• Erdogan veut coloniser – puis annexer – l’Allemagne et les Pays-Bas

    Erdogan veut coloniser – puis annexer – l’Allemagne et les Pays-Bas

    Turquie-Erdogan-2 

    Erdogan représente une véritable menace pour le monde, notamment l'Europe et le Moyen Orient. De l'Asie mineure à l'Asie centrale en passant par l'Europe, le Proche et le Moyen Orient, le fou d'Ankara rêve d'expansion. Calife mégalomane, Erdogan-le-sanguinaire ment comme il respire lorsqu'il s'adresse à l'Occident y compris lorsqu'il taxe certains gourvernements européens (allemand et néerlandais) de "nazis", lui, Erdogan, le nazislamiste. Du reste, au plan interne, il ne cesse de révéler ses véritables projets impérialistes.

    -
    Que l'on se souvienne : Erdogan ne reconnaît toujours pas le génocide des chrétiens arméniens. Erdogan poursuit l’occupation militaire d’une bonne moitié de l’île souveraine de Chypre. Erdogan persécute des milliers de turcs chrétiens. En 2011, la population grecque chrétienne orthodoxe d'Istanbul comptait encore 2’500 personnes, sachant -- petit rappel -- que l’Asie mineure, aujourd’hui dite Turquie, était judéo-chrétienne avant l’arrivée des mahométans avec les génocides qu’ils ont perpétrés.
    -
    En 2013, Erdogan s’attirait des critiques de la part du secrétaire général de l’ONU, des Etats-Unis et d’Israël, car il alléguait que le sionisme serait, selon lui, un « crime contre l’humanité ». « Comme c’est le cas pour le sionisme, l’antisémitisme et le fascisme, il devient maintenant inévitable de considérer l’islamophobie comme un crime contre l’Humanité », ajoutait Erdogan.
    -
    Et, toujours pour mémoire, rappelons qu'en octobre 2016, Erdogan a remis en cause le traité de Lausanne de 1923 – fondateur de l’Etat turc moderne qui fixe les frontières de la Turquie actuelle – et évoqué une géographie du "cœur", dans laquelle les îles grecques, mais aussi des localités aussi éloignées que Mossoul, Alep et Kardjali, en Bulgarie, font, selon lui, partie d’une même entité : un Empire ottoman renouvelé sous sa présidence dictatoriale.
    -
    Voici le plan impérialiste d'Erdogan tel qu'annoncé par lui-même :  "On nous demande pourquoi on s’intéresse à l’Irak et à la Syrie, à l’Ukraine, à la Géorgie et à la Crimée, à l’Azerbaïdjan et au Karabakh [région disputée par Erevan et Bakou], aux Balkans et à l’Afrique du Nord. Mais ces pays ne nous sont pas étrangers. Comment faire la différence entre Rize et Batoumi [en Géorgie]. Comment évoquer Edirne sans parler de Thessalonique et Kardjali [en Bulgarie] ?, ajoute Erdogan.
    -
    Et le fou moustachu d'Ankara ajoute : Comment ne pas admettre que Gaziantep, Alep, Mardin, Syrte et Mossoul ne sont pas liés ? De Hatay au Maroc, vous trouverez les traces de nos ancêtres. C’est la même chose en Thrace [région à cheval entre la Turquie, la Grèce et la Bulgarie] et en Europe de l’Est. Aujourd’hui, lorsque nous parlons de la Syrie, de l’Irak, de la Crimée, de la Thrace occidentale et de la Bosnie, des gens nous regardent comme si nous étions des extra-terrestres. Mais pour nous, il ne s’agit pas d’autres mondes mais de morceaux de notre âme", conclut le président-dictateur islamiste Erdogan.
    -
    Et maintenant, Erdogan veut coloniser - puis annexer - l'Allemagne et les Pays-Bas, des pays "nazis", selon lui....

    Michel Garroté, 13.3.2017

     

    Source : lesobservateurs


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :