• Publié par Sylvestre Brunaud ..

    mariage-lgbt-.jpg

    « Les gays aussi méritent la fidélité » prétend le diocèse de Turin ! La reconnaissance des couples homosexuels en tant que cellule familiale digne de respect avance à grand pas dans l’Église conciliaire.

    Don Gianluca Carrega, responsable de la “pastorale des homosexuels” dans le diocèse de Turin veut « proposer » des « leçons de fidélité » aux sodomites parce que, eux-aussi, la « méritent ». Il explique que son initiative, sous la responsabilité de l’évêque diocésain Mgr Cesare Nosiglia, provient de son expérience personnelle : l’an dernier il n’a été invité qu’à un seul mariage qu’il définit de « traditionnel », celui d’un couple hétéro, et à bien trois « unions civiles » de couples homosexuels :

    « C’était beau, à chaque fois une fête : cette loi [des unions civiles en Italie, genre mariage pour tous, ndlr] a porté de nombreux fruits, je les ai vus et je les reconnais. » 

    Mais la loi sur les unions civiles avait, pour ainsi dire, une lacune, un compromis, selon Don Carrega : cette loi n’a pas prévu, en fin de compte, parmi les droits et les devoirs du couple, l’obligation à la fidélité. Pour cela le diocèse de Turin dédie à ce thème une retraite de Carême pour les couples homosexuels intitulée « Dignes de fidélité ».

    Elle se tiendra du 24 au 25 février prochain dans un couvent de religieuses, les Filles de la Sagesse, et sera destinée à des personnes seule ou en couple. A la questions s‘il y aura des chambres matrimoniales, Don Gianluca Carrega reste vague, explique Vatican Insider :

    « Nous ne nous sommes pas encore posés la question. Puisque c’est un monastère, nous essayerons de donner à chacun une « cellule » individuelle. »

    L’objectif de cette retraite destinée aux invertis revendiqués est de porter une attention accrue aux conditions spirituelles, et plus en général, sociales, de vie, des personnes homosexuelles.

    « La loi peut ne pas prévoir l’obligation à la fidélité, explique le représentant du diocèse, mais en réfléchissant sur l’affectivité des gays, nous pouvons dire que chacun mérite un amour exclusif, unique. La loi peut décider quelles sont les exigences minima, mais nous, nous voulons parler de la qualité du rapport. »

    Au cours de la retraite il se discutera « de la valeur de la fidélité et de l’amour, à la lumière du message biblique » avec le père jésuite Pino Piva.

    « Sur ce thème, continue Don Gianluca Carrega, nous devons rester à côté des couples plus que les diriger. D’autre part ce ne serait pas honnête pour qui, comme moi, est hétéro et célibataire. »

    Don Carrega n’hésite pas à parler de « contresens » dans l’enseignement traditionnel de l’Église par rapport à l’homosexualité, fort qu’il est de « sa mission pastorale » officielle. Selon lui, le fait qu’une personne homosexuelle qui a des rapports occasionnels peut, après la confession, recevoir la communion alors qu’une personne dans une union homosexuelle stable en soit exclue est une erreur :

    « Ainsi nous risquons de faire beaucoup de dommages, encourager parmi les fidèles la clandestinité et la déresponsabilisation. »

    « Un couple croyant qui passe par l’union civile devra bien porter sa foi religieuse à l’intérieur de la cohabitation. L’Église doit donc « avoir une réflexion sur la valeur de l’affectivité homosexuelle ». Parce que « comme le dit l’évêque de Nanterre, Gérard Daucourt, certains homosexuels qui décident de vivre en couple y trouvent là une sérénité plus grande et cherchent à être fidèles. Et nous, nous devons valoriser ce qui est beau dans leur vie. »

    Un tel message « homohérétique » se passe de commentaires… Don Carrega ne professe aucunement la foi catholique et ce n’est absolument pas le catholicisme qu’il propose à ces homosexuels mais un vague sentimentalisme naturaliste et anthropocentrique qui se plie aux modes arc-en-ciel anti-naturelles, la loi divine et naturelle étant envoyée aux oubliettes d’un passé obscurantiste. L’Homme et ses passions sont « l’unique nécessaire » de ce prêtre adepte des non-valeurs lgbt post-modernes.

    Plus grave cependant, il incite ces hommes et ces femmes invertis, qui auraient pourtant besoin grandement d‘une véritable aide spirituelle toute tournée vers Dieu, « l’unique nécessaire », pour sortir de leur péché, à rester dans leur état de vie mortel, considéré comme une « normalité ». Tels sont les fruits des messages relativistes conciliaire et bergoglien, d’Amoris laetitia et de tous les gestes colorés de la gente vaticane actuelle…

    Un tel pasteur, sous son déguisement d’agneau, tout bon, tout compréhensif, envers « l’affectivité des homosexuels » et « leur dignité », est un véritable loup pour les âmes…

    Francesca de Villasmundo

    Source : medias-presse.info


    votre commentaire
  • Aucun texte alternatif disponible.


    votre commentaire
  • Les conditions de la femme chez les talmudistes !!!

    Pour Acheter une Femme il faut 3 Conditions :(La religion où tout est monnayé !!!)
    Selon la loi juive, la demande de divorce revient seulement au mari. Les femmes ne peuvent pas se remarier tant que leur ancien époux ne leur a pas donné « guet », un acte écrit dans lequel l'homme divorce de sa femme.

    En l'absence de « guet », les époux sont toujours considérés comme mariés selon la tradition juive, même s'ils ne vivent plus ensemble.

    Qui plus est, si elle demeure avec un autre homme, elle pourra être accusée d'adultère et les enfants nés de cette union seront considérés comme des « mamzer » (bâtards) selon la loi juive. Ces enfants, n'étant pas reconnus comme juifs, sont alors obligés de faire une démarche de « conversion » au judaïsme.

    votre commentaire
  • Il crie « Allah Akbar » et menace de mort les clients d’un coiffeur ... Un homme armé d’un cutter a semé la panique dans un salon de coiffure de Mantes-la-Jolie (Yvelines) samedi 3 février

    Un homme armé d’un cutter a semé la panique dans un salon de coiffure de Mantes-la-Jolie (Yvelines) samedi 3 février 

    Un homme armé d’un cutter a semé la panique dans un salon de coiffure de Mantes-la-Jolie (Yvelines). Il a menacé d’égorger les employés et les clients en criant « Allah Akbar ». L’individu a été placé en garde à vue avant d’être hospitalisé en raison de troubles psychiatriques.

    Les occupants d’un salon de coiffure de Mantes-la-Jolie (Yvelines) ont vécu un après-midi agité samedi 3 février. Un jeune homme de 23 ans, armé, a proféré des insultes et des menaces à l’encontre des employés et des clients, rapporte Le Parisien.

    Vêtu d’une tunique et arborant une longue barbe, l’individu est entré et sorti à plusieurs reprises du salon. Il a terrorisé les occupants du lieu, qui ont fini par alerter la police.

    Un cutter retrouvé dans sa poche

    À l’arrivée des forces de l’ordre, l’homme scande « Allah Akbar » tout en menaçant d’égorger plusieurs femmes présentes sur les lieux. Après l’avoir appréhendé, les agents de la brigade anticriminalité ont retrouvé un cutter dans sa poche.

    L’homme était déjà connu des services de police pour des faits de délinquance de droit commun. Il était aussi présent dans les fichiers des renseignements territoriaux en raison de sa radicalisation.

    Pris d’une crise de démence

    Immédiatement placé en garde à vue, l’individu a été pris d’une crise de démence au cours de sa nuit en cellule. Il a finalement été hospitalisé d’office, après un examen psychologique effectué par un psychiatre.

    Lors de la perquisition de son domicile, les policiers ont découvert des livres et de la documentation liés à l’islam rigoriste.

     https://www.ouest-france.fr

    votre commentaire
  • La France ruinée par la CGT COMMUNISTE !

    Par:Pieds Noirs 9A..

    La France ruinée par la CGT COMMUNISTE !


    Les acquis qui c'est qui les paie ? certainement pas ces fainéants qui se sentent mal dès que quelqu'un prononce le mot "travail" ! moi je rêve qu'un gouvernement décide de supprimer leurs subventions et qu'ils soient obligés d'aller quêter pour remplir leurs caisses, ou de vendre leurs propriétés et leurs châteaux financés avec notre argent ! En attendant j'ai adoré l'épisode de l'internationale !tout ça ça ne vaut rien, des minables qui détruisent la France par des acquis paternalistes datant du bon vieux temps d'après guerre !! tout ça c'est fini les mecs, arrêtez de penser fonctionnaire, la France est gangrenée par ces vermines de syndiqués qui ont à leur tête des branleurs ! un chose est sur si rien ne change d'ici peu, il va falloir se barrer ailleurs pour faire sa vie et carrière professionnelle ! plus personne ne viendra investir en France avec ces CGTistes qui font chier et là vont bientôt n'avoir que leur yeux pour pleurer quand les patrons mettrons la clef sous la porte et ce sera bien fait pour eux ! Il est temps de reformer la France sinon c'est CATA !! allez commencez à aller voir ailleurs avant que les réfugiés prennent votre place... ah le futur ne s'annonce pas très joyeux ! ah mais j'oubliai, Flamby a dit que ça allait mieux, ah quel bonheur et Marinette une France apaisée ,quelle gloire... on est pas sorti de l'auberge !
     M. Martinez est lui hyper protégé. Tant de Français subissent des violences réelles quotidiennes, ne peuvent pas travailler, voient leurs magasins saccagés, leurs véhicules démolis ou brûlés. Ces Français sont heureusement résignés, que se passerait-il s'ils opposaient une résistance ne serait-ce que le dixième de ce qu'ils endurent depuis des mois ? M. Martinez ne se pose aucune question sur sa responsabilité, la fin justifie ses moyens. Ses adhérents, 2,6% des travailleurs, devraient se la poser, ont-ils conscience des dégâts qu'ils causent à des millions de Français ? De toute façon, même si le pouvoir cède, une partie des privilèges des "trente glorieuses" seront remis en cause, la situation économique du pays. la dette exorbitante se chargera de le faire quel que soit le pouvoir aux affaires. C'est un combat inutile qui appauvrit un peu plus les gens de ce pays . le travail dissimulé (au noir) reprend du terrain ,ou plus rien n'est a la merci du petit citoyen .Ce sont des hors la loi et Martinez devrait être en prison jusqu'à la fin de ses jours ..


    votre commentaire