• ROGER 22 ANS HANDICAPÉ LA CAF LUI REFUSE SA RENTE, POUR LES MIGRANTS C’EST GÎTES, COUVERTS ET ALLOCS .

    La justice n’a pas donné raison au « petit soldat » de Fréjus pour sa demande de rente complémentaire handicapé. Les parents de ce garçon atteint d’une maladie unique au monde sont désemparés.

    Ils sont sortis du tribunal excédés et scandalisés. Rogers (1) et ses parents, lundi, se sont dit "révoltés" par la décision du juge de donner raison à la Caf (2).

    "Notre fils touche un peu plus de 800 euros par mois au titre de la rente handicapé, résume Ange, le papa de Rogers. La MDPH (3) nous avait écrit, noir sur blanc, en 2013, que mon fils avait aussi droit à un complément de ressources. Or, la Caf refusait de nous verser ce complément.

    On a porté cette affaire devant la justice. Pendant deux ans, on nous a baladé et maintenant, le juge donne raison à la Caf. C’est scandaleux !" Pourquoi?

    Car, selon la Caf, pour toucher ce complément, il faut que la situation du demandeur corresponde à un certain nombre de critères.

    Maladie comme législation exceptionnelle ?

    "Rogers satisfait à tous les critères pour toucher cet argent, sauf celui d’habiter dans un logement indépendant. Mais ce n’est pas possible ! Il a besoin d’assistance 24 heures sur 24, du matin au soir et même la nuit !

    Quand il part à l’hôpital pour trois semaines par exemple, je dis toujours qu’on est deux à être hospitalisés trois semaines ! Si au moins il existait plus d’appartements adaptés pour les handicapés... Mais c’est très loin d’être le cas".

    Vivant cette situation comme une injustice, le père est remonté : "Mon fils est-il condamné à vivre aux crochets de la société ? Je me bats tous les jours pour organiser des événements et récolter ce qui est nécessaire pour continuer la recherche médicale dont a besoin Rogers.

    Les frais sont très importants... Je demande qu’à maladie exceptionnelle, législation exceptionnelle ! On parle de plus en plus à la télé des maladies orphelines, mais il faudrait que la loi suive !

    Le juge nous a répondu “Ce sont les députés qui font la loi, contactez-les”. Mais le temps que ça bouge dans l’hémicycle, mon fils sera-t-il toujours de ce monde ?"

    1. Ce jeune Fréjusien est atteint d’une maladie orpheline dont il est l’unique cas au monde, la dysplasie osseuse avec retard.

    2. Caisse d’allocations familiales.

    3. Maison départementale des personnes handicapées.

    Des nouvelles de sa santé

    Une mauvaise nouvelle n’arrive jamais seule... Hélas. En plus du combat judiciaire qui ne tranche pas en la faveur de Rogers, ses parents ont également appris, il y a quelques jours, que la nouvelle molécule élaborée par les chercheurs ne convenait toujours pas.

    Censée le soulager, cette molécule n’a pas eu l’effet escompté, hélas.

    Et il serait même envisagé, à terme, une greffe de moëlle osseuse. Le groupe d’experts immunologues de l’hôpital Necker, à Paris, qui suivent Rogers, viennent d’annoncer la mauvaise nouvelle.

    Pour supporter ses douleurs

    "Du jamais vu", "c’est un cas décidément exceptionnel", commentaient d’ailleurs les médecins.

    Si un doute concernant la singularité de sa maladie subsistait encore dans certaines têtes, force est de constater qu’il est désormais entièrement dissipé...

    Il s’agit pour l’heure de monter à nouveau un nouvel atelier d’immunologie pour permettre d’arriver enfin à une nouvelle formule qui puisse faire supporter à Rogers ses atroces douleurs.

    L’immunologie et la génétique sont les deux principaux domaines dans lesquels s’effectue une recherche hélas bien onéreuse.

    Pour un don ou contacter la famille, appelez le 06.61.48.26.85 ouwww.lespetitsangesdelavie.com

    http://www.varmatin.com/temoignage/atteint-dune-maladie-orpheline-rogers-desempare-apres-une-decision-de-justice-31484


    votre commentaire
  • Le car des lycéens de Cournon en route pour l'Angleterre dévalisé à Calais [mis à jour]

    Leur voyage en Angleterre, ils ne l'imaginaient certainement pas comme ça, comme le spectacle qui s'est offert à leur yeux aujourd'hui dimanche, au réveil : autour du bus, toutes leurs valises et tous leurs sacs étaient éventrés. Tout ce qu'ils avaient pu y laisser de précieux avait disparu.
    Cette quarantaine d'élèves du lycée Descartes, à Cournon d'Auvergne, est partie samedi matin pour un voyage linguistique d'une semaine à Orpington, dans le sud-est de Londres.

    Ils ont fait escale au Centre européen de séjour de Calais hier soir, pour y passer la nuit et repartir ce matin. Pour cette simple escale, ils ont décidé de laisser leurs plus gros bagages dans la soute du car, et de n'emporter avec eux que le nécessaire.

    Mal leur en a pris. Le bus a été dévalisé. "Ça a été la panique totale, raconte le père d'une lycéenne. Il manquait des fringues et des valises. Certains avaient de l'argent dedans."
    Une dizaine de bagages dérobés

    Les élèves ont tout de même repris la route en direction de l'Angleterre ce dimanche matin. "On ne fait pas revenir un bus parce qu'il manque quelques affaires dans les bagages, explique Sandrine Pérals, proviseure du lycée Descartes. Il faut que les élèves poursuivent leur séjour, s'amusent et profitent de leur voyage. Il n'y a aucun danger immédiat pour les enfants."

    La préfecture du Pas-de-Calais confirme qu'une dizaine de bagages ont été dérobés dans ce bus stationné place du Maréchal-de-Lattre-de-Tassigny, à Calais. Mais pour l'heure, aucune plainte n'a été déposée auprès des policiers. Selon la proviseure, chaque famille devra le faire au retour des élèves, avec l'inventaire de ce qui leur a été volé."
    Jean-Baptiste Ledys 
    http://www.lamontagne.fr/

    votre commentaire
  • Alors que leur république "française" célèbre aujourd'hui les accords d'Evian du 19 mars 1962, nous préférons, nous autres les nationalistes à la mémoire longue, vous présenter la vérité crue, afin que chacun comprenne bien pourquoi ceux qui condamnent les Français qui combattaient les "rebelles algériens" téléguidés par les Nation Unis et le communisme international sont des ordures finies : 

    Guerre d'Algérie : ce qu'Hollande ne vous montrera pas
    Guerre d'Algérie : ce qu'Hollande ne vous montrera pas
    Guerre d'Algérie : ce qu'Hollande ne vous montrera pas
    Guerre d'Algérie : ce qu'Hollande ne vous montrera pas
     
     

    Partager cet article


    votre commentaire
  • 19-MARS : DES HARKIS EN FORCE AU MÉMORIAL DE RIVESALTES POUR DIRE QUE CETTE DATE NE MARQUE PAS LA FIN DU CONFLIT MAIS LE DÉBUT D'UN MASSACRE

    Publié par Guy Jovelin le 19 mars 2016

    Le 19 mars à 15h26 

    PHOTO/MICHEL CLEMENTZ

    Entre 150 et 200 harkis se sont réunis ce samedi, devant le mémorial du camp de Rivesaltes, pour dénoncer leur "abandon" par la France et "l'insulte" de François Hollande en ce 19 mars. Brandissant en particulier une pancarte "19 mars" barrée d'un bandeau de deuil, les harkis "veulent rappeler à toute la France notre abandon" en cette date anniversaire du 19 mars 1962, a déclaré Hocine Louanchi, coordinateur du Rassemblement militant de la cause harkie. "Le 19 mars, c'est la date de notre massacre", a-t-il poursuivi, "François Hollande a voulu nous insulter" en commémorant pour la première fois le cessez-le feu décrété le 19 mars 1962 en Algérie au lendemain des accords d'Evian.

    Les harkis, dont certains venus d'autres départements, comme le Nord ou l'Ariège, ont déposé une gerbe sur le mémorial du camp de Rivesaltes, près de Perpignan, où nombre d'entre eux avaient été enfermés dans des conditions insalubres ou ont péri, au sortir de la guerre d'Algérie. "On oublie nos morts, où sont nos morts?", a déclaré à la foule M. Louanchi, qui a passé neuf mois à Rivesaltes. Il a qualifié le mémorial du camp, inauguré en octobre par le Premier ministre Manuel Valls, de "falsification" de l'Histoire: "on n'a pas écrit notre Histoire, on nous a gazés sur le plan psychologique", a-t-il dit, estimant que l'exposition à l'intérieur du mémorial donnait "l'impression que nos parents sont venus ici en colonie de vacances". "C'est pour l'honneur de nos parents, pour notre reconnaissance et pour une loi de réparation sans cesse promise et jamais votée" que les harkis manifestent ce 19 mars, a ajouté M. Louanchi, qui fut l'un des acteurs des premières révoltes harkies de 1975.

    Selon lui, "la responsabilité de la France dans le drame des harkis est actée"et François Hollande doit tenir sa promesse électorale d'avril 2012 de reconnaître cette responsabilité "dans l'abandon des harkis, le massacre de ceux restés en Algérie et les conditions d'accueil des familles transférées dans des camps en France". L'initiative présidentielle, cette année, de commémorer le cessez-le-feu est contestée par de nombreuses associations d'anciens combattants et de pieds noirs pour qui le 19 mars marque non pas la fin du conflit algérien, mais le début de l'exil et du massacre de civils et des harkis.

     

    Source : http://www.lindependant.fr/


    votre commentaire
  • HAYANGE|Débordements d'un élu FN
     
     Posté par:
    Ligue patriotique 36
     
     
     
    HAYANGE|Débordements d'un élu FN en pleine commémoration du 19 mars 1962

    Provocations, violence, inepties : l’élu FN de Hayange insulte la mémoire des anciens combattants en pleine commémoration.

    L’association Hayange, plus belle ma ville s’indigne des agissements et du comportement inadmissible de l’adjoint au maire chargé de représenter le maire FN de Hayange Fabien Engelmann à l’occasion de la commémoration de l’anniversaire de la fin de la guerre d’Algérie à Marspich ce matin.
    Sur sa page Facebook, ce dernier avait produit un communiqué de presse farfelu appelant au boycott de la cérémonie, en précisant qu’ « un adjoint au maire se pliera à la lecture du discours officiel. »
    Scène surréaliste ! Devant le monument aux morts, l’élu FN Francis Langlois accompagné de René Heidmann, contre le protocole, a forcé lecture d’un message du maire de Hayange condamnant violemment cette cérémonie, et provoquant stupeur et colère des anciens combattants et de la population sur fond de « sonnerie aux morts » et de « Marseillaise », le tout, sous la passivité la plus totale des policiers municipaux présents.
    Telle est la vision de la démocratie, de l’ordre et du devoir de mémoire par le Front National, exemple supplémentaire – comme s’il en fallait encore – des provocations et des atteintes régulières à la démocratie par cette municipalité.
    Nous ne pouvons garder silence devant de tels faits. Nous réclamons la démission immédiate de cet élu FN violent indigne de représenter la République.
    Julien Knaff, pour l’association “Hayange, plus belle ma ville

    votre commentaire