• La mairie de Paris et Anne Hidalgo rendent hommage au héros sanguinaire de la dictature cubaine Che Guevara

    Publié par Pieds Noirs 9A..

    che_web

    Christian Hofer: A noter que le régime castriste pratiquait la chasse aux homosexuels dans la société cubaine, "détail" que la gauche cache soigneusement.

    Oui Hidalgo, c'est vraiment "très romantique".

    **********

    Scandale. À travers une exposition organisée à l'Hôtel de Ville, l’édile socialiste célèbre « une figure de la révolution devenue une icône militante et romantique ».

    Anne Hidalgo ose tout, c’est même à ça qu’on la reconnait. Après avoir déboursé la somme astronomique de 86 millions d’euros pour le futur musée Pinault, qui accueillera une partie des collections d'art contemporain du milliardaire, 30e homme le plus riche du monde avec une fortune estimée à 26,3 milliards de dollars, la maire de Paris célèbre Che Guevara, le révolutionnaire communiste de la dictature cubaine, dit le « petit boucher de la Cabaña ».

    « Avec l'exposition Le CHE à Paris, la capitale rend hommage à une figure de la révolution devenue une icône militante et romantique. A découvrir gratuitement à l'Hôtel de Ville de #Paris », a ainsi louangé l’édile socialiste, jeudi sur Twitter, dans un message agrémenté d’un symbolique « poing serré ». L’exposition se tient du 20 décembre au 17 février 2018.

    hidalgo

    Sur son site, la mairie de la capitale glorifie aussi « l’une des figures les plus marquantes de l’Histoire de la révolution », « le lecteur insatiable, le sportif, le voyageur, le guérillero, le marxiste aspirant à voir émerger l’« homme nouveau », le médecin-phytothérapeute mais aussi le poète, le photographe et l’amateur d’art » et même « une légende de la révolution ».

    Un fils de bourgeois « assoiffé de sang »

    Au-delà de l’habituelle propagande révisionniste, propagée par l’extrême gauche, Ernesto Guevara, né le 14 juin 1928 à Rosario en Argentine et exécuté le 9 octobre 1967 à La Higuera en Bolivie, fut surtout un révolutionnaire sanguinaire et stalinien fanatique. Ce fils de bourgeois « assoiffé de sang », qui n’a jamais eu les diplômes pour pratiquer la médecine, a d’ailleurs assassiné lui-même d'une balle dans la tête des « traîtres » à la révolution.

    Nommé commandant de la prison de la Cabaña par Fidel Castro, le « petit boucher » assistait en fumant son cigare aux exécutions des prisonniers politiques, parfois devant femmes et enfants. Comble de la cruauté, il a exigé de faire passer les familles devant le mur ensanglanté. Il serait responsable de 200 condamnations à mort. « Nous avons fusillé, nous fusillons et nous continuerons de fusiller tant qu'il le faudra », clamait-il, en 1964, à l’Onu.

    Le-che-etCuba-17.000-tuésAime-tuer

    Un marxiste doctrinaire

    C’est lui encore qui a créé le premier goulag tropical, les camps de travaux forcés. Considérés comme des « agents de l'impérialisme » vendus au capitalisme, les homosexuels de l’île ont aussi été internés par le régime, aux côtés des handicapés mentaux et de religieux. Ignare en économie, le marxiste doctrinaire a en outre ruiné son pays en le collectivisant à la tête du ministère de l'Industrie, puis de la Banque nationale de Cuba. « La Corée du Nord est un modèle dont Cuba devrait s’inspirer », a-t-il un jour déclaré.

    Écarté par Castro pour avoir critiqué l'URSS trop modérée, il a tenté enfin d’étendre ses idées internationalistes par la guérilla armée au Congo et en Bolivie. Partout, ce fut un échec. Sur les noirs, « ces représentants de la splendide race africaine qui ont gardé leur pureté raciale grâce à leur manque de goût pour le bain », le Che a d’ailleurs écrit cette mémorable sentence raciste« Le Noir, indolent et rêveur, dépense ses sous en frivolités ou en « coups à boire », l’Européen a hérité d’une tradition de travail et d’économies qui le poursuit jusque dans ce coin d’Amérique et le pousse à progresser, même au détriment de ses aspirations individuelles. » Voilà donc pour « l’icône militante et romantique » vantée par Anne Hidalgo.

     

    Source via lesobservateurs


    votre commentaire
  • Des repas facturé à 180 euros ,pire qu'un ministre !...

    *************************************************************************

    Elle a tracté pour le FN et réclame ses frais de campagne

    IMG_0374

    «Je n’ai jamais refusé quoi que ce soit. Elle a envoyé ses frais après la date limite, je n’en suis pas responsable»

    Thierry Besson, candidat FN aux législatives

    Quand est venu le moment de se faire rembourser les « presque 4 000 euros » sortis de sa poche, la retraitée a pris une douche froide. L’argent engagé, elle ne le reverra pas de sitôt. « J’ai pourtant envoyé tous les justificatifs pour mes déplacements, mes frais de bouche, mais M. Besson m’a dit qu’il ne me paierait pas parce que je n’avais rien fait pour lui. »

    Le candidat frontiste assume en effet le fait de « ne pas l’avoir mandatée pour quoi que ce soit »« Elle s’est immiscée dans ma campagne », assure-t-il. L’homme jette un regard critique sur la militante : « Quand je regarde ses frais, avec des notes de restaurant à 180 euros, cela ressemble plus à un parcours gastronomique qu’à autre chose. C’est limite si elle ne nous demande pas de rembourser les réparations de sa voiture… » Une fois ces précisions apportées, Thierry Besson rappelle néanmoins que la décision de rembourser Denise Daumont ne lui revient pas. « Je n’ai jamais refusé quoi que ce soit, elle n’est simplement pas dans les règles. Elle a envoyé son récapitulatif le 29 juillet après la date limite, je n’en suis pas responsable. Le service juridique du FN est au courant, la commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP) également, ce n’est pas à moi de trancher. »

    Denise Daumont a effectivement alerté les dirigeants frontistes pour signaler sa situation. « Nicolas Bay, Gilbert Collard, Baptiste Philippo, Pascal Erre, mais personne n’a voulu prendre le taureau par les cornes. » Elle s’est alors tournée vers la CNCCFP : « Après trois courriers, ma requête a finalement été prise en compte ». Reste donc désormais à la commission à régler ce litige interne au parti, au moment où les comptes de campagne de Thierry Besson seront examinés. « Je me suis donnée sans compter, estime la bénévole. J’espère que je serai enfin soutenue. »

     Margaud Déclemy


    votre commentaire
  • La crèche multi-confessionnelle : la Sainte Famille représentée par une famille musulmane

    Rien n’arrête la bien-pensance multi-religieuse, elle s’infiltre partout : dernièrement, ce sont Joseph et Marie qui dans la vie de tous les jours vont à la mosquée…

    Après la crèche de santons gay-friendly où deux bergers se tenaient tendrement pas la main, le diocèse de Pise a promu, cette année, une Sainte Famille interprétée, dans une crèche vivante, par une famille sénégalaise de religion musulmane qui vit dans la région depuis une vingtaine d’année. Leur petite fille de cinq mois, Diarra, personnifie l’enfant Jésus. Autour d’eux, des pasteurs, des bergères, des centurions romains… En tout un peu plus de 250 personnages.

    Cette représentation, en dehors des critères traditionnels, a eu lieu hier après-midi à San Miniato Basso. Articulée en plusieurs saynètes, accompagnée de chants et d’un texte de commentaires, elle a débuté sur le parvis de l’église de Saint-Martin, avec la scène de l’Annonciation, suivie par la Visitation et l’arrivée de la Sainte Famille à Bethléem. Elle se conclut par la Nativité et l’annonce faite aux bergers.

    L’évêque du diocèse, Andrea Migliavacca, présent à la manifestation, a défendu la sélection des acteurs bénévoles musulmans :

    « L’organisation a été entièrement réalisée par la paroisse. Toutefois il me semble que ce choix renvoie aux valeurs de l’accueil et de l’intégration chères au pape François. »

    Intégration ? Vraiment ? On peut se demander qui intègre qui. Est-ce réellement les musulmans qui s’intègrent au monde catholique ? Ou plutôt les catholiques qui se soumettent à la présence musulmane même au sein de leurs traditions chrétiennes…

    Francesca de Villasmundo

     

    Source : medias-presse.info


    votre commentaire
  • Migrants : la presse approuve le pape et craint « la surdité des croyants »

    Après l’homélie de Noël dans laquelle le pape François a exhorté dimanche les catholiques à ne pas ignorer le drame des migrants, la presse applaudit tout en craignant la surdité des croyants.

    Dans Le Journal de la Haute-Marne, Patrice Chabanet va jusqu’à écrire que le pape « désavoue, entre autres, les tenants d’une Europe chrétienne face à ce que ces derniers considèrent comme une déferlante migratoire essentiellement musulmane. »

    L’Argentin Jorge Bergoglio, petit-fils de migrants italiens, a fait du sort des réfugiés l’un des thèmes fondamentaux de son pontificat entamé voici près de cinq ans. 

    « La créativité sociale évoquée par le pape permet d?imaginer des solutions« , espère François Ernenwein de La Croix, qui souligne que « tous les peuples, toutes les nations sont invités à faire preuve d’inventivité face aux migrations.  »

    Dans L’Humanité, Patrick Apel-Muller est en phase avec le souverain pontife : « L »Humanité et ses lecteurs se sentent plus proches de l’homélie du pape François que des circulaires du ministre de l?Intérieur français et de la loi antimigrants que diligente Emmanuel Macron… « , se surprend-il. […]

    « Le pape François a célébré la nativité du Christ en rappelant opportunément que Jésus, Marie et Joseph étaient des migrants« , note Pierre Fréhel dans Le Républicain Lorrain, regrettant qu’il ne soit « pas certain pour autant que le devoir de charité et d’hospitalité recommandé par le Pape soit entendu par tous les catholiques ou du moins par tous ceux qui se définissent ainsi. »

    news.yahoo via fdesouche


    votre commentaire
  • Le tribunal militaire israélien refuse de libérer l’adolescente Ahed al-Tamimi

    Un tribunal militaire israélien a refusé dimanche la demande de libération de l’adolescente Ahed al-Tamimi, présenté par son avocat. Le tribunal a en outre prolongé sa détention. 

    Le tribunal a dit maintenir la jeune fille en prison pour poursuivre l’enquête contre elle. Mais la correspondante de la chaîne al-Jazeera a indiqué que lors de la session d’hier, il était évident qu’il n’y avait pas eu d’enquête avec la jeune détenue depuis mardi. Ceci est considéré comme tentative de vengeance contre elle, selon le corps de défense.

    Lundi dernier, des médias israéliens avaient diffusé une vidéo de la jeune fille Ahed al Tamimi, accompagnée de sa cousine, en train de chasser des soldats de l’occupation israélienne de devant sa maison. La mère est intervenue ensuite avec les jeunes filles. Enfin les soldats se sont éloignés à reculons.

    La police israélienne a décidé d’arrêter Ahed non seulement à cause de l’incident du 15 décembre, mais aussi pour des faits antérieurs contre des soldats israéliens, a dit le tribunal.

    Les pieds serrés avec des menottes, al-Tamimi était pâle et les autorités israéliennes lui ont interdit de s’approcher de son père durant la session, selon la correspondante.

    alahednews


    votre commentaire