• Notre-Dame. : Virginie Vota interpelle Macron, et décode son inquiétant discours…

      Résultat de recherche d'images pour "virginie vota"
     par Jacques Chassaing - 

    La jeune blogueuse, dont les abonnés ne cessent d’incrémenter le compteur de sa chaîne You Tube (L’Esprit Franc, 41 K) émet de sérieux doutes sur l’origine accidentelle immédiatement reprise en boucle le soir même de l’incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris.
    D’autant que l’encadrement de l’expression publique des experts par le gouvernement n’est pas de nature à lever l’opacité autour de la catastrophe.

    Pour mémoire, les images de l’incendie en 1 min.
    Dans la cathédrale Notre-Dame de Paris, aux alentours de 18 h 50, lundi 15 avril.
     


    https://youtu.be/FRGuJ0wVD-Y

    Le boniment de Macron ne passe pas

    Déjà des interrogations sur la combustibilité instantanée de bois très ancien avaient fusé. Nicolas Dupont-Aignan a immédiatement subi les foudres de la journaliste aux ordres, Ruth Elkrief, quand il a sous-entendu que la piste de l’attentat n’était pas à exclure : « la police a tort de privilégier une hypothèse ».
     


    https://www.youtube.com/watch?v=o6GhTA2vMP4

    Alors comme le récitant président Emmanuel Macron, qui respire la fausseté (1), parle au nom de « nous » et du « tous ensemble » concernant Notre-Dame de Paris, Virginie Vota prend la balle au bond et lui demande des comptes en pointant toutes les contradictions du discours présidentiel.
    De la piste accidentelle présentée comme la seule plausible, en passant par les commentaires se gaussant de l’incendie, par les promesses commerciales d’une nébuleuse reconstruction moderne, par la provenance et l’usage des millions  d’euros de dons, par le musèlement des experts, Virginie Vota veut savoir.
    « Depuis le début de l’année 2019, une église est profanée et vandalisée ou incendiée chaque jour en France. Un immense brasier a ravagé Notre-Dame de Paris lundi 15 avril 2019. Le feu se serait propagé à partir des combles, pourtant bâties avec le bois de la forêt primaire, très difficilement inflammable. 
    La cathédrale était alors en chantier pour restauration. Un chantier sur lequel il n’y avait ni point chaud, ni soudure. L’enquête privilégie d’office la piste « accidentelle ». 
    Comment est-ce possible ? Pourquoi un tel silence médiatique sur la multiplication d’actes criminels envers les églises et les chrétiens ?
    Dans ce contexte, difficile de croire à la cause accidentelle… 
    Le patrimoine appartient au peuple, l’État en est le garant et il n’a pas rempli ses devoirs : protection et sécurité.
    J’interpelle le président de la République, Emmanuel Macron, au nom des Français qui se posent, à juste titre, de nombreuses questions. »

    Président Macron, répondez!
     
     
    https://youtu.be/_Du9Pw52YJ8

    « Du chêne qui a 800 ans, c’est très dur, essayez d’en faire brûler »
    Benjamin Mouton, l’architecte en chef de Notre-Dame de Paris de 2000 à 2013, donne un avis professionnel sur le bâtiment et sa charpente (« la forêt »), stupéfait par la rapidité de l’incendie …  » du chêne qui a 800 ans, c’est très dur, essayez d’en faire brûler… du vieux chêne, pff… c’est pas évident du tout, il faut mettre beaucoup de petits bois pour y arriver. Je ne sais pas s’il y en avait… bon j’arrête de plaisanter. Moi ça me stupéfie beaucoup… »
    « Je ne vois pas d’hypothèse que je puisse dire… Quelle hypothèse on pourrait dire ?… Que… Que ça a été vite. C’ qu’on aurait pu faire autre chose pour que ça n’aille pas aussi vite… Je me perds en conjectures… »
     
     



    https://youtu.be/Nyx4lyOcDaA

    (1) « Pour Macron, Notre-Dame n’est pas française ! » dixit Maxime Lépante, rédacteur-vidéaste
    « Est-il étonnant de voir nos églises, nos cathédrales, nos monuments mondialement connus et admirés, être pillés, saccagés, incendiés, détruits, sous la présidence d’Emmanuel Macron, qui ne perd pas une occasion de cracher sur la France et qui, à de nombreuses reprises, a  prétendu que la culture française et l’art français n’existent pas ? »




    https://youtu.be/E867M0q2HDw

    Les destructeurs de cathédrales
    C’est le titre d’un article paru cette semaine dans Le Grand magazine politique, littéraire et culturel.
    « Les cendres sont à peine refroidies que le minusoïde de l’Élysée clame déjà sa volonté de reconstruire Notre-Dame en 5 ans, afin sans doute de préserver les bénéfices touristiques des futurs Jeux olympiques de 2024 : cinq ans pour reconstruire la cathédrale à l’image d’une France moderne, plus belle, plus grande, plus forte que la vieillotte France chrétienne. »
    Et de noter :
    « Au rayon des réactions mitigées, les francs-maçons arrivent en tête avec les communiqués les plus succincts de toute leur histoire, le record étant battu par la GLMF (Grande Loge Mixte de France) qui s’est fendue d’un simple Tweet aussi hypocrite que les quelques lignes des autres obédiences. Citons cependant le communiqué de la GLEFU (Grande Loge Européenne de la Fraternité Universelle) qui affirme sans vergogne le lien des frangins avec les bâtisseurs de cathédrale et voit dans la reconstruction « du temple » (je cite) « une occasion de galvaniser la fraternité… » 

    https://www.noussommespartout.fr/reconstruction-de-notre-dame-un-futur-temple-maconnique-de-la-raison/franc-maconnerie/

    Avant Macron, Polony a été égratignée par Vota
    D’apparence frêle, mais résolue dans le combat pour l’identité de la France, Virginie Vota n’a pas hésité à s’adresser à l’hirsute et aguerrie Natacha Polony qui file du mauvais coton depuis qu’elle officie à la tête de Marianne.
    En cause l’attitude de la directrice de la rédaction qui soutient que pour les partisans de la « théorie du Grand Remplacement« , la question de l’immigration n’est pas « français ou pas français », mais « blanc ou de couleur, c’est ça le problème ».
    « Face à l’immigration de masse, sa seule solution consiste à leur transmettre « une mémoire du pays, une mémoire de ce que c’est être français » afin de les assimiler.
    Virginie Vota de répondre : « Sauf que dans un tel contexte (mondialisme, abolition des frontières…), c’est quoi être français ? On transmet quoi, dans une société multiculturelle ? »
     


    https://youtu.be/loz5MdZy-A4

    Jacques CHASSAING

    votre commentaire
  • Jean-Pierre Raffarin favorable au recul de l’âge de (votre) départ en retraite

    Le temps de travail, la durée de la vie active, autant de paramètres qui permettent évidemment de réduire le coût des retraites. 
    Quand on allonge le temps de travail avant la retraite, c’est le temps de retraite que l’on réduit.
     
    En faisant cotiser plus longtemps on paye des retraites moins longtemps.
     
    La stratégie de l’itération. 

    Et c’est sans doute ce vers quoi on s’oriente, avec toujours cette politique par itération une année sur deux!
    Une année on augmente les impôts, puis l’année suivante on augmente la durée de vie active, puis l’année d’après on trouve une solution pour réduire le montant des pensions soit en augmentant la CSG soit en bloquant les points etc…
    Ce cinéma globalement dure depuis le début des années 90 et chaque année on défait un peu plus de l’état providence tel que nous l’avions connu.
    Le problème c’est que l’on est de moins en moins bien protégé et couvert, mais que le coût pour la collectivité lui, poursuit son augmentation, que les prélèvements sont considérables et enfin… la dette chaque année grossit de plus en plus.
    « Il est clair qu’il faudra travailler un peu plus » pour « maintenir le niveau des retraites », a déclaré l’ancien Premier ministre dans la matinale de RTL.
    En attendant l’ancien premier ministre Jean-Pierre Raffarin « s’est clairement prononcé en faveur d’un recul de l’âge légal de sortie de la vie active, ce mercredi 24 avril. 
    « Je pense qu’il faut reculer l’âge légal de la retraite ». 
    « Si on veut maintenir le niveau de cotisation et maintenir le niveau de retraite, de pension, il est clair qu’il faudra travailler un peu plus », a-t-il insisté au micro de RTL.
    « Ce que je veux c’est que l’on maintienne les pensions, que l’on indexe les retraites sur le coût de la vie et donc que l’on protège le niveau de vie des retraités », a-t-il poursuivi…
     
    Marteler l’idée du recul

    Mais il n’y a pas que lui… c’est une longue litanie de soutiens, avec des prises de paroles cadencées et préparées pour marteler encore et encore le même message. 
    Propagande et manipulation pour obtenir l’effet « habituation » des esprits.
    Par exemple Xavier Bertrand ici.
    Ou Buzin et Bergé là...
    Mais tout avait commencé ici pour cette nouvelle séquence!
    Vous voyez la terrible logique et technique à l’oeuvre?
     
    Reculer l’âge de la retraite… ou baisser les pensions, ou taxer plus… ou… ne pas payer d’autres choses… 

    Sauf que ce ne sera pas le cas de tous les retraités et ensuite, il n’y a pas de raison que la génération actuelle de retraités n’ait pas d’efforts non plus à fournir.
    Mais pour répartir l’effort, il faut poser les constats ouvertement, dire l’état réel des finances du pays, dire le disponible et demander aux gens ce qu’ils veulent financer et ce qu’ils ne veulent pas payer.
    Il se pourrait que les choix soient de partir par exemple à 60 ans avec une retraite à taux plein pour tout le monde, mais qu’il y ait une suppression du RSA par exemple, ou le non-remboursement de la consultation chez le généraliste. 
    Bref, qu’importe ce qui serait choisi, quand la situation économique est dramatique, il ne faut pas décider à la place des gens, mais remettre les citoyens face aux complexités et aux choix, même si cela n’arrange pas les mamamouchis!!
    Pour aller un peu plus loin, dans cette édition, vous avez un article sur le salaire médian qui est de 1700 euros et quelques… 
    On évoque la possibilité de réindexer les retraites jusqu’à 2000 euros, ce qui veut dire, donner plus aux retraités que ce que touche plus de la moitié de la population active du pays.
    Est-ce légitime?
    Est-ce juste?
    Pas si sûr.
     
    Charles SANNAT
     
    Source Boursorama.com ici

    votre commentaire
  • Une citoyenne prend la parole et dit en 6 minutes le mal qui ronge la France...


    Emission Le grand direct de l'actu de J.M. Morandini du 25.03.2016. 
     Le débat – Y’a-t-il des zones de non-droit et des mini-Molenbeek en France ?
    Pour en parler : 
    - Georges Mothron – maire Les Républicains d’Argenteuil
    - Lynda Asmani – lobbyiste en relations internationales
    Une auditrice prend la parole et dit en 6 minutes le mal qui ronge la France, le monde depuis plus de 30 ans...
     Elle ne se laisse pas couper la parole et place ce qu'elle avait envie de dire. 

    Faites le Buzz !!!

    votre commentaire
  • Fichage de gilets jaunes: les Hôpitaux de Paris admettent un usage "inapproprié"

     
    Résultat de recherche d'images pour "street médic paris"
     
    24/04/2019
    Par Geoffroy Clavel 
     
    Face aux preuves du Canard Enchaîné, l'AP-HP sort du déni et promet de "corriger" cette atteinte au secret médical.
    GILETS JAUNES - Le week-end dernier, l’AP-HP rejetait encore toute accusation de “fichage” et assurait avoir traité les blessés des manifestations des gilets jaunes “dans le respect du secret médical”. 

    Ce mercredi, face aux preuves dévoilées par Le Canard Enchaîné, la direction des Hôpitaux de Paris change de discours.
    Dans un communiqué, celle-ci reconnait désormais qu’un fichier nominatif recensant les blessés pris en charge lors de grands événements, avait parfois inclus “de manière inappropriée” des précisions de nature médicale, une pratique qu’elle promet de “corriger”. 
    De son côté, la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye a assuré que le ministère de l’Intérieur n’avait pas, ”à [sa] connaissance”, eu accès à ces données médicales.
    Que s’est-il passé? 
    Tout débute avec l’inscription dans le fichier “SI-VIC”, un  système d’information mis en place après les attentats de 2015 pour faciliter l’identification et la prise en charge des victimes, de nombreux blessés dans le cadre des mouvements sociaux, faisant naître un soupçon de fichage politique et d’atteinte au secret médical.
    La semaine dernière, un gilet jaune blessé le 9 février avait annoncé qu’il allait déposer plainte contre X, soupçonnant un possible fichage “illicite” par l’hôpital parisien l’ayant opéré.
     

    Voir l'image sur Twitter
    L’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) et l’Agence régionale de Santé avaient alors rejeté en bloc ces accusations.

    Mais dans son édition de ce mercredi, Le Canard Enchaîné, qui a eu accès à des données issues de ce fichier, affirment que certaines des fiches concernées comportent, à la case “commentaire”, des précisions sur le type de blessure, comme “Tir flash-ball: plaie arcade”, ou “problème au poignet, suite coup de matraque selon le patient”.Si elle maintient que le fichier Si-VIC ne comporte sur sa “page principale”, “aucune ligne qui aurait pour objet ou pour effet de recueillir des informations médicales”, la direction de l’AP-HP admet toutefois qu’il “apparaît que les onglets commentaire de l’application ont pu être utilisés pour mentionner des éléments de nature médicale”, de façon “marginale”, et “inappropriée”. Une telle pratique, “inadéquate”, a été observée pour “plus d’une dizaine de patients”lors des trois samedis de 2019 où le dispositif a été déployé, a précisé à l’AFP François Crémieux, le directeur général adjoint de l’AP-HP.De telles données médicales “n’avaient rien à faire” dans ce fichier, a insisté ce responsable. Un mémo de la direction à l’origine de l’erreur 
     
    Le fichier SI-VIC avait par ailleurs été mis en place à quatre reprises fin 2018, au début du mouvement des gilets jaunes, mais pour l’heure la direction n’a pas recensé le nombre de fois où la case “commentaire” a pu fait l’objet d’un tel usage non approprié lors de ces quatre samedis, a-t-il ajouté.Dans son communiqué, l’AP-HP reconnaît par ailleurs qu’un tel dysfonctionnement peut s’expliquer par un “mémo” que la direction avait diffusé, et dans lequel elle précisait que la case “commentaire” pouvait servir à “ajouter toutes les informations utiles concernant la pathologie ou le type de blessure”, ou “l’intitulé exact du service” où le patient devait être orienté. “Cette précision, qui avait été mentionnée dans un souci de bonne prise en charge des patients, n’aurait pas dû apparaître ; au contraire, il aurait dû être rappelé qu’aucune information médicale ne devait être saisie”, souligne la direction, qui dit avoir donné des “instructions” pour “corriger ces éléments”. 


    source

    votre commentaire
  • Le Fantasme de la bac en déroute contre son peuple aux ordres de Castaner

      

    Casqués, cagoulés, matraques ,les plaques des motos cachées avec de l'adhésif, on est plus bien loin  des milices fascistes de pinochet 

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique