• Philippot: le FN, un "astre mort" qui "ne peut pas gagner"

    AFP

    votre commentaire
  •  Corbeil-Essonnes : deux voyageurs grièvement blessés au couteau par un homme dans la gare

    Corbeil-Essonnes : deux voyageurs grièvement blessés au couteau par un homme dans la gareLes policiers ont blessé l'agresseur à la jambe pour le neutraliser@ ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP

    Un homme a agressé au couteau deux victimes qu'il a touchées "à la gorge et au thorax" avant d'être lui-même blessé par balle par des policiers puis interpellé, dimanche soir en gare de Corbeil-Essonnes.

    Un homme a agressé au couteau deux voyageurs à la gare RER de Corbeil-Essonnes, avant d'être blessé par un tir de la police lors de son interpellation, dimanche soir, ont indiqué des sources policière et proche de l'enquête, qui ont écarté la "connotation terroriste".

    Touchés "à la gorge et au thorax". Les deux victimes, agressées vers 23 heures, ont été atteintes "à la gorge et au thorax", a déclaré la source policière. Elles ont été hospitalisées dans un état "grave" mais leurs vies "ne sont pas en danger", a-t-elle ajouté.

    L'assaillant blessé par balle et rapidement interpellé. L'assaillant a lui été blessé à une jambe par un tir de la police, arrivée sur les lieux alors que l'homme agressait le second voyageur, puis a été interpellé. "Son pronostic vital n'est pas engagé", a précisé la source policière. Une enquête a été ouverte et a été confiée à la Sûreté départementale de l'Essonne.

    "Reconquérir les territoires". Cette agression est survenue alors que le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb était en visite, à quelques kilomètres de là, au commissariat de Juvisy-sur-Orge puis à Viry-Châtillon, sur les lieux de l'attaque aux cocktails Molotov de quatre policiers il y a un an. Le ministre y a déclaré qu'il fallait "reconquérir l'ensemble" des territoires difficiles face à la délinquance.

     
    Par Rédaction Europe1.fr avec AFP

    votre commentaire
  • Saint-Denis (93) : des racailles envahissent les urgences et gazent pompiers et infirmières

    Vendredi soir les urgences de l’hôpital Delafontaine à Saint-Denis ont dû fermer une demi-heure. Le temps de nettoyer et ventiler le sas des urgences qui venait d’être aspergé de gaz lacrymogène.

    Vers 19h, cinq hommes armés de bombes lacrymogènes ont fait irruption dans l’hôpital. Ils venaient de se battre au Décathlon de la Plaine Saint-Denis et voulaient en découdre avec trois de leurs victimes admises quelque temps plus tôt dans le service. Ils ont pénétré dans le sas et gazé quatre pompiers et deux infirmières.

    Yolande Di Natale, directrice de l’hôpital de Saint-Denis, indique : « Cela a créé un grand émoi dans l’hôpital, nous sommes confrontés une à deux fois par an à ce type de débordements. »

    Source : http://fdesouche.com


    votre commentaire
  • Servian (34) : Un cambrioleur frappe une femme handicapée, son mari le descend

    Le propriétaire d’une maison de Servian, près de Béziers dans l’Hérault, a tué jeudi soir un cambrioleur. L’homme s’était introduit armé chez lui en présence de sa famille.

    Les faits se sont produits vers 21h au domaine Saint-Adrien, un lieu agrémenté de jardins distingués par plusieurs prix. Selon les premiers éléments de l’enquête, deux cambrioleurs armés se sont introduits dans la maison du propriétaire, et l’ont menacé ainsi que sa famille. Ils l'ont frappé ainsi que son épouse handicapée. Réussissant à se saisir d'un fusil, le propriétaire a abattu l'un des deux salopards. L'autre est en fuite.

    Source : http://fdesouche.com


    votre commentaire
  • L’islamosphère, pire que les islamistes ?

    Ce n’est plus un secret pour personne qu’il y a belle lurette que la gauche socialiste a abandonné l’ouvrier pour l’immigré, la nation pour le monde, le social pour le sociétal. D’ailleurs, cette gauche a fini par s’éloigner du socialisme tout court, qu’elle avait préempté au moment de l’affaire Dreyfus par opportunisme et tactique électorale.

    « Je suis de gauche et je me bats contre le rejet des musulmans en France », affirmait Clémentine Autain (Libération, 14 avril 2016), résumant ainsi le positionnement idéologique actuel d’une certaine frange politique allant de La France insoumise à la gauche du Parti socialiste (représentée, en l’occurrence, par Benoît Hamon), les uns et les autres entretenant des liens plus ou moins renforcés avec la mouvance islamique.

    Cette connivence politico-intellectuelle, voire cet encanaillement avec les organisations musulmanes de France – elles-mêmes ayant, pour certaines, partie liée avec les principaux foyers internationaux du financement du terrorisme comme le Qatar ou l’Arabie saoudite –, a été à l’origine du concept d’islamo-gauchisme. Le terme ne renferme, à lui-seul, qu’une vague signification mêlant tiers-mondisme décolonisateur et préoccupation pro-palestinienne.

    L’historien Jacques Julliard n’hésite pas à aller beaucoup plus loin dans la théorisation d’un vocable qui exhale une ancienne et persistante odeur de soufre : « Il y a quelque chose d’insolite dans le néocléricalisme musulman qui s’est emparé d’une frange de l’intelligentsia. Parce que l’islam est le parti des pauvres, comme ils le prétendent ? Je ne crois pas un instant à ce changement de prolétariat. Du reste, allez donc voir en Arabie saoudite si l’islam est la religion des pauvres. Je constate plutôt que l’islamo-gauchisme est né du jour où l’islamisme est devenu le vecteur du terrorisme aveugle et de l’égorgement. Pourquoi cette conversion ? Parce que l’intelligentsia est devenue, depuis le début du XXe siècle, le vrai parti de la violence. Si elle préfère la révolution à la réforme, ce n’est pas en dépit mais à cause de la violence. Sartre déplorait que la Révolution française n’ait pas assez guillotiné » (Le Figaro, 26 août 2016).

    Le Figaro Magazine de ce week-end a réuni cette charmante coterie sous l’oriflamme, sans doute moins connotée, « d’islamosphère », allant jusqu’à faire sienne l’expression – utilisée par Pascal Bruckner – d’« agents d’influence de l’islam » pour désigner intellectuels, politiques et associatifs qui se comportent en « vrais complices […] aux ordres des Frères musulmans ou des wahhabites, Edwy Plenel, capo dei capi ». Bruckner considère à bon droit que « l’islamosphère entend contrôler toute parole sur la religion du Prophète pour l’exonérer de ses responsabilités dans le crimes djihadistes et les imputer aux seules nations occidentales, coupables par essence ».

    Ces « coallahbo » (Plenel précité, mais aussi Emmanuel Todd, Pascal Boniface, Edgar Morin, Laurent Joffrin et bien d’autres), monopolisant studios et plateaux, sont évidemment en première ligne depuis des années pour sidérer l’auditeur ou le téléspectateur en lui instillant au tréfonds du cortex les poisons intellectuellement létaux du type « cépasalislam », « padamalgam », « l’islam-est-une-religion-de-paix-et-d’amour ».

    À cette enseigne, leur responsabilité dans les actes terroristes qui frappent la France – le jugement vaut également pour leurs épigones européens – n’en est que plus évidente, leur bienveillance à l’égard de l’islam étant parfois des plus ambivalentes, confinant à une douce complaisance quand elle s’obstine au déni de réalité, sinon au négationnisme.

    Aristide Leucate

    Source : http://bvoltaire.com


    votre commentaire