• Après avoir lu cela comment peut-on dire que les LGBT peuvent élever des enfants ?

     Extrait d'un entretien trouvé dans Libération :

    "Voulez-vous dire que les gays intériorisent les normes hétérosexuelles ?

    Il y a un désir de les subvertir, par la dispersion sexuelle, le recours aux drogues, la formation de «trouples», les parentalités bricolées, ou des amitiés sexuelles - un tabou aussi fort que celui de l’inceste à «hétéroland» ! Mais il y a aussi un désir de norme, qui renvoie au désir hétéro  : comment s’organiser avec un régime d’injonction au mariage, à la filiation, à la transmission, tout en conservant le goût des marges et de la liberté ? Le désir, c’est le contraire de l’obligation ! Je trouve tout aussi inquiétant que la famille contemporaine intègre la sexualité des enfants à son propre espace clos, parce que je fais partie d’une génération qui a découvert sa sexualité dans les fossés et sur les routes, mais aussi parce que le désir doit être une fuite, il doit se décréter le moins possible, dans des espaces labiles et des moments inattendus."

    Et pendant ce temps le ministre de la santé fait la promotion des détraqués LGBT (on reconnait les cathophobes "soeurs de la perpétuelles indulgences") :

    Voir l'image sur TwitterVoir l'image sur TwitterVoir l'image sur TwitterVoir l'image sur Twitter
    Agnès Buzyn
     
    @agnesbuzyn

    C’est un plaisir d’inaugurer avec @Anne_Hidalgo et @FlesselLaura ,le village des @GayGames 2018, qui participent activement à la politique d’intégration, d’ouverture et de solidarité que la ville de Paris et le @gouvernementFR sont fiers d’encourager et de promouvoir


    votre commentaire
  • Martine Aubry célèbre l’accueil de 42 pseudo-réfugiés soudanais à Lille

    Vous vous souvenez de l’odyssée de l’Aquarius, ce navire qui, en juin 2018, était resté bloqué en mer pendant plusieurs jours, avec 629 migrants ? L’Italie et Malte avaient refusé qu’il accostât dans leurs ports, avant que l’Espagne ne l’accueillît : belle publicité pour le tout récent Premier ministre socialiste, qui appelait à travailler « pour une nouvelle Europe où les égoïsmes nationaux ne [prévaudraient] pas ». Quant à la France, tout en dénonçant le « cynisme » et l’« irresponsabilité » de Rome, elle avait trouvé mille prétextes pour expliquer que ce n’était pas à elle de gérer cette affaire, acceptant finalement de recevoir quelques dizaines de migrants, qui pourraient prétendre au statut de réfugiés.

    C’est fait ! Et l’on veut que ça se sache. Martine Aubry, lors d’une cérémonie officielle à la mairie de Lille, a déclaré devant quarante-deux Soudanais : « Nous savons ce que vous avez vécu […]. Vous êtes ici chez vous, vous êtes des Lillois, et nous sommes extrêmement heureux de vous avoir parmi nous. » Pas sûr que tous les Lillois soient aussi satisfaits qu’elle, mais cette ancienne dirigeante socialiste sur le déclin se devait de donner l’exemple.

    Afin de justifier le délai très raccourci pour leur accorder le statut de réfugié – qui leur permettra de recevoir une carte de résident pour dix ans –, le secrétaire général adjoint de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA) a précisé que « nous sommes allés au devant de la demande, en Espagne, entendre les demandeurs d’asile qui nous ont fait part des motifs pour lesquels ils avaient quitté leur pays, ce qui a permis de pré-instruire leurs dossiers ». Ils ont bien de la chance d’avoir obtenu un traitement de faveur !

    Jusqu’au préfet de la région, qui a cru bon de leur souhaiter la bienvenue en ces termes discutables : « La France qui vous accueille va vous paraître étrange, [face] à ceux qui vous accueillent les bras ouverts, il y a aussi ceux qui vous accueillent à bras fermés, mais la France est ainsi, aimez-la […] et cet amour, la France saura vous le rendre. » On croirait entendre la Conférence des évêques, séparant le bon grain de l’ivraie, les bons des mauvais Français, diront des esprits malintentionnés. Dans cette région où le Rassemblement national fait des scores importants, devinez qui sont les mauvais.

    Ce qu’il y a de révoltant, dans cette affaire, c’est son instrumentalisation. Pour des raisons qui ne sont pas toujours désintéressées, on s’édifie en modèle. Vous vous rendez compte, on a accueilli quarante-deux Soudanais, qui ne demandent qu’à s’intégrer ! Peut-être, mais ils ont apparemment été triés sur le volet. L’un d’eux, un étudiant, explique : « Je suis vraiment très heureux, c’est un jour très spécial pour moi. Je remercie tout le monde. Venir en France était mon rêve pour plusieurs raisons, pour l’éducation, le développement du pays, la technologie… » Était-il vraiment en danger dans son pays ?

    Quarante-deux réfugiés, qui ne posent pas de problème : cela valait la peine d’être exploité ! C’est facile, c’est pas cher et ça peut rapporter gros en notoriété, dans l’univers du politiquement correct. Les maires des petites bourgades auxquelles on a imposé, sans concertation, d’héberger des clandestins de Calais ne pratiquent sans doute pas une telle autosatisfaction. Car la question de l’immigration ne se réduit pas à quelques poignées de migrants qu’on accueille en grande pompe pour se donner bonne conscience (et donner mauvaise conscience aux autres) : c’est le phénomène d’une immigration incontrôlée contre lequel les autorités publiques, volontairement ou par impéritie, ne font rien, sinon se contenter de belles paroles.

    Philippe Kerlouan

    Source : http://bvoltaire.fr


    votre commentaire
  • Fleury-Mérogis (91) : manifestation anti-surveillants devant la prison

    Par  le 04/08/2018

     

    Les surveillants pénitentiaires de Fleury-Mérogis affirment avoir été la cible d’insultes et de menaces de mort samedi, lors d’une manifestation devant la prison.

    Une manifestation anti-surveillants a eu lieu samedi matin devant la prison de Fleury-Mérogis, dans l’Essonne, à l’appel du collectif Justice pour Lucas, du nom d’un détenu mort au sein de la prison le 21 juillet dernier. D’après le syndicat FO Pénitentiaire joint par Europe 1, une cinquantaine de personnes ont manifesté pendant près de deux heures sur le parvis de la prison, appelant à des actes violents à l’encontre des surveillants.

    « Ils avaient des mégaphones, ils ont hurlé des insultes au personnel qui sortait, les traitant d’assassins », raconte Stéphane Touil, délégué régional du syndicat. Les manifestants « ont filmé et photographié les surveillants, ce qui est interdit, en toute impunité. Les surveillants sont écœurés », a-t-il ajouté.

    Suicide ou passage à tabac ? Le collectif Justice pour Lucas réclame une enquête sur la mort de Lucas Harel, un jeune homme de 21 ans mort au sein de la prison le 21 juillet dernier. D’après l’administration pénitentiaire, le détenu s’est suicidé après s’être entretenu au parloir avec sa mère, mais ses proches ne croient pas à cette version et estiment qu’il a été passé à tabac dans sa cellule par des surveillants.

    (…)


    votre commentaire
  • Nantes : 500 manifestants défilent pour soutenir les migrants expulsés d’un ancien lycée

    Publié par Guy Jovelin le 05 août 2018

    Par  le 04/08/2018 

    Environ 500 personnes ont manifesté samedi à Nantes pour soutenir les migrants expulsés fin juillet d’un square du centre-ville, puis d’un ex-lycée où des associations leur venant en aide les avaient installés, a constaté l’AFP.

    Le cortège, composé de migrants et de militants, a défilé dans le centre-ville à l’appel du collectif nantais de soutien aux migrants, sous un soleil de plomb. « Nous ne sommes pas d’accord avec la loi Dublin », « Osons la fraternité » ou encore « Papiers et maisons », pouvait-on lire sur de larges banderoles.(…)

    Le département de Loire-Atlantique, et Nantes en particulier, sont confrontés à « une évolution significative des flux depuis fin février », selon les autorités. Les demandes d’asile ont ainsi augmenté de 28% en un an, là où d’autres grandes villes ont enregistré des baisses.

    ladepeche.fr via fdesouche

    Manon Monnier@ManMonnier
     
     Sous un soleil de plomb, la manifestation en soutien aux 500 migrants du square  a commencé à . Environ 200 soutiens appellent à la solidarité suite a l’expulsion du lycée Loup-Bouhier. @F3PaysdelaLoire

    votre commentaire
  • L'Afrique du Sud veut accélérer les expropriations de terres agricoles


    votre commentaire