• Par: Pieds Noirs 9A..

     


    votre commentaire
  • Mariage gay : Marion Maréchal-Le Pen dérape .

    968afeee387184a840e24d9e6ba99

    Marion Maréchal-Le Pen, députée FN du Vaucluse.

    En déplacement en Italie, la députée frontiste du Vaucluse a déclaré craindre que la reconnaissance du mariage homosexuel n’ouvre la voie à des dérives, « notamment la polygamie ».

    C’est un véritable pavé dans la mare qu’a jeté Marion Maréchal-Le Pen lors de sa tournée de deux jours à Milan. Venue en Italie remercier son allié de la Ligue du Nord pour son soutien pendant les régionales en Paca, Marion Maréchal-Le Pen a mis un bémol au refrain de la « France apaisée » entonné par le FN depuis le début de l’année. Lors d’une conférence de presse, la députée du Vaucluse a affirmé craindre que la reconnaissance du mariage homosexuel n’ouvre la voie à la polygamie.

    Cela risque « d’ouvrir la voie à des dérives »

    Selon elle, le mariage entre personnes du même sexe risque « d’ouvrir la voie (…) à de très nombreuses dérives. D’autres minorités chercheront à faire reconnaître leur forme d’amour, je pense notamment à la polygamie ». La députée listait les points communs entre le FN et son allié italien anti-immigrés et anti-européen qui l’avait soutenue par une lettre du président « leguiste » de la région Lombardie, Roberto Maroni, lors de sa candidature de décembre en Paca. Elle a également déclaré que le mariage ne devait pas être « une reconnaissance sociale de l’amour ».

    Au lendemain d’une réunion publique à Rome, elle a listé les convergences sur la souveraineté, l’UE, l’hostilité à Schengen, à l’euro ou encore la crainte des « conflits » liés à « l’arrivée massive d’une population qui viendrait presque en remplacer une autre sur une partie du territoire ». Sa déclaration, rapprochant le mariage homosexuel de la polygamie, intervient alors que l’Italie, dernier grand pays d’Europe occidentale à ne reconnaître aucun statut aux couples de même sexe, vit un débat agité autour d’une loi a minima, la loi dite Cirinnà, sur les unions civiles.

    AFP


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • La Ligue Patriotique 36


    Buzançais dans l'Indre, cela ne fait pas la jouissance
    des locaux et cela se comprend ...Buzançais se trouve dans une situation tragique de par la force du préfet, ainsi du gouvernement socialiste qui en porte la responsabilité ...
    Buzançais se trouve sur la route de Tours en sortant de Châteauroux.
    En date du 30 septembre 2015, le conseil municipal de cette petite ville d'environ 4500 /5000 habitants
    étant opposé à l’unanimité à l’installation d’un CADA qui prévoyait l’accueil d'environ 80 demandeurs d’asile : dont 50 logés dans l’ancienne caserne de gendarmerie (vide depuis 2008 sans penser une seule seconde à nos SDF français) et 30 autres dans des logements sociaux.
    La Nouvelle République (presse locale du 02.10.15) : la localité de BUZANCAIS DIT NON AUX DEMANDEURS D’ASILE. Le maire en étant conscient de cette situation, juge que la commune n’a pas les moyens de recevoir cette population que ce soit au niveau scolaire et au niveau médical où là aussi il y a
    manque de médecins. Il pense qu’il y a risque de stigmatisation de ces réfugiés en les installant en plein
    centre-ville où se trouve cette gendarmerie désaffectée. Pour ma part ce sera un nouveau dépotoir local
    au sein de ce grand village. D’autre part, il fait savoir que la ville n’était pas contre l’accueil de réfugiés
    puisqu’elle était prête à accueillir 3 familles. (déjà trop inclus par la masse sur notre territoire Français).
    Le pire à cela, le 15 décembre 2015, comme nous l’apprend un autre article, « DES DEMANDEURS D’ASILE
    A BUZANCAIS », un communiqué de la préfecture officialisait l’ouverture d’un CADA de 80 places à
    Buzançais au 1er semestre 2016 ! On y apprend que le bâtiment, propriété de l’État, sera réhabilité par
    ADOMA « 1er opérateur national pour l’hébergement et l’accompagnement des demandeurs d’asile ». Il
    accueillera 50 personnes… 30 autres « dans le parc social » … « les personnes bénéficient d’une allocation
    qui leur permet de subvenir à leurs besoins (achat de nourriture etc.… au frais du contribuable). Les
    services de l’État veilleront au bon fonctionnement de l’ensemble du dispositif. La commune de Buzançais
    sera tenue précisément informée de la mise en place de ce CADA ». Dont elle subira chaque jour les pires
    ennuient et plaintes de locaux.
    Nous comprenons par cette décision que le maire est une bulle d'air dans un verre d'eau. Cette décision
    est purement stalinienne ... ET POURTANT ! Le président du Département, l’Association des maires de
    l’Indre et le président du Sénat étaient contre… Ils vont vraiment créer un ghetto avec des détruites
    comme à la jungle de Calais
    Ce n’est pas nouveau de dire que la région Centre où se trouve Buzançais est une terre de précarité pour
    les immigrés : beaucoup sont au chômage, même les plus diplômés, et plus particulièrement les femmes.
    Ils sont surtout employés dans le nettoyage, dans le bâtiment et comme employés de maison. Il y a un an,
    2 articles de la NR attestaient que la pauvreté était en augmentation : « Berry : le visage de la pauvreté »,
    « Inscriptions aux restos en hausse » cette année, hausse du chômage de plus de 7% dans l’Indre, ou sa
    Zone industrielle de la MARTINERIE qui vient de perdre encore 50 emplois ces derniers jours.
    Donc, on ne peut se voiler la face, nous n’aurons pas la possibilité d’offrir un avenir meilleur à tous les
    immigrés qui désirent s’installer chez nous, disons même en France tout entière.
    Alors à quoi bon ajouter dans les petites communes de la pauvreté à la pauvreté ? ou même la plaine
    céréalière dont les céréaliers n’embauchent pas de personnel dû au matériel sophistiqué et modernisé.
    Donc, on ne peut se voiler la face, nous n’aurons pas la possibilité d’offrir un avenir meilleur à tous les
    immigrés qui n'ont pas les mêmes façons de vie, qui désirent s’installer chez nous, disons même sur le
    territoire France toute entière
    D’autre part, il serait bien normal également de tenir compte de l’avis de la population quant à savoir si
    les habitants sont d’accord ou pas, sinon la cohabitation avec les demandeurs d’asile risque de mal se
    passer ...Vraisemblablement, ils viendront de la jungle de Calais qu’il faut « désengorger ». Châteauroux
    en a accueilli 14 il y a 3mois environ … et d’autres viendront sûrement puisqu’il y aura extension de la
    capacité du CADA de la ville.
    La préfecture de l’Indre aux ordres du pouvoir de gauche sait bien qu’elle ne risque pas trop de
    déclencher des manifestations propres à menacer l’ordre public malgré le durcissement de l’opinion en
    matière d’immigration, dans l’Indre, dans l’ensemble, les gens sont pacifiques. Car beaucoup dorment
    encore ou un matin le réveil sera dur, très dur...
    Comme nous le savons, les politiciens de gauche dans leurs idéologies droits de l’hommiste, (tout le
    monde il est beau, tout le monde il est gentil), qui se pâment devant tout ce qui est exotique, mais qui
    sont dénués de tout sens pratique, salueront de telles initiatives. Ils seront appuyés par les
    média-médio(cres) qui sauront mettre en vedette pour l’occasion quelques illégaux, histoire de
    culpabiliser ceux qui ont le tort de ne pas penser comme eux, les auto-proclamés détenteurs de la vérité
    quant à savoir ce qui est bien ou mal. sans pensé un seul instant ,Valeurs, coutumes, famille, patrie .Ou on
    souille le drapeau français qui amuse la galerie étrangère, comme nous voyons les produits de
    consommations alimentaires changer de forme par le pouvoir du gout et faire plaisir à l'étranger par la
    complicité de nos Hommes politique malaxé par le mondialisme, d'une islamisation uniquement pour
    détruire un peuple, voir le peuple Européens ,par un génocide fatal au détriment de ses messieurs ,
    histoire de culpabiliser ceux qui ont le tort de ne pas penser comme eux, les auto-proclamés détenteurs
    de la vérité quant à savoir ce qui est bien ou mal.
    Buzançais avait-elle besoin qu’on lui impose des migrants ? Comme beaucoup de communes en France,
    elle a déjà à régler suffisamment de problèmes par rapport à l’économie, l’insécurité, la désertification
    médicale… quand ne s’y ajoutent pas les méfaits dus à des éléments naturels. Il suffit de lire la presse
    locale chaque jour pour s’en rendre compte
    Dont il ne faut pas oublier qu'ils font parfois appel à des avocats et aux associations pour trouver le moyen
    de bénéficier du système d’aide à la française. Sur l’ensemble, peu de ré-accompagnements sont
    effectués. C’est pourquoi « la politique du droit d’asile est devenue la principale source d’arrivée
    d’immigrants clandestins » dont on ne sait plus que faire ! Alors on essaie d’éparpiller les illégaux à la va
    comme je t’pousse ! Mais la pilule passe de plus en plus mal… Et malgré les évidences, Manuel Valls se
    tient ferme dans ses grandes bottes et refuse d’admettre la réalité en attaquant avec force le rapport de
    la Cour des Comptes !
    Quelques exemples récents concernant cette commune :
    Mois de Juillet : Agression de 2 gendarmes dans le cadre de leurs fonctions alors qu’ils intervenaient sur
    une bagarre lors d’une fête. Les 2 individus concernés, domiciliés dans la commune sont selon la formule
    très souvent employée « déjà connus de la justice » ben évidement que voulez-vous.
    Fin Août : inondations suite à de violents orages
    Fin Octobre : plan social chez la société Vectra. Annonce de 7 licenciements sur une cinquantaine de
    personnes que le site emploie ;
    Le 9 Décembre : braquage du Lidl (magasin) en centre-ville à 11h45, nombreux clients terrorisés, un
    homme encapuchonné a pointé une arme sur la tempe d’une caissière, butin 1500 euros. Désormais un
    vigile se trouve devant la porte.
    Le 15 Décembre : 2 camions très récents ont été volés dans les garages des services techniques
    municipaux, camions chargés de matériel municipal : tondeuses, tronçonneuses, taille-haies…appareil de
    sonorisation…pare-chocs de 2 véhicules utilitaires…
    Les 2 camions ont été retrouvés carbonisés le lendemain dans le Loir-et-Cher…Ben pourquoi pas la vie est
    belle et joyeuse avec sa liberté et son laxisme.
    Alors, sûr que l’installation du CADA risque d’ajouter bien des tracas dont la commune se passerait bien.
    Nous suivrons l'affaire a la lettre qui ne sera pas tellement réjouissante à mon avis ?
    Ce n’est pas encore la jungle partout, mais nous y arrivons dans des secteurs bien déterminer par nos
    pouvoirs publics ...


    votre commentaire
  •  

    Dans l'Indre .

    Dans cette petite localité paisible, les habitants vont être obligés de subir le parachutage de migrants

    Demandeurs d'asile : à Buzançais, le climat s'alourdit

    Les habitants de Buzançais craignent pour la tranquillité de leur ville. - Les habitants de Buzançais craignent pour la tranquillité de leur ville. - (Photo NR, Patrick Gaïda)
     
    Les habitants de Buzançais craignent pour la tranquillité de leur ville. - (Photo NR, Patrick Gaïda)

    L’ouverture annoncée d’un centre d’accueil pour demandeurs d’asile (Cada) inquiète fortement la population. Dans les rues de la commune, hier, personne ne semblait accepter le choix de l’État.

    Monique et Juliette ne cachaient pas leur plaisir de faire des emplettes sous le soleil radieux qui illuminait Buzançais, hier après-midi. Mais leur sourire s'est figé au moment d'aborder le sujet brûlant du moment : l'ouverture prévue, avant la fin du premier semestre, de quatre-vingts places pour demandeurs d'asile dans l'ancienne gendarmerie et dans des logements sociaux. « Nous sommes contre, tonnent-elles. Il n'y a pas assez de médecins, ici. Pourquoi pas trois ou quatre familles mais pas quatre-vingts personnes dans une commune de 4.500 habitants. Et puis qui va payer ? C'est nous ! »

    " J'ai peur pour mes filles "

    L'abandon par la Ville du combat judiciaire (NR d'hier) a levé tout obstacle à la mise en œuvre du projet. Très vite, le discours des deux septuagénaires, alimenté par la rumeur et la méconnaissance du sujet, se durcit. « Il paraît qu'il n'y aura que des hommes. J'ai une petite-fille de 15 ans, moi. » L'insécurité est au centre des préoccupations. « Il y a des choses sur les trottoirs, des cannettes de bière. » La faute aux demandeurs d'asile qui ne sont pourtant pas encore arrivés ? « Ils ne sont pas loin. » Et puis, « à Paris, ils nous crachent dessus dans le métro ». Peu acceptent de témoigner sans l'anonymat. Comme ce couple de jeunes retraités, croisé aux abords du parc de jeux. Une fois rassuré, il se lâche jusqu'à tenir des propos condamnables. Les premiers d'une longue série s'allongeant au fil des rencontres. Un écho à une inscription effacée, mais lisible, sur le mur de l'ancienne gendarmerie : « Mort aux migrants ».
    Un peu plus loin, une femme de 27 ans assure qu'elle va quitter la ville : « J'ai deux filles de 3 mois et 4 ans, j'ai peur qu'ils leur fassent du mal ». Dans la rue principale, elle entame la discussion avec deux hommes de 56 et 60 ans. Eux aussi, affichent leur opposition : « Il y a beaucoup de chômage, ici. On va mettre à la porte des gens pour leur donner du boulot ». Seul Arnold, 90 ans, tente de se rassurer : « Il y a derrière un drame humain. C'est un problème compliqué qui, j'espère, va bien se terminer ».
    La plupart des commerçants rencontrés refusent de verser dans le scepticisme mais ne croient pas à l'intérêt économique de l'arrivée de demandeurs d'asile. La patronne d'un bar du centre-ville craint même pour la valeur de son commerce. Quant au boucher, il tempère : « A leur place, on serait peut-être heureux d'être accueillis ». Mais déplore un manque d'informations. « Le préfet a décidé de se déplacer ? Il serait grand temps. » Alain Espinasse doit prochainement tenir une réunion d'information à la population.

    bertrand.slezak@nrco.fr

    Bertrand Slézak  La nouvelle république

    votre commentaire