• José Luis Chilavert, gardien mythique du Paraguay, évoque son passage à Strasbourg : « J’ai vu des Arabes se réunir à Noël pour brûler des voitures »

    Jose Luis Chilavert, gardien mythique du Paraguay dans les années 1990, est candidat à l’élection présidentielle, avec Donald Trump comme inspiration.

    Meilleur gardien du monde en 1995, 1997 et 1998, connu pour être un redoutable tireur de coup franc, Jose Luis Chilavert connait une vie mouvementée après sa carrière de footballeur, auquel il a mis un terme en 2004. Très populaire au Paraguay, son pays, l’homme de 53 ans a décidé de se lancer un défi : celui de devenir président de la République.

    (…) Dans So Foot, Jose Lui Chilavert annonce ainsi cette nouvelle intention et donne quelques éléments sur son programme et ses inspirations. « Donald Trump fait du très bon boulot aux États-Unis, juge-t-il. C’est ce dont on a besoin en Amérique du Sud. » L’ancien gardien du RC Strasbourg se dit choqué par son passage en Alsace : « Là-bas, j’ai vu des Arabes se réunir à Noël pour brûler des voitures ».

    www.fdesouche.com

    Orange.fr


    votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire
  • Il aurait que 1000 euros mois pour vivre,que dirait ce monsieur ...


    votre commentaire
  • L'extrême gauche, au cœur des violences

     

     
     
    Le scandale est dans la mansuétude de la gauche et de la Macronie à l’égard de l’extrême gauche. Une commission d’enquête parlementaire a bien été créée, mais elle n’a pour objet que d’examiner la violence des groupuscules d’extrême droite. 
    Or, s'ils se retrouvent dans les manifs, ils n’atteignent pas ce degré de terreur des antifas. 
    La semaine dernière, ceux-ci s’en étaient même pris à Jérôme Rodrigues, le Gilet jaune blessé à l’œil. 
    Il est vrai que cette commission d’enquête a été demandée par la France insoumise, afin de tenter de mettre en cause le Rassemblement national. 
    Cette obsession de la gauche à vouloir accuser l’extrême droite l’amène à refuser de se confronter au nouveau fascisme qui sème la peur. 
    Quand la Macronie accuse les Gilets jaunes de xénophobie ou d’antisémitisme, elle ne dit rien de la haine antijuive qui s’est installée dans la gauche anticapitaliste et antisioniste : elle voit le Juif soit comme un banquier profiteur soit comme un colonisateur oppresseur. 
    La Macronie ne dit rien non plus de la judéophobie islamiste et de ses violences récurrentes. 
    Il est urgent qu’une commission d’enquête parlementaire ouvre, sérieusement cette fois, le dossier des nouvelles violences. 
    Sans oublier, non plus, celles qui s’en prennent, de plus en plus, à des églises : cinq d’entre elles ont été vandalisées en une semaine, à Dijon, Nîmes, Lavaur (Tarn), Maisons-Laffitte et Houilles (Yvelines). 

    Berléand pourrait-il enfin ouvrir les deux yeux, au lieu de se prêter à des postures irréfléchies et injustes contre les "salauds de pauvres"?

    votre commentaire