•  VOUS PIEDS ROUGES !Posté par:Pieds Noirs 9A..

     

    PIEDS-NOIRS vs pieds-rouges

    stals , troskos , cocos , gauchos , porteurs de valises et autres collabos des fells islamistes pour la razzia sur les biens-vacants issus de l'épuration ethnique de 1962-63

    Qui étaient donc ces « pieds rouges », ainsi nommés, en opposition aux Pieds-noirs, ces Européens venus depuis 1830 en Algérie ? Il faut la plume d’un grand reporter pour rendre compte de la diversité de ces trajectoires militantes. Si le réseau des porteurs de valises est bien connu, il n’en va pas de même de ceux qui sont restés en Algérie après l’indépendance. Émile avait participé comme ouvrier ajusteur à la fabrication d’armes dans des usines construites à proximité de la frontière marocaine. D’autres comme Maurice étaient des soldats insoumis qui ont voulu après-guerre construire une société nouvelle. Pour certains d’entre eux leurs illusions sont tombées très rapidement. En pleine guerre, les luttes de factions et les règlements de comptes sanglants opposaient déjà les cadres du FLN. On croise dans ces trajectoires individuelles des militants trotskistes, comme Michel Rapts, dit Pablo, animateur de l’un des multiples courants de la quatrième internationale qui pensaient construire un socialisme que l’on n’appelait pas encore à visage humain. Dans la partie consacrée à l’été 62 Catherine Simon évoquent le temps des mensonges et des faux-semblants, celui aussi des fusillades. Cet ouvrage apporte un éclairage nécessaire aussi à ce qui a pu se passer contre les européens en juillet 1962 mais aussi contre les harkis.
    Dès la fin des combats et le départ des Pieds-noirs, la manne des biens laissés vacants, a été largement détournée par des cadres du FLN qui y ont vu un formidable moyen d’enrichissement personnel. La construction de l’Algérie nouvelle est racontée par exemple par Marie-Jo Renard, médecin, qui se heurte dès 1963 à une épouvantable bureaucratie. Résistante, Annette Roger arrive en Algérie pour participer au ministère de la santé en 1963. Il est vrai que la plupart des médecins européens avaient quitté le pays des 1962. Les archives sanitaires avaient été détruites et tout était à reconstruire. Si des difficultés, parfois très graves, ont lieu avec les cadres du FLN, il n’en va pas de même de l’accueil des populations qui voient dans ces « français » d’un genre particulier, une aide précieuse pour reconstruire leur quotidien bouleversé par huit années d’un conflit meurtrier. On y rencontre aussi des professeurs et des étudiants, militant de l’UNEF ou de la Cimade qui viennent animer colonies de vacances et orphelinats. Les militants d’extrême gauche, familiers de la presse écrite se reconvertissent facilement au journalisme, parfois sous pseudonyme algérien pour bien montrer que l’ère nouvelle a commencé. Très vite d’ailleurs ces militants et ces militantes surtout, doivent apprendre à composer avec des cadres du FLN largement influencés par une conception rigoriste de l’islam. Le bikini disparaît très vite des plages algériennes après l’indépendance. Le journal Alger républicain, dirigé par Maurice Alleg membre du parti communiste algérien, doit tenir compte des pressions du pouvoir et des équilibres subtils entre les musulmans stricts et les laïques.

    Des épisodes très peu connus sont également relatés par Catherine Simon, notamment cette insurrection marxiste en Kabylie qui a eu lieu en 1963. On retrouve parmi les insurgés des pieds rouges, qui considéraient que le tour pris par la révolution algérienne ressemblait plutôt à une contre révolution. Le code de la nationalité mis en œuvre dès 1963, considérant comme algérien, un individu né de deux parents algériens, éliminait de fait, tout Pieds-noirs qui aurait pu vouloir participer à la construction de l’Algérie nouvelle. Dans cette insurrection de Kabylie, il semblerait que la sécurité algérienne, véritable police politique, organisée par Si Mabrouk, ait joué un un rôle éminent. Déjà l’opposition entre Ben Bella et Houari Boumediene se manifestait. On sait qui sera le vainqueur en 1965.
    Dès septembre 1963 également, l’opposition entre Arabes et kabyles resurgit. Le parti du front des forces socialistes d’Aït Ahmed, est interdit, tout comme les autres partis d’ailleurs. Il faut attendre le coup d’état du 19 juin 1965, qui porte Houari Boumediene au pouvoir, pour mettre un terme provisoire, à cette création d’une opposition au pouvoir d’Alger. Malgré cette normalisation impitoyable qui peu à peu se dessine, l’Algérie nouvelle découvre le cinéma avec ici aussi le rôle très important des pieds rouges. Les jeunes cinéastes évitent de parler des affrontements internes mais offrent une vision enchanteresse de cette période qui suit l’indépendance. Leurs illusions tomberont en 1965. Il y eut pourtant très vite une résistance des cinéphiles contre la chape de plomb qui commençait à tomber.
    Ouvrage également profitable que ce livre de Catherine Simon qui montre comment dès avant l’indépendance les services du FLN avait pu institutionnaliser la torture. Le cinéaste René Vautier, le réalisateur du film [1] a été arrêté et torturé en 1958 dans une prison tunisienne du FLN. Comment ne pas avoir une foi anticolonialiste chevillée au corps pour réaliser 13 ans plus tard ce film qui a marqué toute une génération. Les trotskistes ont été arrêtés peu de temps après le coup d’état du 19 septembre 1965 et ont été également torturés. À partir de 1965, les pieds rouges commencent à quitter l’Algérie, pour ceux d’entre eux qui n’ont pas été arrêtés et qui passeront parfois de longues années en prison. Certains continuent pourtant à arriver et voient dans ce pays proche, un nouvel eldorado du socialisme. On croise notamment les cinéastes encore qui pensent, caméra au poing, éduquer un peuple qui n’existe que dans leur imagination. Guy Hennebelle, mieux inspiré par la suite après son retour en France en 1968, va même justifier la censure algérienne au nom de la nécessité de construire une conscience nationale algérienne. Malgré la glaciation instaurée par l’arrivée au pouvoir de Houari Boumediene, certains de ses militants sont restés en Algérie au service de leur cause jusqu’en 1969. Ceux qui avaient été arrêtés en 65 ont payé leurs illusions de quelques années de prison. C’est le cas de ces trotskistes, comme Suzanne Minguet et de communistes en rupture de Parti. Pendant un temps, le régime a entretenu l’illusion d’une liberté de création, notamment dans le domaine cinématographique. Dans la réalité, très rapidement, le courant arabo-islamique au sein du FLN, a renforcé son influence au sein de l’appareil d’État. On connaît la suite, un régime corrompu, avec une armée privilégiée, une rente pétrolière gaspillée, une agriculture sacrifiée, et au bout du compte, le pays disposant des plus importants atouts du bassin méditerranéen, qui connaît la guerre civile à partir de 1992. Ce bilan désenchanté, les pieds rouges n’ont pas souhaité le rendre public, et il a fallu la traque des mémoires et des consciences de Catherine Simon, pour réveiller cette histoire.
    B.M. 
    Le coup d’État de Boumediene, le 19 juin 1965, a signé la fin d’un cycle. Le festival panafricain d’Alger de 1969 clôt symboliquement cette période : c’est sur ce « feu d’artifice » que s’achève le livre-enquête de Catherine Simon, solidement documenté et fondé sur les témoignages de dizaines d’acteurs de l’époque. On y entend aussi les témoignages des torturés du colonel Houari Boumediene et les mots, terribles, du désenchantement

    "1962-69 Algérie : les années Pieds-Rouges" 
    de Catherine Simon


    votre commentaire
  • OUI CELA CE PASSE EN FRANCE !Posté par :Pieds Noirs 9A..

    Toulouse : nouvelle nuit d'émeutes afro-musulmanes après le contrôle d’une islamiste en niqab

    La préfecture avait pourtant pris lundi un arrêté interdisant la vente et le transport de carburant au détail, craignant de nouveaux incidents. Selon des sources policières, c’est le contrôle d’identité d’une femme portant un niqab et pour lequel des policiers ont été pris à partie dimanche après-midi qui pourrait être à l’origine de ces événements.

    Les premiers heurts ont éclaté dans le quartier de Bellefontaine lundi soir. Selon la police, des « tirs de mortier » ont été lancés depuis des appartements en coursive. Les policiers ont répliqué par des tirs de grenades et de bombes lacrymogènes. Une barricade était en flammes rue Paul Gauguin. Plusieurs voitures ont été incendiées dans le quartier.

    25 véhicules ont été brûlés et 18 personnes ont été interpellées. Un imposant dispositif, avec 200 policiers appuyés par un hélicoptère, avait été mis en place car cette nouvelle flambée était redoutée. Entre dimanche et lundi, les échauffourées avaient concerné une centaine de jeunes et une dizaine de voitures avaient été brûlée.

    Source : http://www.fdesouche.com/989173-toulouse-nouvelle-soiree-de-violences-urbaines-apres-le-controle-dune-musulmane-en-niqab


    votre commentaire
  • Une base française gravement attaquée au Mali le jour du bombardement de la Syrie par la France: un mort et des blessés

    attaque,base française,mali

    Une base française ainsi qu’un camp de l’ONU à Tombouctou, dans le nord du Mali, ont été la cible samedi d’une « importante attaque complexe » avec tirs de mortier et utilisation d’un « véhicule suicide ». Un casque bleu de l’Onu a été tué et plusieurs autres blessés. D’après le gouvernement malien, dix soldats français ont été blessés, alors que Paris n’a pas encore donné de précisions.

    « Des terroristes portant des casques bleus et circulant à bord de deux véhicules chargés d’explosifs, l’un aux couleurs de l’armée malienne, l’autre portant les lettres ‘UN’ (ndlr, pour Onu), ont tenté de s’infiltrer dans ces camps », a précisé le gouvernement malien dans un communiqué. « La situation est à présent sous contrôle », ajoute Bamako. « Les combats ont pris fin vers 18H30 », plus de quatre heures après leur début, selon Bamako.

    « C’est la première fois qu’il y a eu une attaque de cette envergure contre la Minusma à Tombouctou », a relevé une source sécuritaire étrangère. « C’est une attaque qu’on n’avait jamais connue », a confirmé un responsable du gouvernorat de Tombouctou.

    Pendant ce temps l’armée française revenait de son coup en Syrie…

    les chefs d’Etat major des armées française, américaine et britannique étant ce samedi, jour de l’attaque, entièrement préoccupés par les retombées de l’attaque de la Syrie la nuit précédente, le groupe qui a attaqué la base française ne pouvait pas choisir de moment plus propice pour réussir un grand coup. Ce qui n’a pas du tout été le cas de l’agression contre la Syrie par le trio de va-t-en-guerre qui n’a finalement réussi qu’à envoyer un pétard mouillé contre la Syrie et donner un signal fort en direction des djihadistes pour les encourager à continuer à se battre contre les pays anti-terroristes…

    Il reste 4000 soldats français stationnés au Mali, auxquels s’ajoutent les casques bleus de la Minusma, la force de l’ONU. La Minusma comptait à fin mars 11.800 militaires et 1700 policiers au Mali.

    Pendant que des terroristes islamiques tentaient d’assassiner les soldats français qui au Mali luttent contre le terrorisme islamique dont les premiers groupes en provenance de Libye sont venus y faire souche suite à l’agression de la Libye par Sarkozy, Emmanuel Macron tartarinait suite à l’agression de la Syrie quelques heures plus tôt. La Syrie qui, avec la Russie, est le pays qui lutte le plus efficacement contre le terrorisme islamique au Moyen-Orient.

    Derrière le faux prétexte d’attaque chimique le complexe militaro-industriel 

    Voilà un étrange paradoxe penserez-vous: La France attaque la Syrie anti-terroriste et se fait attaquer par des terroristes au Mali? Pas tant que cela si on cherche au-delà des apparences et des prétextes, les raisons réelles de ce bombardement de la Syrie, hier.

    La France comme la Grande-Bretagne sont derrière les États-unis et la Russie les plus gros marchands d’armes du monde. Or la victoire des Russes en Syrie leur a offert une vitrine extraordinaire de l’efficacité des armes russes. Face à cela la défaite du trio France, Royaume-uni et USA sur le même théâtre de guerre leur est désastreuse sur le plan du commerce des armes. Il leur faut donc démontrer que leurs armes sont de taille à se mesurer aux armes russes. Quant à la guerre que mène la France au Sahel, jusqu’à présent elle n’a pas fait autant d’éclats que nous pourrions le souhaiter.

    La guerre en Libye fut un succès pour le commerce des armes françaises

    D’ailleurs c’est le seul avantage que la France avait retiré de sa guerre contre la Libye. Si sur tous les autres plans la guerre en Libye a été désastreuse pour la France et pour la paix, en revanche le fait que la France quasiment seule ait fait la guerre contre la Libye a été une démonstration grandeur nature des capacités de l’armée française, et les retombées ont été avantageuses du côté du commerce des armes et de la crédibilité stratégique de l’armée française.

    Ce résultat en terme de gros sous pour l’industrie militaire a été concluant. Car ce fut un test grandeur nature qui a coûté en réalité très cher à la population française, puisque depuis, cette guerre a déstabilisé la Libye, ce pays riche et stable politiquement qui servait de tampon à l’immigration d’Afrique vers l’Union européenne. La chute du régime et le chaos qui s’en est suivi a ouvert les vannes à l’immigration musulmane de masse et au terrorisme islamique en France notamment. En effet les terroristes islamiques qui ont servi de piétaille aux pays occidentaux et notamment à la France, contre le pouvoir établi en Libye se sont trouvés désœuvrés après la fin de cette guerre libyenne et se sont répandus en Afrique vers le Mali et les pays alentours où, maintenant nos soldats se font tuer… mais M. Macron a préféré, hier, en remettre une couche !

    C’est ainsi, tant que des pays comme les USA , la France et la Grande-Bretagne mettront les intérêts de leurs complexes militaro-industriels avant les intérêts de leur population, jamais ils ne se battront pour la paix.

    Bon, d’accord, du côté d’Emmanuel Macron comme de Donald Trump et de Teresa May, l’enjeu de cette guéguerre n’était pas uniquement en faveur du complexe militaro-industriel, il y avait aussi les contestations internes desquelles il fallait détourner le regard des actualités… mais ces raisons circonstancielles tombaient à pic pour une tentative de pub en faveur des marchands d’arme qui commencent à s’impatienter…

     

    Source : medias-presse.info


    votre commentaire
  • Algérie : des migrants présents sur le sol algérien seraient expulsés et déposés en plein désert

    Publié par Pieds Noirs 9A..

    algérie,désert,migrants

    Une vidéo semble confirmer les accusations portées par certaines ONG et relayées par la presse selon lesquels des migrants présents sur le sol algérien seraient expulsés et déposés en plein désert.

     Article du Monde du 19/02:

    En Algérie, les ONG dénoncent de nouvelles expulsions de migrants
    Des Africains subsahariens sont arrêtés dans les villes, conduits en car au sud du pays avant d’être contraints de traverser le Sahara à pied pour rallier Assamaka, au Niger voisin.

    (…)

    selon les associations, ils ont été emmenés en camion le 14 février à la frontière avec le Niger, à environ 400 km plus au Sud, et ont été ensuite contraints de rejoindre « à pied, en plein désert », la localité d’Assamaka, au Niger, à une quinzaine de kilomètres de la frontière.

     

    Le Monde via fdesouche


    votre commentaire
  • Dunkerque : un clandestin musulman d’Irak découpe la joue d’un passager du bus !

    Lundi peu avant 13h, dans un bus, au niveau des Glacis, une altercation bénigne éclate entre deux passagers parce que l’un d’eux refuse de donner une cigarette.

    L’agresseur, un ressortissant irakien, sort un cutter et tranche la joue du passager, juste en dessous de l’œil. Il sera transporté à l’hôpital pour y être soigné. La blessure nécessitera la pose de dix points de suture.

    L’Irakien de 25 ans, demandeur d’asile en France, est interpellé et placé en garde à vue.

    Source : http://alertesinfos.fr


    votre commentaire