• Ukraine : la « petite morveuse » hystérique et pseudo néonazie, héroïne du magazine « Elle », dans toute sa splendeur

      Anatoliy Shariy est un journaliste ukrainien en exil. Il présente dans cette vidéo un groupe qui se revendique néonazi, et plus précisément, une jeune hystérique de 18 ans qui en serait le chef.

      Celle-la même qui eut droit à un dossier abusivement élogieux de la part du magazine pour ménagère dépressive, Elle.

      Exactions, tabassages, violences, tentative d’instaurer la terreur… voici les faits d’armes de ce « bataillon » de paumés qui se bat pour Bernard-Henry Lévy et l’Union Européenne, et contre la Russie.

      Note : cette vidéo date de décembre 2014.

       
      http://quenelplus.com

      votre commentaire
    •  

       Par :Pieds Noirs 9A.. 

      Article N°2075 du vendredi 18 Septembre 2015..MARINE LE PEN " grande rêveuse"

      Hitler et Daech, les nouveaux héros de la jeunesse..

      En plus de se servir de gamins pour faire la guerre, l’Etat Islamique se sert des enfants de ses ennemis comme chair à canon…Une nouvelle puissance en voie de développement pour dominé le monde ..

       La jeunesse aux maquis Islamistes ..En résumé l'EI défend une version complètement obscurantiste de l'Islam, ce qui lui permet de recruter des gens aux capacités intellectuelles peu développées. Ces jeunes gens en errance feront une parfaite chair à canon pour les chefs de l'EI, lesquels ne doivent pas avoir grand scrupule à les envoyer à la mort... Cela me fait  penser à l'analyse de Karl Marx qui écrivait 'le lumpenprolétariat constitue un vivier idéal pour recruter les bataillons de marche du fascisme". Ici, ce sont les barbus qui recrutent et manipulent, dans le "bas de gamme" et tout va bien madame la marquiseque cela dure depuis plus de cinquante ans que le danger commencer a se propager .. 

      Comme en IRAK - Ils ont 12 et 14 ans. Ils sont de confessions Yazidi, une religion monothéiste considérée comme hérétique par le groupe État islamique. Habib et Faraj ont pu s’enfuir des geôles jihadistes. Ils témoignent de leur quotidien : apprentissage du coran obligatoire et surtout entraînement militaire pour devenir des enfants soldats.

      Recrutement d'enfants

      Des enfants apparaissent de plus en plus sur les vidéos de propagande de l'EI afin de marquer les esprits et assurer que la relève est prête. Parfois, ils apparaissent sur les photos de comptes Twitter et Facebook de djihadiste, des armes à la main.des enfants innocents qui ne se doutes de rien ..En juin 2014, l'organisation internationale Human Rights Watch, s'alarmait que des groupes islamistes, notamment l'EI, avaient spécifiquement recruté des enfants, dont certains n'avaient même pas 15 ans, "par le biais de campagne de scolarisation gratuite, leur apprenaient le maniement des armes et leur confiaient des tâches dangereuses, notamment des missions suicides".Le nombre d'enfants qui combattent, alors, n'est pas connu. En mars 2015, le Centre de documentation des violations, une association syrienne, citée par HRW, avait enregistré 194 décès de garçons parmi les non-civils en Syrie depuis septembre 2011 a 2014. De fait, on sait depuis la diffusion d'une vidéo de propagande, qu'il existe des camps d'entraînement spécifique aux enfants.

      ATTENTION, ne soyons pas HYPOCRITE ! Nous jugeons nos enfants qui veulent rejoindre l’EI, mais en même temps nous leur apportons notre argent ! Nos impôts européens arment ceux qui veulent nous assassiner !! Quel étrange paradoxe ! Sommes-nous stupides, aveugles et aliénés ?
      Réfléchissez : quels gouvernements fournissent ces puissantes ARMES à L'Etat islamique (E.I)/ Daech ? Avec l’accord et la bénédiction de quels autres puissants états du monde, et organisations occidentales ?
      Rappelez-vous cette vérité du Président des Etats-Unis Franklin D. Roosevelt (1945): "En politique, rien n'arrive par hasard. Chaque fois qu'un évènement survient, on peut être certain qu'il avait été prévu pour se dérouler ainsi."
      Comment ces manipulations sont elles possible ? C’est simple, depuis des siècles notre tendance à vouloir agir pour le bien est sabotée par de puissants psychopathes que nous avons enrichit à milliards en achetant leurs produits de consommations (aliments, médicaments, essence…etc). Et bien sur le pétrole ..,L'or noir qui vaut de l'or ..

      Leurs objectifs : le contrôle de la planète, ressources et habitants.
      Leurs moyens : planifier des guerres, des meurtres, des épidémies, et des événements climatiques localisés. (le 11/9/01 en est..). « Du Chaos naîtra l’ordre »
      La finalité : le pouvoir, le contrôle (de tout, et tous).

      Avec même du matériel moderne

       

       

       

       

       

      La tentation du Djihad chez de jeunes Européens;

      Des jeunes gens européens, essentiellement originaires de Belgique, France et Grande-Bretagne, s'engagent dans le Djihad en Syrie et en Irak. Pourquoi partent-ils combattre au nom d'Allah? Ont-ils un profil psychologique particulier? Qu'est-ce qui les attire dans l'EIL? dans cette nouvelle drogue !!

      La première chose qu'il convient de noter pour ne pas réduire le questionnement est que les jeunes djihadistes européens ne sont pas les plus nombreux à rejoindre la terre du djihad syro-irakienne: l'afflux principal de jeunes gens vient du Maghreb et de l'Arabie saoudite.d'après Alain Rodier estime que 12 000 Européens auraient choisi cette voie depuis 2011, nombre qui est très important quand on le compare aux 10 000 moudjahidines étrangers qui ont servi en Afghanistan de 1979 à 1989.Ces jeunes gens ne sont pas recrutés en grosse partie dans les mosquées ,mais via les réseaux sociaux. D'ailleurs, les imams, qui ne les connaissent guère, n'ont aucune prise sur eux. L'adhésion passe essentiellement par le Net où ils se "recrutent" eux-mêmes, sans intermédiaire. Les jeunes découvrent une doctrine de l'islam à travers des documents, ils visionnent des vidéos de l'État islamique et d'Al-Qaeda, dont ils imitent les moindres gestes et paroles. Ce phénomène relève donc essentiellement du "cyber-djihad" et n'est pas localisé géographiquement.

      Après avoir découvert cette vision très réductrice de l'islam à travers le Net, les jeunes s'isolent, se renferment, fréquentent d'autres jeunes qui partagent la même expérience, et arrivent à se persuader qu'il est vital pour eux de partir afin de défendre leur vision de l'islam. Ils adhèrent à l'EIL comme d'autres jeunes adhèrent à une secte, sur la base d'une foi très canalisée, étroite, sans distance ni réflexion. Ils choisissent plutôt l'État islamique qui leur paraît être sur la voie la plus juste, même si 90 % d'entre eux ne parlent pas un mot d'arabe. Pour eux un nouveau monde s'ouvre a leurs égards.

      Les jeunes djihadistes arrivent en Syrie et en Irak souvent par la Turquie sans connaître le terrain, le climat , parfois par le Liban et la Jordanie, via des passeurs dont bon nombre sont des contrebandiers de droit commun. Une fois sur place, ils sont parfois moins bien accueillis que dans leurs rêves et fantasmes de grande fraternité, car les djihadistes arabes leur reprochent de ne pas parler l'arabe et se méfient d'eux (ils redoutent l'infiltration par des membres des services de renseignements). Ils s'entraînent d'abord au maniement des armes pendant un mois avant de gravir les échelons selon leurs compétences. Ensuite, ils se spécialisent dans des opérations comme le kidnapping ou les missions de commando. Ils sont souvent affectés à la surveillance des otages occidentaux dont ils parlent la langue. La plupart de ces jeunes reviennent au pays sous le coup de la fatigue et de la déception (90%) ou mort avant le retour comme beaucoup d'ailleurs , et un petit nombre dans la perspective de commettre des attentats terroristes ,voir même tuer sa propre famille. Quant aux filles, elles deviennent compagnes des terroristes, font le ménage, ou gardent des femmes prisonnières. leurs servent de harem d'esclaves proprement dit ..

      Les hypothèses évoquées pour expliquer le massacre de Colombine ont mis en cause différents éléments psychologiques (dépression, sentiment de supériorité, psychopathie, désir de se venger d'humiliations, dépendance à l'égard du monde virtuel d'Internet, produisant une confusion imaginaire/réel) qui sont très loin d'épuiser le sujet, qu'il s'agisse de Colombine ou du Djihad.

      Tunisie .A l’occasion du spectacle organisé lors du passage de l’épreuve sportive du bac, des lycéens ont affiché, les 20 et 21 avril, des banderoles à la gloire de Daech et d’Adolf Hitler. L’indignation et la consternation sont sur toutes les lèvres.

       La jeunesse aux maquis Islamistes ..

       Image ci-dessus en provenance de : http://www.courrierinternational.com   .

       Pieds Noirs 9A..


      votre commentaire
    • La Belle Saison : l'affiche du film censurée par un maire FN.

      Par: Hugo-Pierre Gausserand

      L'affiche met en scène Cécile de France et Izia Higelin très proches, ce qui aurait pu déranger le maire de Camaret-sur-Aigues.

      L'affiche met en scène Cécile de France et Izia Higelin très proches, ce qui aurait pu déranger le maire de Camaret-sur-Aigues.

      Le long métrage, préselectionné pour représenter la France aux Oscars, n'a pas eu l'heur de plaire à un élu d'extrême-droite de Camaret-sur-Aigues dans le Vaucluse, qui a décidé d'en interdire l'image principale, deux femmes enlacées.

       

      Le Front national ne s'est jamais vraiment senti d'affinités électives ni avec la culture ni avec l'homosexualité. Le maire de la commune de Camaret-sur-Aigues dans le Vaucluse, Philippe de Beauregard (FN), vient une nouvelle fois de le prouver.

      Sur le site internet de la municipalité, comme à la mairie, on ne trouve aucune trace de la projection du film La Belle Saison, pourtant diffusé ce jeudi 17 septembre au cinéma de la commune. Ce qui étonne d'autant plus les cinéphiles que les affiches ont été maintenues dans le reste du village, rapporte Le Dauphiné. Pourtant, il est de coutume pour cette mairie de promouvoir les long métrages au programme de la salle René-Roussière.

      L'affiche de La Belle Saison représente deux femmes, Izia Higelin et Cécile de France, enlacées. Le film de Catherine Corsini, tout public et sans limite d'âge, a même été préselectionné pour être celui qui représentera la France dans la course au meilleur film étranger aux Oscars 2016.

      Liberté d'expression et droit à la critique

      Interrogé par le journal régional, Philippe de Beauregard a estimé qu'il en va de «sa liberté d'expression et de son droit à la critique». «J'ai vu ce film et il comprend de nombreuses scènes de nature à perturber un jeune public et il n'y a aucun avertissement et aucune restriction d'âge indiqués. En tant que citoyen, je mets en garde les parents», s'est-il justifié.

      Quant à la question de l'homosexualité, le maire FN précise: «S'il s'agissait d'une relation hétérosexuelle, j'aurais eu la même réaction. Ce sont les scènes érotiques en gros plan qui ne sont pas destinées à tous les publics. Le partenariat avec l'association est maintenu. Je pense qu'ils auraient pu choisir un autre film».

      Il y a deux ans déjà, c'est l'affiche de L'Inconnu du lac qui avait été retirée des rues de Versailles et de Saint-Cloud. En cause: un baiser entre deux hommes et les ébats d'un couple homosexuel en arrière-plan.

      http://www.lefigaro.fr


      votre commentaire
    • Les israéliens sont entrés dans la mosquée al-Aqsa, troisième lieu de l'islam, et ont provoqué des dégâts.

      maritima.info
      Dimanche 13 Septembre 2015
       
      Bombs and gas bomb in Al Aqsa
      Bombs and gas bomb in Al Aqsa

       De violents heurts ont opposé dimanche sur l'esplanade des Mosquées à Jérusalem des musulmans aux forces de l'ordre israéliennes, qui ont expulsé pour la première fois la garde jordanienne positionnée sur le site sacré ultra-sensible, à quelques heures des célébrations du nouvel an juif.

      Depuis plusieurs jours, Palestiniens et Arabes Israéliens assuraient redouter des affrontements à l'occasion des fêtes juives.

      La tension était en effet montée après l'interdiction cette semaine par la Défense israélienne des "mourabitoune", un groupe de "sentinelles" musulman qui affirme défendre le troisième lieu saint de l'islam, également le site le plus sacré du judaïsme.

      A l'occasion de la nouvelle année du calendrier juif, et comme le leur autorise le statu quo --des règles tacites héritées du conflit de 1967 --, des groupes de juifs se sont rendus sur l'esplanade des Mosquées.

      De 07H30 à 11H00 tous les matins --à l'exception du vendredi, jour de la grande prière musulmane et du samedi, chômé chez les juifs--, les visiteurs non-musulmans sont autorisés à se rendre sur l'esplanade des Mosquées.

      Dimanche matin, plusieurs groupes sont ainsi entrés depuis la porte des Maghrébins, la seule réservée aux non-musulmans, tandis que toutes les autres portes étaient fermées par la police israélienne. Parmi ces visiteurs se trouvait le ministre de l'Agriculture Uri Ariel, un colon, selon médias israéliens et manifestants.
      Le directeur d'al-Aqsa arrêté

      Mais, a expliqué la police israélienne, des musulmans s'étaient barricadés durant la nuit dans la mosquée Al-Aqsa pour "perturber" ces visites. "Les manifestants masqués qui se trouvaient dans la mosquées ont lancé des pierres et des pétards vers les policiers. Des tuyaux suspects susceptibles d'être remplis d'explosifs artisanaux ont également été retrouvés à l'entrée de la mosquée", a-t-elle ajouté.

      A la mi-journée, plusieurs musulmans étaient toujours retranchés à l'intérieur de la mosquée et envoyaient des vidéos montrant les tirs par la police de grenades assourdissantes à l'intérieur.

      Le président palestinien Mahmoud Abbas a dénoncé une "attaque" et des "agressions de fidèles", réaffirmant qu'al-Aqsa et les lieux saints était une "ligne rouge" à ne pas franchir.

      L'organisation des Biens religieux (Waqf), qui gère le site, a dénoncé l'expulsion par les forces israéliennes des gardes positionnés sur l'esplanade par la Jordanie, gardienne du lieu saint selon le statu quo de 1967.

      "C'est la première fois qu'ils évacuent tous les gardes", a indiqué à l'AFP Firas al-Dibs, porte-parole du Waqf. "Deux d'entre eux ont été blessés par des tirs de balles en caoutchouc" et "le directeur de la mosquée Al-Aqsa, Omar Kaswani, a été blessé et arrêté", a-t-il ajouté.

      En novembre 2014, la Jordanie, seul pays arabe avec l'Egypte à avoir signé un traité de paix avec Israël, avait rappelé son ambassadeur durant trois mois pour protester contre l'incursion de la police dans al-Aqsa et la fermeture d'une journée du lieu saint, un événement exceptionnel.
      Le statu quo en péril

      Israël cherche à diviser l'esplanade "géographiquement ou via des créneaux horaires séparés", a accusé vendredi le président palestinien Mahmoud Abbas, qui estime que l'interdiction faite aux musulmans d'entrer durant le créneau des visites des non-musulmans constitue une violation du statu quo.

      "Nous ferons en sorte que le statu quo soit maintenu", a affirmé dimanche à la radio militaire le ministre israélien de la Sécurité intérieure Gilad Erdan. Les affrontement de la matinée, a-t-il toutefois ajouté, "doivent nous amener à réfléchir: il n'est pas possible que des émeurtiers musulmans transforment ce lieu saint en champ de bataille".

      "Aujourd'hui, ils (les Israéliens) ont réussi à faire de l'esplanade une zone sans musulmans", a déploré Khadijé Khweiss, qui se présente comme une "mourabita" ("sentinelle" en arabe) et est elle-même sous le coup d'une interdiction d'entrer sur l'esplanade pendant deux mois.

      Mahmoud Abou Atta, un autre militant, en contact avec les musulmans retranchés à l'intérieur d'al-Aqsa, a affirmé que "les commandos spéciaux sont entrés jusqu'au fond de la mosquée, au pied de la chaire où l'imam prononce le sermon".

      "La police a cassé, depuis le toit d'al-Aqsa, des fenêtres qui sont des pièces historiques, pour tirer des grenades à l'intérieur du lieu de culte", a ajouté M. Dibs.

      La police israélienne a assuré n'y être pas entrée, précisant que les forces l'ordre s'étaient contentées de fermer la porte d'accès.

      Aux abords de l'esplanade, des policiers déployés en nombre ont pourchassé les manifestants à coup de pied et de grenades assourdissantes. Plusieurs journalistes ont été molestés, dont un photographe de l'AFP.

      C'est de l'esplanade des Mosquées qu'était partie la deuxième Intifada, en réaction à la venue de l'ex-Premier ministre Ariel Sharon fin 2000 sur ce site.
       


      La Mosquée Al Aqsa en Grand Danger - Jerusalem
       

       http://www.alterinfo.net/

       

      votre commentaire
    •  AUVERGNE  ISSOIRE 

      Un syndicaliste de Constellium épinglé pour avoir détourné 16.200 euros de la caisse du CE

      Un syndicaliste de Constellium épinglé pour avoir détourné 16.200 euros de la caisse du CE

      Jugé pour abus de confiance, faux et usage de faux, un syndicaliste issoirien a écopé de huit mois de prison avec sursis. Son tort : avoir utilisé les fonds du CE de Constellium pour se renflouer.

      Pendant des années, sa silhouette trapue s'est affichée en première ligne dans la mêlée des piquets de grève. Lundi, changement radical de décor : l'ex-élu de Force ouvrière au comité d'établissement (CE) de Constellium s'avance, seul, à la barre du tribunal. D'anciens camarades de lutte syndicale sont là, dans la salle. Regards noirs et mines sévères. Tous disent se sentir « trahis ».

      L'affaire a éclaté le 4 avril 2014. Ce jour-là, le secrétaire du CE de l'emblématique usine issoirienne se présente à la gendarmerie. Il y dépose une plainte visant l'une des figures du comité, un quadragénaire qu'il soupçonne de détournements.

      Le mode opératoire du suspect est rapidement démonté par les enquêteurs. À plusieurs reprises, entre juillet 2011 et fin 2013, l'homme s'est servi à des fins personnelles de chèques en blanc – signés mais sans montant ni ordre – que lui avait laissés le trésorier. Ces bons de paiement devaient couvrir des dépenses imprévues du CE et permettre le versement d'acomptes aux prestataires (arbre de Noël de l'entreprise, repas des aînés, etc.). Une destination toute théorique : sept de ces chèques ont en fait alimenté le compte de l'élu syndical, de son épouse ou d'une association qu'il présidait.

      1.500, 2.000, 3.000, et même 5.000 euros en décembre 2013. Le préjudice généré par ces versements détournés atteint 16.200 euros. Chaque fois, le représentant FO prend soin de remettre au trésorier des fausses factures émanant soi-disant d'un transporteur ou d'un restaurateur, histoire de faire croire que tout était en ordre…

      Le suspect est vite passé aux aveux face aux gendarmes. « Oui, j'ai tapé dans la caisse. J'étais dans une situation financière difficile et voilà… », confirme-t-il d'une voix basse devant le tribunal. Il évoque aussi à demi-mot la tourmente qui a suivi ces révélations. « J'ai perdu mon boulot, ma femme aussi, on a dû déménager et repartir de zéro », dit-il. Sa dette ? « Je m'engage à tout rembourser. Je vais me serrer la ceinture ».

      Les remords et promesses du prévenu ne satisfont pas M e Borie, le conseil du CE de Constellium. « En garde à vue, ce monsieur a dit qu'il n'avait fait que suivre l'exemple des organisations syndicales qui pillent systématiquement le CE. Sa stratégie a été de pourrir les syndicats sans preuves pour se dédouaner. C'est indigne ! D'autre part, quand on est pris la main dans le pot de confiture, on restitue ce qu'on a volé. On attend toujours… »

      « En tant que représentant syndical, vous incarniez certains idéaux et valeurs. Ce que vous avez fait, quelque part, c'est une honte », sermonne à son tour le procureur, Alain Durand.

      L'ex-salarié de Constellium encaisse en silence, tête baissée. Son avocate se lève à son tour. « Mon client a franchi la ligne jaune, il en a pris conscience. Mais dans ce CE, rien n'est clair, rien n'est net ! », plaide M e Legay. « La vérité, poursuit-elle, c'est que d'autres que lui ont recours à des pratiques similaires. Ce contexte a évidemment facilité son passage à l'acte ».

      Le tribunal reste en deçà des réquisitions du parquet. Le quadragénaire est condamné à huit mois de prison avec sursis mise à l'épreuve pendant deux ans. En plus des 16.200 € détournés, il devra verser 1.000 € au titre du « préjudice d'image » causé au CE de Constellium.

      Stéphane Barnoin
      stephane.barnoin@centrefrance.com

      source La Montagne.fr


      votre commentaire