C’est de saison. Quand la justice s’intéresse à un élu et le place en garde à vue, c’est qu’il y a manigance. « Je trouve ça curieux que ça arrive et sorte à quelques semaines de la présidentielle », grommelle Fabien Engelmann. Soit.

Le maire d’Hayange a été placé en garde à vue cette semaine par les hommes du SRPJ de Nancy qui croulent sous les dénonciations et les plaintes déposées à l’encontre de l’élu du Front national. Cette fois, il s’agit d’une histoire de marché public et de l’achat de plusieurs photocopieurs pour les écoles de la commune. Un marché à plusieurs dizaines de milliers d’euros quand même.

L’élu a gardé le silence devant les enquêteurs et devant la juge d’instruction, qui l’a mis en examen mercredi. Une mise en examen sèche, sans contrôle judiciaire.

Hier encore, il ne souhaitait pas trop en dire, dans l’attente de savoir ce qu’il y a dans le dossier. Il s’est néanmoins laissé aller à une confidence : « Il est possible qu’en 2015, on ait fait vite. Les appareils étaient vétustes. Ce n’était que du noir et blanc… »

Les conditions de passation de ce marché intriguent. Est-ce que les règles du Code des marchés publics ont été respectées avec notamment une mise en concurrence ? Est-ce que le prix d’achat des appareils correspond à leur valeur réelle ? Est-ce qu’un intermédiaire proche du Front national se serait servi au passage ? Ce sont les questions qui se posent.

« C’est un dossier assez technique qui impose encore du travail », confie une source.

Fabien Engelmann en dira plus « une fois les investigations terminées. Je suis présumé innocent et peut-être que ça se finira par un non-lieu. »

K. G. (avec A. T.)

http://www.republicain-lorrain.fr