• Macron, dis à ta maman de faire les valises : on te déteste, tu as détruit la France

    Publi par  .. Resistance Républicaine 
     
    outrage-macronavirus-toulouse-1200x728.jpg

    outrage-macronavirus-toulouse-1200×728.jpg

    DÉDIÉ À MES AMIS DE RÉSISTANCE RÉPUBLICAINE AMITIÉS!

    POUR MACRON L’USURPATEUR

    Tu portes encore des couches,
    Tu es lèche-babouches,
    Mais compte bien les jours,
    Viré au premier tour.

    Dis bien à ta maman
    De faire les valises,
    Pour nous c’est du nanan
    Dégage et fends la bise.

    Nous tous on te déteste,
    Car pire que la peste
    Tu as détruit la France,
    Te remplissant la panse.

    On t’a giflé un jour,
    Ce n’était que justice,
    Aujourd’hui c’est Zemmour
    Qui est entré en lice.

    Ainsi ta forfaiture
    Sera mise au grand jour,
    Et toutes tes ordures
    Dénoncées par Zemmour.

    Je souhaite ton départ
    Et pas ta mort encore,
    Tu n’es qu’un gros cafard,
    Dans un triste décor.

    Quand tu auras quitté
    Notre bel Élysée,
    On serait avisé
    De tout désinfecter!

    Car ton odeur de traître
    L’endroit a envahi,
    Ouvrons grand les fenêtres,
    Quand tu seras parti!


    votre commentaire
  • « Les immigrés font le boulot que les Français ne veulent pas faire » : slogan éculé et mensonger

    Un mensonge total

    1– Remarquons d’abord que cet argument s’inscrit dans une stricte logique économique. À supposer qu’il soit vrai (nous démontrerons que ce n’est pas le cas), il devrait être mis en balance avec d’autres facteurs et d’abord avec les conséquences nuisibles de l’immigration en termes d’identité, d’éducation, de sécurité ou encore de budget.

    2– Observons ensuite que les étrangers déjà présents en France ont un taux de chômage plus élevé que la moyenne nationale (18 % pour les étrangers venus d’Afrique contre 7 % pour les Français).

    Il en va de même pour les descendants d’immigrés non européens dont le taux de chômage cinq ans après l’entrée dans la vie active est deux fois plus élevé que celui d’un Français de souche (voir Immigration la catastrophe, que faire, page 46).
    Quitte à garder le slogan « Les immigrés font le boulot que les Français ne veulent pas faire », il serait donc plus juste de l’adapter et d’affirmer « les nouveaux immigrés font le travail que les Français et surtout les immigrés plus anciens et les descendants d’immigrés ne veulent pas faire. »

    3– En fait, la réalité est la suivante : l’entrée de nouveaux immigrés, même réguliers et surtout clandestins, fausse le marché du travail.
    L’arrivée d’une main d’œuvre précaire, au départ peu exigeante et souvent clandestine, biaise la concurrence et tire les salaires à la baisse. Ce qui décourage les anciens résidents en France de prendre ces emplois.
    Ceci vaut notamment dans les secteurs de l’hôtellerie/restauration, du bâtiment et des travaux publics, du contrôle et de la sécurité ainsi que des services à la personne.

    4– Nuançons toutefois ce propos. Cette fuite des Français de certains métiers concerne bien davantage les grandes villes que la France périphérique. Cela s’explique par les surcoûts immobiliers dans les grandes métropoles et le fait que les classes populaires de souche ont été refoulées très loin des centres villes. Ainsi le profil du personnel hospitalier et des soignants en EHPAD n’est pas le même en province et dans les grandes métropoles. Et ce alors même que dans les grands ensembles à forte population immigrée l’aide sociale et les trafics assurent souvent des revenus substantiels.

    5– Ceci étant, le recours à une main d’œuvre étrangère – clandestine ou non – n’est pas une fatalité. Bien au contraire il apparaît que les employeurs n’ont pas toujours le libre choix de l’embauche. SOS Racisme a réalisé un test sur les recherches en personnels des entreprises de bâtiment et des travaux publics et déplore que 45 % d’entre elles (45 %, ce n’est pas rien !) auraient aimé pouvoir discriminer à l’embauche selon l’origine en excluant les candidats de type non européen. Preuve s’il en est que l’africanisation de ces métiers n’est pas inéluctable.

    Les particuliers cherchant des aides ménagères ou à domicile se heurtent à la même difficulté d’orientation de leur recrutement. Une difficulté contournée par le personnel offrant ses services et précisant parfois « Français » ou « Dame portugaise ».

    6– L’argument selon lequel « les immigrés font le boulot que les Français ne veulent pas faire » est encore plus faux pour les métiers du contrôle et de la sécurité. Il y a encore 20 à 30 ans, beaucoup de jeunes Français de souche ayant poursuivi des études modestes trouvaient des débouchés comme agents de sécurité. L’idéologie « anti raciste » les a progressivement exclus de ces métiers. Pour une raison simple: en cas de conflit entre un agent de sécurité et une personne contrôlée et refoulée c’est la règle du « deux poids, deux mesures » qui s’applique :

    • l’agent de sécurité européen en conflit avec un Africain ou un Maghrébin sera souvent présumé « raciste » par les médias et les juges.
    • a contrario, c’est le quidam européen en contentieux avec un agent de sécurité africain ou maghrébin qui risquera d’être présumé « raciste ».

    Pour les employeurs, le choix est donc vite fait ! Sans parler du fait que recruter les membres d’une bande de racaille peut servir de police d’assurance…

    Dans ce secteur, il est particulièrement faux de dire qu’on ne trouve pas de Français de souche pour travailler puisqu’ils sont exclus de fait de l’accès à l’emploi !

    7– Ajoutons que les politiques publiques ont pu créer des pénuries artificielles de main d’œuvre : on pense en particulier à la médecine et à la chirurgie dentaire.
    Difficile d’affirmer que personne ne veut être médecin hospitalier ou dentiste, mais le numerus clausus organisé par les gouvernements successifs a créé des pénuries artificielles.

    Recréer une dynamique du travail français

    Voilà qui permet d’affirmer que recréer une dynamique du travail français est possible par un ensemble de mesures :

    • une dissuasion réelle du travail clandestin par un strict contrôle aux frontières et la fermeture administrative des entreprises employant des clandestins ;
    • l’abrogation de la loi Pleven pour rendre aux employeurs le libre choix de leur personnel et recréer un marché d’emploi pour les autochtones ;
    • et ce dans le cadre de la préférence nationale rétablie dans la Constitution ;
    • la révision du code des marchés publics pour y imposer la préférence nationale à l’emploi et la traque des sous-traitants indélicats.

    Cet ensemble des mesures produira mécaniquement une réévaluation de ces métiers (hôtellerie, restauration, sécurité, aides ménagères, aides à la personne, bâtiments/travaux publics) par l’amélioration des conditions et des relations de travail comme par la hausse mécanique des salaires par le jeu de l’offre et de la demande. D’autant que la diminution des coûts sociaux et médicaux du fardeau de l’immigration devrait permettre une baisse des charges sociales.

    Enfin les parcours scolaires devraient accompagner ce mouvement en revalorisant les métiers manuels et de force. Par une réhabilitation de l’apprentissage, de l’enseignement professionnel et de l’exercice physique.

    Jean-Yves Le Gallou

    Source : http://polemia.com


    votre commentaire
  • L’impact incroyable des pénuries sur Renault et Dacia

    http://

    L’usine de Sandouville qui fabrique les utilitaires Trafic de Renault par exemple est désormais à l’arrêt faute de pièces.

    Il n’y a plus de camionnettes en cours de fabrication.

    Pourtant tous les acheteurs d’Amazon pensent continuer à recevoir leur livre le lendemain gratuitement conduit par un type qui vient en bas de chez vous, vous porter un livre à 9 euros gratuitement (quand vous êtes abonné prime). Entre la hausse du prix du carburant, l’absence de véhicule, et le fait que le chauffeur va vouloir manger et payer son loyer avec son travail, je pense que nous avons un très gros problème avec le modèle économique d’Amazon. Nous en reparlerons. C’est un autre sujet.

    Revenons à nos moutons.

    Dacia-Renault. L’impact de la pénurie de puces modèle par modèle

    « Chez Renault et Dacia, la crise des semi-conducteurs n’entraîne pas seulement des délais de livraisons à rallonge. Les deux marques ont aussi parfois été obligées de supprimer certains équipements, ou de les monter en atelier a posteriori. L’argus fait le point sur cette situation inédite.Semi-conducteurs : avant la pénurie actuelle, voilà un terme que vous n’aviez peut-être jamais entendu ! Mais aujourd’hui, dans l’industrie automobile, ces précieux composants électroniques sont l’objet de toutes les discussions. Quasiment tous les constructeurs souffrent en effet d’un manque de puces, qui engendre des réactions en chaîne.

    Le freinage automatique d’urgence sacrifié

    L’impact de la pénurie sur les équipements de sécurité des Zoe, Clio, Captur et Mégane. Cliquez pour agrandir.Chez Renault, on apprenait ainsi récemment que la Zoe serait désormais livrée sans système de freinage actif d’urgence (AEBS), comme certaines versions de Clio et Captur. Une situation exceptionnelle à laquelle l’organisme Euro NCAP va s’adapter : il ajoutera, comme il le fait déjà pour le Ford Puma, un commentaire indiquant que les cinq étoiles ne sont plus valables pour les variantes privées de cet équipement de sécurité. En contrepartie, le Losange a revu les tarifs à la baisse. La Mégane perd, quant à elle, cette option AEBS sur les finitions Zen en Business.

    Des écrans toujours aussi manquants

    « Du côté des écrans, les ennuis ont débuté dès le printemps. En ce mois d’octobre, on note bien une légère amélioration pour la Clio, avec la réouverture du pack Grand Écran (instrumentation numérique 10 pouces et dalle centrale tactile 9,3 pouces) sur la variante Intens et la nouvelle série spéciale Lutecia. Mais du côté des utilitaires, des Kangoo d’ancienne génération, des Express, des Trafic et des Master sont produits avec un système multimédia non fonctionnel. Les concessions se chargeront d’y ajouter un écran a posteriori, lorsque cette pièce sera enfin disponible. Ce procédé, aussi appelé « rétrofit », a également été employé par Dacia sur son Duster, avant restylage. Mais désormais, la marque intervient directement à l’usine, en stockant les véhicules incomplets le temps de recevoir les pièces… et en décalant les livraisons d’autant ».

    Pénurie rétroviseurs rabattables

    « Des exemplaires de Clio, Captur ou Arkana sont aussi livrés sans rétroviseurs extérieurs rabattables électriquement : cet équipement sera installé a posteriori en atelier.
    En revanche, le constructeur roumain confesse qu’il n’a pas de « solution de contournement » pour les compresseurs de climatisation, fournis par Marelli, les capteurs d’ABS et d’ESP Bosch ou Continental et les centrales de commande d’airbag. Des éléments indispensables qui pourront contribuer à augmenter encore les délais. Sur les Duster et Sandero, des condamnations centralisées peuvent aussi manquer dans un premier temps, et demander une installation ultérieure dans le réseau. Même topo pour des rétroviseurs rabattables électriquement sur les Clio, Captur ou Arkana. Les impacts de cette pénurie de semi-conducteurs sont donc multiples, aussi bien chez Dacia que chez son propriétaire, et la situation évolue de jour en jour… rarement dans le bon sens. Dans leur tarif du 13 octobre, les Clio et Captur Intens perdent ainsi leur pack Easy Drive, qui comprenait le régulateur de vitesse actif, le détecteur d’angle mort et l’assistant Autoroute et trafic ».

    La situation ne s’améliore pas. Elle s’aggrave !

    Au moment où vous lirez ces lignes, les choses ne vont pas mieux, elles s’aggravent.

    Au ministère de l’économie, de la croissance et du bonheur collectif, le mamamouchi Bruno le Maire a décidé en comité du bureau politique que le taux de croissance de l’an de grâce 2021 serait de 6.5 % pour la France sous la haute présidence du phare du palais et de sa luminescence élyséenne.

    6.5 % même si les rayons sont vides, même si l’essence coûte cher, même s’il n’y a plus de camionnettes de livraison, plus d’AdBlue dans les réservoirs, plus d’aluminium, etc…

    Si vous réussissez à avoir une nouvelle voiture, elle aura sans doute quelques trous dans le tableau de bord, quelques écrans manquants, et bientôt vous n’aurez plus rien du tout lorsque les systèmes de freinage ne pourront plus être livrés.

    Vous assistez à l’extinction de l’industrie automobile européenne.

    Elle sera remplacée par l’industrie automobile chinoise.

    Charles SANNAT

     

    Source l’Argus.fr ici


    votre commentaire
  •  


    votre commentaire
  • Peut être une image de 2 personnes et texte qui dit ’Lucie Soullier Elise Vincent m Lelonde.fr Lucie Soullier et Élise Vincent, les journalistes du Monde qui reprochent à Patrick Jardin sa haine pour les assassins de sa fille tuée au Bataclan.’


    votre commentaire