• Il y a moins de liberté en France qu’en Russie !

    Il y a moins de liberté en France qu’en Russie !

    Guy Millière nous avait habitués à plus de perspicacité dans ses précédentes chroni­ques que lors de sa charge contre Vladimir Poutine (n° 984).

    Quand il écrit que la liberté de parole n’existe pas en Russie, je suis surpris qu’il ne parle pas de la France. Je trouve souvent plus de vérités dans les médias russes que dans nos propres mé­dias subventionnés.

    S’agissant de la liberté d’entreprendre, M. Millière devrait aller sur le terrain demander à nos entrepreneurs quelle est leur liberté. Songeons à ce boulanger, dont parle le dernier ouvrage d’Agnès Verdier-Molinié, obligé de mettre deux salariés au chômage pour obéir à la « loi » qui contraint les boulangeries à fermer un jour par semaine…

    Si les opposants à notre gouvernement ne finissent pas en prison, ils n’en sont pas moins condamnés au silence par le boycott étouffant qui règne sur nos médias (demandez à Éric Zemmour).

    Dire que « l’orthodoxie » est imprégnée d’un fatalisme dogmatique est pour le moins risible quand aucun de nos évê­ques ne s’élève contre le génocide qui frappe les plus anciens chrétiens du monde (ils parlent encore l’araméen, la langue du Christ), que le Pape lui-même n’en dit guère plus et que seules quelques organisations caritatives chrétiennes tentent de leur venir en aide.

    Plût au ciel que l’on trouve en Occident quelques hommes d’état plus courageux que les nôtres ! Les scrupules d’un homme d’État ne peuvent, hélas, être du même ordre que ceux d’un particulier.

    Personne ne nie que de Gaulle fut un véritable homme d’État. Il n’empêche qu’il a laissé assassiner des dizaines de milliers de pieds-noirs et de harkis (M. Poutine n’a pas autant de victimes sur la conscience) et il a accueilli de manière ignoble les centaines de milliers de nos compatriotes chassés de chez eux.

    Ce n’est pas M. Poutine qui a conduit son pays vers l’affrontement ; c’est la stupidité des dirigeants européens ignares, qui ont pu imaginer, au mépris de l’histoire, qu’ils pourraient intégrer l’Ukraine, berceau de la Russie, dans un glacis anti-russe inféodé à l’OTAN

    Enfin, si M. Poutine entretient des liens avec les partis nationalistes, peut-être a-t-il compris que les séquelles de la révolution française et celles du marxisme ont détruit en Europe les sentiments religieux qui unissaient nos populations (religio signifie étymologiquement lien) et qu’il n’y a plus guère que les nationalismes qui puissent faire renaître les sentiments d’appartenance auxquels aspirent les populations et qui constituent leur ciment de leur cohésion.

    Aux temps où la France était encore attachée aux valeurs qui ont fait sa grandeur, les relations franco-russes étaient la plupart du temps cordiales.

    Jusqu’à l’avènement d’Henri IV, nos rois avaient du sang russe dans les veines (rappelons que Henri Ier avait épousé Anne de Kiev en 1051, Kiev étant alors la capitale de la Russie naissante). La renaissance d’une entente avec M. Poutine me paraît, en tout cas, largement plus conforme à nos intérêts nationaux que l’inféodation à l’impérialisme anglo-americain !

    Guy Eychenne

    4Vérités Abonnement

    http://www.les4verites.com/abonnement


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :