• Algérie : L’armée expulse massivement les migrants clandestins...Posté par:PN 9A ..

     

    Algérie : L’armée expulse massivement les migrants clandestins dans des zones désertiques

    En Algérie, plusieurs centaines de migrants clandestins originaires de pays d’Afrique subsaharienne ont été expulsés dimanche par l’armée algérienne.

    Plusieurs sources médiatiques ont affirmé que des camions de l’armée algérienne ont été vus dimanche à Tamanrasset, dans le grand sud algérien, avec à bord des centaines de migrants subsahariens qui ont été abandonnés à la frontière avec le Niger.

    L’expulsion de ces migrants subsahariens est intervenue après des rafles menées par les forces de sécurité dans au moins deux villes algériennes, d’après les mêmes sources. Originaires pour la plupart de pays d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique Centrale, ces migrants avaient été arrêtés à Alger ainsi qu’à Blida en milieu de semaine dernière.

    Cette nouvelle vague d’expulsion de sahariens témoigne de la volonté des autorités de mener jusqu’au bout le plan systématique mis en place en Algérie pour repousser hors des frontières les migrants subsahariens.

    Source : http://breizatao.com


    votre commentaire
  • LA VENDETTA DE MACRON FACE À RT FRANCE

     



    L’attitude de la Présidence de la République à l’égard des journalistes en général et de RT France en particulier pose problème. 
    Emmanuel Macron semble mener une véritable vendetta par rapport à ce média. Ce faisant, il semble avoir glissé du registre du droit au « bon plaisir » qui n’est, en république, qu’un abus de pouvoir.
    On le sait, cette chaine de télévision a été créé par un Etat étranger (la Russie). Cela n'a rien d'anormal; d'autres Etats, la France et la Grande-Bretagne notamment, font de même. Quand on pense à France-24 ou à la BBC, on pense bien entendu à des instruments de ce que l'on appelle le « pouvoir d'influence » ou « soft power ». Il est logique que la Russie veuille aussi se doter d'instruments comparables. Cette chaine va donc contribuer au pluralisme d'opinions qui doit exister. Ou qui devrait, car elle ne semble pas la bienvenue.
    Le problème actuel vient donc de la présidence de la République française. 

    Par deux fois, elle a empêché des journalistes de RT France de faire leur travail. 

    Le 10 janvier, elle a fait refuser l'accès de l'un des journaliste de RT France, M. Kyrill Kotikov, à la conférence de presse qui était donnée à l'issue du sommet de Rome sur la question des migrants . 

    Cela n'est pas resté un incident isolé. Le 15 janvier, le journaliste Kevin Berg de RT France, détenteur d'une carte de presse, a été refoulé du point de presse technique au sujet de la visite qu'effectuait Emmanuel Macron à Calais. 

    Malgré sa carte de presse, le journaliste a été refoulé alors qu'il venait de passer les portiques de sécurité du palais présidentiel. 

    "Vous n'êtes pas journaliste, on ne fait entrer que les journalistes!" lui aurait répondu une attachée de presse, alors qu'il indiquait le nom de son média

    Dans les deux cas, il s'agit de faits d'une extrême gravité.

    Rappelons ce que déclarait Emmanuel Macron lors de ses premiers vœux à la presse, le 3 janvier:  « La liberté de la presse aujourd'hui n'est plus seulement attaquée par les dictatures notoires, elle est aussi malmenée dans des pays qui font partie des plus grandes démocraties du monde ». Ce n'est pas faux.Et la pression qu'exercent les grands actionnaires de ces médias est bien au cœur des mécanismes de censure et d'autocensure qui se mettent en place. Cela s'est d'ailleurs traduit par l'effondrement de la crédibilité de la presse, en France. On pouvait donc croire que cette déclaration présageait d'un engagement des pouvoirs publics en faveur de la presse. Pourtant, comme on vient de le voir, une semaine plus tard, l'Élysée refusait l'accès du sommet de Rome sur l'immigration aux journalistes de la chaîne d'information RT France.Ceci est particulièrement grave et choquant. 

    Il est sans exemple, depuis maintenant des dizaines d'années en France, que des journalistes, avec carte de presse et officiellement accrédités, se voient refuser ces accès, et se voient donc dans l'impossibilité de faire leur travail.  

    Cela constitue une atteinte à la liberté du travail, un principe clairement établi en France depuis mars 1791(1). 

    Cette pratique nous renvoie aux heures les plus sombres de notre histoire quant la liberté de presse était bafouée par des pouvoirs tyranniques.

    Un précédent célèbre vient alors à l'esprit. Quand Victor Hugo écrivit et fit donner Le Roi s'amuse à la Comédie Française, en 1832, certains furent scandalisés tant par Triboulet, présenté en héros tragique, que par la charge politique de l'écrivain contre la monarchie. 
    Louis-Philippe venait de remplacer Charles X, à la suite des « Trois Glorieuses » deux ans auparavant et le sujet était sensible. La pièce fut jugée par les cercles les plus conservateurs, ceux qui souhaitait un rétablissement de la censure de la presse (et qui l'obtinrent en 1835) comme profondément immorale. Elle fut interdite. Victor Hugo intenta alors un procès au Théâtre-Français au nom du préjudice commercial qui lui était fait pour protester contre l'interdiction de sa pièce Il prit la parole au procès et prononça ces phrases restées célèbres: «… Aujourd'hui on me bannit du théâtre, demain on me bannira du pays; aujourd'hui on me bâillonne, demain on me déportera; aujourd'hui l'état de siège est dans la littérature, demain il sera dans la cité.(2) » 

    Si RT France prenait exemple sur l'illustre poète, si elle attaquait l'Etat pour le préjudice commercial provoqué par cette censure et l'obstacle mis à la liberté du travail, elle aurait, si ce n'est un moyen de se faire rendre justice, du moins une tribune d'où elle pourrait prendre tous les démocrates et tous les républicains à témoin.
    Sur le fond, Emmanuel Macron a donné son avis sur RT France, ce qui est son droit. Il considère cette chaine comme un instrument de propagande. Il est dommage qu'il n'étende pas sa réflexion à France-24, la BBC. Signalons de plus que les chaînes de télévisions émettant depuis la France (ce qui est le cas de RT France) doivent obtenir l'agrément du Conseil Supérieur de l'Audiovisuel (CSA).Or, RT-France a obtenu cet agrément. Cela aurait du clore toute polémique. Constatons que cela n'a pas été le cas. Le Président de la République semble avoir des comptes régler avec RT France. Mais, s'il a des choses à reprocher à ce média, il doit impérativement agir par la voie légale, par exemple en portant plainte. On peut alors se demander pourquoi il ne l'a pas fait. Faute de cela, il ne devrait pas agir, et certainement pas de la manière dont il l'a fait.Il est ainsi sans précédent, depuis de nombreuses années, qu'une décision de fait se substitue à une décision de droit sur un sujet aussi délicat que la presse. On doit se souvenir que le Général de Gaulle, dont les relations avec le journal Le Monde étaient notoirement mauvaises, n'a jamais fait obstacle, lui, aux membres de ce journal lors de ses conférences de presse…Rappelons, enfin, comme l'a indiqué le journal Marianne, qu'il n'est pas du ressort ni du pouvoir du Président de la République de décider qui est, ou qui n'est pas, journaliste.

    Nous sommes là devant ce que l'on ne peut que considérer comme un acte de « bon plaisir » de la part de notre Président, acte qui était assurément l'apanage des Rois mais qui a été aboli et ne sied pas à un Président d'un pays se voulant démocratique. Dans un Etat de droit, dans un pays démocratique, cela s'appelle un abus de pouvoir.
    Ces actes graves et scandaleux prennent place alors que sur de nombreux médias on voit la tentative d'alimenter ce qu'il faut bien appeler une « russophobie » obsessionnelle et compulsive. Quoi que l'on puisse penser des actes du gouvernement de la Russie, le dénigrement systématique du pays ne correspond ni à la vérité ni aux intérêts de la France.  
    Par ces actes à l'encontre de RT France le Président de la République, en quelque sorte, légitime et cautionne cette « russophobie ». Il contribue à créer un climat artificiel de méfiance et de suspicion, climat qui risque de peser par la suite sur les conditions de travail des journalistes français dans divers pays, dont en Russie.Le Président de la République serait donc bien avisé de cesser ces pratiques qui déshonorent sa fonction et le pays.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    (1) Kaplan S.L., La fin des corporations, Paris, Fayard, 2001(2) Hugo V., Le Roi s'amuse, Paris, Ed. J. Hetzel, 1866 avec le discours de Victor Hugo prononcé devant le tribunal de commerce.source   http://www.citoyens-et-francais.fr/2018/02/

    votre commentaire
  • Un Nigérian tue sauvagement une jeune fille de 18 ansPosté par: PN 9A..

     

    Italie envahie : Un Nigérian tue sauvagement une jeune fille de 18 ans et la découpe en morceaux

    Un migrant nigérian clandestin de 29 ans,  Innocent Oseghale, a été arrêté par les carabiniers italiens suite au meurtre de Pamela Mastropietro, 18 ans. Après l’avoir assassinée, il a découpé la jeune fille en morceaux.

    Le corps de la jeune victime italienne, démembré et caché dans deux bagages, a été retrouvé au bord d’une route par les carabiniers qui sont intervenus suite à l’alerte lancée par la police municipale, celle-ci avait découvert la présence suspecte de deux valises sur le bord de la voie.

    Retrouvé par les carabiniers, le migrant de race africaine a été perquisitionné par la police spécialisée. « Nous avons retrouvé les vêtements de la victime maculés de sang » a déclaré celle-ci.

    Le migrant nigérian était en possession d’un permis de séjour expiré. Des éléments attestant de son implication dans le trafic de drogue ont également été retrouvés.

    Source : http://breizatao.com


    votre commentaire
  • La came pour booster les chiffres du PIB !

     
    SansonnensDroguestocksBon
      

    On croit rêver: A partir du mois de mai prochain, l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) va «tenir compte de la consommation de stupéfiants et des activités liées à cette consommation sur le territoire national» dans le calcul de son produit intérieur brut (PIB). Un changement qui pourrait entraîner une révision à la hausse de la croissance française.

    Là vraiment je ne sais plus quoi dire… Pourquoi pas aussi des primes aux trafiquants de came et aux macs puisque grâce à eux, les chiffres des résultats économiques remonteront? ...

    source: lefigaro

    via: https://reseaulibre.org/site/2018/01/30/les-putes-et-la-came-pour-booster-les-chiffres-du-pib/


    votre commentaire
  • Une antenne de la Cour des comptes propose d'alourdir encore la fiscalité de l’immobilier

    Peut-être, cher lecteur, ignoriez-vous (tout comme moi) que vos impôts finançaient, au sein de la Cour des comptes et de ses 1.700 employés, un « Conseil des prélèvements obligatoires » (CPO).

    Depuis ce matin, vous ne pouvez plus ne pas le savoir. Les préconisations du CPO s’étalent dans les médias.

    L’immobilier : un impôt tout trouvé

    Les prélèvements obligatoires recouvrent les impôts et les cotisations sociales. Le dernier rapport du CPO s’intéresse aux impôts et à la fiscalité du capital. Celle-ci rapporte aujourd’hui 80 Mds€ dans les caisses de l’État dont 50 Mds€ proviennent de la pierre.

    La pierre présente évidemment bien des avantages vus du côté étatique : difficile de cacher un immeuble ou de lui faire traverser une frontière. L’immobilier est captif du sol national et le contribuable aussi.

    Le gouvernement Macron a supprimé l’impôt sur la fortune concernant le capital mobilier (les actions, les actifs financiers) mais soigneusement conservé l’impôt sur le capital immobilier et déjà taxé de tous côtés :

    • Droits de mutation lorsque le bien change de propriétaire
    • Taxe foncière
    • Impôts sur les plus-values
    • Prélèvements obligatoires sur les revenus locatifs
    • Impôt sur le capital (IFI) au-delà d’un certain seuil
    • Puis, enfin, après une vie consacrée à payer tout cela, impôt sur la mort avec les droits de succession.

    Après avoir constaté que tout cela pesait bien lourd, bien plus lourd que chez nos voisins, le CPO énonce quelques propositions pour pouvoir taper plus fort et notamment :

    • Supprimer « l’avantage » des locations meublées
    • Revoir à la baisse les abattements sur les plus-values immobilières
    • Alourdir la fiscalité sur les droits de succession (prétendument pour inciter à faire des donations)

    Pour faire passer la pilule, le CPO se propose de baisser les droits de mutation (actuellement de 6% de la valeur du bien) quitte à… augmenter la taxe foncière.

    Des plus-values fictives dues à un système monétaire frelaté

    L’investissement immobilier est souvent qualifié de « rente » car les prix de l’immobilier se sont envolés depuis 2000.

    Cette flambée nationale ne s’explique pas par une pression démographique mais par la baisse des taux d’intérêt.

    immobilier

    La politique monétaire conduite entre la fin de la Seconde Guerre mondiale et l’avènement de l’euro fut délibérément inflationniste, favorisant l’illusion compétitive par le franc faible et finançant un État-providence dispendieux.

    Souvenons-nous qu’à l’avènement du Nouveau Franc en 1957, le franc français était à parité de 1 avec le franc suisse, pour terminer à une parité supérieure à 4. Pendant ce temps, le niveau de vie des Suisses progressait davantage que celui des Français.

    Cette érosion monétaire a conduit beaucoup de Français à vouloir abriter leur argent dans l’immobilier, allocation de capital qui s’est faite au détriment des entreprises.

    Puis, avec la mise en place de l’euro, la France a profité du taux de crédit avantageux de l’Allemagne. Les taux d’intérêt baissaient, les acheteurs à crédit se sont multipliés – faisant monter les prix.

    Les plus-values et la rente immobilières ne sont donc que le résultat d’artifices monétaires. Quelqu’un qui vend aujourd’hui un bien acheté en 2000 n’obtiendra jamais 70% de surface en plus avec le produit de sa vente.

    Quant à la rente du propriétaire bailleur, elle est tout aussi illusoire. Il suffit de contempler la courbe de l’indice des loyers. Net d’impôts, et en tenant compte de l’amortissement du bien, le rendement de l’immobilier d’habitation en France frise le zéro, l’encadrement des loyers se chargeant de spolier le présumé riche propriétaire.

    Rappelons que le CPO dépend de la Cour des comptes, dont la mission est de s’assurer du bon emploi de nos impôts conformément à l’Article 15 des Droits de l’homme et du citoyen : « la Société a le droit de demander compte à tout Agent public de son administration ».

    En quoi ce rapport – qui expose un état des lieux banal suivi de préconisations pour mieux dépouiller le contribuable – entre-t-il dans ce cadre ?

    Simone Wapler

    Source : http://contrepoints.org


    votre commentaire