• Pièces jaunes : l’hypocrisie du couple Macron


    votre commentaire
  • Le Coral (1982) : la mère de toutes les affaires de pédocriminalité 

    « Un matin de juillet 1977, un garçon âgé de dix ans, Marc, pensionnaire du Coral, est retrouvé mort, la tête plongée dans un seau d’eau javellisée. Les gendarmes prennent aussitôt les dépositions des éducateurs et des enfants présents. M. Sigala et sa femme sont en voyage en Italie. M. Mignacca, coresponsable du centre, est également absent. Les témoignages concordent : il s’agit d’un accident. Mais une information est ouverte. Le juge d’instruction demande une expertise médicale. Elle prouve que l’enfant n’est pas mort noyé mais qu’il a eu les vertèbres cervicales cassées et qu’il a été sodomisé. » (Le Monde du 18 novembre 1982)


    Les années 70 sont propices aux expériences de toutes sortes. Mai 68, avec la mort symbolique du Père, est passé par là, avec sa poudre magique qui libère les corps, les esprits, les désirs, les interdits, tout ce qu’on croyait figé. Des individus, des collectifs prennent la tête de la radicalité, c’est à qui ira le plus loin en se basant sur des recherches théoriques de plus en plus osées et parfois délirantes. L’extrême gauche est à la pointe de toutes les expérimentations « culturelles ».


    Le FHAR a pour objectif de détruire le mariage et la famille


    En matière de soutien psychiatrique aux jeunes en difficulté, qu’ils soient délinquants, retardés, autistes, psychotiques, suicidaires ou drogués, une expérience de vie en « milieu ouvert » – l’inverse des milieux fermés, dits asilaires – fait florès. La période est à la nouveauté, à l’ouverture, au renversement des valeurs, l’antipsychiatrie remet en question le dogme de l’enfermement et de la punition. On « peut » soigner autrement ou du moins soulager ces mineurs en souffrance, au moyen d’une approche originale par des encadrants qui remplacent en quelque sorte « affectivement » les parents. Ce sera le Coral, un centre – pardon, un « lieu de vie » – imaginé en 1976 par le CRA, le Collectif réseau alternatif, avec à sa tête Claude Sigala, qui deviendra tristement célèbre.

    L’affaire commence le 13 octobre 1982 avec une perquisition de gendarmes dans le Coral situé à Aimargues, dans une vieille ferme du Gard. Rappelons que le Parti socialiste et François Mitterrand sont aux commandes du pays depuis un an et demi, nous sommes à la fin de la vague rose, celle de tous les enchantements, de tous les espoirs gauchistes et prolétaires. Le juge Michel Salzmann ouvre son instruction suite à la plainte de parents. Trois membres du Coral sont mis en examen pour « attentat à la pudeur sans violence sur mineurs de quinze ans et incitation de mineur à la débauche ». On ne parle pas encore de pédophilie. Sont visés le directeur, Claude Sigala, le psychiatre Alain Chiapello et l’éducateur Jean-Noël Bardy. Ce dernier reconnaîtra avoir eu des rapports sexuels avec des mineurs dans le cadre de sa nouvelle méthode « thérapeutique ».  
     
     
    Lieux de vie... et de vits
    Pourtant, cinq ans auparavant, un garçon de 11 ans est découvert mort au Coral, et l’enquête se perdra dans les limbes, malgré la constatation d’une pénétration anale et de vertèbres cervicales brisées ! À l’époque, un autre pensionnaire (mais pas un adulte...), considéré comme dément, est aussitôt suspecté. Il a 17 ans au moment de faits et dans le procès qui suivra, il bénéficiera d’un non-lieu. Pourtant, trois ans plus tard, c’est-à-dire en 1980, il est réintégré au Coral. Mais ce n’est pas tout. Un ex-animateur, un peu escroc sur les bords (falsification de chèques), se rendra spontanément chez les gendarmes pour témoigner de rapports sexuels plus ou moins consentis entre les jeunes pensionnaires et des adultes. Il donne des noms, des lieux, des dates, des circonstances.

    Le problème, c’est que les adultes abuseurs en question ne sont pas que des encadrants : il y a aussi des écrivains, des photographes, des journalistes, et des personnalités du monde politique. C’est la deuxième bombe de l’affaire du Coral, la mort du jeune garçon n’ayant pas véritablement ému la presse de l’époque. Maintenant que des personnalités (extérieures au Coral) sont dans la boucle, l’affaire devient politique. Parmi ces personnalités, sont cités Jack Lang, alors ministre de la Culture, Claude Sigala, déjà suspecté dans une affaire d’abus sexuels dans un centre marseillais, le juge pour enfants Jean-Pierre Rosenczveig, qui deviendra dans les années 90 le président du tribunal pour enfants de Bobigny, le philosophe René Schérer, qui a soutenu médiatiquement tous les pédophiles accusés dans les années 70, le psychothérapeute Léonide Kameneff, qui emmenait des enfants dans son école en bateau, et enfin Gabriel Matzneff, l’écrivain qui aime les jeunes filles. Ces noms sont cités, mais le magistrat se méfie : aucune preuve ne vient étayer la liste de noms, sinon des faisceaux de soupçons.

    Pour leur malheur, ces personnalités médiatiques sont de toutes les pétitions pour autoriser l’amour libre, notamment entre adultes et enfants, ce qui les place tout de suite sur la liste des accusés. Mais elles n’ont pas forcément été des « visiteurs » du Coral. La parole de Krief est mise en doute par les enquêteurs, qui se fient plutôt à celle des parents, qui sont au départ très réticents : pour eux, la méthode Sigala est moderne, humaine et efficace. Elle les soulage surtout de leurs enfants difficiles... Pour eux, les pensionnaires sont heureux au Coral. Les parents déchanteront vite, comme ceux des jeunes stagiaires de l’école Marie-Pantalon, celle de Font & Val à Villards-sur-Thônes en Haute-Savoie.

    Délinquant récidiviste arrêté à la suite d’une agression, Denis se voit proposer par un juge le choix entre la prison et un stage de réinsertion au Coral, « lieu de vie » pour jeunes psychotiques. Au Coral, Denis, mal dans sa peau, écorché vif et solitaire, vit d’abord douloureusement la promiscuité avec des personnes si différentes de lui. Peu à peu, les démarches d’approche malhabiles et sincères de ces jeunes vont l’amener à modifier son regard sur le monde. Pour la première fois il ne se trouve plus dans un rapport de survie ou de consommation mais se sent socialement et humainement utile. Au contact de leurs souffrances, de leurs jeux, de leurs larmes et de leurs rires, il va se révéler à lui-même, découvrir des sentiments inconnus et exprimer l’intense besoin de tendresse qu’il porte en lui. (lacid.org)
     
    Une fiction pro-Coral de 1995

    Le juge Salzmann, qui inculpe d’autres personnalités, subit les pressions de la presse et du lobby homosexuel, qui à l’époque n’est pas séparé du lobby pédophile, comme le prouve l’excellent ouvrage de Frédéric Martel Le Rose et le Noir. Car il y a un lobby pédophile : ce sont en partie les signataires de la lettre parue en 1977 dans Libération (voir plus bas), que le quotidien gauchiste traîne comme un boulet depuis quatre décennies. À noter que les policiers qui enquêtent sur le Coral ne se basent pas que sur les dires de Krief, ils suivent aussi les témoignages de parents conscients et, surtout, de la parole des enfants eux-mêmes, qui décrivent par le menu ce qu’ils ont subi. Par exemple, des photos sont prises au Coral entre adultes et enfants, et le photographe – René Auffrand – se fait poisser. On retrouve chez lui des milliers de clichés. Krief, s’il n’est pas fiable à 100 %, ne ment pas, ou pas toujours. Jean-Claude Krief
    Le procès aura lieu en 1986. Les principaux responsables sont condamnés à de la prison plus du sursis, mais toutes les peines seront réduites un an plus tard en appel, et personne ne passera la moindre année au trou. L’affaire s’arrêtera là. Le Coral reprendra ses activités. C’est la première grande affaire de pédophilie et de pédocriminalité française et elle est emblématique à plus d’un titre. D’abord, la presse, hormis celle d’extrême droite (Minute, Le Crapouillot), n’est pas trop allée fouiller du côté des accusés, qui appartenaient tous à la mouvance gauchiste, idéologiquement. De cette gauche qu’on n’appelait pas encore sociétale ou progressiste, ils étaient les chantres, la cheville ouvrière, celle qui ouvre les portes… pour les autres.

    Sigala, par exemple, transformera la charge du juge en harcèlement contre toute méthode alternative, en volonté de nuire à ses lieux de vie, en alignement sur la psychiatrie traditionnelle dite autoritaire. Pourtant, ce juge, un peu seul contre tous, n’a pas jugé l’antipsychiatrie, seulement les débordements de la méthode Sigala, qui avait l’heur de plaire à beaucoup d’adultes progressistes, comprendre amateurs d’enfants. Il sera bien sûr, comme pour le procès des pédophiles d’Outreau (1997-2000), question de la parole de l’enfant, de son authenticité, de sa crédibilité. Pourtant, les pédopsychiatres savent aujourd’hui décrypter la parole des enfants qui se disent abusés, ou qui le disent avec leurs mots. Cela ne s’invente pas. Dans cette affaire, qui lie le juridique au médical, au médiatique et au policier, la lucidité de certains ne sera pas entendue : l’époque n’était pas au conservatisme, au rétrograde, à la droite, tout simplement. Le commissaire principal Patrick Riou dira :

    « J’ai eu le sentiment d’avoir affaire à des soixante-huitards qui, sous prétexte qu’il est interdit d’interdire, refusaient de voir la réalité. »


    Voici ce qu’écrit Le Monde le 13 janvier 1986 :

    Patrick Riou est un consciencieux, un méthodique. Cet ancien chef adjoint de la brigade des stupéfiants et du proxénétisme distingue, devant les juges de la 10e chambre correctionnelle, quatre types d’adultes qui fréquentaient alors le Coral : les individus au-dessus de tout soupçon se consacrent avec une immense générosité à la rude tâche qui est la leur ; ceux mis en cause pour leur pédophilie par des enfants et des adultes et le reconnaissant plus ou moins ouvertement ; ceux, accusés par des enfants, « qui ne pouvaient ignorer ce qui se passait » : et ceux, enfin, pédophiles proclamés qui venaient passer des week-ends à Aimargues.

    Les adolescents présents au procès, mais enfants à l’époque des faits, témoignent :

    Ce fut alors un beau chahut, mais bref. Car si le policier dit ce qu’il avait à dire, ce fut bientôt au tour des adolescents de lancer contre leurs tourmenteurs d’hier leurs accusations. Didier, dix-neuf ans, âgé de treize à quinze ans au moment des faits, a raconté comment Jean-Noël Bardy, éducateur, « l’a enfilé » sous une tente. Lui et Norredine, quinze ans aujourd’hui, douze à l’époque, ont expliqué que Claude Sigala, responsable du Coral, a voulu « leur tirer des pelles ». Ils ont des phrases courtes. Leurs déclarations sont bourrées de points de suspension. Norredine raconte que Jean-Pierre Lanez, qui élevait des reptiles, s’était mis nu : « Il a voulu se frotter contre moi ». Son frère, Farid, affirme qu’il a dû quitter la tente de Bardy pour pouvoir dormir tranquillement. Pierre, dix-huit ans, quatorze à l’époque, explique que Lanez lui a proposé de coucher avec lui : « Je suis parti voir Sigala. Il m’a dit, ici, c’est normal ».
    Sigala a bondi. Ce fut le seul. Il avait prévenu au début de cette deuxième audience : « Je suis un bélier ». À chaque fois, il entame un dialogue qui tourne court : « Tu n’as plus de papa ni de maman. Il se peut qu’un jour tu aies senti de ma part un baiser plus bizarre que d’habitude. Moi, je ne me souviens pas. Par contre, je sais que je t’ai embrassé souvent comme un enfant ». Didier maintient sa déclaration.
    Avec Pierre, il s’énerve. Il lui rappelle qu’il l’a recueilli, fugueur, en déroute. « Je t’ai sorti de la merde ».
    Michel, quatorze ans à l’époque, l’un des principaux accusateurs, n’est pas là. La défense, conduite notamment par Mes Christian Charrière-Bourrazel et Jacques Vergès, proteste. Aurélien, cinq ans au moment des faits, accueilli au Coral après un séjour de huit mois en hôpital psychiatrique, n’est pas là non plus. Nouvelles protestations. Mais deux audiences sont prévues les 16 et 17 janvier prochains au cours desquelles ils témoigneront peut-être... Des quatre témoignages entendus, disons simplement, pour le moment, qu’ils apparaissent crédibles.

    À ces mots, Sigala explose. Il oscillera entre menaces et culpabilisation sur le mode « je t’ai sorti de la merde, c’est comme ça que tu me remercies ? », sans nier les contacts charnels, les baisers. On découvre alors, lors de l’interrogation des éducateurs, qu’ils nient la dangerosité des faits mais pas les faits eux-mêmes, en substance. Ils nient les viols ou les pénétrations, mais reconnaissent « les besoins réels de tendresse ». Chacun dit les choses à sa façon. Dans le tas des inculpés, il y a Gabriel Matzneff, qui sera blanchi de tout passage au Coral. En 1982, l’écrivain collaborait au Monde depuis cinq ans, à la demande du directeur Jacques Fauvet. Il s’insurge (il est défendu par Me Thierry Lévy) :

    « Naturellement, le lendemain, on a dit que j’étais hors de cause. Cela n’a pas empêché que j’ai été encore insulté et que certains ont pu écrire que, si je n’étais pas coupable, je pouvais l’être parce que j’étais l’auteur de tels poèmes ou de tels romans. »

    La défense de Me Lévy tiendra sur la personnalité de Krief, qui a dénoncé pêle-mêle l’écrivain Matzneff et le ministre Jack Lang. Ce dernier ne sera pas inquiété. En apparence.

    Affaire dans l’affaire, pour dire la pression de toute une gauche puissante qui s’exerçait sur le juge Salzmann, lorsque le directeur de la publication du périodique Le Feuilleton du Coral a été mis sous mandat de dépôt, la Fédération anarchiste a protesté en arguant que « la justice entend bien déstabiliser toutes les organisations et personnes qui œuvrent à éclairer l’opinion publique sur le véritable rôle pédagogique des lieux de vie et l’innocence des inculpés du Coral ». Il est vrai que Lapeyrie est aussi l’animateur du Comité d’action prison-justice, un des nombreux « comités » gauchistes calqués sur les comités révolutionnaires chinois. Mais l’anecdote du Feuilleton du Coral est plus qu’intéressante, elle va révéler des liens entre le Coral et le gouvernement.

    Extrait du Monde du 28 février 1983 :

    Dans ses cinq premiers numéros, ce Feuilleton, diffusé à plusieurs centaines d’exemplaires, a notamment mis en cause M. Jean-Pierre Rosenczveig, chargé de mission au secrétariat d’État chargé de la famille et ancien juge pour enfants au tribunal de Versailles.
    Dans le numéro 4, M. Sigala écrivait : « Le 12 septembre 1982 (à la veille de l’arrestation du responsable du Coral), j’ai eu Jean-Pierre au téléphone, qui m’a dit savoir que depuis une semaine se trame quelque chose autour du Coral, mais qu’il n’a pas pu m’appeler ! Que, de toute façon, il me soutiendrait et qu’il est lui-même impliqué ».
    Dans le numéro 6, on peut lire, sous le titre « Rosenczveig et le Coral », « Assez de faux-fuyants, Jean-Pierre Rosenczveig est l’exemple-type de l’empoisonnement dramatique du dossier du Coral. Il se tait ? Tant pis, nous parlerons pour lui ! Dans “l’Élite rose”, Jean-Pierre Rosenczveig est présenté comme un combattant anti-secret de la justice ? Aujourd’hui, par son silence, il se place comme notre adversaire ».

    Suite à cette mise en accusation directe, Georgina Dufoix, secrétaire d’État (socialiste) chargée de la famille, va tenter d’éteindre l’incendie en rappelant la moralité de l’État et les limites légales en matière de protection de l’enfance. Malheureusement, dans le numéro 4 du Feuilleton du Coral, il est question de Rosenczveig et d’une circulaire qui doit en quelque sorte entériner les « lieux de vie » et, plus important encore, leur procurer des subventions. L’affaire du Coral va tout arrêter. Rosenczveig était-il lobbyiste dans cette affaire, faisant le lien entre Sigala et le ministère ?

    L’affaire étant par définition politique, il faut couper le lien le plus tôt et le plus bas possible entre les enfants, les encadrants, Sigala, les visiteurs et le gouvernement. Le ou les coupables doivent être circonscrits dans le Coral. Il sera trouvé assez facilement, lors de la première affaire du Coral, et portera le chapeau sans trop de difficultés. Mais lors de la seconde affaire, il se révolte et refuse une seconde fois le rôle de coupable désigné.

    Un matin de juillet, on découvre le corps de Marc dans une des chambres du Coral. Il a la tête plongée dans un seau d’eau javellisée. On croit à l’accident, mais une expertise médicale démontrera qu’il a été sodomisé et qu’il a eu les vertèbres cervicales cassées. On soupçonne aussitôt Jean-Pierre, un pensionnaire à problèmes. Très vite, le juge d’instruction prononcera un non-lieu et le fera interner au titre de l’article 64 du code pénal à l’hôpital psychiatrique d’Uzès. Jean-Pierre Lanez y restera enfermé deux ans.

    Jean-Pierre Lanez, une personnalité plus que fragile (il est « sous » Haldol, un antipsychotique), comme Krief, est-il le vrai et le seul coupable ? Il ne le sait pas lui-même, voire le nie, d’après Le Monde du 22 janvier 1983 :

    « Je suis innocent de ce crime, je dormais quand Marc a été tué. Comment un enfant aurait-il pu tomber dans un seau à 2 mètres de la tête de mon lit sans le moindre bruit, sans faire aucune éclaboussure ? » Il cherche les preuves, dans des souvenirs, comme autant de sauvetages. « Pendant cinq ans, je me suis tu. Mais quand l’affaire du Coral a éclaté, j’ai eu peur de porter une fois encore le chapeau ». Il a donc pris son propre parti, la décision de trancher un lien qu’il ne s’explique plus. Il parle pour gagner des forces ; l’oubli, le pardon, sont devenus de trop grands risques pour lui-même.
    Il s’anime à retracer le plan des lieux : « Voyez, nous étions quatre dans cette chambre ». Il pose les questions qui, depuis ce jour, n’arrêtent pas de tourner dans sa tête : « Pourquoi n’a-t-on jamais retrouvé la culotte du petit ? Pourquoi, alors que je le demandais, n’ont-ils jamais analysé mon sperme ? Pourquoi les gendarmes, dès le premier interrogatoire, m’ont-ils fait lire deux fois à haute voix l’article 64 dans le code pénal ? Comment savaient-ils qu’à l’époque je n’allais pas bien ? J’étais déjà le coupable désigné ».

    Si Lanez dit vrai, comme Krief a dit globalement vrai (les enquêteurs ont recoupé ses dénonciations avec les témoignages d’enfants, et cela concordait), alors qui a violé et tué le petit Marc ? Lanez reconnaît avoir eu des rapports sexuels avec des enfants, mais ne se souvient pas d’avoir assassiné Marc. Ses deux ans passés en détention psychiatrique (à l’HP d’Uzès) ont-ils permis au vrai coupable de se couvrir ? Pour info, pendant l’éclatement de l’affaire Coral en 1982, Lanez choisira la cavale.

    L’affaire emblématique de toutes les affaires de pédocriminalité

    Dans cette affaire tentaculaire mais aux tentacules coupées, nous découvrons la structure de toutes les affaires de pédophilie ou de pédocriminalité qui suivront : l’extrême prudence des enquêteurs, l’option « non réseautaire » de la presse et son manque de travail d’enquête, la coupure des liens avec les hommes politiques, l’accusation de « complot » dans le cas de personnalités impliquées, le parti pris des « intellectuels » de gauche pour les victimes (attention, pas pour les enfants, ces affabulateurs, mais pour les encadrants et les « visiteurs » du centre), la douceur de la justice, dont le bras s’élève haut mais s’abaisse doucement, le tout finissant en non-lieux ou équivalents…

    Voici l’appel de François Chatelet, Gilles Deleuze, Jacques Derrida, Jean-Pierre Faye, Michel Foucault, Félix Guattari, Guy Hocquenghem et Jean-François Lyotard le 20 janvier 1983 :

    Des hommes, Claude Sigala, Jean-Noël Bardy, Roger Cortez, qui n’avaient jamais été condamnés auparavant, auxquels on ne reproche aucune violence sexuelle à l’encontre d’enfants, restent détenus. Une inculpation sans rapport avec le Coral, celle de René Schérer, mis en cause uniquement par un mythomane et un faux document, est maintenue. Les enquêteurs, si prolixes au début, restent sur leurs insinuations. La plainte déposée pour « faux en écritures publiques » reste sans effet.
    Une partie de la presse, à l’origine du scandale, est responsable de la tournure prise par l’enquête : « Ballets bleus, trafic d’enfants, réseau pédophilique, trafic de photos pornographiques prises au Coral », voire complicité d’assassinat et de viol : toutes ces incriminations, qui n’ont jamais existé dans la procédure judiciaire, n’ont jamais été rectifiées par cette même presse. Tout cela aboutit aujourd’hui à un dossier contesté, fondé seulement sur deux témoignages d’adolescents.
     
    C’est le moment de rappeler la pétition de la même élite culturelle diffusée en 1977 dans Libération :

    En janvier 1977, trois hommes comparaissent devant la cour d’assises de Versailles pour « attentats à la pudeur sans violence sur mineurs de moins de 15 ans ». Leurs trois années de détention préventive déclenchent une pétition relayée par Libération. Le texte ne laisse aucune place à l’ambiguïté. Une fois encore, il affirme que les enfants n’ont subi « aucune violence », qu’ils étaient « consentants ».
    « Si une fille de 13 ans a droit à la pilule, c’est pour quoi faire ? », demande la pétition. Le texte estime qu’il n’y a pas « crime » et que « trois ans pour des baisers et des caresses, ça suffit ».
    Qui signe ? Aragon, Bernard Kouchner, André Glucksmann, François Chatelet, Jack Lang et bien d’autres encore, de Félix Guattari à Patrice Chéreau ou Daniel Guérin. Un peu plus tard, une lettre ouverte à la commission de révision du code pénal exigeait que soient « abrogés ou profondément modifiés » les articles de loi concernant « le détournement de mineur », dans le sens « d’une reconnaissance du droit de l’enfant et de l’adolescent à entretenir des relations avec les personnes de son choix ».
    Qui signe ? Jean-Paul Sartre, Michel Foucault, Roland Barthes, Simone de Beauvoir, Alain Robbe-Grillet, Françoise Dolto, Jacques Derrida. Interrogé aujourd’hui, Philippe Sollers, signataire lui aussi de cette supplique, ne se souvient pas. Mais il a une formidable phrase de ce temps : « Il y avait tellement de pétitions. On signait presque automatiquement. »

    De ce quarteron d’intellectuels malhonnêtes ou mal renseignés on retiendra le nom de Félix Guattari, célèbre psychanalyste et philosophe qu’on pourrait qualifier d’ultragauchiste. Dans une interview donnée à la revue Mise à pied (aujourd’hui disparue et introuvable), une publication homosexuelle, il tiendra des propos sans équivoque :

    « Je saisis la présente occasion pour réaffirmer mon entière solidarité avec les groupes du C.R.A., ma confiance et mon amitié à Claude Sigala. Je m’élève contre le maintien des inculpations et des détentions dans cette affaire. »  
    Marie et Claude Sigala
    Dans ce genre d’affaire, lorsqu’une personnalité politique est citée, aussitôt, une partie du système médiatico-politique crie au complot, au bouc émissaire sur le mode de Bruay-en-Artois (une jeune fille de milieu modeste avait été assassinée et toute la presse gauchiste, Libération en tête, sous la plume du maoïste Serge July – sous pseudo –, avait conclu à la culpabilité « politique » du notaire et de sa maîtresse, sans aucune preuve ni mobile. Les aveux d’un fils de mineur, mineur au moment des faits, serviront de second front à la presse d’extrême gauche. Celui qui s’était dénoncé à la police obtiendra finalement un non-lieu, malgré des aveux circonstanciés !). On retrouve dans les déclarations des pro-Coral ou des pro-pédophilie des éléments de langage très contemporains : par exemple, la Ligue trotskiste de France, qui voit « une machination politique » et un certain Bertrand Boulin, ex-animateur de l’association SOS enfants (!), qui lance :

    « Cette affaire est la plus grave pour la démocratie que nous ayons connue depuis Vichy. Des hommes à l’évidence innocents pourrissent en prison simplement pour être les victimes au centre d’un complot contre la liberté. »

    On n’est pas loin des « heures sombres » ! On notera ici que la présomption d’innocence s’exerce très facilement sur des membres de l’élite politique ou culturelle, pas sur les gens de peu, comme Lanez, aliéné de son état. Sa culpabilité a été expédiée en un rien de temps, et personne n’a pensé à chercher plus loin, ou plus haut. Même Lanez s’est en étonné…

    Moralité : quand on est puissant, toute mise en accusation est possiblement un complot (politique), donc un fantasme anti-élite, et quand on est impuissant (socialement), on est une victime de la société. Bref, il n’y aura pas vraiment de coupable définitif dans l’énorme affaire du Coral, qui présente pourtant des faits similaires avec un centre pour mineurs situé à Marseille. De plus, la politisation du débat permet d’éviter de répondre sur le terrain, glissant, de la pédocriminalité. On part d’enfants violés, dûment violés, avec séquelles physiques et psychologiques, témoignages précis, et on en arrive à un procès politique, celui des thérapies alternatives. Le cas des enfants là-dedans ? Disparu.

    Le Centre de formation des éducateurs de Charenton (94) résume cette défense de rupture :

    « Que l’affaire du Coral n’anéantisse pas des années de travail et de recherches dans le champ de l’enfance difficile, c’est aussi le vœu de l’Association française des magistrats de la jeunesse et de la famille. »

    Autrement dit, que ces quelques viols par des encadrants un peu trop affectueux et visiteurs de passage ne remettent pas en question toute cette recherche en sciences sociales sur l’enfant et sa sexualité, une sexualité en plein épanouissement car, voyez-vous, un enfant éveillé à sa sexualité est forcément plus heureux. Cela dépend de l’éveil…

    Même son de cloche à l’ANEJI, le mouvement d’action éducative spécialisé, qui joue sur la frontière floue des interdits (elle ne l’est pas du point de vue juridique) :

    Mais nous affirmons la nécessité des lieux de vie qui accueillent les jeunes perturbés et leur redonnent espoir. Et nous devons rappeler que le rôle des éducateurs dans de tels établissements est particulièrement difficile à assumer. Les « réseaux de vie », comme tous les centres d’hébergement de jeunes ne pouvant espérer mener une existence normale, sont le théâtre d’actions limites se situant en permanence à la frontière des interdits. Surviennent parfois des drames frappant les jeunes ou l’équipe d’encadrement qui a accepté de courir des risques certains, que d’autres ne voulaient pas ou ne pouvaient pas prendre.

    En quelque sorte, les viols sordides ne sont que des sorties de route dans une recherche du bien-être pour tous, des enfants aux encadrants en passant par la société toute entière, qui profitera de cette libération... Heureusement, ces encadrants n’auront de cesse de ne pas franchir la limité autorisée, même si les enfants sont demandeurs…

    La démarche de ces « non-institutions » est « fondée avant tout sur le désir de vivre ensemble » et aboutit à supprimer « la distanciation professionnelle des éducateurs d’institution ». « Ainsi, expliquent-ils, notre mode d’approche envers le jeune est-il beaucoup plus assimilable aux rapports que nous connaissons dans la structure familiale qu’à ceux du professionnalisme éducatif »« Notre implication dans la vie quotidienne avec les jeunes nous oblige à être d’autant plus clairs dans les limites que nous fixons dans la relation affective (...). La plupart des jeunes que nous accueillons, qu’ils soient psychotiques, ou délinquants, ou cas sociaux... ont toujours à la base de leurs problèmes l’affectivité (...). Ce qui nous semble important, indispensable, c’est que les permanents soient autonomes affectivement, qu’ils aient leurs propres vies affectives, et que le fait qu’ils accueillent des enfants ou adolescents ne soit pas pour eux un moyen de traiter leur affectivité, pour ne pas dire leur problématique ».

     
    Une affaires aux tentacules qui se perdent

    Pourtant, dans l’affaire du Coral se profilent d’autres affaires, aussi graves sinon plus graves. Elles sont de l’ordre du réseau commercial international. Les avocats des inculpés demanderont le dessaisissement du juge Sazlmann qui aura eu l’outrecuidance de laisser Krief, qui entre-temps se sera rétracté sur ses premières déclarations, puis rétracté sur sa rétractation, partir aux Pays-Bas pour rechercher la trace de photos pédophiles réalisées dans l’enceinte du Coral. Il reviendra bredouille, ceci justifiant la demande des défenseurs.

    Il accuse en effet le Coral d’être un lieu de rendez-vous pour les pédophiles et cite plusieurs personnalités, dont un chargé de mission dans un secrétariat d’État et un ministre en exercice. Mais M. Krief repère, sur des revues pornographiques que les policiers détiennent pour les besoins d’une enquête en cours sur un trafic international avec les Pays-Bas, plusieurs jeunes pensionnaires du Coral. Son attention est attirée par une photo d’adulte insérée dans le dossier. Il a vu cet homme, dont il ignore le nom, acheter dans un lieu de vie qui n’est pas le Coral des photographies d’enfants. Or, il s’agit d’un certain Whilelmus, d’origine néerlandaise, trafiquant international du « baby porno ».

    À partir de ce moment-là, le travail des policiers devient plus difficile. Ils ne peuvent retrouver la trace des enfants qu’ils veulent interroger et qui sont passés par le Coral ; leurs noms ne figurent sur aucun registre ; il est donc impossible de vérifier rapidement les accusations de M. Krief qui aurait reconnu certains d’entre eux dans les revues de Whilelmus.

    M. Auffrand, alias « Jorgensen », est à son tour placé en garde à vue. Les policiers ont saisi au siège de sa revue [Possible] environ deux mille photographies et le fichier des abonnés. Ils trouveront, quinze jours plus tard, parmi ces clichés, outre le portrait suggestif d’un adolescent nu du Coral, cinq photographies représentant M. Auffrand en compagnie d’un mineur dans des postures sans équivoque. »

    Comme pour le carnet du pasteur Doucé, il ne sera plus question de ce fichier des abonnés, qui restera dans les mains de la police.

    Krief établira un lien entre le Coral et Zandvoort sur la base de photos pornos réalisées au Coral

    Auffrand, balancé par Krief, n’a au départ aucun rapport avec Sigala. Puis les enquêteurs découvrent que Sigala et Auffrand sont en relation depuis 1976, Auffrand se chargeant de la rédaction des numéros du CRA qui parlent des lieux de vie de Sigala… Il s’agit tout simplement d’un réseau qui part d’un lieu de vie abritant des expériences sexuelles adultes-enfants et une exploitation commerciale de ces dérives.

    Quelles sont les autres affaires qui découlent de l’affaire du Coral ?

    D’abord, le Coral d’Aimargues dans le Gard est un lieu de vie, et le CRA (Collectif réseau alternative, donc bien un réseau) regroupe 34 de ces lieux, un réseau monté en six ans seulement. Si l’affaire n’avait pas éclaté, les bons contacts de Sigala au secrétariat d’État à la famille (!) lui auraient permis de sanctuariser son réseau et de toucher des subventions, pour s’agrandir encore. Un Sigala bien en cour, donc, qui a échoué à un pas du bonheur, lui qui annonçait tranquillement que « la loi s’arrête à ma porte », et on comprend bien pourquoi...

    « Notre point de vue est soutenu au ministère par des membres influents du cabinet de Mme Dufoix. Or Mme Dufoix devait signer le 25 octobre [12 jours après la révélation de l’affaire, NDLR] une circulaire allant plutôt dans le sens du CRA. »

    Il faut bien des complicités en haut lieu et dans la presse pour pouvoir tenir cinq ans sans anicroches, avec un enfant violé et retrouvé mort en 1977, des plaintes diffuses, des enfants qui parlent, des soupçons qui grandissent, des encadrants qui, se sentant dans l’impunité, ne cachent même plus leurs goûts dépravés… Un an avant le déclenchement de l’affaire, en 1981, les pratiques coraliennes (ou coralines, selon leur « propre » expression) pédophiles seront dénoncées lors d’une réunion des représentants des lieux d’accueil. Trois ans plus tôt, une directrice d’école expérimentale préférera retirer l’enfant qu’elle avait confié au Coral, selon Le Monde du 19 novembre 1982. Elle écrira au Coral :

    « Notre pratique quotidienne avec les communautés nous a fait connaître plusieurs accidents graves et une situation psychologique tout à fait néfaste aux psychotiques. Je suis donc à regret, très en retrait de ce qui se réalise en France de parfois totalement irresponsable sous l’égide du CRAP. »

    Le large réseau horizontal des lieux de vie de Sigala a tenu grâce à sa structure verticale qui remontait jusqu’à ce secrétariat d’État à la famille de Georgina Dufoix, qui ne souffrira pas de cette proximité dangereuse puisqu’elle passera ministre des Affaires sociales en 1984, excusez du peu, surtout pour une femme adepte d’un mouvement sectaire, « Invitation à la vie », mais déclaré comme tel dix ans plus tard.

    La presse de droite fera état des soupçons de pédophilie dans le Coral, mais celle de gauche relayera les pétitions et lettres des intellectuels progressistes, dont cette énième pétition adressée au chef de l’État :

    « On assiste, écrivaient-ils dans une pétition adressée le 25 octobre au président de la République, au développement d’une campagne d’insinuations, d’intimidations et de calomnies visant par cercles concentriques : le Coral, l’ensemble des lieux de vie alternatifs, les homosexuels et finalement la gauche tout entière. »

    Une façon très politique de demander l’absolution. Justice et police ont donc fait leur travail, malgré les embûches, en 1982, mais le réseau a tenu bon. Les déclarations de Krief, malgré son passé psychiatrique, ont été recoupées à la fois par des enfants et par des suspects, sur des faits qui remontent à 1978. Contactée à l’époque, « la direction de l’action sanitaire et sociale de l’Ardèche, [qui] s’était déclarée incompétente puisque le Coral est dans le Gard », peut-on lire dans Le Monde. En 1976 déjà, un éducateur « avait assisté à des caresses prodiguées par un adulte à un enfant. “C’était peut-être thérapeutique”, s’interroge-t-il aujourd’hui encore ».

    L’axe de la défense fondé sur des « calomnies » et des « rumeurs », ne tient pas devant l’avalanche et l’antériorité de faits recoupés. Mais les preuves absolues manquent (on n’en est pas encore à l’ADN), car tout repose sur la parole et les descriptions relativement floues d’enfants déjà en difficulté personnelle. Pourtant, Gilbert Mignacca, coresponsable du Coral et ami de Claude Sigala, reconnaîtra des « histoires » de « sexualité », et pas à demi-mot :

    « C’est vrai qu’on a eu plusieurs histoires comme celle-là sur la sexualité ou autre... » Il explique longuement la difficulté de la prise en charge d’enfants psychotiques, autistiques, d’anciens prostitués. « Ils sont souvent provocateurs, c’est du rentre-dedans permanent ». M. Mignacca met en doute les déclarations des enfants, dont l’un ne serait d’après lui qu’« un voleur » et l’autre, « un violeur ». Il détient, paraît-il, la preuve de leur mythomanie : un diagnostic établi par le docteur Jean Ponzetto, chef de l’inter-secteur de pédopsychiatrie du Gard. Mais le médecin, bien que favorable au Coral, pour avoir pendant des années défendu cette expérience sans constater rien d’anormal, affirme aujourd’hui ne jamais avoir porté un tel diagnostic.
    « Tout ce qu’a raconté M. [un des quatre enfants qui ont témoigné de manière précise, NDLR] avait un accent de vérité », assure Mme Correa ; et la mère de N. [l’autre enfant victime qui a parlé, NDLR], qui habite un quartier populaire d’Avignon, est tout aussi persuadée que son fils n’a pas menti. « Ici, dit-elle, N. commençait à se droguer à la colle, je n’arrivais plus à le tenir, alors je suis allée voir le juge des enfants, qui l’a placé au Coral. Je n’avais aucune raison de ne pas faire confiance au juge ».

    Le juge pour enfants savait-il les dérives déjà avérées du Coral ? La justice de l’époque, comme toujours, a dit le droit, pas forcément la vérité, même si elle a « entendu » les enfants. Pourtant, tout était écrit, de la main de Sigala lui-même.

    « Mais il reste les textes écrits bien avant que n’éclate l’affaire par M. Sigala et ses amis. Le CRA a publié plusieurs ouvrages : « La peste gagne le Grand Psy, Visiblement je vous aime, ou Hé !... Mouvances ». Dans ce dernier, on peut lire : « Parfois y naissent des rencontres pas évidentes pour tout le monde avec plus de spontanéité qu’ailleurs puisque notre société se montre plus répressive que tolérante dans ces eaux-là : jusqu’où l’affection, la tendresse, l’amour, entre un(e) adulte et un(e) enfant ?... Pour moi, tout est possible entre deux individus quel que soit l’âge ou le sexe ».
    Aujourd’hui, M. Mignacca ne se souvient plus de ce texte signé par un certain « Oscar ». « Il se peut, dit-il, qu’on ait écrit cela, mais c’était pour provoquer les fantasmes des lecteurs ».

    Cela n’empêchera pas Sigala d’intenter une action en référé contre Témoignage chrétien, la revue hebdomadaire qui a révélé l’affaire sur trois numéros.

    Sous un titre à la une « Le Coral : nous accusons », Témoignage Chrétien avait, dans un premier article, présenté des témoignages anonymes faisant état de pratiques pédophiles au « Coral ». La semaine suivante, l’hebdomadaire qui reprenait ses accusations contre le « Coral », citait des témoins mais ne publiait qu’une partie de la réponse des inculpés.

    Dernier point qui touche à la basse police, selon Le Canard enchaîné, les frères Krief (Michel et Jean-Claude) sont tous les deux des indicateurs des Renseignements généraux :

    Le rôle passablement trouble des frères Krief dans cette affaire est confirmé par Le Canard enchaîné qui, dans son numéro du 27 octobre [deux semaines après le scandale, NDLR], affirme que le premier, Jean-Claude, était un indicateur des Renseignements généraux parisiens. « Grâce à deux numéros de téléphone réservés aux indics des R.G., écrit l’hebdomadaire, Jean-Claude joignait, à la préfecture, son “contact”, prénommé “Pascal” et fournissait régulièrement des informations sur les milieux homosexuels parisiens qu’il fréquentait ». Quant à Michel, affirme l’hebdomadaire, « il avait ses entrées à la préfecture et s’était vu chargé d’espionner les milieux autonomes proches d’Action directe ».

    Doit-on comprendre, derrière ces « révélations » du Canard, que le fond de l’affaire est un coup des RG ou de la droite, le pouvoir socialiste de l’époque, soutenu par un Canard enchaîné qui a fait campagne active contre Giscard, considérant la police d’un mauvais œil ? Une manière d’éclabousser le gouvernement via l’axe Sigala-Rosenczveig-Dufoix, voire Lang, et de mouiller toute la gauche dans le scandale. Un coup politique basé sur des « on dit », comme l’affirme la défense. Schérer, balancé par Krief avec un faux procès-verbal, admettra pourtant des contacts avec Sigala :

    " Je n’ai jamais contesté avoir rencontré Jean-Claude Sigala, le directeur du Coral d’Aimargues, soit dans des colloques sur la pédopsychiatrie, soit au Coral même, à plusieurs reprises, où je n’ai toutefois jamais séjourné. Mais il s’agissait de rencontres entre intellectuels, entre deux écrivains.

    Cependant il soupçonnera Salzmann – là encore ça résonne avec aujourd’hui – de viser plus large et plus haut :

    « Ce que cherche le juge, je l’ai compris aujourd’hui, c’est à établir l’existence d’un réseau international de pédophilie. »

    Le point Godwin pour le philosophe :

    René Schérer, professeur de philosophie à Paris-VIII, inculpé, écrit dans le Monde du 22 octobre : « L’affaire du Coral n’est pas sans rapport avec le système adopté lors de l’affaire Dreyfus : “l’intellectuel pédophile” y prenant la place du juif. Malheureusement, il n’existe plus guère, à l’heure actuelle, parmi les intellectuels de Zola ».


    Et le mot de la fin à Claude Sigala, qui « pardonne » à Jean-Pierre Lanez qui, en s’enfuyant lors de l’enquête en 1982, concentrera une nouvelle fois les soupçons, au grand soulagement d’autres accusés potentiels. Fuyard ou pigeon ?

    « Je demande à Jean-Pierre de venir dire sa vérité à la justice, il n’y perdra rien. Nous l’aiderons. La vérité est révolutionnaire, plus elle est simple, plus elle est révolutionnaire. Rends-toi, Jean-Pierre, c’est le meilleur service que tu rendras au Coral (...) nous continuerons à t’aider comme je t’ai aidé pendant tes deux ans d’enfermement à l’hôpital psychiatrique d’Uzès quand tu étais enfermé dans le blockhaus des placements d’office. »

    Sauver des jeunes en souffrance de l’enfer(mement) asilaire pour les livrer à des prédateurs en milieu « ouvert », c’est tout l’objet de la parabole du petit oiseau, de la vache et du coyote...
    Source : https://www.egaliteetreconciliation.fr/Le-Coral-1982-la-mere-de-toutes-les-affaires-de-pedocriminalite-57776.html
     

    1 commentaire
  • Simone de Beauvoir, symbole du féminisme, livrait des jeunes filles vierges à Jean-Paul Sartre

     
    Le documentaire de la chaîne HBO sur Michael Jackson prédateur sexuel a provoqué une vague d’horreur indignée et de désapprobations.

    Mais il y a une autre célébrité, plus éthérée celle-là, qui, elle, échappe à l’opprobre malgré tout ce qui a été révélé sur ces prédations sexuelles.

    Je parle de Simone de Beauvoir dont l’Université Concordia honore la mémoire.
    Son institut d’études féminines, qui porte son nom, se présente comme l’un des lieux les plus novateurs au Québec et au Canada pour l’étude du féminisme.

    Plusieurs livres et articles publiés depuis 20 ans font de Simone de Beauvoir la complice de son compagnon de vie, le philosophe Jean-Paul Sartre, dans ses agressions sexuelles sérielles sur des mineures.
    Avec un physique plutôt ingrat, Sartre, avait un appétit particulier pour les vierges que Simone de Beauvoir lui livrait après les avoir elle-même séduites.
    Elle les choisissait souvent parmi ses élèves.
    L'une d'entre elles, Bianca Lamblin, a décrit comment les deux dépravés ont abusé d’elle à l’âge de 16 ans dans son autobiographie intitulée Mémoires d'une jeune fille dérangée.
    C’est l’expression utilisée par Simone de Beauvoir pour la décrire avec un mépris hautain dans sa correspondance avec Sartre rendue publique après sa mort.
    Choquée et humiliée par la duplicité de l’égérie de Sartre à son endroit, elle a écrit : « J’ai découvert que Simone de Beauvoir puisait dans ses classes de jeunes filles une chair fraîche à laquelle elle goûtait avant de la refiler, ou faut-il dire plus grossièrement encore, de la rabattre sur Sartre. »
    Elle raconte que Sartre lui a déclaré en la déviergeant dans un hôtel miteux qu’il y avait pris le pucelage d’une autre fille la veille.

    Après l’invasion allemande en 1940, les deux complices d’agression sexuelle contre elle la fuient. Elle pense que c’est parce qu’elle est juive qu’ils ont déguerpi.
    Une autre victime du couple repoussant, Nathalie Sorokine, une lycéenne de 17 ans, fut elle aussi séduite par de Beauvoir pour le lit de Sartre.
    Ses parents ont porté plainte à la police.
    En 1943, de Beauvoir fut accusée de séduction de mineure.
    L’enquête criminelle n’ira nulle part.
    Mais Simone de Beauvoir perdra le droit d'enseigner en France.
    Elle trouvera un emploi à Radio-Vichy du gouvernement collaborationniste de Pétain.
    Sous le titre «The Philosophy Teacher and the Girl», The Philosophers' Magazine écrit que tout cela révèle que Simone de Beauvoir, la célèbre auteure du livre Le deuxième sexe, le texte fondateur du féminisme, était sous la domination de son amant Sartre.
    Le Magazine ajoute que dans ses lettres, on découvre à la fois sa jalousie des filles qu’elle lui fournissait ainsi que sa dépendance et sa soumission au philosophe.
    Elle est ainsi mortifiée par la passion que Sartre voue à Olga Kosakiewicz, une autre de ses étudiantes.
    De Beauvoir insiste qu'elle n'a « aucune intention de lui céder la position souveraine que j'avais toujours occupée, au centre même de l'univers [de Sartre]. »
    Ne pouvant posséder Olga, Sartre se rabattra sur sa jeune sœur Wanda avec qui il couchera
    Conséquents dans leur perversion, de Beauvoir et Sartre ont signé des pétitions en 1977 appelant à la dépénalisation de la pédophilie, dénonçant la condamnation de trois hommes pour avoir eu des relations sexuelles avec des enfants de 12 et 13 ans.
    J’ai contacté l’Institut Simone de Beauvoir et l’Université Concordia pour avoir leur réaction au sujet de ces révélations.
    Au nom de l’Institut Simone de Beauvoir, la professeure titulaire Viviane Namaste m’a écrit que: « L'Institut n'a pas pris position sur ces allégations, et ne les commente pas.»
    La Directrice des communications de l’Université Concordia, Mary-Jo Barr, de son côté, m’a déclaré dans un courriel: « C’est la première fois que ces allégations sont portées à notre connaissance. Nous allons suivre l’évolution du dossier.»
    L’Institut Simone de Beauvoir vient de fêter son 40anniversaire.
    Est-ce normal à l’ère du #MeToo qu’il porte encore le nom de Simone de Beauvoir après toutes les informations qui circulent depuis des années au sujet de ses prédations sexuelles contre des mineures?
    On a retiré le nom de Claude Jutra du prix honorant des cinéastes québécois à la demande de la ministre libérale Hélène David.
    La Cinémathèque québécoise a débaptisé sa salle Claude-Jutra.
    Et je ne pense pas qu’on donne un jour le nom de Gilbert Rozon à l’École nationale de l’humour.
    J’ai demandé en novembre dernier à Hélène David, maintenant porte-parole de l’opposition libérale en matière de condition féminine, si elle pensait que l’Institut Simone de Beauvoir devait changer de nom ?

    Je n’ai jamais eu de réponse.

    Normand Lester 

    journaldemontreal via lesobservateurs.ch

    votre commentaire
  • Michel Foucault, Simone de Beauvoir, Jean-Paul Sartre, Bernard Kouchner, Catherine Millet : ils ont déjà défendu la pédophilie

     

    Il est nécessaire de se rappeler le manque de jugement, qui peut se reproduire, des intellectuels des années 1970. Sur le site de Wikipédia, cet article sur l'apologie de la pédophilie nous rappelle ces terribles anecdotes : 

    (Bernard Kouchner est maintenant l'apologète de l'euthanasie)

    (Photo : World Economic Forum sur flickr.com licence creative commons)

    Selon les termes de l'historienne Anne-Claude Ambroise-Rendu, le discours selon lequel « les enfants ont aussi droit à la sexualité » trouve à l'époque une niche « à l’ombre des mouvement alternatifs, de l’antipsychiatrie et du militantisme homosexuel. Du Front homosexuel d’action révolutionnaire (FHAR) créé en mars 1971, au magazine Le Gai Pied lancé en février 1979, tous réclament, avec Michel Foucault, la reconnaissance des « sexualités périphériques ». » En 1975, Daniel Cohn-Bendit publie Le Grand bazar dans lequel un chapitre, « Little big men », est consacré à la « sexualité des enfants ». En 1976, René Schérer et Guy Hocquenghem dirigent un numéro de la revue Recherches sur l'enfance et l'éducation, « soutenu notamment par Michel Foucault et François Châtelet [et qui] marque sans doute l'apogée de ce type de discours » intellectuel sur la pédophilie et l'hébéphilie. En avril 1978, invité avec Guy Hocquenghem de l'émission Dialogues sur France Culture, Michel Foucault dénonce le cadre juridique qui « vise à protéger les enfants en les confiant au savoir psychanalytique », à nier l'existence de leur désir sexuel et à postuler la sexualité avec les adultes comme dangereuse pour eux.

    Le Monde et Libération, journaux orientés à gauche, contribuent à la diffusion de ces idées, en publiant des pétitions liées au sujet, des lettres, ou des interviews de pédophiles rapportant leur expérience. Des pétitions contre la majorité sexuelle sont publiées en France. La plus célèbre, publiée dans Le Monde du 26 janvier 1977, et relayée également par Libération, concerne « l'affaire de Versailles » : trois hommes ont alors comparu devant la cour d'assises de Versailles pour « attentats à la pudeur sans violence sur mineurs de 15 ans », ce qui à l'époque était qualifié comme un crime, et pour avoir pris en photo leurs « partenaires ». Leurs trois ans de détention préventive suscitent une pétition de soutien, signée par diverses personnalités publiques : le texte affirme que les enfants n'ont subi « aucune violence », et qu'ils étaient « consentants », ajoutant en outre « Si une fille de 13 ans a droit à la pilule, c'est pour quoi faire ? » et « trois ans pour des baisers et des caresses, ça suffit ». Parmi les signataires figurent Louis Aragon, Francis Ponge, Roland Barthes, Simone de Beauvoir, Gilles Deleuze, André Glucksmann, Guy Hocquenghem, Bernard Kouchner, Jack Lang, Gabriel Matzneff, Catherine Millet, Jean-Paul Sartre, René Schérer et Philippe Sollers (...)

    Aucune époque n'est plus épargnée qu'une autre et les pires crimes du passé peuvent être dépassés, par l'élite intellectuelle et médiatique même de notre monde contemporain...

    ////////////


    1 commentaire
  •  Rappel à l'ordre 

    L'affaire avait à l'époque fait parler avant de retomber dans l'anonymat. Un jeune homme de 20 ans du nom de Marin avait pris la défense d'un couple agressé à un arrêt de bus à Lyon. Les agresseurs s'étaient ensuite retournée contre lui et l'avaient quasiment laissé pour mort. 

    Il ne faut jamais oublier la honte et la trahison de nos présidents !

    theo-vs-marin-le-deux-poids-deux-mesures

    Marin étudiant passé à tabac pour avoir défendu un couple n’a toujours pas droit à la visite de Hollande

    Tabassé après avoir défendu un couple qui s'embrassait

    C’est une de mes obsessions sur ce blog : dénoncer le « deux poids, deux mesures » qui caractérise le pouvoir socialiste et plus généralement la gauche et ses médias depuis cinq ans.

    En France, de nos jours, si vous voulez attirer l’intérêt et la compassion des médias, mieux vaut :

    • Etre noir que blanc,
    • Etre migrant que Français de souche,
    • Etre musulman que chrétien,
    • Etre homo qu’hétéro.

    Aujourd’hui, je relaye un article de Benoît Rayski, journaliste et essayiste, paru dans Causeur.fr. Il se demande pourquoi l’affaire « Théo » a fait coulé tant d’encre alors que le jeune Marin, étudiant à Lyon, sort péniblement d’un long coma suite à son passage à tabac par une bande de racailles. Son seul tort ? D’être interposé entre cette dernière et un couple d’amoureux qui avait osé s’embrasser sur la bouche et qui à ce titre, était pris à partie.

    On en fait beaucoup pour Théo…

    Pourquoi ne parle-t-on pas de Marin ?

    Marin a vingt ans. Il est étudiant. Ou peut-être – et  hélas – il faudrait dire était … Il est hospitalisé à Lyon. On lui a fracassé le crâne. Après un long coma, il a repris conscience. Mais il a, en grande partie, perdu la mémoire. Ne sait pas pourquoi il est là. Et ne se souvient plus de ce qui lui est arrivé.

    La tête défoncée à coups de béquilles

     

    Voilà donc ce qui lui est arrivé. Il se trouvait dans une rue de Lyon, à proximité d’un couple qui s’embrassait sur la bouche. Il y a des pays où un tel comportement vaut le fouet ou un lynchage immédiat. Mais pas à Lyon, tout de même ? Eh bien si !

    Un groupe d’individus, choqués et indignés par ce baiser, s’en est pris au couple. Insultes, injures … Sur les rares sites qui évoquent cette affaire, les individus en question sont qualifiés au choix de « jeunes » ou de « racailles du vivre ensemble». Marin s’est interposé. Et c’est lui qui a tout pris. La tête défoncée à coups de béquilles. Dans certains quartiers de nos villes, la béquille est une arme.

    La presse locale a évoqué ce drame. Mais pas avec suffisamment d’insistance pour que Gérard Collomb, le maire de Lyon, se rende au chevet de Marin. Il était sans doute trop occupé à soutenir Macron… Hollande non plus n’est pas venu. Pourtant, le courage est une vertu tellement rare de nos jours que la moindre des choses serait de le saluer. Le président de la République a trouvé le temps d’aller au chevet de Théo, blessé par un policier à Bobigny. Son Premier ministre a trouvé le temps de recevoir des soutiens de Théo. A-t-il reçu des membres du comité de soutien à Marin ?

    Pour lui, il n’y a eu ni émeutes, ni voitures brûlées, ni flics caillassés. Pourquoi se dérangerait-on pour Marin ? Mais j’entends bien le reproche qui pourrait m’être fait à propos du parallèle entre Marin et Théo. Ce dernier a été victime d’un policier. Et ça changerait tout. Admettons.

    La “fachosphère” a bon dos

    Essayons alors une autre comparaison. Supposons que des allumés de Civitas, le fer de lance de la Manif pour tous, croisent un couple homo en train de s’embrasser et que, haineux, ils les agressent. Mais ça hurlerait de partout ! Hollande condamnerait, Taubira se roulerait par terre. Et la presse en ferait des gros titres. Supposons encore que quelques Identitaires aux cranes rasés se jettent sur des musulmans prosternés dans la rue à l’heure de la prière. Là ça hurlerait encore plus ! Et de partout, dans tous les médias, on annoncerait le retour des « heures-les-plus-sombres-de-notre-histoire ». 

    Alors oui, Marin mérite tout autant de compassion que les victimes supposées citées plus haut !

    Mais tel n’est pas le cas. Pourquoi ? Parce que, me souffle-t-on, le drame de cet étudiant lyonnais est relayé par la « fachosphère ». Ah la « fachosphère »… Elle s’intéresse de très près à l’identité des agresseurs de Marin. Et il faudrait taire cette identité, alors que c’est elle – et elle seule- qui, revêtue de la défroque du fanatisme, a fait que le spectacle d’un couple s’embrassant a été jugé blasphématoire et méritant châtiment ?

    La « fachosphère » a bon dos. Mais pourquoi devrait-elle être seule à protester ? C’est à nous, à nous tous, de crier notre dégoût. A  nous tous, de gauche, de droite, du centre, de rien du tout. A nous tous, athées, chrétiens, musulmans. A nous tous, car, avec Marin, c’est nous qu’on essaye d’assassiner.

    Si nous nous taisons, qui criera pour nous quand on essaiera de nous fracasser le crâne ?

    Benoît Rayski


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique