• (Allemagne )Wendlingen  : pendant qu’elle dormait, une femme de 90 ans a été agressée sexuellement dans son lit par un demandeur d’asile africain

    Allemagne – Un demandeur d’asile gambien âgé de 21 ans a été arrêté après avoir volé et agressé sexuellement une femme âgée allemande dans une maison de retraite.

    Le migrant africain est accusé d’être entré dans la chambre d’une femme de 90 ans le matin du 26 mai 2018 dans une maison de retraite de Wendlingen. Il est accusé d’avoir agressé sexuellement la femme âgée endormie.

    Quand elle s’est réveillée et a repoussé l’homme, il a essayé de retirer l’alliance du doigt de sa victime. Quand cela a échoué, il l’a lâchée et a pris un téléviseur à écran plat.

    (…) Presseportal

    (Via De souche)


    votre commentaire
  • « L’appel du 18 juin » ou l’histoire d’une imposture

     

    appel du 18 juin,de gaulle,imposture

    Le texte ci-dessous, de 2010, n’a rien perdu de sa valeur.

    « Le 18 Juin 2010 va être célébré le 70ème anniversaire du célèbre appel de Londres de Charles de Gaulle. Or la version officielle, qui va être lue à la BBC, est un faux, comme le démontre le général d’aviation Le Groignec, compagnon de Saint-Exupéry, dans son livre paru en 2004 Philippiques contre les Mémoires gaulliens (Nouvelles Editions latines).

    Le texte prétendu être celui de l’appel du 18 Juin commence par cette phrase : « Des gouvernants de rencontre ont pu capituler, cédant à la panique, oubliant l’honneur, livrant le pays à la servitude. Cependant rien n’est perdu …. »

    Or, historiquement, Charles De Gaulle n’a pu prononcer cette phrase insultante pour le Maréchal Pétain et le général Weygand pour les deux raisons suivantes :

    · 1° A cette date du 18 juin 1940, ces « gouvernants de rencontre » n’avaient pu capituler, car non seulement l’armistice n’était pas signé, mais les plénipotentiaires français n’avaient pu encore rejoindre les lignes allemandes étant donné les difficultés des communications. Cet armistice ne sera signé que le 22 juin avec l’Allemagne, et le 24 juin avec l’Italie. Par ailleurs on ne peut confondre armistice et capitulation. L’armistice est un acte politique, une suspension d’armes où le vaincu peut négocier certaines conditions, c’est le contraire d’une capitulation où le vaincu doit se soumettre sans condition au vainqueur, ce à quoi De Gaulle a consenti le 19 mars 1962 en capitulant devant le FLN, ennemi vaincu sur le terrain, pour se débarrasser du « boulet algérien ».

    En demandant un armistice, la France demande et obtient, le 22 juin 1940, que ni la marine, ni l’Afrique française, ne soit livrées à l’ennemi, qu’un tiers du pays reste en zone libre, et que Lyon et Clermont Ferrant soient évacués par l’armée allemande. En cas de capitulation il y aurait eu deux millions de prisonniers de plus, et tout le territoire aurait été occupé : les Allemands, en effet, avaient atteint Valence et se trouvaient à une étape de Marseille lorsque l’armistice a été signé. ·

    2° Devant l’échec total de cet « appel du 18 Juin » auquel n’avait répondu aucun chef militaire de l’armée, de la marine ou de l’aviation, notamment aucun officier de la division que Charles De Gaulle commandait devant Arras en mai 1940 (suprême affront !) aucun homme politique, aucun diplomate français accrédité à Londres ou dans une autre capitale étrangère , aucun gouverneur ou responsable des colonies de l’Afrique française, aucun ministre résidant dans les pays sous protectorat ou sous mandat, Charles De Gaulle va s’affoler, car il se trouve désormais à Londres complètement isolé, en rupture de ban, sans mission officielle. En effet, la guerre continue et le gouvernement français le somme de rentrer en France, sous peine d’être jugé comme déserteur. Alors de Gaulle écrit au général Weygand la lettre suivante à la date du 20 juin 1940 :

    Londres le 20 Juin 1940 Mon Général, J’ai reçu votre ordre de rentrer en France. Je me suis donc tout de suite enquis du moyen de le faire car je n’ai, bien entendu, aucune autre résolution que de servir en combattant ….. ( MEMOIRES DE GUERRE) Charles de Gaulle- Edition PLON 1954 tome I – page 269)

    Depuis 1958, cette lettre est dans les livres scolaires, car incompatible avec la légende, avec l’Histoire de France revue et corrigée par la falsification gaulliste, en vigueur encore aujourd’hui.

    La suite reste entourée de mystère. Car de Gaulle ne dispose à cette date d’aucun moyen de transport pour rejoindre Bordeaux où siège le gouvernement français. Il est probable que Churchill, qui venait de rompre avec la France, refusa de lui donner un avion pour que de Gaulle rentre en France. La dissidence de la « France Libre » est donc née sous la contrainte de l’Angleterre, vérité que s’efforce de masquer l’imposture de la version officielle actuelle. Si de Gaulle avait pu rejoindre Bordeaux, comme il en avait manifesté l’intention le 20 Juin 1940, il n’y aurait probablement jamais eu ni de saga, ni de fabulation gaulliste. En effet, quand un officier français écrit une telle lettre pleine de déférence et d’esprit de discipline à son supérieur hiérarchique le 20 juin 1940, il ne peut être le même que celui qui aurait déclaré le 18 juin, deux jours avant, au micro de Londres, parlant du même supérieur, que ce dernier appartenait à « un gouvernement de rencontre qui a capitulé, cédant à la panique, oubliant l’honneur, livrant le pays à la servitude ».

    C’est pourtant ce faux, fabriqué après coup, qui est répandu dans tous les livres scolaires depuis 1958, qui est inscrit dans le marbre au 4 Carlton Garden à Londres, et que nous allons entendre dire et répéter des milliers de fois lors de la célébration officielle du mythe de l’Appel du 18 Juin 1940, pour continuer à entretenir le mensonge de la légende gaullienne de l’homme providentiel. »

    Jean-Marie AVELIN Alain ALGUDO et Geneviève de TERNANT Président Vice-présidents Et l’équipe de Veritas

     

    Source : contre-info


    votre commentaire
  • Tommy Robinson déplacé dans une prison peuplée majoritairement de musulmans qui le menacent de mort

    Le journaliste dissident Tommy Robinson – qui a fait de l’alerte sur l’immigration et l’islamisation du Royaume-Uni son cheval de bataille, se trouve en prison depuis le 25 mai dernier.

    Pire encore, il vient d’être déplacé dans une prison peuplée majoritairement de musulmans alors que de nombreuses voix s’élèvent pour demander sa libération.

    Désormais, c’est sa sécurité, et sa vie, qui sont mises en danger en raison des décisions de la justice anglaise.

    Lors de son transfert dans la nouvelle prison, un de ses proches explique que les prisonniers ont tapé au mur toute la nuit, hurlant le nom de « Tommy Robinson », le menaçant de mort. Un contrat a été placé sur sa tête, avec une récompense pour quiconque parmi les prisonniers le tuera.

    Sa famille et son entourage ont depuis fait savoir qu’ils travaillaient activement, avec des avocats, pour tenter de changer la situation qu’ils décrivent comme « vraiment inquiétante ».

    Des parlementaires américains ont écrit aux autorités britanniques, tandis qu’au parlement européen, c’est  la député britannique – anciennement proche de l’UKIP et désormais indépendante - Janice Atkinson  qui a tenté d’évoquer la situation de cet activiste, avant que son micro ne soit tout simplement coupé au moment où elle évoquait la forte présence musulmane dans la prison.

    Des interventions diplomatiques seraient en cours. En attendant, une manifestation se déroulera à Londres, le 14 juillet, pour exiger sa libération, dans un contexte particulièrement tendu. Ses soutiens dans toute l’Angleterre commencent en effet à ne plus supporter l’autoritarisme des autorités concernant le cas Tommy Robinson.

    Caolan Robertson 
     
    @CaolanRob
     
     

    Prisoners were banging on the walls 'all night' and screaming his name. Death threats were echoing through the new wing. An 'official contract' has been put out to have him killed, within the prison. He is well but very concerned. End of updates as of 14.06.18

     

    votre commentaire
  • Aucun texte alternatif disponible.

    PIEDS-NOIRS ; Vous pieds-rouges

    stals , troskos , cocos , gauchos , porteurs de valises et autres collabos des fells islamistes pour la razzia sur les biens-vacants issus de l'épuration ethnique de 1962-63

    Qui étaient donc ces « pieds rouges », ainsi nommés, en opposition aux Pieds-noirs, ces Européens venus depuis 1830 en Algérie ? Il faut la plume d’un grand reporter pour rendre compte de la diversité de ces trajectoires militantes. Si le réseau des porteurs de valises est bien connu, il n’en va pas de même de ceux qui sont restés en Algérie après l’indépendance. Émile avait participé comme ouvrier ajusteur à la fabrication d’armes dans des usines construites à proximité de la frontière marocaine. D’autres comme Maurice étaient des soldats insoumis qui ont voulu après-guerre construire une société nouvelle. Pour certains d’entre eux leurs illusions sont tombées très rapidement. En pleine guerre, les luttes de factions et les règlements de comptes sanglants opposaient déjà les cadres du FLN. On croise dans ces trajectoires individuelles des militants trotskistes, comme Michel Rapts, dit Pablo, animateur de l’un des multiples courants de la quatrième internationale qui pensaient construire un socialisme que l’on n’appelait pas encore à visage humain. Dans la partie consacrée à l’été 62 Catherine Simon évoquent le temps des mensonges et des faux-semblants, celui aussi des fusillades. Cet ouvrage apporte un éclairage nécessaire aussi à ce qui a pu se passer contre les européens en juillet 1962 mais aussi contre les harkis.
    Dès la fin des combats et le départ des Pieds-noirs, la manne des biens laissés vacants, a été largement détournée par des cadres du FLN qui y ont vu un formidable moyen d’enrichissement personnel. La construction de l’Algérie nouvelle est racontée par exemple par Marie-Jo Renard, médecin, qui se heurte dès 1963 à une épouvantable bureaucratie. Résistante, Annette Roger arrive en Algérie pour participer au ministère de la santé en 1963. Il est vrai que la plupart des médecins européens avaient quitté le pays des 1962. Les archives sanitaires avaient été détruites et tout était à reconstruire. Si des difficultés, parfois très graves, ont lieu avec les cadres du FLN, il n’en va pas de même de l’accueil des populations qui voient dans ces « français » d’un genre particulier, une aide précieuse pour reconstruire leur quotidien bouleversé par huit années d’un conflit meurtrier. On y rencontre aussi des professeurs et des étudiants, militant de l’UNEF ou de la Cimade qui viennent animer colonies de vacances et orphelinats. Les militants d’extrême gauche, familiers de la presse écrite se reconvertissent facilement au journalisme, parfois sous pseudonyme algérien pour bien montrer que l’ère nouvelle a commencé. Très vite d’ailleurs ces militants et ces militantes surtout, doivent apprendre à composer avec des cadres du FLN largement influencés par une conception rigoriste de l’islam. Le bikini disparaît très vite des plages algériennes après l’indépendance. Le journal Alger républicain, dirigé par Maurice Alleg membre du parti communiste algérien, doit tenir compte des pressions du pouvoir et des équilibres subtils entre les musulmans stricts et les laïques.

    Des épisodes très peu connus sont également relatés par Catherine Simon, notamment cette insurrection marxiste en Kabylie qui a eu lieu en 1963. On retrouve parmi les insurgés des pieds rouges, qui considéraient que le tour pris par la révolution algérienne ressemblait plutôt à une contre révolution. Le code de la nationalité mis en œuvre dès 1963, considérant comme algérien, un individu né de deux parents algériens, éliminait de fait, tout Pieds-noirs qui aurait pu vouloir participer à la construction de l’Algérie nouvelle. Dans cette insurrection de Kabylie, il semblerait que la sécurité algérienne, véritable police politique, organisée par Si Mabrouk, ait joué un un rôle éminent. Déjà l’opposition entre Ben Bella et Houari Boumediene se manifestait. On sait qui sera le vainqueur en 1965.
    Dès septembre 1963 également, l’opposition entre Arabes et kabyles resurgit. Le parti du front des forces socialistes d’Aït Ahmed, est interdit, tout comme les autres partis d’ailleurs. Il faut attendre le coup d’état du 19 juin 1965, qui porte Houari Boumediene au pouvoir, pour mettre un terme provisoire, à cette création d’une opposition au pouvoir d’Alger. Malgré cette normalisation impitoyable qui peu à peu se dessine, l’Algérie nouvelle découvre le cinéma avec ici aussi le rôle très important des pieds rouges. Les jeunes cinéastes évitent de parler des affrontements internes mais offrent une vision enchanteresse de cette période qui suit l’indépendance. Leurs illusions tomberont en 1965. Il y eut pourtant très vite une résistance des cinéphiles contre la chape de plomb qui commençait à tomber.
    Ouvrage également profitable que ce livre de Catherine Simon qui montre comment dès avant l’indépendance les services du FLN avait pu institutionnaliser la torture. Le cinéaste René Vautier, le réalisateur du film [1] a été arrêté et torturé en 1958 dans une prison tunisienne du FLN. Comment ne pas avoir une foi anticolonialiste chevillée au corps pour réaliser 13 ans plus tard ce film qui a marqué toute une génération. Les trotskistes ont été arrêtés peu de temps après le coup d’état du 19 septembre 1965 et ont été également torturés. À partir de 1965, les pieds rouges commencent à quitter l’Algérie, pour ceux d’entre eux qui n’ont pas été arrêtés et qui passeront parfois de longues années en prison. Certains continuent pourtant à arriver et voient dans ce pays proche, un nouvel eldorado du socialisme. On croise notamment les cinéastes encore qui pensent, caméra au poing, éduquer un peuple qui n’existe que dans leur imagination. Guy Hennebelle, mieux inspiré par la suite après son retour en France en 1968, va même justifier la censure algérienne au nom de la nécessité de construire une conscience nationale algérienne. Malgré la glaciation instaurée par l’arrivée au pouvoir de Houari Boumediene, certains de ses militants sont restés en Algérie au service de leur cause jusqu’en 1969. Ceux qui avaient été arrêtés en 65 ont payé leurs illusions de quelques années de prison. C’est le cas de ces trotskistes, comme Suzanne Minguet et de communistes en rupture de Parti. Pendant un temps, le régime a entretenu l’illusion d’une liberté de création, notamment dans le domaine cinématographique. Dans la réalité, très rapidement, le courant arabo-islamique au sein du FLN, a renforcé son influence au sein de l’appareil d’État. On connaît la suite, un régime corrompu, avec une armée privilégiée, une rente pétrolière gaspillée, une agriculture sacrifiée, et au bout du compte, le pays disposant des plus importants atouts du bassin méditerranéen, qui connaît la guerre civile à partir de 1992. Ce bilan désenchanté, les pieds rouges n’ont pas souhaité le rendre public, et il a fallu la traque des mémoires et des consciences de Catherine Simon, pour réveiller cette histoire.
    B.M. 
    Le coup d’État de Boumediene, le 19 juin 1965, a signé la fin d’un cycle. Le festival panafricain d’Alger de 1969 clôt symboliquement cette période : c’est sur ce « feu d’artifice » que s’achève le livre-enquête de Catherine Simon, solidement documenté et fondé sur les témoignages de dizaines d’acteurs de l’époque. On y entend aussi les témoignages des torturés du colonel Houari Boumediene et les mots, terribles, du désenchantement

    "1962-69 Algérie : les années Pieds-Rouges" 
    de Catherine Simon


    votre commentaire
  • Danièle Obono : une bourgeoise chez Mélenchon

    Rédigé par notre équipe le 12 juin 2018.

    Danièle Obono, une députée sans le sou

    Interviewée par Jean-Jacques Bourdin hier matin, la députée mélenchoniste Danièle Obono a réussi son exercice médiatique. En effet, son interview qui a enchaîné les clichés et les bêtises est finalement sortie de la triste norme politicienne habituelle. Obono a tiré la sonnette d’alarme en raison d’indemnités de député trop faibles ! On savait que les Français étaient dans la mouise, mais de là à ce que nos chers élus soient sans le sou !

    En Marche – Les Insoumis : même combat ? Alors que la presse tente de faire croire que Mélenchon est le premier des opposants à la politique macronienne, ses ouailles semblent avoir été rapidement contaminées par l’idéologie dominante sur les bancs de l’Assemblée. Le toujours plus de fric prévaut et fonctionne avec d’autant plus de facilités qu’il vient directement des impôts des Français. Ainsi l’ancienne bibliothécaire trotskiste, Danièle Obono, s’est émue de la situation intenable de ses collègues députés qui doivent se payer un toit à Paris pour pouvoir être présents sur les bancs de l’Assemblée la semaine.

    Députés – SDF : une même vie de misère

    « Vous voulez qu’on les loge où, les députés ? Ils pourraient avoir les moyens de se loger s’ils avaient une indemnité suffisante pour le faire ». La bombe est lancée par Danièle Obono. Les députés ne sont pas loin d’aller crécher dans des centres d’urgence faute de pouvoir se payer un logement dans une ville aussi chère que Paris. Que fait la mairie socialiste d’Anne Hidalgo ? Que fait l’Etat face à cette situation indécente qui plonge dans la misère l’élite de la France ? L’Etat ne donne que 7 209,74 euros bruts mensuels (au minimum) à chacun des députés. Une misère selon Obono qui est peut-être plus habituée à des sommes ronflantes avec son salaire de petite fonctionnaire et une thèse universitaire commencée en 2003 et qui attend toujours une conclusion…

    Rendez-vous compte ! L’indemnité de base n’est que de 5 599,80 euros, une indemnité de résidence de 167,99 euros est versée et une indemnité de fonction de seulement 1 441,95 euros est accordée. Comment vivre avec si peu ? Il est temps que les Français payent plus d’impôts pour que les députés puissent vivre décemment. Ce ne sont pas les 1 200 euros supplémentaires mensuels – justement pour louer un logement – que peuvent demander les députés non Franciliens qui vont changer la donne. Il leur faut un salaire décent et vite !

    Obono a vite compris le fonctionnement de la machine politique. Il faut se servir avant de songer à servir les autres. Cela concerne apparemment même les députés soit disant les plus proches du peuple… Le Front de Gauche est une véritable cour des miracles. Après le couple léniniste, voici la députée prolo-bourgeoise trotskiste. Le prochain numéro risque de détonner !

    L’Assemblée nationale ferait bien de ne pas revenir sur sa politique accommodante avec les députés sans toit. Car ce que ne dit pas non plus Obono, c’est que l’argent des Français sert aussi à rembourser les frais d’hôtel des députés lorsqu’ils sont à Paris à raison de 200 euros par nuitée maximum. Un pécule minuscule qui serait à l’origine d’une révolution de masse si jamais il venait à être supprimé. Mais que la députée se rassure, les parlementaires votent rarement des lois qui vont contre leurs intérêts… Penser aux autres d’accord, mais penser à soi c’est encore mieux.

    Une question se pose désormais à Obono et sa vocation immigrationniste. Comment accueillir des centaines de milliers de « migrants » dans des conditions décentes si la République n’est pas capable de s’occuper de ses propres parlementaires ? Autant dire à nos lecteurs que cette question ne trouvera pas de réponse même avec l’aide de son mentor Jean-Luc Mélenchon.

    Source : 24heuresactu


    votre commentaire