• Lacroix-Saint-Ouen : il avait voulu tuer la fille d’un gendarme pour se venger

    Compiègne, 11 juin. La forêt de Compiègne a été littéralement bouclée par le GIGN et la gendarmerie ce 11 juin. Tous étaient à la recherche d’un tireur qui avait touché deux voitures : celle de la fille d’un gendarme et celle de la brigade de recherche de Compiègne. LP/S.F.
     
     
    Stéphanie Forestier

    Un homme ayant tiré sur deux voitures le 11 juin dernier, provoquant un déploiement du GIGN, a été auditionné au tribunal de Compiègne ce mercredi. Il reproche à un militaire de l’avoir arrêté par le passé.

    « Je ne regrette rien. Si c’était à refaire, je recommencerais. » Stéphane a mûri sa vengeance depuis sa sortie de prison, il y a un an. Devant le tribunal correctionnel de Compiègne, ce mercredi, ce marginal de 43 ans a expliqué qu’il voulait tuer la fille d’un gendarme de Lacroix-Saint-Ouen. La raison : le militaire avait procédé à une de ses arrestations antérieures. Des propos après lesquels les juges ont décidé de renvoyer l’affaire, considérant que les faits relèvent de la cour d’Assises. Un mandat de dépôt a été décidé.

    Le 11 juin dernier, à Lacroix-Saint-Ouen, un hélicoptère et le GIGN sont appelés en renfort par les gendarmes à la recherche d’un homme qui a tiré sur deux voitures, dans la nuit, en lisière de forêt. Les expertises balistiques révèlent, plusieurs jours après, que l’arme utilisée est rare : un revolver Pietta calibre 44. Le propriétaire est Stéphane, qui a déjà passé vingt et un ans en prison par le passé et qui est placé sous contrôle judiciaire.

    Interpellé, il nie les faits jusqu’à ce mercredi. « J’en voulais à un gendarme de m’avoir arrêté, justifie-t-il. Car en prison, je n’ai pu assister à l’enterrement de ma mère. Je voulais le faire souffrir. » Il explique qu’il voulait agir le 11 du mois, date de l’enterrement. Il a donc surveillé la fille de gendarme, s’est renseigné sur ses habitudes. « Je l’ai vu partir en voiture et je l’attendais caché en forêt, mon arme chargée. Je l’ai achetée pour tirer sur la gosse. » La voiture repasse à 2 heures du matin. Il tire sur la fenêtre côté conducteur. Plus tard, il tirera à nouveau sur un véhicule pour « faire diversion », ne sachant pas qu’il s’agissait d’une voiture banalisée de la gendarmerie, alertée par le coup de feu.

     

      leparisien.fr
     
     

    votre commentaire
  • Le Haillan (33) : un tramway évacué à cause d’un individu « barbu » qui menaçait de tuer tout le monde

    Bref mouvement de panique, dimanche vers 12h20 avenue Magudas au Haillan. Un passager du tramway, barbu, porteur de vêtements amples, un sac accroché sur le dos s’est mis à menacer les autres usagers de mort.

    Le conducteur a eu le temps d’avertir la direction de Kéolis qui lui a demandé d’arrêter et évacuer la rame. C’est ce qui a été fait à l’arrêt Rostand.

    L’homme menaçant de s’en prendre à la vie des autres passagers a été interpellé. Il s’agit d’un sans domicile fixe de 32 ans qui a été placé en garde à vue. Il devait se soumettre à un examen psychiatrique.

    Le service des démineurs de la préfecture a été appelé. Le sac ne contenait pas d’explosif mais quelques vêtements et des livres , il n'a pas été précisé si le Coran en faisait partie.

    Source : http://fdesouche.com


    votre commentaire
  • POUR LES MÉMOIRES COURTES DE CEUX QUI ONT FAIT CONFIANCE A MARINE LE PEN !

    **************************************************

    Marine Le Pen moque le "fan-club" de son père qui regrouperait "tous les ramassis, les parias" exclus du FN..

    Interrogée par le Parisien, la présidente du Front national a dénoncé "l'opération de parasitage" que représente la nouvelle formation créée par Jean-Marie Le Pen.

    Véritable saga du printemps, la guerre intestine au sein de la famille Le Pen reprend de plus belle. A croire que ni la fille ni le père ne peuvent s'empêcher d'exprimer tout le mal qu'ils pensent de l'autre. Cette fois, c'est Marine Le Pen qui repart à l'assaut, même lorsqu'elle s'accorde un long weekend pour souffler. "Je suis en train de lire un polar, très dur, très sombre, que m'a offert ma mère" raconte-t-elle au Parisien. Le titre : "Meurtres pour rédemption." Tout un programme...

    "Ce qu'on a vécu depuis un mois, je m'en serais franchement bien passée" assure-t-elle au journal. "Je dors mieux aujourd'hui que je ne dormais hier. Avant, j'avais physiquement la boule au ventre, surtout quand j'apprenais que Jean-Marie Le Pen allait faire une interview." Une façon de dire que le problème est derrière elle.

    Mais son père a récemment rallumé la mèche en créant à son tour sa formation. "C'est incontestablement une opération de parasitage" lâche-t-elle. "Mais cette tentative de division n'a aucune chance de prospérer" tranche la patronne du FN moquant "un fan-club regroupant tous les ramassis, les parias et les infréquentables qui ont été exclus du Front". Pas vraiment une formule d'apaisement. "Pourquoi devrais-je me comporter en fille, quand il ne se comporte plus en père ? A ce stade, c'était lui ou moi (…) La violence, l'ingratitude, les coups durs et l'exposition, j'y étais préparée. Tout simplement parce que j'ai eu une formation continue à ses côtés pendant des années." La suite au prochain épisode.

     http://www.atlantico.fr/pepites/marine-pen-moque-fan-club-pere-qui-regrouperait-tous-ramassis-parias-exclus-fn-2144419.html?utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Twitter#link_time=1431669417


    votre commentaire
  • 897 voitures brûlées lors des soirées des 13 et 14 juillet 2017

    Près de 900 voitures ont été incendiées lors des soirées des 13 et 14 juillet en France (Photo d'illustration datant de 2009) - Philippe Huguen - AFP

    Près de 900 voitures ont été incendiées lors des soirées des 13 et 14 juillet en France (Photo d'illustration datant de 2009) - Philippe Huguen - AFP

    C'est un chiffre en légère hausse par rapport à 2016, annonce ce samedi soir le ministère de l'Intérieur.


    votre commentaire
  •  Vatican : drogue et orgie gay dans l'appartement d'un prêtre haut placé

    Jude Law dans la série «The Young Pope» (illustration)./ - Capture d'écran/The Young PopeJude Law dans la série «The Young Pope» (illustration)./ Capture d'écran/The Young Pope

    Alertée par des voisins, la police du Vatican a débarquée dans l'appartement d'un prêtre haut placé. Les forces de l'ordre découvrent une scène peu banale : de la drogue partout et une orgie gay. 

    Les faits se sont déroulés en juin dernier, d'après le quotidien italien Il Fatto Quotidiano. Suite à plusieurs plaintes des voisins, dérangés par les allées et venus de visiteurs nocturnes, la police du Vatican aurait mené un raid dans cet appartement, de l'ancien palais de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi. L'appartement en question est occupé par un prêtre haut placé, puisqu'il exerce la fonction de secrétaire du cardinal Francesco Coccopalmerio, chef du Conseil pontifical pour les textes législatifs, et conseiller personnel du Pape François.

    Le sexe gay autorisé au Vatican

    Une fois sur place, la police fait une étonnante découverte : de la drogue à foison et un groupe d'hommes en pleine orgie gay. La presse s'est rapidement emparée de l'affaire, même si le sexe gay est autorisé sur le territoire du Vatican. En revanche, la drogue, elle est bien illégale. Le prêtre en question aurait été envoyé en retraite dans un couvent en Italie. 

    Le Pape s'est dit très peiné par cet incident, et aurait demandé au cardinal Coccopalmerio de démissionner. D'autant plus que ce ne serait pas la première fois que le prêtre se fait prendre la main dans le sac, l'International Business Times assure qu'il aurait déjà fait deux overdoses dans le passé. Ce nouveau scandale ne risque pas de redorer l'image de l'Eglise, ternie par des affaires de pédophilie.


    votre commentaire