• Yvan BENEDETTI : “Une justice expéditive et politique”

     

    RIVAROL. : Vous avez été l’objet la semaine dernière d’une lourde condamnation : 5 000 euros d’amende et 2 500 euros de dommage et intérêts pour injures publiques à l’encontre d’un préfet. Qu’en est-il réellement ?

    Yvan BENEDETTI : En mars dernier nous publions un article sur le site Jeune-nation.com pour saluer à notre manière la promotion de Jean-François Carenco comme Préfet de Paris. Dans cet article intitulé « L’antifascisme et l’arbitraire payent dans leur République : Carenco propulsé préfet de Paris, Robin nommé à l’Intérieur », nous revenions sur les grands axes de la politique de cet individu dans la région lyonnaise, marquée par la répression féroce contre les nationalistes, depuis les interdictions de manifestations jusqu’aux arrestations préventives et arbitraires, pour finir avec les procédures de dissolution contre les deux principaux mouvements nationalistes français dont l’Œuvre française que j’avais l’honneur de présider. Avant son départ, Jean-François Carenco avait déposé une plainte avec constitution de partie civile pour injure publique.  Leur justice qui d’ordinaire est plutôt tortue que lièvre — je rappellerai à vos lecteurs que l’affaire Tapie traîne depuis plus de 20 ans — a été plus qu’expéditive à mon encontre. En moins de dix mois l’affaire a été instruite et jugée. En mars l’article était publié, en décembre, je suis condamné. Vous voyez qu’ils peuvent être efficaces ! Et cerise sur le gâteau répressif, eux qui n’ont de cesse de me surveiller et de me convoquer, n’ont pas cru utile de me prévenir du procès dont je faisais l’objet. Heureusement que la presse a relaté les extravagantes réquisitions du parquet, 12 000 euros d’amende, c’est-à-dire tout simplement le maximum possible en la matière, puis mes condamnations. Cela va me permettre de faire opposition au jugement afin d’être rejugé.

    R. : Sur quels propos portait exactement la plainte ?

    Y. B. : Nous dénoncions la promotion de Carenco, l’homme des dissolutions promu par Valls en ces termes qui ont donc été condamnés : « C’est en novembre 2010 que Jean-François Carenco a été nommé préfet du Rhône et de Rhône-Alpes. En quatre ans, il s’y est illustré par un antifascisme rabique.  L’agent officiel de l’anti-France à Lyon s’est particulièrement fait remarquer par sa servile obéissance aux ordres d’Israël via leur laquais Manuel Valls. C’est lui qui, après une bagarre survenue à Paris, ne mettant aucunement en cause les groupes nationalistes, avait lancé les procédures de dissolutions contre l’Œuvre française et les Jeunesses nationalistes (JN). Malgré les rumeurs à son sujet, sa haine de la France et des Français non reniés a conduit le gouvernement de Manuel Valls, dont il fût le zélé serviteur quand l’homme « éternellement lié à Israël » était ministre de l’Intérieur, à nommer Jean-François Carenco préfet de Paris et d’Île-de-France, en remplacement de Jean Daubigny. » Le but était de démontrer qu’il suffit pour un fonctionnaire du système de taper sur les nationalistes pour obtenir automatiquement une promotion.  Je vous signale aussi, en ce sens, que Mme Pascale Leglise, que d’aucun ont surnommée Mme Synagogue, et qui était chargée de mener la procédure de dissolution de l’Œuvre française en tant que directrice du bureau du ministère de l’Intérieur dit « des Libertés Publiques » a reçu comme sucette en récompense la Légion d’Honneur sur demande expresse de Valls ! Et pour enfoncer le clou, comme si la nomination comme préfet hors classe à Paris ne suffisait pas, Carenco vient d’être nommé par Hollande sur rapport du Premier ministre Valls, encore lui, « délégué interministériel au projet Euro Disney en France ». Remarquez, lui qui n’a pas brillé pour ses compétences en matière de lutte contre le terrorisme et qui de l’aveu de nombreux maires de la région lyonnaise n’est plus opérant après 4h de l’après-midi, ne sera pas en mauvaise compagnie avec le nain Simplet ou le chien Pluto…

    R. : Comme nous ici à RIVAROL vous êtes un abonné des palais de justice… 

    Y. B. : En effet je suis sur le coût d’une dizaine de procès en cours, ou à venir dont celui pour « maintien ou reconstitution de ligue répression s’étend et ne s’applique pas qu’aux méchants “racistes” et vilains “révisionnistes” que nous serions vous et moi. Ces derniers jours, cinq procès politiques se sont tenus contre des représentants politiques aussi divers qu’Eric Zemmour, Christine Boutin, Roselyne Bachelot, Marine Le Pen et Gilles Bourdouleix, maire d’une commune de l’Ouest de la France. Tous les poursuivis sont à la droite du Parti Socialiste qui a tendance à décréter ce qui est le Bien et le Mal, ce qu’un Français peut dire, ce qu’un homme public a le droit de dire.  Certains de ces procès sont particulièrement iniques parce qu’ils touchent des personnalités ayant toujours dénoncé les lois liberticides comme vous et moi par exemple. D’autres au contraire se sont engagés dans une voie de normalisation acceptant de se soumettre aux forces ennemies. C’est le cas de Marine Le Pen qui a ainsi expulsé de son parti des centaines de nationalistes et de patriotes “coupables” d’avoir réclamé l’étude libre de l’histoire, dénoncé avec trop de véhémence — selon elle et les journalistes auxquels elle obéit — l’occupation de notre terre, quand ils n’étaient tout simplement pas d’accord avec certains abandons et reniements. Le résultat est le même : les procès s’abattent indifféremment sur un maire excédé par les crimes et délits d’un gang d’étrangers, sur un polémiste dénonçant l’islamisme, sur un chef nationaliste dénonçant un préfet et ses maîtres. Le dernier en date s’est terminé par la condamnation de l’ancienne présidente du Parti chrétien-démocrate. Christine Boutin qui a écopé de 5 000 euros d’amende, plus 4 000 euros à payer aux associations, pour provocation publique à la haine ou à la violence contre les homosexuels, une peine encore plus lourde que les réquisitions. Le “crime” de Christine Boutin, c’est d’avoir qualifié la pédérastie d’“abomination” tout en précisant qu’elle se plaçait dans la tradition chrétienne et que si « le péché n’est jamais acceptable, le pécheur est toujours pardonné ». Cela n’a pas empêché les juges rouges de très lourdement condamner l’ancienne ministre.  « Votre décision aura des conséquences énormes sur la liberté d’expression. Si vous suivez les réquisitions du procureur, alors il faut saisir la Bible ! » avait lancé son avocat. Il serait étonnant que leur République, qui veut interdire les crèches, mais fait naître l’islam terroriste et soutient les groupes juifs violents comme la LDJ, ne l’envisage pas déjà.

    R. : Comment nos lecteurs peuvent-ils vous aider ?

    Y. B. : Bien entendu vous êtes bien placés pour savoir qu’il est interdit de lancer un appel pour financer les condamnations de justice. Et même si l’opposition que je vais déposer annule le résultat du procès, restent les frais de procédure et les autres procès en cours. Néanmoins si nous ne réclamons pas d’argent, nous accueillons bien volontiers les dons réguliers ou ponctuels, pour faire fonctionner Jeune Nation. Nous rappelons à vos lecteurs que le site jeune-nation.com est un journal indépendant et bénévole. Aucun de ses collaborateurs ne gagne d’argent. Nous ne touchons pas plus de fonds de l’Union Européenne, de la CIA ou d’Israël que de l’Iran ou de la Russie. Nous finançons nous-mêmes les frais techniques liés à la gestion du site, comme notre matériel militant et à l’organisation des rassemblements comme le Forum de la Nation qui se déroule chaque année à Lyon. Vos lecteurs peuvent également aider les nationalistes persécutés en finançant le Comité de liaison et d’aide nationaliste (CLAN). Mais il faut tout de même insister sur le fait que si nous parlons de la répression qui nous frappe afin d’informer vos lecteurs, cela ne nous empêche pas d’accentuer le combat. Selon le rapport annuel de Reporter sans frontières (RSF) dans le domaine de la « liberté de la presse » (sic) la république de Taubira dont le racisme anti-blanc est le moteur et de Valls, dont le racisme anti-français est l’inspiration, pointe en 38e place, derrière des pays comme la Jamaïque, le Costa Rica, la Namibie, le Ghana, l’Uruguay ou le Surinam.  Preuve que le délitement du système s’accentue.  Ce que nous avons pu constater lors des dernières élections. L’heure de vérité approche et avec elle, l’opportunité de sortir la France et l’Europe du tombeau où les mondialistes rêvent de les ensevelir.

    Pour nous soutenir : Jeune-nation.com ou le Clan BP 1030 69201 Lyon Cedex 01.

    Propos recueillis par Jérôme BOURBON.

    Rivarol n° 3216 du 24 décembre 2015


    votre commentaire
  • Quand une policière allemande ose dire les choses .

                                                        
     
    Kambouri raconte que les policiers sont attaqués, insultés, et souligne particulièrement le manque de respect des musulmans envers la corporation.

    À l’heure où, chez nous, les médias et autres politicards, atteints du syndrome de Stockholm, s’émeuvent davantage de l’attaque d’une salle de prière plus ou moins clandestine, en Corse, laissant passer au second plan le guet-apens tendu aux pompiers, une femme, commissaire de police en Allemagne, Tania Kambouri, 32 ans, d’origine grecque, dénonce dans un livre qui s’arrache comme des petits pains – L’Allemagne sous lumière bleue ou l’appel d’urgence d’une policière-, la criminalité des hordes islamisées à laquelle la police est confrontée dans son pays.
    Kambouri raconte que les policiers sont désormais attaqués, insultés par des enfants et souligne particulièrement le manque de respect des musulmans envers la corporation.
     « La police a perdu toute autorité, se trouve démunie et se retire de plus en plus face aux agressions dans la rue », raconte-t-elle devant une salle pleine et attentive à Friedrichsthal, dans le Land Saar. Tambouri est de tous les plateaux, fait l’objet des colonnes de tous les journaux, promeut son livre dans tout le pays.
     Inimaginable en France, où j’entends déjà les cris d’orfraie.
    Tania Kambouri dénonce particulièrement les juges et procureurs qui ne sanctionneraient pas ou à peine, « ce qui nuit considérablement à notre société », souligne-t-elle.
     Elle révèle également la prostitution enfantine dans les camps de réfugiés, passée sous silence des médias. 
    « Lorsque cela se saura, cela explosera », croit-elle savoir.
    Dans sa corporation, Tania est respectée et reconnue.

    Bien évidemment, les partis de gôche islamo-collabo l’accusent de « platitudes racistes ».
    Mais le débat a le mérite d’exister outre-Rhin.

    Débat qui semble impensable en France, lorsque l’on voit le sort qui est fait au brigadier-chef Jallamion, ce policier – par ailleurs contributeur de Boulevard Voltaire– qui a osé briser le mur du silence en dénonçant les dangers de l’islamisme et qui fut, pour cela, lourdement sanctionné par sa hiérarchie.
     

    votre commentaire
  •  

    104 églises profanées en 4 mois : aucun twitt de Valls-Estrosi-Cambadelis !

     
    que-faire-des-faineants
     
     
    Alors que les Corses viennent d’administrer une leçon de patriotisme à la France entière, aux citoyens timorés du continent, mais surtout aux poltrons qui sont censés nous gouverner, l’excité qui nous sert de premier ministre a raté une magnifique occasion de « prendre la main » en approuvant avec fermeté la réaction des Ajacciens suite à l’agression des pompiers et policiers, quitte à condamner le saccage de la salle de prières, pourtant bien compréhensible, qui a suivi.
     
     Notamment lorsqu’on apprend qu’en fait, ce sont des racailles musulmanes qui ont mis le feu aux poudres, en criant « Sales Corses, cassez-vous ! »
     
    http://www.fdesouche.com/684143-pompiers-agresses-ajaccio-au-moins-300-personnes-font-une-descente-dans-la-cite

    En lieu et place, ce blanc bec se prenant pour un aigle, ne moufte pas dans un premier temps lors du guet-apens contre les pompiers mais se fend immédiatement d’un message dès qu’il apprend l’horreur perpétrée contre une mosquée… Sacrilège !
     Message qui fait honte à la fonction qu’il occupe si mal puisqu’il y mêle les deux actions dans un même degré de gravité dans l’offense à la République.
     
    vallscorse

    Cette République dont il nous gave en la mettant à toutes les sauces, hélas seulement en mots, parce qu’en actions véritables on peut toujours se brosser, puisque son principal souci est toujours la priorité au bien-être de la communauté musulmane, comme il se fout comme de son premier voyage en Falcon de la sécurité des citoyens athées ou d’autres confessions !
    Il n’est d’ailleurs pas le seul à manifester une telle différence d’indignation, puisque bien évidemment le répugnant Estrosi, intronisé grand sachem de PACA grâce aux voix de ses pseudo-adversaires PS, et l’inénarrable Cambadélis que l’on ne présente plus, se sont tous deux fendus d’un tweet où ils s’offusquent et dénoncent (fermement) l’attaque contre la salle de prières … sans un mot pour les pompiers et les policiers …

    corse-tweet-camba-estrosi
     
    J’espère que parmi les naïfs qui ont cru aux simagrées d’Estrosi en votant pour lui dernièrement, il en est qui ont encore suffisamment de fibre patriotique, même sacrément endormie, pour se scandaliser de ce manquement au premier devoir de ceux qui prônent un poste d’élu, à savoir la protection des citoyens dont ils ont la charge !
    A noter d’ailleurs l’admirable différence dans celui qu’à tweeté le Maire Front National, Stéphane Ravier !


    corse -tweet-ravier
     
    Il est également curieux de constater le silence assourdissant des médias en début d’année, lors du saccage de 104 églises en 4 mois … pour lesquels Valls et son âme damnée Cazeneuve auraient dû avoir carrément une attaque proportionnelle à leur courroux d’aujourd’hui à propos de la salle de prières, laquelle paraît-il serait peut-être clandestine …

    http://www.bvoltaire.fr/florisdebonneville/104-eglises-profanees-4-mois-nos-gouvernants-parlent-dislamophobie,175929

    http://lagauchematuer.fr/2015/05/14/104-eglises-profanees-en-4-mois-silence-des-medias-et-du-gouvernement/

    Comment peut-on se prétendre représentant des citoyens et afficher une si grande arrogance en minimisant à ce point ce qui touche une majorité de citoyens, pour au contraire toujours crier au scandale dès qu’on effleure les intérêts d’une communauté encore minoritaire…  mais pour combien de temps ?
     
    Il ne se passe pas une semaine, pour ne pas dire un jour, sans que l’un ou l’autre de ceux qui sont censés nous protéger violent à tours de bras les lois de la République, tout en dénonçant ceux prétendus perpétrés par le F.N. !
    Mais quand donc certains Français vont-ils enfin se décider à ouvrir vraiment les yeux et les oreilles et utiliser leur cerveau pour penser par eux-mêmes et ne plus avaler la bouillie des médias aux ordres  ?
    Il est grand temps que le Peuple de France dans sa grande majorité prenne exemple sur les Corses qui ont admirablement réagi en signifiant aux racailles qu’il y a des limites à ne pas franchir.
    Les voyous violents ne connaissent que le langage de la violence … pourquoi s’étonner alors quand des agressés répondent en employant le même langage ?
    Une petite recommandation à ceux qui n’ont pas encore terminé leurs achats de cadeaux pour leurs proches … surtout si parmi ceux-ci figurent certains des pleutres qui nous « gouvernent » :

    CETTE ANNEE OFFREZ-VOUS DES COUILLES
    Bon, je vais me mettre illico à l’étude de la langue Corse, au cas où l’air deviendrait encore plus irrespirable sur le continent en 2016.
     
    Josiane Filio
    http://ripostelaique.com/author/josiane-filio
     

    votre commentaire
  • Garde Musulmane

    QUE FAIT L'ETAT ? 

    2015-12-26_121739_VI-BEZIERS-DIVERS

     
    Robert Ménard réagit à la protection d'une église par des musulmans :

    "Ainsi donc la messe de Noël à l'Eglise de La Devèze s'est tenue sous la prétendue "protection" d'un groupe de musulmans.
    Ainsi donc ce même groupe s'est rendu ensuite à la cathédrale pour se livrer aux mêmes simagrées médiatiques.
     Ainsi donc ce groupe de musulmans était dirigé par deux activistes connus pour leur engagement fondamentaliste et anti-israélien.
    Ainsi donc Midi Libre s'en réjouit.

    Dans quel pays vit-on ?
    Où est passée la France ?
    Que fait, que dit l'Etat ?
     Le Préfet ?
     Un Etat si prompt à réagir pour empêcher la mise en place de la Garde Biterroise mais bien silencieux lorsqu'il s'agit d'une "garde musulmane".

    Une garde musulmane "protégeant" une église catholique.
    Contre qui ?
     Des hordes de moines bouddhistes ?
     Des chamans sibériens ?
    Oui, de qui se moque-t-on ?
     Et où va ce pays ?
    Depuis quand les pyromanes protègent des incendies ?

     La Ville de Béziers va saisir la préfecture au sujet de ces "patrouilles musulmanes".
    Ce sera l'occasion de mettre l'Etat devant à la fois ses responsabilités et ses contradictions."

    Michel Janva

    votre commentaire
  • Des centaines de migrants africains ont tenté vendredi de gagner l'enclave espagnole de Ceuta à la nage ou en escaladant la clôture frontalière, et deux sont morts noyés, selon la Croix-Rouge espagnole et une source officielle marocaine.

    Selon la Croix-Rouge espagnole, 185 migrants ont pu gagner l'enclave espagnole depuis le Maroc au prix de blessures diverses et 12 d'entre eux ont dû être hospitalisés.

    A l'aube, vers 03H00 GMT, des migrants ont pris d'assaut la clôture surmontée de barbelés près de Benzu dans le nord du territoire, selon la Croix-Rouge.

    Dans le même temps, quelque 200 autres tentaient de gagner l'enclave espagnole à la nage depuis les côtes marocaines, a annoncé l'agence officielle marocaine MAP.

    Les autorités marocaines ont intercepté 104 migrants et ont retrouvé deux corps dans la mer près de la frontière, selon l'agence.

    Des volontaires de la Croix-Rouge ont traité les migrants qui ont réussi à traverser la frontière et étaient pour la plupart blessés, leur fournissant également des vêtements et des chaussures, a annoncé l'organisation dans un communiqué.

    Douze d'entre eux ont dû être hospitalisés pour fractures, blessures nécessitant des points de suture ou hypothermie, a-t-elle précisé.

    Chaque année, des milliers de migrants risquent leur vie pour atteindre les enclaves de Ceuta et Melilla, les seules frontières terrestres de l'Union européenne avec l'Afrique.

    L'Espagne avait consolidé les clôtures frontalières des deux enclaves l'an dernier pour faire face à un afflux du nombre de migrants tentant de franchir illégalement la frontière.

    Certains tentent de franchir les clôtures de sept mètres de haut séparant ces enclaves espagnoles du Maroc, tandis que d'autres essaient de gagner les communautés autonomes à bord d'embarcations.

    L'an dernier, 15 migrants étaient morts noyés après avoir tenté de gagner Ceuta à la nage.

    Des organisations de défense des droits de l'Homme et des migrants ont accusé la police espagnole d'avoir tiré à balles réelles et lancé des gaz lacrymogènes en leur direction. Le gouvernement espagnol a depuis assuré que ses gardes n'avaient plus recours aux balles réelles contre les migrants....


    votre commentaire