre ce qu’est réellement l’Islam et un terrorisme qui utilise le nom de l’Islam. Cette ligne rouge doit être vue et reconnue par tout le monde. Les partis populistes français, autrichiens ou allemands s’efforcent de ne pas la voir », a affirmé le rabbin.

    Les réflexions au sujet de la bonne entente entre juifs et musulmans a par ailleurs mené, en septembre 2015, à la création d’un conseil européen des dirigeants juifs et musulmans, qui œuvre à faire en sorte de mettre constamment en lumière ce qui les rassemble, plutôt que ce qui les divise.

    Source : http://lesobservateurs.ch


    votre commentaire
  • Supporters turcs à Lyon : hooligans ou djihadistes ?

    En 48 heures, deux matches de football de coupes européennes n’ont pu commencer à l’heure prévue. À Dortmund, il a fallu repousser la rencontre contre Monaco de 24 heures, suite à l’explosion de trois bombes à proximité du car de l’équipe locale, blessant un joueur et un policier. L’État islamique a revendiqué l’attentat, ainsi qu’un groupe gauchiste.

    Ce jeudi, dans la capitale des Gaules, le coup d’envoi du match Lyon-Beşiktaş a été retardé de 45 minutes. Des centaines de supporters lyonnais ont dû se réfugier sur la pelouse pour échapper aux bombardements de gros pétards et autres projectiles balancés par les visiteurs. Il y avait, pour ce match, 20.000 supporters turcs, dont les plus violents d’entre eux ont multiplié les actes de vandalisme et les agressions sur les supporters lyonnais. La boutique officielle du club rhodanien a été entièrement vandalisée.

    L’ensemble de la presse évoque les hooligans, et renvoie dos à dos les supporters des deux équipes.

    Pourtant, lorsque d’autres clubs européens viennent jouer à Lyon, il ne se passe pas de tels événements.

    Des journalistes curieux se poseraient les bonnes questions. Combien de ces 20.000 supporters vivaient-ils en France, et combien venaient de Turquie ? Et ces supporters se sont-ils comportés en hooligans ou en djihadistes ?

    Question incongrue ? Dans le contexte du référendum d’Erdoğan du 16 avril, visant à lui accorder les pleins pouvoirs, ces violences n’ont-elles aucun rapport avec les propos fort menaçants du dictateur ?

    « Le peuple turc va bientôt demander des comptes pour tout ce qu’il a subi. Si vous continuez de vous comporter de cette manière, demain, aucun Européen, aucun Occidental ne pourra plus faire un pas en sécurité, avec sérénité dans la rue, nulle part dans le monde. »

    Faut-il rappeler que, lors de ses meetings en France, le leader islamiste turc avait encouragé ses compatriotes vivant en Europe à ne surtout pas s’assimiler, à faire cinq enfants par famille, à continuer à se comporter en musulmans et à utiliser la double nationalité pour peser, lors des votes, sur les autorités de leur pays d’accueil.

    Celui que les candides ont longtemps présenté comme un musulman modéré est célèbre pour cette phrase : « Les minarets sont nos baïonnettes, les coupoles nos casques, les mosquées nos casernes et les croyants nos soldats. »

    Comment ne pas assimiler les actes de violence commis jeudi à un djihad qui peut prendre plusieurs formes, en fonction du rapport de force du moment. Cela commence par l’islamisation lente d’un pays (revendications communautaristes, voiles, mosquées, halal, etc.) et se poursuit par des émeutes récurrentes ou des attentats, visant à terroriser les populations locales et à les soumettre à la loi des soldats d’Allah. Mais il y a une finalité qui guide cette conquête : le grand califat, aboli par Mustafa Kemal en 1923, et qu’Erdoğan rêve de remettre en place – sous sa direction, bien sûr.

    Jeudi, les « soldats » d’Erdoğan avaient revêtu l’uniforme de supporters de football d’un match de coupe d’Europe, avec les résultats qu’on a vus. On souhaite bien du plaisir aux Lyonnais pour le match retour, dans 15 jours.

    Le gouvernement français va-t-il monter au créneau pour soutenir les Rhodaniens et exiger des sanctions contre les Turcs ? En pleine période électorale, alors que la chasse au vote musulman bat son plein, et que Hollande-Cazeneuve autorisent l’UOIF, émanation des Frères musulmans, à tenir son rassemblement au Bourget, durant le week-end de Pâques, il ne faut pas rêver.

    Mais, au fait, pourquoi les clubs turcs disputent-ils les coupes d’Europe ?

    Pierre Cassen

    Source : http://www.bvoltaire.fr


    votre commentaire
  • L’UE exige de la Hongrie qu’elle laisse Soros promouvoir l’immigration de masse auprès de la jeunesse

    L’Union Européenne a apporté son soutien au milliardaire George Soros, impliqué dans la déstabilisation de nombreux gouvernements européens par son appui à l’immigration de masse. Le gouvernement hongrois a décidé d’empêcher l’infiltration et la subversion de la jeunesse du pays par les diverses structures de l’oligarque judéo-américain.

    La Commission européenne s’inquiète des lois controversées récemment adoptées en Hongrie, de la détention systématique de migrants à la législation sur les universités, et pourrait lancer rapidement des procédures pour infraction au droit européen contre certaines d’entre elles. Dimanche dernier plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté à Budapest contre la fermeture de l’Université d’Europe centrale, financée par Georges Soros, milliardaire américain d’origine juive hongroise, à la chute de l’Union soviétique.

    George Soros finance, en concertation avec diverses organisations globalistes dont l’UE, des programmes de d’embrigadement idéologique en direction de la jeunesse afin de contrôler les différents pays européens. Le but est d’organiser la destruction des nations ethniquement et culturellement homogènes et ainsi de pouvoir mieux les dominer. L’UE a donc apporté son soutien à celui qui milite ouvertement pour le remplacement racial du peuple hongrois. Et tente donc de faire pression sur la Hongrie pour qu’elle capitule.

    Lors de la réunion hebdomadaire des commissaires, l’exécutif européen s’est penché mercredi sur une série de réformes ainsi que sur un projet d’encadrement du financement « étranger » des ONG, qui ont jeté un nouveau froid entre Bruxelles et le Premier ministre souverainiste hongrois Victor Orban. Ces « développements ont soulevé l’inquiétude générale quant à leur compatibilité avec le droit de l’UE et les valeurs communes sur lesquelles l’Union est basée », a rappelé la Commission. M. Timmermans a énuméré la liste des griefs de Bruxelles, qui avait déjà dépêché à Budapest son commissaire aux Migrations Dimitris Avramopoulos après l’adoption début mars d’une loi prévoyant l’enfermement des migrants dans deux camps à la frontière serbe.

    Le gouvernement hongrois a fait de sa politique de défense du corps ethnique national sa ligne de conduite. Et l’a fait savoir aux tenants du métissage racial de l’Europe avec les masses afro-musulmanes.

    Dans une réaction transmise à l’AFP, le gouvernement hongrois a déclaré « être prêt à débattre, mais pas à céder d’un pouce sur le sujet de l’immigration », estimant que c’était à cause de cette question migratoire que Bruxelles « lançait des attaques contre la Hongrie ».

    L’alliance entre la superstructure socialiste bruxelloise, la finance et l’islam organisé se confirme.

    Source : http://breizatao.com


    votre commentaire
  • Un islamiste attaque un éboueur avec un couteau en hurlant « Allah Akbar ! », il se fait corriger à coups de pelle !

    A Montpellier, un musulman alcoolisé s'en est pris à deux éboueurs qui faisaient leur tournée de ramassage. L’agresseur, surexcité a crié à l'un d'eux : « Je vais te planter, Allah Akbar ! » en le menaçant avec un couteau de boucher à la lame de plus de 30 cm. Son collègue s'est alors armé d'une pelle et l'a vigoureusement frappé, provoquant la fuite de l'islamiste taré.

    Les policiers de la BAC l’ont interpellé dans l’immeuble où il s’était réfugié. Le trentenaire a tenu des propos incohérents en garde à vue au commissariat central, affirmant notamment être un terroriste en mission à Montpellier pour Daech. L’année dernière, après l’attentat sanglant de Nice, il avait été condamné pour apologie du terrorisme.

    Source : http://e-metropolitain.fr/2017/04/14/montpellier-il-menace-un-eboueur-avec-un-couteau/


    votre commentaire

  • votre commentaire