• Charlie Hebdo : un journaliste répond au site complotiste Panamza

    Martin Boudot travaille pour l'agence "Premières Lignes", dont les bureaux sont situés dans le même immeuble que ceux de Charlie Hebdo. Le 7 janvier dernier, lors du massacre de la rédaction du journal satirique par les frères Kouachi, le journaliste s'est rendu sur le toit du bâtiment pour filmer la scène, vidéo qui sera par la suite diffusée au JT de France 2.

    Dans un texte accumulant erreurs factuelles, assertions péremptoires et spéculations complotistes, le blogueur Hicham Hamza (qui n'en est pas à son coup d'essai, voir ici, ,ici, et encore ) l'accuse d'avoir tout bonnement « falsifié » sa propre vidéo, mettant en doute le fait que Martin Boudot (qu'il n'a pas cherché à contacter) en serait réellement l'auteur et dénonçant une « altération volontaire » portant la signature de la DGSE ! Un complot aux ramifications internationales qui impliquerait le fils de Serge Dassault (sic), « le complexe militaro-industriel israélien » et « un mystérieux Polonais anonyme »...

    Les dernières phrases de ce texte aux accents paranoïaques valent tout particulièrement le détour :

    « À ce jour, écrit Hamza, une seule chose est certaine (sic) : la terrasse aux rebords blancs depuis laquelle Janek avait capturé sa vidéo a disparu. (...) L'installation qui a permis de filmer confortablement le départ tonitruant des terroristes - ainsi capturé sous le meilleur angle - n'est plus. Ce qui semblait constituer une terrasse a finalement laissé place à un toit gris et dorénavant hermétique » (!!).

    Il aurait pourtant suffi au blogueur conspirationniste de se déplacer pour constater qu'il n'en était rien, comme l'explique Martin Boudot dans la réponse qu'il a adressée à Hamza.

    Conspiracy Watch - Observatoire du conspirationnisme et des théories du complot

    Conspiracy Watch / Observatoire du conspirationnisme
    Auteur: Rudy Reichstadt Tuesday,


    votre commentaire
  •  Le Savez-vous 

    Achoura une fête judéo-musulmane ....

    Le monde musulman célèbre la fête de l’ Achoura. Jour de joie ou de deuil.

    Cette fête initialement juive, correspond au dixième jour du mois de Muharram, le premier mois de l’année musulmane.

     Elle revêt toutefois différentes significations pour les deux grands courants de l’Islam, le sunnisme et le chiisme. Pour les uns, elle marque le début de festivités, pour les autres c’est une journée de deuil commémorant la mort de Hussein, petit-fils du Prophète Mahomet et fils de Ali ibnou abi Talib.

    Cette date, marquant le dixième jour du mois de Muharram, premier mois de l’an 1426 de l’année de l’Hégire, incite à l’observation du jeûne. Dans certains pays sunnites, comme au Maroc, cette cérémonie est également perçue, depuis des siècles, comme celle de l’enfance et de la famille. Distribution de friandises, cadeaux, pratiques à caractères carnavalesques... l’ambiance est aux festivités.
    Ailleurs, dans les régions de confession chiite, Achoura est un signe de deuil, car il s’agit d’un jour de grande importance commémorant l’anniversaire de la mort de Hussein, petit fils du Prophète Mahomet.

    Trait d’union entre le judaïsme et l’Islam

    " Avant même d’être une fête musulmane, Achoura était une fête juive, marquant l’exode des enfants d’Israël après leur délivrance par le prophète Moïse. Le prophète Mahomet, en 622, alla à la rencontre des juifs le jour du Youm Kippour, fête de l’expiation durant laquelle ils jeûnaient. Lorsqu’il leur demanda la raison de ce jeûne les juifs répondirent "que c’était en souvenir du jour où Dieu donna la victoire à Moïse et aux fils d’Israël sur Pharaon et ses hommes" » , explique M. Rais, directeur des Affaires Culturelles de la Mosquée de Paris.

    Le Directeur de l’association des musulmans d’Ile de France, Merrun Khalil, poursuit que c’est pour cette raison, que le Prophète Mahomet ordonna aux musulmans d’observer le jeûne ce jour là, lesquels ne comprenaient pas vraiment pourquoi ils devaient perpétrer cette tradition qui n’était pas la leur. Lorsqu’ils le lui demandèrent, le prophète leur répondit humblement que c’était parce qu’il considérait Moïse comme « plus proche » d’eux.
    C’est ainsi que Achoura est entrée dans la sacralité de l’Islam. Un an plus tard, pour confirmer la continuité de la cérémonie juive et s’inscrire dans la tradition de Moïse, le Prophète Mahomet recommanda aux musulmans de jeûner deux jours, les neuvième et dixième jours du mois de Muharram qui marque Achoura. D’où l’origine étymologique de cette fête.

    « Achara » signifie dix en arabe et reprend ainsi le dixième jour de Muharram. Cette fête marque la liaison entre deux religions, le Judaïsme et l’Islam. C’est un « lien naturel et historique entre deux communautés fraternelles » que tout oppose de nos jours, expliquent unanimement M Rais et Merrun Khalil.

    Une journée entre joie et douleur

    Les musulmans considèrent de ce fait Achoura comme un jour de jeûne. Un jour de jeûne recommandé et non obligatoire. Les savants se réfèrent à
     unhadith* de Sahih de Boukhari et de Mouslim rapportant que : « aujourd’hui est le jour de Achoura, Allah n’a pas fait un devoir pour vous de le jeûner ; que celui qui le veut jeûne et que celui qui ne le veut pas, ne jeûne pas ». La cérémonie est célébrée différemment selon les écoles chiites et sunnites. Pour les chiites, Achoura est un jour de deuil important qui marque la mort de l’imam Hussein tué et décapité au combat il y a 13 siècles. Une figure emblématique du chiisme et petit-fils du Prophète Mahomet. C’est le jour du Pèlerinage à Kerbala, ville sainte au centre de l’Irak où se trouve la tombe d’Hussein. Tout au long de la journée, les hommes marchent dans les rues en se frappant la poitrine et la tête pour exprimer leur peine collective. Des manifestations impressionnantes de flagellation ont également lieu au cours de ces cérémonies expiatoires.

    Pour les pays sunnites du Maghreb, le concept est différent. Achoura, qui n’est pas mentionnée dans le Coran, est considérée comme une fête mineure. Elle symbolise l’accostage de l’Arche de Noé. Les Marocains, par exemple ont ajouté aux cérémonies religieuses des concepts culturels qui ne relèvent pas de l’Islam. Pendant deux jours, les enfants sont mis à l’honneur. Le premier jour, la tradition veut qu’on leur offre des cadeaux, des friandises, et que des spectacles viennent égayer les rues. Le deuxième jour, les enfants s’amusent à asperger d’eau les passants et leurs proches, une pratique connue de tous les Marocains sous le nom de zem-zem. _ Certaines familles en profitent pour accomplir la zakat, un des cinq piliers de l’Islam, qui consiste à faire l’aumône. D’autres visitent les cimetières, brûlent de l’encens... des rituels qui se perdent malheureusement au fil des ans.

    * Récit relatif à la vie de du prophète Mahomet, à ses paroles, à ses actes. L’ensembles des hadiths constitue la Tradition, qui, dans l’Islam, fait autorité immédiatement après le Coran

    Smahane Bouyahia -2005- 

    Achoura une fête judéo-musulmane ....

    Achoura (Tamkharit)  – En Route Vers L’apothéose De La Victoire Éclatante Du Prophète (Psl)

    AchuraLa fête de l’Achoura, célébrée le 10ème jour du mois lunaire « Mouharam » est bien antérieure à l’avènement de l’Islam ; en vérité, elle coïncidait avec la Pâque judéo-chrétienne qui marquait le début de l’année ; et ce n’est que bien plus tard que les chrétiens rompirent avec le ‘’calendrier lunaire’’ que les Ecritures Saintes avaient apporté ; oui, la Bible est très explicite :
    (1) Jéhovah dit alors à Moïse et à Aaron, au pays d’Egypte : (2) « Ce mois sera pour vous le début des mois. Il sera pour vous le premier des mois de l’année (3) Parlez à toute l’assemblée d’Israël, en disant : « le dixième jour de ce mois, ils se procureront chacun un mouton pour la maison ancestrale, un mouton par maison … (14) Et ce Jour devra vous servir de mémorial et vous devez le célébrer comme une fête pour Jéhovah dans toutes vos générations. Vous le célébrerez comme une ordonnance pour des temps indéfinis … (43) Jéhovah dit encore à Moïse et à Aaron : « Voilà l’ordonnance de la Pâque … (51) Et il arriva, en ce Jour-là même que Jéhovah fit sortir les fils d’Israël (les Juifs) du pays d’Egypte, avec leurs armées. (Exode 12 : 1-3 … 14 … 43 … 51)
    (3) Moïse dit encore au peuple : « Qu’on garde le souvenir de ce jour où vous êtes sortis d’Egypte … (4) Aujourd’hui vous sortez, au mois d’Abib … ». (Exode 13 : 3-4)
    Ce Jour de grâce et de reconnaissance, Jésus Christ fils de Marie l’a aussi célébré. Mais fait très important, il a annoncé que le sens de cette fête sera pleinement réalisé avec l’avènement de son successeur (avènement du Royaume de Dieu) :
    (7) Le Jour arriva, pendant la fête des pains sans levain, où l’on devrait sacrifier les agneaux, pour le repas de la Pâque … (14) Quand l’heure fut venue, Jésus se mit à table avec les apôtres (15) Il leur dit : « Combien j’ai désiré prendre ce repas de la Pâque avec vous avant de souffrir ! (16) Car je vous le déclare, je ne le prendrai plus jusqu’à ce que son sens soit pleinement réalisé dans le Royaume de Dieu. … Je ne boirai plus désormais du vin, jusqu’à ce que le Royaume de Dieu soit venu. … (Luc 22 : 7-18)
    Ainsi, comme annoncé par Jésus Christ, ce Jour a été aussi célébré par le Prophète Mouhammad (PSL), mais autrement, comme en témoigne le Hadith :
    – D’après Abdallah Ibn Abbas (qu’Allah l’agrée), le Prophète (PSL) est venu à Médine et a trouvé les Juifs entrains de jeûner Achoura et il leur dit : « c’est quoi donc ce jour de jeûne ? ». Ils lui dirent : « c’est un grand jour : Allah y a sauvé Moïse et son peuple. Moïse l’a jeûné en reconnaissance au Seigneur et voilà pourquoi nous le jeûnons ». Et le Prophète (PSL) de leur dire : « nous méritons Moïse plus que vous ». Et il jeûna Achoura et ordonna que le jeûne soit observé. (Bukhari et Muslim)
    La délivrance de Moïse de l’oppression de Pharaon (fir’awna) a été relatée dans plusieurs sourates du Saint Coran (10. Jonas : 90-92 – Yûnus) ; c’est là certes un fait très mémorable, mais loin de montrer la véritable grandeur de l’Achoura, comme en témoigne le hadith suivant :
    – Abu Hurayra a rapporté les propos du Prophète (PSL) : « Allah le Très Haut a prescrit aux enfants d’Israël (Juifs) le jeûne d’un jour dans l’année : le Jour de l’Achoura (10éme jour de Mouharram). Jeûnez-le et montrez-vous généreux envers votre famille ; quiconque se montrera généreux à l’endroit de sa progéniture, Allah se montrera généreux à son endroit toute l’année. C’est en effet le jour où Allah a accordé le pardon à Adam, élevé Idris à une haute dignité, sauvé Noé en le sortant de sa pirogue, sauvé Abraham du feu, révélé la Thora à Moïse, fait sortir Joseph de la prison, redonné à Jacob la vue, sauvé Job, fait sortir Jonas des entrailles du poisson, fait traverser la mer aux enfants d’Israël, pardonné à David ses péchés, donné la royauté à Salomon, pardonné à Mouhammad ses péchés passés et à venir. C’est également le premier jour de la création ; la première fois où la pluie est tombée était un jour d’Achoura, de même la première fois où la miséricorde divine est descendue sur terre. … C’est le Jour où Allah a créé le Trône, la Tablette et le Calame. C’est le Jour où l’Archange Gabriel a été créé, le Jour de l’Ascension de Jésus et ce sera le Jour de la fin du monde ».
    ‘’Autrement dit, l’Achoura est le jour anniversaire des plus grands événements de l’Univers, de l’Islam et de l’Humanité’’ (*). Ainsi, commémorer Achoura (Tamkharit), c’est rappeler les « Jours de Dieu », afin de tirer les gens des ténèbres vers la lumière, conformément à la recommandation coranique (14. Abraham : 5 – Ibrahim).
    En vérité, les récits de tous les prophètes cités tantôt dans le second hadith figurent en bonne place dans le Saint Coran qui est le rappel de tous les rappels. Et ainsi, au-delà du message d’espoir et d’espérance pour les endurants, l’Achoura est la fête du Coran, mais aussi la confirmation de tous les Livres qui lui sont antérieurs [Évangile, Thora, Psaumes] (11. Houd : 49 – Hûd). Oui, Achoura est une confirmation par excellence que l’Islam est le parachèvement du judéo-christianisme :
    (84) [ÔProphète] Dis : « Nous croyons en Dieu ; à ce qui nous a été révélé ; à ce qui a été révélé à Abraham, à Ismaël, à Isaac, à Jacob et aux Tribus ; à ce qui a été donné à Moïse, à Jésus, aux Prophètes de la part de leur Seigneur. Nous n’avons pas de préférence pour l’un d’entre eux : nous sommes soumis à Dieu ». (85) Le culte de celui qui recherche une religion en dehors de l’Islam n’est pas accepté. Et cet homme sera dans la vie future, au nombre de ceux qui ont tout perdu. (3. La Famille d’Imran : 84 – Al-Imrân)
    Oui, la mission du Prophète (PSL) parachève celle de tous les prophètes. Et Dieu qui l’a envoyé à toute l’humanité, lui a donné une ‘’Victoire éclatante’’ qui connaîtra inéluctablement son apothéose avec l’avènement du Mahdi (retour de Jésus fils de Marie) [(34. Les Saba’ : 28 – Saba’) ; (48. La Victoire éclatante : 1 … 28 – Al-Fat.h)]. Ainsi, du fait du caractère parabolique de la révélation coranique, il suffit à chaque instant de relativiser pour percevoir cette victoire du Prophète Mouhammad (PSL), s’en réjouir et en rendre grâce à Allah – Le Très Miséricordieux. Que vienne donc le règne du Mahdi !!!

    DOCTEUR MOUHAMADOU BAMBA NDIAYE
    Rétro confirmateur (Consolateur) du Mahdi, Son Éminence Serigne El Hadj Madior CISSE, fils spirituel de Serigne Babacar SY, khalife de Cheikh Ahmad TIDJANI Chérif – le ‘’Sceau des Saints’’ et ‘’Christ de la Parousie’’ (Jésus fils de Marie revenu). (*) (**)

     


    votre commentaire
  • La loi Macron autorise les jours fériés musulmans en Outre-Mer : « une grande avancée pour le vivre ensemble réunionnais » 

    Un amendement présenté en janvier par six députés d’Outre-Mer et prévoyant le partage de certains jours fériés avec d’autres religions a été adopté cette nuit par l’Assemblée nationale. [...]

    Le texte adopté prévoit que certains jours fériés définis par la loi et inspirés de fêtes catholiques puissent être remplacés par « un même nombre de jours fériés locaux » dans les départements d’Outre-Mer (DOM) afin d’adapter le calendrier « aux contextes culturels et historiques particuliers en Outre-Mer ». Les jours remplaçables sont le lundi de Pâques, l’Ascension, le lundi de Pentecôte, l’Assomption, la Toussaint. [...]

    Le remplacement d’un jour férié hérité d’une fête religieuse catholique serait laissé à l’appréciation du préfet, en accord avec les acteurs locaux et avant des négociations en vue d’adapter les conventions collectives. [...]

    C'est pas jolie ça ,mes frères !!!

    L’amendement défend cette disposition nouvelle comme étant un moyen supplémentaire offert aux préfets « pour favoriser l’intégration culturelle et économique des départements d’Outre-mer dans leur zone géographique en renforçant l’attrait touristiques » et « en aidant le commerce lors des célébrations concernées ».

    Idriss Issop-Banian, président du groupe de dialogue interreligieux de La Réunion, s’est réjoui de l’adoption de cet amendement et a salué auprès du Figaro « une grande avancée pour le vivre ensemble réunionnais ».

    Source


    votre commentaire
  • Les bobos, ces nouveaux pacifistes qui nient la réalité de la guerre islamique ..

    Publié par :Gérard Brazon..Les bobos, ces nouveaux pacifistes qui nient la réalité de la guerre islamique

    Nous sommes en présence de morts et de blessés graves. Nous sommes en présence de tueurs islamiques qui n’ont pas grand-chose à voir avec des soldats, des guerriers, des hommes au service d’un état souverain. Des soldats au service d’une nation animée pour sa défense.

    Nous sommes en présence de dangereux terroristes qui vont tenter de tuer du mécréant, d’assassiner du juif, de l’apostat. Nous sommes en présence de tueurs ayant en horreur l’occidental assimilé au diable.

    Nous savons tous désormais et particulièrement nos dirigeants, que ces hommes sont des milliers, qui s’infiltrent aujourd’hui par dizaine si ce n’est centaines en Europe parmi les « immigrés » débarquant àLampedusa, cette île italienne en Méditerranée.

    Tandis que nos pleureuses habituelles, ces droits de l’hommistes, ces nouveaux pacifistes qui ont remplacé ceux d’avant la première guerre mondiale, et ceux d’entre les deux guerres, continuent à désarmer l’opinion, à nous désarmer moralement, à nous interdire de penser, d’écrire, de lire et de nous rappeler que nous fûmes une grande Nation, un grand peuple civilisateur. Ces « pacifistes », traîtres à la France, à son histoire et au-delà, à la civilisation européenne, n’ont aucune notion du drame qui se joue aujourd’hui. Ils hantent les prétoires des tribunaux, moralisent à tour de bras, mentent comme des voleurs. Y compris la main prise dans le sac.

    Sur RMC à l’émission des Grandes Gueules (Tweet:@GG_RMC) qui s’est déroulée dans la mosquée de Bordeaux vendredi dernier, nous avons pu entendre l’inculture effarante de nos bobos habituels.

    • Le Coran ? Un livre à lire dans son contexte !

    • L’islam ? Une religion d’amour et de tolérance !

    À les écouter, 99% des musulmans d’Europe sont des gens pacifiques qui dénoncent les horreurs commises au nom de l’islam ! Ce serait une bonne nouvelle si dans le même temps, un sondage du « Berlin Social Science Center » n’avait mené une enquête dans 6 pays européens, appelée « Six Country Immigrant Integration Comparative Survey » (SCIICS), auprès de 9.000 personnes. Comparant les niveaux d’intégration structurelle et socio-culturelle des immigrants turcs dans six pays (Allemagne, France, Pays-Bas, Autriche, Belgique et Suède) et immigrés marocains dans quatre pays (Allemagne, France, Pays-Bas, Autriche)

    Un sondage qui nous annonce que:

    60% des musulmans revendiquent le retour aux racines de l’islam.
    75 % n’acceptent qu’une seule lecture du Coran, sans interprétation.
    65 % considèrent que les lois religieuses sont plus importantes que les lois civiles locales.
    44% sont en accord avec l’ensemble des 3 règles énoncées, caractérisant le fait « fondamentaliste ». (Source Union fait la Force)

    Nos bobos dans la mosquée de Bordeaux s’amusent et déclament en mangeant leurs gâteaux au miel et font les autruches. Où plutôt, font comme les trois petits singes. Ils refusent de regarder l’évidence, d’entendre les alarmes, et de dire leur sentiments autres que les sempiternelles billevesées sur les tenants d’un islam pacifique envers et contre toutes les évidences.

    Car enfin, ce ne sont pas les Bouddhistes qui tuent de par le monde. Ce n’est pas au nom de Bouddha, de Vishnou, de Mazda et autres que des femmes et des hommes se font exploser.

    C’est bien au nom d’Allah et en valorisant Mahomet. Mais alors ? Que se passe-t-il dans les cerveaux de ces bobos bien-pensants ?

    Hormis l’intérêt pécuniaire, le cachet en fin de mois pour les vendus, les carriéristes, ceux qui vendraient même leurs femmes et leurs filles, je ne vois qu’une seule réponse: ils sont terrorisés à l’idée d’admettre qu’ils se sont trompés !

    En fait, c’est tout le formatage de leurs « croyances républicaines » et leurs fondamentaux intellectuels qui pourraient s’effondrer. Leur logiciel de base obsolète. Il a été virusé. Comment vivre dans l’acceptation que l’on s’est trompé, que l’on a été trahi, et sans doute vendu ?

    Il y aurait pourtant du courage à admettre l’erreur, à faire acte de contrition, d’admettre que l’islam pose un problème de fond à notre République Française, à ses lois, ses mœurs, ses us et coutumes. Sans compter, qu’il faudrait qu’ils mangent non seulement leur chapeau mais aussi les chaussures qui ont servi à piétiner celui qui ne pensait pas comme eux.

    La réalité va bientôt les confronter à des vérités dont ils n’ont « peut-être » pas encore conscience pour les plus honnêtes d’entre eux.

    Les bobos sont cette plaie purulente comme autrefois le « pacifisme » qui a interdit à la France de regarder les défilés des armées nazies de Nuremberg en 1938. Les pacifistes manifestaient pour la paix, désarmaient notre armée, encourageaient les abandons face aux diktats d’Hitler, défilaient avec les syndicats complices et s’apprêtaient à collaborer avec l’ennemi comme l’ont fait les communistes jusqu’en juin 1941 et comme l’ont fait les radicaux-socialistes.

    Aujourd’hui et pour eux, l’intolérance est franchouillarde, le racisme est blanc, la tolérance est musulmane, le « différent » est victime, le Français est un imbécile doublé d’un salaud si en plus, il est blanc et de souche. Le raciste, c’est l’autre, le responsable c’est le « déséquilibré ».

    Ne cherchez pas à trouver étonnant que l’objet du déséquilibre de ces « victimes » soit coranique ! C’est un pur hasard ! Pas d’amalgames !

    La notion d’horreur vue par ces pacifistes va d’abord en soutien aux adeptes de l’islam et non à ceux qui se sont pris une balle, ou se sont fait égorger. Le terroriste islamiste est lui aussi une sorte de victime incomprise de la société.

    Renversement des concepts où le nazi gardien des camps deviendrait une victime, comme le serait sûrement Himmler qui n’aurait fait que réagir à la provocation des démocraties et refuser que l’empire nazi s’étale comme bon lui semble en épurant l’étranger.

    Cette volonté d’absoudre les responsabilités des uns et des autres et particulièrement celle de l’islam en tant que système totalitaire est effrayante.

    Hitler qui était fasciné par l’absolutisme de l’islam, partageait la même haine de l’autre, le juif en particulier. Il serait à l’aise dans ce monde de lâches et d’aveugles et de Daladier et Chamberlain en puissance. Il admirait dans l’islam tout ce qu’il désirait. Une foi, une volonté, une abnégation allant jusqu’aux meurtres pour asseoir la croyance en l’homme supérieur pour les nazis, à la communauté la meilleure de l’humanité pour l’islam. Tout cela face à des moutons acceptant d’avance de se faire égorger.

    Faut-il rappeler ce sondage: 75 % n’acceptent qu’une seule lecture du Coran, sans interprétation. 65 % considèrent que les lois religieuses sont plus importantes que les lois civiles locales. Mais pas d’amalgames surtout !

    Les musulmans les plus favorables à la loi basée sur le Coran et la Sunna se situent surtout dans les pays d’Asie, du Moyen-Orient, et d’Afrique. Le directeur de l’agence, Jim Bell, souligne qu’il existe des écarts selon certains pays. En Turquie ils sont 12%, et en Azerbaïdjan 8%, à vouloir établir la charia comme loi officielle nationale, alors qu’ils sont 71% au Nigeria, 72% en Indonésie, 74% en Égypte, et 99% en Afghanistan.

    Source: Site musulman et Europe-Israël. Notons que nous vendons des rafales à l’Égypte. Espérons qu’un jour, ils ne viendront pas bombarder nos troupes.

    Selon le CSA, 54% des musulmans français sont favorables à l’instauration de la Charia, la loi Islamique, en France.

    On se rend compte que l’islamisation rampante devient violente, et que le ton des musulmans change en fonction de leur proportion dans la population. (Lire Vexilla-Galliae)

    Certes, et par ailleurs, 54% des Français ont bien compris les enjeux. Au grand désespoir du journal socialo-bobo Le Mondequi relate ce sondage en lui retirant son effet.

    Il y a tous les ingrédients pour qu’à la moindre étincelle, les choses dégénèrent. Mais il ne faut pas le dire! Cela dérange nos bobos et autres salauds de dirigeants de l’UMP, du PS et autres gauchistes collabos qui eux savent bien que notre Nation est véritablement en guerre contre un ennemi qui n’a pas de Panzers, ni de Stukas.

    La télévision nous ressasse en permanence les nazis, leurs crimes, l’horreur des camps de concentration et évite soigneusement de nous montrer les prémices de cette guerre civile qui a débuté dans les cités devenues zone de non droit de fait. Territoires hors de la république ou même un premier ministre se fait tirer dessus comme à Marseille ces derniers.

    Cette guerre sera longue et devra durer aussi longtemps que des politiques Français courageux et patriotes n’auront pas les moyens et la force de renverser la donne.

    Gérard Brazon ..


    votre commentaire
  •  La France demain "inchallah" mes frères 

    Sébastien Chenu, islamophile convaincu ..

    Publié par:Thomas Joly..

    Voici ce qu'a déclaré Sébastien Chenu, candidat du Rassemblement Rose Marine sur le canton de Beauvais 2, lorsqu'il a voté, en juin 2010 au Conseil municipal de Beauvais, la vente du terrain pour la construction de la grande Mosquée de Beauvais.

    Sébastien Chenu, islamophile convaincu ..

    Sébastien Chenu (RBM) fut un des principaux soutiens de la mosquée de Beauvais (rediff)

    08/01/15

    Élu durant treize ans à Beauvais, Sébastien Chenu a été aux premières loges pour défendre la grande mosquée de la ville.

    Au conseil municipal de Beauvais, cette séance du conseil municipal du 9 juillet 2010 est historique. Ce dont la gauche a rêvé, la droite va le faire : permettre aux musulmans de la ville d’édifier une grande mosquée. Sébastien Chenu, qui a été élu en 2001 sur la liste UMP de Caroline Cayeux, et réélu en 2008, est bien sûr présent.
    La délibération qui vient au débat, présentée par le maire-adjoint Ali Djenadi , propose de vendre à l’association Espoir et Fraternité, représentée par son président, Nordine Zinbi, un terrain jusqu’alors occupé par un chenil.
    Le texte précise que la vente de ce terrain d’une superficie de près de 2 000 m2 est faite sous conditions. Et notamment… qu’il « devra être exclusivement destiné à la réalisation d’un lieu de culte ». Afin de gagner du temps, les élus sont appelés à autoriser en même temps l’association Espoir et Fraternité à déposer une demande de permis de construire et à donner aussi tout pouvoir à Mme le maire pour « signer toute pièce nécessaire à la poursuite de cette affaire ».

    Si l’affaire traînait depuis les années 1990, c’est, entre autres, parce que l’Association socio-culturelle Espoir et Fraternité (de son nom complet) ne s’est pas toujours appelée ainsi. A l’origine, elle s’intitulait plus franchement Association socio-culturelle islamique. Sitôt après l’élection de Caroline Cayeux, en 2001, elle a donc changé de nom pour un intitulé plus « républicain ». Puis vous savez ce que c’est, les choses ont traîné avec tous ces habitants qui n’étaient pas enthousiastes et qui sont aussi des électeurs…
    Ce 9 juillet 2010, la délibération permettant le démarrage du projet de grande mosquée est donc adoptée. A l’unanimité des votants – une « belle unanimité » dira Caroline Cayeux –, donc avec la voix de Sébastien Chenu, qui va se faire un petit plaisir, celui de citer au cours des débats ce « joli proverbe arabe » : « La véritable mosquée est celle qui est construite au fond de l’âme. »

    Chenu justifie encore son total engagement par le fait qu’« on en est à la troisième génération aujourd’hui d’immigrés, d’enfants d’immigrés, de petits-enfants d’immigrés qui aujourd’hui rencontrent des problèmes pour pratiquer leur religion dans notre ville ».

    L’acquisition de la « citoyenneté » par la mosquée !

    Sébastien Chenu n’a même pas émis le moindre bémol lorsque le maire-adjoint Ali Djenadi s’est félicité, durant ce même conseil municipal, de voir l’« aboutissement d’un long travail de discussions, de débats, qui aboutit aujourd’hui enfin à une reconnaissance de la citoyenneté à part entière (sic) de la communauté musulmane du Beauvaisis ».
    Pour que le bâtiment s’élève, il manque encore une bonne partie des 4 millions d’euros requis. Mais les recherches de fonds continuent, dans toute la France comme à l’étranger, et avec l’aide de la célèbre UOIF, l’Union des organisations islamiques de France qui, elle, ne s’est pas encore fait rebaptiser d’un intitulé plus « républicain ». Comme on peut le voir sur la photo, c’est d’ailleurs au Rassemblement annuel des musulmans de France, le congrès de l’UOIF, que des émissaires de la Grande Mosquée de Beauvais sont envoyés pour récolter des fonds.

    Minute


    votre commentaire