• De Papy Voise au passant traîné par des racailles : la sauvagerie en pleine expansion

    Les images dénichées par la journaliste de Livre noir Maud Koffler ont fait le tour du Web, dimanche. Des hommes hilares se filment eux-mêmes dans une voiture, attrapent un piéton par l’épaule et le font courir de plus en plus vite, malgré ses plaintes, jusqu’à sa chute sur le macadam. La même équipe poste une autre vidéo du même petit jeu : « Wallah, tu vas courir », lance un des passagers de la voiture à la seconde victime. Un jeu si drôle qu’ils ont cru bon d’en poster les images sur Twitter. « Un homme a été interpellé et placé en garde à vue ce lundi », indique le parquet de Bobigny à LCI. Tandis que Macron traque et tente avec application de pourrir la vie des Français non vaccinés, les banlieues s’amusent. En balayant les réseaux sociaux et la presse quotidienne régionale, on s’aperçoit que l’exercice se répand. Ce qui n’arrête bien sûr pas les meurtres et tabassages devenus le quotidien des Français. À Marseille, dans la nuit de vendredi à samedi, un homme de 25 ans est mort poignardé, non pas dans un règlement de comptes mais pour avoir résisté à deux voleurs de téléphone, selon La Provence. À Toulouse, La Dépêche rapporte que le pasteur Fernand Frantz, grand résistant, centenaire, s’est fait molester au cours d’un cambriolage au point d’en perdre la vue. La cruauté est à la mode. Les agressions d’élus, de gendarmes, de pompiers, de professeurs se comptent en centaines.

    Douce France. On se souvient de l’affaire Papy Voise, lorsque, en 2002, juste avant la présidentielle, la France s’était étonnée des images de ce vieux monsieur couvert de bleus, dont la maison avait été brûlée. Son sort avait alors suscité un élan de générosité, tant l’affaire avait heurté les Français. Quelques semaines plus tard, un certain Jean-Marie Le Pen accédait au deuxième tour de la présidentielle. Les Français avaient alors vu de leurs yeux le déploiement des grandes consciences de gauche : les médias, TF1France 2 et d’autres, en relayant le sort de celui que la France appelait Papy Voise, avaient fait le lit du Front national. Crime inexpiable. Pour nos grandes consciences, ce fait divers était isolé, on avait braqué l’attention sur un épiphénomène, on avait manipulé les Français, on avait fait croire au peuple qu’il y avait en France des bandes cruelles, des sauvages insuffisamment intégrés. Tout cela était faux, bien sûr. On psychologisait dans les grands médias, on luttait contre l’amalgame, la stigmatisation et la manipulation. Vingt ans ont passé, et combien de drames ? Le sort de Papy Voise annonçait bien pire. Depuis, il y a eu le terrorisme islamiste et la poussée incontrôlable de l’insécurité. Les agriculteurs eux-mêmes, dans les campagnes, font face aux prédateurs et pilleurs de toutes espèces. Et nos « chances pour la France » attrapent les piétons pour les traîner sur la chaussée en hurlant d’un rire frénétique. Le cher pays tourne au cauchemar et il faut être particulièrement égoïste et replié sur soi-même pour ne pas voir les faits, ne pas lire les statistiques et ne pas entendre les plaintes de ceux qui n’ont pu fuir ces zones ensauvagées.

    Comment en est-on arrivé là ? Qui a laissé faire ? Le bandeau que la gauche avait serré sur les yeux des Français se déchire. Macron a beau jeter de l’huile sur le feu de la situation sanitaire, l’insécurité et sa cause première (l’immigration) qu’il a tout simplement abandonnées s’imposent dans les discours de campagne parce qu’elles dominent les préoccupations des Français. Et si elles dominent les préoccupations des Français, c’est bien parce que nos compatriotes ont été trahis par ceux auxquels ils avaient confié leur destin. Ces drames du quotidien, si nombreux, si méprisés des intellectuels, racontent un pays abîmé qui peut encore se ressaisir.

    Marc Baudriller

    Source : http://bvoltaire.fr

     


    votre commentaire
  • Comment le système a corrompu le corps médical pour le pousser à vacciner sans se poser de questions

    Vous pouvez voir ci-dessous l’annonce postée sur le réseau international Indeed qui montre le salaire journalier d’un médecin vaccinateur covidiste : 1.050€. Vous comprenez maintenant pourquoi d’aucuns ne se posent plus de questions et préfèrent encaisser des sommes d’argent indécentes, très largement supérieures à ce qu’un médecin libéral peut gagner dans son cabinet en réalisant des diagnostics beaucoup plus complexes nécessitant de réelles compétences.

    Reste à savoir pourquoi le conseil de l’Ordre ne réagit toujours pas face à ces dérives indignes du métier de médecin !
    Source

    votre commentaire
  • Macron appelle Bernard Arnault au secours pour sauver la ségrégation anti-non-vaccinés

    Bernard Arnault a publié dans l'un de ses quotidiens (en l'espèce le Parisien) une impressionnante tribune appelant à la pénalisation de la non-vaccination. Les lecteurs du Courrier n'ont pas été surpris par ce texte, puisque nous décrivons depuis plusieurs jours l'activation de la pulsion génocidaire par Emmanuel Macron à l'égard des non-vaccinés. Le fait que le milliardaire français, qui a soutenu Macron à ses débuts, prête main forte au Président pour agir en ce sens, en dit long sur l'intensité de la bataille qui se joue désormais pour imposer le vaccin... et surtout le passe vaccinal.

    Il faut lire la tribune du Parisien rédigée par un certain David Smadja, hématologue à l’hôpital Georges Pompidou, et un certain Benjamin Fellous, présenté comme avocat au bureau de Paris. Ces deux énergumènes proposent d’appliquer aux non-vaccinés l’infraction d’administration de substance nuisible. 

    Nous publions ce jour une tribune d’intellectuels qui dénoncent l’étrange résonance nazie de ces propos et de ces intentions : comment ne pas voir que la dénonciation de la toxicité prétendue des non-vaccinés est la reprise du fantasme très national-socialiste selon lequel les Juifs étaient porteurs de maladie. 

    Les époques changent, l’ambiance putride reste, même si les bourreaux changent de visage. 

    Le Parisien d’Arnault, une feuille de propagande

    Ce qui nous intéresse ici, c’est la contribution étrange que Bernard Arnault apporte à la stratégie de ségrégation anti-vaccinés portée par Emmanuel Macron. 

    Il y a quelques jours, déjà, le Parisien a pipeauté une pseudo-interview du Président, la fameuse où il propose « d’emmerder les non-vaccinés ». Les lecteurs qui interrogeaient Macron ne semblent pas avoir été choisis complètement au hasard…

    Ce week-end, le même Parisien a donc sorti une tribune en omettant de dire les liens d’intérêt de ses auteurs. La technique est crade, et montre comment la presse subventionnée et appartenant à des milliardaires proches du pouvoir se transforme, au moment opportun, en simple organe de propagande au service du pouvoir en place. 

    Fellous, candidat En Marche aux sénatoriales

    En fouillant un peu, on découvre par exemple que Benjamin Fellous, ancien élève de HEC, a arpenté les coulisses du pouvoir, et s’est présenté aux élections sénatoriales sur la liste LREM. 

    Le CV que nous reproduisons ci-dessus est particulièrement instructif, puisque ce Benjamin Fellous explique en introduction qu’il vit dans un monde sans frontière et qu’il est porté par sa foi. 

    Il est pour le moins étrange que cette foi le pousse à créer des frontières pour les non-vaccinés. Mais nous n’en sommes plus à une imposture près. 

    Smadja, l’homme des conflits d’intérêt

    De son côté, l’hématologue David Smadja n’est pas en reste. Il appartient à la galaxie des médecins hospitaliers largement payés par les laboratoires. 

    On trouvera sur Euro For Docs le détail de ses exploits. 

    Rien de neuf sous le soleil : ceux qui donnent des leçons sont loin d’être exemplaires. Et la presse qui fait de grandes tirades sur le manque de déontologie dans les médias en ligne est la première à n’en appliquer aucune. 

    La galère collaborationniste d’Arnault

    Ce qui choque plus, c’est que le milliardaire français Bernard Arnault, grand adepte de la subvention publique, s’adonne à ce genre de pratiques. 

    Car au fond, c’est aussi avec l’argent des non-vaccinés, notamment avec leurs impôts, que le Parisien continue à vivre. 

    Quel intérêt ce milliardaire peut-il trouver à supporter de façon aussi visible le Président de la République dans ses discours de sociopathe ?

    Sauf à se souvenir que Bernard Arnault a fait partie d’une équipe d’experts qui a conseillé Joe Biden durant la campagne électorale américaine… et que le patron du laboratoire Johnson & Johnson en faisait également partie. 

    Au fond, cette répression contre les non-vaccinés est bien l’un des éléments du Great Reset auquel la caste mondialisée en France prête main forte. Elle fait partie d’un ensemble, d’une stratégie de mise au pas de la société, dont nous ne voyons que les préliminaires. 

    La pulsion génocidaire continue… et ira à son terme

    Nous annonçons depuis plusieurs jours que, sous l’influence du lobby vaccinal, Emmanuel Macron et Jean Castex s’ingénient à activer la pulsion génocidaire qui sommeille chez certains vaccinés. 

    Je l’ai réécrit la semaine dernière, ce qui m’a valu des remarques un peu interrogatives de certains sur une prétendue exagération de ma part. J’ai même parié qu’immédiatement après les élections présidentielles, on trouverait une presse complaisante pour relayer à l’appel des lobbies à l’internement des non-vaccinés. 

    Je le réécris cette semaine. 

    Ce n’est pas qu’Emmanuel Macron soit en lui-même un partisan de la répression totalitaire. Il est simplement sous la dépendance de la caste mondialisée qui a des plans pour nous : mise sous surveillance généralisée de la population, au nom de la santé, comme Klaus Schwab l’a écrit dans son Great Reset, et « reimse à zéro » des compteurs dans la civilisation occidentale. 

    Dans cet univers bien ordonné, les résistants, les réfractaires, les dissidents, n’auront pas leur place. 

    D’ailleurs, la loi sur le passe vaccinal comporte un article 3 qui n’autorise plus les familles à saisir le juge des libertés en cas d’internement psychiatrique des personnes. C’est déjà un prélude très très significatif…

    Source


    votre commentaire
  • Un médecin interdit l’entrée de la salle d’attente aux non-vaccinés

     

    Une photo circulant sur les réseaux sociaux montre une salle d’attente avec des photocopies affichées sur lesquelles il est stipulé : « Les personnes non-vaccinées n’entrent pas en salle d’attente. » Le procédé paraît surréaliste et à la rédaction du 4-4-2 nous pensions à un affichage sauvage.

    Donc la rédaction du Média en 4-4-2 a directement appelé le « Scm Cabinet Medical Emagny », dans le Doubs en région Bourgogne-Franche-Comté. Nous posons la question à la secrétaire qui nous confirme la présence des affiches et préfère nous mettre en contact avec le médecin. Ce dernier confirme également l’affichage qui interdit aux non-vaccinés d’entrer dans la salle d’attente.

    Le médecin fait valoir qu’il est dans son cabinet et qu’il y fait ce que bon lui semble. Il rétorque : « Je ne vous demande pas ce que vous faites chez vous. » Une fin de non-recevoir qui n’est en rien scientifique ni légale :

    « Constitue un refus de soins discriminatoire, au sens de l’article L. 1110-3, toute pratique tendant à empêcher ou dissuader une personne d’accéder à des mesures de prévention ou de soins, par quelque procédé que ce soit et notamment par des obstacles mis à l’accès effectif au professionnel de santé ».

    Ce professionnel de santé assume totalement cet affichage et l’interdiction envers une partie de la population française. Il n’est pas le premier médecin à pratiquer la ségrégation. Un autre praticien, de Lons-le-Saulnier, a fait marche arrière sur injonction de l’Ordre des médecins après la plainte d’un malade. La campagne de désinformation sur la transmission du virus par les non-vaccinés laisse des traces. La discrimination s’affiche sans honte et les propos du président de la République offrent un laissez-passer vers la ségrégation.

    Marcel D pour Le Média en 4-4-2

    Personne pour arracher les affiches et aller s’asseoir dans la salle d'attente ?


    votre commentaire
  • Zemmour, le candidat des automobilistes qui en ont marre d'être persécutés par l'État !


    votre commentaire