•  La Belle de Khacem et ses clowns ..Par:Pieds Noirs 9A..       Pour  vous ravivez certaines mémoires  des je-m'en-foutismes   

     

    ----- Communiqué de presse -----

    Crime d'Etat ...

    19 mars 1962, 12 mai 1962 :

    CRIME D'ÉTAT !

    Ces deux dates marquent le drame des soldats Harkis !

    Désarmés, abandonnés, c'est la raison de la colère des Harkis du Camp de Bias. A l'occasion de cette triste date anniversaire marquant un faux Cessez-le-Feu en Algérie, les enfants de Harkis du Camp de Bias ont manifesté hier devant le Cabinet du Ministre en charge du Monde Combattant à Paris. Ils ont finalement  eu un entretien constructif avec le conseiller du Ministre. Les discussions ont porté  notamment  sur la loi de réparation qui s'impose après que le Tribunal Administratif de Cergy Pontoise en date du 10 juillet ait reconnu publiquement et juridiquement le drame des Harkis. L'autre doléance exprimée par les jeunes fils de Harkis débattue à cette occasion portait sur la date du 12 mai comme date officielle marquant le drame de l'abandon des soldats Harkis.

    En ce matin du 19 mars 2015, plusieurs Harkis ont déployé des banderoles à  Sainte-Livrade-sur-Lot (47) pour dénoncer cette date de la Honte.

    Les résolutions prises lors des réunions de Toulouse le 21 février et de Paris le 28 février organisées par A. Bali et K. Tamazount de l’association  « Harkis Ile-de-France » auxquelles le CNLH était partie prenante ont été transmises à l’occasion de cette rencontre au Cabinet du Ministre.

    Crime d'Etat ...


    votre commentaire
  • P. Péninque, l’homme qui « murmure à l’oreille » de Marine Le Pen

    péninque2

    C’est l’homme des coulisses. Un homme de l’ombre comme on les nomme souvent dans ces milieux. C’est lui qui dicte à Grosal sa feuille de route et le surveille d’assez près. Grosal n’a qu’à bien se tenir et obéir au doigt et à l’œil. N’est-ce pas Péninque qui fut à l’origine de son spectaculaire revirement et de sa pitoyable prestation à l’antenne d’une radio lorsqu’il a lancé son célèbre « Je t’aime Marine », alors que quelques jours avant, en mai 2009, il avait publié son « Marine m’a tuer »après qu’il fût écarté non seulement de la première place de la liste électorale mais de la course elle-même. Un revers humiliant que Péninque lui fit accepter avec même une certaine note d’enthousiasme. Une posture qui témoigne de l’inconsistance politique de Grosal, tout juste bon à faire du maraudage au sein des masses laborieuses et notamment de l’électorat musulman, en abusant de leur confiance.

    .


    Depuis plusieurs années, Marine Le Pen travaille à rendre son parti plus fréquentable, à renier ses liens avec la droite la plus extrême, quitte à s’opposer à son père. Une orientation qui lui a notamment été inspirée par un conseiller de l’ombre. Philippe Peninque, un ancien avocat fiscaliste dont l’influence est loin d’être négligeable. Une enquête signée Benoît Collombat.

    Philippe Péninque est un homme de l’ombre qui souhaite le rester

    A 62 ans, celui qui se présente comme consultant en gestion financière pour les PME-PMI n’apparait pas dans l’organigramme officiel du Front national.

    Je suis un ami de Marine Le Pen. J’ai des discussions avec elle. On se voit. On échange… , dit-il.

    Il ajoute :

    Je suis quelqu’un de libre. Marine Le Pen ne fonctionne pas avec des conseillers.

    S’il se contente d’évoquer des discussions et des échanges, l’influence de Philippe Péninque est en réalité plus prégnante, puisqu’il a joué un rôle clé dans la façon dont le FN a modifié une partie de son discours. Le 20 Septemebre 2006 à Valmy, haut lieu de la Révolution française, Jean-Marie Le Pen annonce sa candidature à la présidentielle et prononce un discours qui doit beaucoup à Philippe Péninque. On retrouve également « sa patte » dans le discours prononcé par Jean-marie Le Pen le 1er Mai 2010.

    Au début des années 70, Philippe Péninque est partisan d’un nationalisme plutôt musclé

    Phillippe Péninque milite dans des groupes d’extrême droite. D’abord à Occident (dissous en 68), puis au GUD, le Groupe union défense, réputé pour faire le coup de poing contre les « gauchistes » et puis à Ordre Nouveau.

    A cette époque, il étudie l’histoire et le droit puis intègre Sciences Po Paris. En 1976, il rédige un mémoire sur l’extrême-droite extra-parlementaire dont le titre annonce la couleur : « La politique à coups de poings. » Un document de 90 pages dans lequel Philippe Péninque décrit de façon très documentée l’évolution des différents groupes d’extrême droite et la naissance du Front national en 1972. Sa matrice idéologique est déjà en place : il s’agit pour lui de séparer l’extrême droite de ses pires références. Il s’agace de la façon dont cette extrême-droite est alors perçue :

    « L’extrême-droite hante les consciences politiques collectives de ses ennemis, fantasmes sans cesse renaissant des inconscients gauchisants, terreur des bien-pensants. Ce « fascisme » qu’ils voient partout, telle l’hydre aux mille têtes, s’étendrait en tous lieux, son ombre menaçante toujours prête à assombrir le ciel radieux de nos démocraties libérales. »

    Au début des années 1980, Philippe Péninque s’associe avec l’avocat Jean-Pierre Emié, autre ancien du GUD.

    Parmi les dossiers dont il a la charge, il défend aux côté de Marine Le Pen – qui n’est alors pas encore entrée en politique – des membres du GUD poursuivis pour l’occupation des locaux de Fun Radio, en mai 94.

    Le nom de Philippe Péninque est cité en marge de plusieurs affaires

    Cahuzac_fraude_fiscale54654L’avocat se spécialise dans l’ « optimisation fiscale », un domaine qui, selon lui, n’a « rien à voir » avec la fraude fiscale.  Son nom se retrouve cité en marge de plusieurs affaires. La première est l’affaire Cahuzac durant laquelle il est entendu comme témoin par le juge Van Ruymbeke. Cahuzac et Péninque sont amis, ils font du sport, de la boxe et du golf ensemble.

    En Décembre 1991, Philippe Péninque ouvre un compte UBS pour Jérome Cahuzac, alors spécialisé dans la greffe de cheveux. L’avocat lui aurait  « conseillé par écrit » de déclarer ce compte. Le nom de Philippe Péninque est aussi cité en marge de l’affaire Karachi.

    Le responsable d’une société de sécurité pour la campagne d’Edouard Balladur en 1995 explique aux enquêteurs qu’il aurait remis de l’argent liquide à Philippe Péninque, lequel aurait également ouvert un compte pour lui à Genève.

    Le 15 avril 2013, Philippe Péninque est entendu comme témoin par le juge Van Ruymbeke. Il soutient devant les juges :

    Non, il ne m’a jamais remis de fonds. Est-ce que je suis allé (avec lui) pour ouvrir un compte ? Je ne le crois pas et je ne le pense pas.

     

    Et ajoute :

    Je n’ai rien à voir, ni de près, ni de loin, avec cette affaire »

    Philippe Péninque est  cité dans une troisième affaire, laquelle concerne des soupçons de fraude fiscale. En 1996, un juge de Coutances enquête sur un trafic de cannabis dans lequel l’avocat est soupçonné de blanchiment. L’ accusation écartée, il est ensuite soupçonné de complicité de recel de fraude fiscale. Philippe Péninque passe 4 mois en détention préventive, avant d’être relaxé en Mars 2003 par la Cour d’appel de Paris, et dédommagé par une commission d’indemnisation. Même s’il est toujours officiellement membre du barreau, Philippe Peninque cesse d’être avocat dans les années 2000. Il est ce qu’on appelle « avocat omis ».

    « Je ne fais jamais d’affaires avec le Front national »

    Actionnaire de certaines sociétés, dans lesquelles on retrouve parfois des anciens du GUD, Philippe Péninque clame ne pas faire d’affaires avec le Front National. Il a cependant joué un rôle clé dans un bras de fer judiciaire qui concerne les finances du Front national. L’épisode se déroule en 2007 après l’échec électoral du FN à la présidentielle et aux législatives.

    Fernand Le Rachinel, un imprimeur proche de Jean-Marie Le Pen, prête personnellement de l’argent au FN :  8 millions d’euros dont plus de 6 millions pour les législatives.

    Au lendemain des élections, l’imprimeur souhaite être remboursé mais les caisses du FN sont vides. Fernand le Rachinel finit par demander à un huissier de prendre une « saisie conservatoire » sur le siège du FN. Sous l’impulsion de Philippe Péninque, l’affaire vire au bras de fer judiciaire. L’imprimeur obtient finalement gain de cause devant les tribunaux le 11 février 2009 lorsque la Cour d’appel de Versailles oblige le FN à le rembourser.

    Philippe Péninque se défend de toute ambition politique

    marine-le-pen-a-new-york-pour-le-gala-du-time-web-tete-02123634330Philippe Péninque préfère rester dans la coulisse pour accompagner l’ascension politique du FN qu’il juge inéluctable. A ses yeux, en incluant ceux qu’il appelle « les victimes de la mondialisation » l’espace électoral théorique du FN se situe autour de 65% des électeurs : 2/3 à droite. Un tiers à gauche.

    En plus de son rôle de « boite à idées », il sert également de passerelle entre le FN et le monde de l’entreprise.

    « Même des grands patrons viennent vers nous », assure Philippe Péninque, même s’ils restent pour l’instant discrets.  Homme de l’ombre qui entend le rester : « ce qui est important au Front, dit Philippe Péninque, c’est ce qui ne se voit pas… »


    votre commentaire
  • L’élu FN au conseil départemental Claude Thion quitte ses fonctions ..

    Les deux élus Bourguignons avec le ravi de la crèche.

    Alors qu’il faisait partie du seul binôme Front National a avoir été élu en Bourgogne en mars dernier, Claude Thion a décidé de renoncer à ses fonctions.

    Le conseiller départemental démissionnaire Claude Thion invoque des raisons personnelles, qui l’empêcheraient d’honorer convenablement son mandat et qu’il motive dans une lettre de démission envoyée à André Villiers, le président du conseil départemental, en évoquant une divergence de point de vue avec son parti.

    Logiquement, c’est son suppléant, André Fischer qui devrait lui succéder. Mais ce retraité de 70 ans habitant le canton de Chéroy hésiterait à reprendre le flambeau

    En cas de refus d’André Fischer, les électeurs seront appelés aux urnes pour une élection partielle, le front national est lui resté très discret autour de ce sujet.

    Une situation que l’opposition commente sur les réseaux sociaux :
      »Et du coup ? Les habitants de Villeneuve risquent de se retrouver avec un élu qui habite Brannay ! Alors, le FN ? Des pratiques nouvelles, des têtes nouvelles, tout ça pour ça ? »


    votre commentaire
  •  Le Grand nettoyage de printemps au FN ..

    Au FN, la purge a commencé

    Jean-Claude Jaillette..
     
    Dans son numéro en kiosques jeudi et disponible dès ce mercredi au format numérique, "Marianne" révèle que les cadres qui soutiennent encore le fondateur du parti sont poussés vers la sortie. Après la dédiabolisation, voici venu le temps de la délepénisation.
    ALFRED/SIPA

    Ils étaient secrétaires départementaux, désignés à ce poste après des dizaines d'années passées à militer au Front national. Dans le Val-d'Oise, dans le Morbihan, dans les Pyrénées-Atlantiques. Tant d'années à galvaniser les militants, à se présenter aux élections, à coller des affiches. Les voilà démis de leurs fonctions et remplacés illico.

    Certains avec les formes et les hommages de leur successeur. D'autres, comme Alexandre Simonnot dans le Val-d'Oise, sur un coup de fil de Nicolas Bay, le secrétaire général du parti, sans entretien préalable. Certains restent loyaux à leur direction, comme Jean-Paul Félix dans le Morbihan quand d'autres ont claqué la porte du parti avec le sentiment d'être les premiers d'une purge qui s'annonce, comme Claude Heintz dans les Pyrénées-Atlantiques. Amer, il relaie désormais sur Twitter les messages critiques à l'égard de Florian Philippot, le vice-président. « Avant, le parti c'était une grande famille, maugrée Alexandre Simonnot. Aujourd'hui, sous prétexte que je suis catholique tradi et que je considère que ne pas avoir participé à La Manif pour tous a été une erreur majeure, les amis de Florian Philippot me virent et cassent la fédé. »

    Robert Morio, secrétaire départemental de l'Aude, conseiller régional et conseiller municipal de Carcassone, n'a pas encore reçu le coup de fil fatal. Mais il se sait sur la sellette. « J'ai été récemment l'objet d'un audit, et j'attends la décision, dit-il. Mais j'ai bien compris que j'étais un peu ancien au FN. La nouvelle direction essaie d'effacer ceux qui ont un peu trop de mémoire. »

    Comme si, après avoir attendu, tels des chasseurs, le moment opportun pour expulser Jean-Marie Le Pen hors du parti, Marine Le Pen et Florian Philippot poussaient vers la sortie les cadres qui le soutiennent encore, faisant fuir les adhérents, qui ne comprennent pas ces purges. Et l'on comprend mieux pourquoi le fondateur du parti juge que les chances de sa fille d'être présente au second tour de l'élection présidentielle s'amenuisent, faute de troupes aguerries pour mener campagne.

    --------------------------------

     

    >>> Retrouvez cet article dans le numéro de Marianne en kiosques ...

     

     


    votre commentaire
  • Posté par: Pieds Noirs 9A.. La Belle de Khacem et ses clowns ..

     Dans Histoire d'humour..

    Patrice Mercier - Toi, le père

    "Marine Le Pen est un pire que l'UMPS !! Là, l'adversaire vous combat de dos !"

    C'est, il est vrai, une leçon de l'histoire. Mais  pour les vrais Nationalistes  " ce n'est qu'un détail de l'histoire"...Pieds Noirs 9A..


    votre commentaire