• Comment détruire le Français et la patrie ...

    Comment détruire le Français et la patrie ...

    Par: Pieds Noirs 9A..

    Article N°6054 du Jeudi 19 septembre 2019..

    Comment détruire le Français et la patrie ...

    Comment détruire le Français et la patrie en prenant l’argent dans les poches du contribuable, au profit des migrants !...

     

    Comment détruire le Français et la patrie ...

    Dès lors où nous n’avons plus de frontières et que nous sommes dans l’incapacité totale de gérer qui vient sur notre sol,et aller en vacances dans leurs pays en guerre ,<<Il ne faut pas nous prendre pour des cons>  pour revenir après leurs vacances,<<LA ILS ONT DES SOUS >>Alors non ce n'est pas des pauvres gens qui fuient la guerre...

    Je ne comprends pas la démarche de nos dirigeants avec cette action de vision .Tout porte à croire que d’ici quelques temps, leurs pays sera délivré des Kamikazes . Qu'ils retournent chez eux pour reconstruire leurs propres vie sur leurs terres natal et de l'embellir et de vivre selon leur culture ...

    La vérité, c’est qu’honnêtement, Il y a de quoi pensé et de voir clair dont notre pays qui est en crise ,nous avons de plus en plus de SDF , et nous dépensons l’argent du contribuable inutilement. Je trouve scandaleux que des retraités voient leurs retraites diminuer, que des taxes en tous genres fleurissent et nous appauvrissent, que notre pays s’endette de minute en minute. ET l'ont jette l'argent a tout va ! Les petites entreprises dans la misère sans aident ,des petits agriculteurs mettent fin à la vie laissant femme et enfants dans ce trou sans fond ...

    L’Émir du Qatar à propos de l’accueil des réfugiés syriens : « nous avons assez d’esclaves comme ça Telle fut la réponse cinglante de l’Émir du Qatar, cheikh Tamim ben Hamad Al Thani, à la question d’une journaliste de la BBC, lors d’une conférence de presse donnée , en marge de la visite de John Kerry, secrétaire d’État des États-Unis. question de la journaliste faisait écho à l’actualité récente (2016). Avec la crise des migrants que connait actuellement l’Europe, les pays du Golfe sont pointés du doigt du fait de leur attitude face à la situation, non sans raison d’ailleurs. En effet, un rapport d’Amnesty international notait que les six pays du Golfe –soit l’Arabie saoudite, le Qatar, le Koweït, Oman, Bahreïn et les Émirats arabes unis– n’avaient proposé aucune place d’accueil aux réfugiés syriens. Une situation incompréhensible quand on sait les efforts des autres pays musulmans de la région, qui ont bien du mal à gérer l’afflux de réfugiés, ce que soulignait ce même rapport, rappelant que la Turquie en avait accueilli 1,6 million, le Liban 1,1 million, la Jordanie 620.000, l’Irak 225.000 et l’Égypte 140.000. « Nous leurs donnons assez d’argent comme ça » D’ailleurs, le débat ne s’est pas limité aux sphères européennes, puisque , dans ces même pays du Golfe, le hashtag en arabe #Accueillir-des-réfugiés-syriens-est-un-devoir-du-Golfe a été très populaire sur Twitter. Des appels qui n’ont pas semblé émouvoir plus que cela l’Émir du Qatar. Ainsi, le cheikh Tamim ben Hamad Al Thani, interrogé sur le sujet par Asma Hafiz, journaliste de la chaîne BBC Arabic, a rétorqué que son gouvernement a donné beaucoup d’argent aux pays d’accueil pour soutenir leurs opérations humanitaires envers les demandeurs d’asile, et que, d’ailleurs, le Qatar avait « assez d’esclaves comme ça ». Difficile en effet de le contredire.Alors bien sur faudra bien que le petit Français soit l'esclave de l'autre ... 
     
    Petit paragraphe pour ceux que cela  intéresse ;
     
    Chute de l'empire romain
    Au IV ème siècle, raconte l’historien et militaire Ammienus Marcellinus (dans son livre «Res Gestae»),les Goths s’étaient installés dans les plaines du Nord de la mer Noire des deux cotés du Diestr. Ils avaient pris l’habitude - si on peut dire - de passer les frontières de l’Empire Romain pour y produire pillages variés et exactions de toutes nature. Sous Aurélien, puis Constantin, ils obtinrent un traité très favorable, faisant d’eux des «fédérés de l’Empire», gardiens des limes danubiens (avec une confortable prime financière annuelle à la clef). Gardiens contre qui ? Contre les méchants Goths (naturlisch… comme on disait déjà chez les Goths en ce temps là). Quand ils jugeaient que l’empire pouvait donner plus, ils procédaient à une ou deux intrusions violente ou virulente, et l’état crachait au bassinet. Après quelques décennies de ce modus-vivendi, les empereurs Julien, puis Valens réduisirent - avant que de les supprimer - les allocations annuelles accordés par leurs opulents prédécesseurs. Ceci se produisit à l’époque même où les Huns se ruaient sur l’Europe depuis le grand-est asiate, sans se soucier beaucoup ni des Ostrogoths, ni des Wisigoths, ni des Alains, des Daces, des Thraces ou des Romains de souche, ni des frontières, des limes, des limettes ou des queues de rats. Alors les Goths, après avoir combattu et avoir été piteusement défaits par ces Huns impétueux, demandèrent asile aux Romains. Les romains acceptèrent, à condition qu’ils entrent dans l’Empire sans armes. Ce à quoi il fut répondu que, dans les traditions Goths, un homme sans arme était un esclave, et qu’ils voulaient garder leur statut d’hommes libres, donc, garder leurs armes, toutes leurs armes ! Les romains acceptèrent… Bientôt les Goths arrivèrent en si grand nombre que toute limitation, toute maîtrise du flux devint impossible : ce fut une déferlante, à l’image de celle qu’on peut voir aux limes de l’Union Européenne en ce début du XXIème siècle. Rapidement, l’administration romaine corrompue et sans aveu de Dacie et de Thrace exaspéra les Goths : ils commencèrent à s’estimer libérés de leurs engagements vis-à-vis de Romains. En occurrence, ils choisirent de s’allier avec des légionnaires romains, eux-mêmes mutinés contre une telle administration. Furieux et sûr de lui, l’empereur Valens pris la décision de les punir en les attaquant au nord d’Andrinople, là où ils avaient organisé un vaste camp. Et l’imprévu arriva : ce que l’histoire a gardé en souvenir comme étant «La bataille d’Andrinople» fut la plus sanglante défaite jamais enregistrée par une armée romaine ; l’empereur Valens lui-même fut tué. En fait, Andrinople fut le flagrant début de la fin de l’Empire Romain. Ah, si les Romains avaient été plus vigilants quand ils acceptèrent en arme, et sans contrôle, les migrants Goths ! (Dans Wikipedia, on trouve quelques articles bien documentés, tant sur les Goths et sur Ammienus Marcellinus, que sur la défaite d’Andrinople) ...
     
    Pieds Noirs 9A..
     

  • Commentaires

    1
    Jeudi 19 Septembre à 16:16

    Ras le bol des migrants !

     

    Bonne soirée

    Amicalement

    Chantou

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :