• Fusillade dans la Somme : trois morts et quatre blessés graves dont deux gendarmes
    Par lefigaro.fr avec AFP
    Mis à jour le 25/08/2015

    Permalien de l'image intégrée
      
    Une fusillade a éclaté à Roye dans la Somme cette après-midi vers 16h30, sur un terrain occupé par la communauté des gens du voyage, près d'un supermarché, rapporte le Courrier Picard.

    Selon la Préfecture de la Somme, la fusillade a fait trois morts : un homme, une femme et un enfant en bas âge, tous trois de la communauté des gens du voyage.
     Quatre autres personnes ont été grièvement blessées : l’auteur de la fusillade, un enfant et deux gendarmes, intervenus sur place.
     Leur pronostic vital est engagé.
    Les blessés ont été hélitreuillés vers le CHU d'Amiens.

    De nombreux militaires ont été orientés vers la zone de la fusillade et un important dispositif de sécurité a été mis en place.
    Tout le secteur autour du supermarché a été bouclé.
     Le préfet et le procureur de la République se sont rendus sur place.

    Selon les premiers élements, il s'agirait d'un réglement de compte, annonce France 3 Picardie.

    votre commentaire
  • L’attaque du Thalys était « ciblée et préméditée », selon le procureur

    Le Monde.fr du 25.08.2015 ..

    Une information judiciaire a été ouverte, notamment pour « tentatives d’assassinat en relation avec une entreprise terroriste », une étape nécessaire avant une possible mise en examen du suspect. Une information judiciaire a été ouverte, notamment pour « tentatives d’assassinat en relation avec une entreprise terroriste », une étape nécessaire avant une possible mise en examen du suspect. PHILIPPE HUGUEN / AFP

    Le procureur de la République de Paris, François Molins, a tenu une conférence de presse, mardi 25 août, dans laquelle il est longuement revenu sur l’attaque terroriste qui a eu lieu dans le Thalys 9364 reliant Amsterdam à Paris et sur le parcours du suspect, Ayoub El-Khazzani. Une information judiciaire a été ouverte, notamment pour « tentatives d’assassinat en relation avec une entreprise terroriste », une étape nécessaire avant une possible mise en examen. Le parquet a requis le placement du suspect en détention provisoire, après ses quatre journées passées en garde à vue.

    La plupart des informations données par M. Molins avaient, pour la plupart, déjà été révélées, notamment par Le Monde. Parmi les nouveaux éléments ou précisions de l’enquête, le fait qu’Ayoub El-Khazzani était armé d’un fusil d’assaut AKM de « provenance est-allemande de calibre 7.62 » composé de pièces provenant d’armes différentes, et non d’un AK-47.

    Son arsenal était composé de neuf chargeurs « chargés à bloc », « soit 270 munitions », d’un pistolet automatique Luger M80 et d’un chargeur. Les enquêteurs ont également retrouvé une « bouteille de 50 cl contenant de l’essence » dans les bagages du suspect.

    Lire nos informations : Attaque dans le Thalys : Ayoub El-Khazzani, itinéraire d’un routard de l’islam radical

    A la recherche de « liens » et de « complicités »

    Le parquet a indiqué que la ligne du téléphone utilisé dans le train par le suspect, et découvert dans un sac, avait été activée le jour même, et qu’il avait regardé une vidéo de chants djihadistes sur son téléphone portable « à l’intérieur du train ».

    Le Marocain de 25 ans a nié lors de sa garde à vue tout projet terroriste, assurant avoir trouvé ses armes dans un parc de Bruxelles et avoir eu pour seule intention de rançonner les passagers du train. Des déclarations qualifiées de « fantaisistes » par M. Molins, selon qui son projet apparaissait « ciblé et prémédité », le suspect ayant notamment refusé de prendre le train précédent, où des places étaient encore disponibles.

    La suite de l’enquête visera, selon M. Molins, « à déterminer la provenance des armes saisies, le parcours d’Ayoub El-Khazzani et les liens qu’il a pu tisser, les complicités dont il a bénéficié, ses sources de financement ».

    Selon nos informations, El-Khazzani, qui a un titre de séjour espagnol, aurait reconnu en garde à vue avoir voyagé ces six derniers mois en Belgique, en Allemagne, en Autriche, en France et en Andorre, des déplacements effectués à chaque fois en train. Officiellement, sa trace se perd jusqu’au 10 mai, quand il est localisé à Berlin où il a embarqué pour Istanbul. Selon François Molins, il serait revenu sur le sol européen le 4 juin par un vol en provenance d’Antakya, une ville proche de la frontière syrienne.

    Si le suspect a « nié pendant sa garde à vue s’être rendu en Turquie », il a reconnu avoir séjourné « cinq à sept mois » à Aubervilliers en 2014. C’est durant cette période qu’il a travaillé, pendant deux mois, pour un opérateur de téléphonie mobile, Lycamobile. Son ex-employeur avait précisé lundi avoir mis fin à son contrat « car les papiers qu’il avait présentés ne lui permettaient pas de travailler en France ».


     http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2015/08/25/attaque-du-thalys-suivez-en-direct-la-conference-de-presse-du-procureur_4736412_1653578.html#49MOolh1z0IIsKhC.99

    votre commentaire
  • "Le FN, en tuant son fondateur, vient de se suicider lui-même", estime l’avocat de Jean-Marie Le Pen

     Jean-Marie Le Pen a été exclu du Front national jeudi soir par le bureau exécutif. Invité de BFMTV, l’avocat du l’ex président d’honneur a estimé que "le parti s’est tué" en faisant ce choix. "Par les trois décisions de justice qui ont été rendues, on pouvait dire qu’il s’était tiré 3 balles dans le pied. Maintenant, je crois que la balle, le FN vient de se la tirer en pleine tête", a estimé Me Frédéric Joachim. "Le Front national, en tuant son fondateur, vient de se suicider lui-même", a conclu l’avocat.


    votre commentaire
  •  Par :Pieds Noirs 9A.. 

     DETAIL DE L'HISTOIRE

     La trahison ...

    Quand Jean Marie LePen vous dis ,"ce n'est qu'un détail de l'Histoire "..
    Comme bien d'innocents ne veulent rien voir ,rein entendre ..Ils collaborent vers un destin qui sera fatal ..

    Les noyades vont être retenues parce qu'elles sont en effet rapides et peu coûteuses, mais aussi parce qu'elles sont les plus efficaces, puisque beaucoup d'autres moyens d'exterminer la population ont été mis en œuvre.

    On a créé des petites bombes à gaz qui étaient très chères et très compliquées à fabriquer, on a pensé à empoisonner TOUTES les sources d'eau de la Vendée militaire (puits, rivière, ruisseau, fleuve ...), on a fusillé, décapité, empalé, violé, démembré, noyé, brûlé, enterré tout ceux qu'on pouvait. Une des tortures les plus abominables consistait à se servir de "prisonniers" (homme, femme, adulte, vieillard, enfant, bébé, peu importe) comme de bélier, et donc les tuer en éclatant leur tête contre un mur. Par la suite, on va construire des fonderies où on récupère la graisse du corps des femmes en les brûlant vives, on établie des tanneries de peau humaine pour faire des pantalons et des chaussures aux soldats ... Inhumain.

    On parle malheureusement très peu de ce génocide (qui inspirera Lénine, qui lui, inspirera Staline qui lui-même inspirera Hitler ...) puisqu'on nous montre seulement les bienfaits de la Révolution en omettant volontairement les horreurs des guerres de Vendée. On passe du génocide au mémoricide, comme il a été défini. On n'écrit pas les noms des victimes pendant cette période, on ne recense pas le nombre d'assassinés. S'il n'y a pas de victime, il n'y a pas de bourreau. S'il n'y a pas de bourreau, il n'y a pas de crime. Il ne faut pas oublier que sous la Terreur, le but de Robespierre était d'éliminer la Vendée de la carte, pour pouvoir la repeupler par la suite de "bons et honnêtes citoyens", de Républicains.

    Malheureusement très peu de gens sont au courant de ces horreurs, puisqu'on en parle peu, voire pas du tout, et certains "Vendéens" ne sont même pas conscients qu'ils descendent de génocidés. Pire encore, on donne des noms de rues, de lycées (Lycée Robespierre !), d'avenues, à ce genre de meurtriers, les noms des bourreaux figurent sur l'Arc de Triomphe.

    La méthode de la "déportation verticale" a prouvé, malgré quelques imperfections, son efficacité. Jean-Baptiste Carrier décide de l'appliquer à grande échelle pour se débarrasser des milliers de Vendéens qui encombrent la prison de la ville. Entre les derniers jours de 1793 et février 1794, entre 1 800 et 4 800 victimes disparaissent dans la Loire.

    Causes

    Nantes était assiégée par tous les fléaux qu'une guerre civile entraîne. Les menaces épidémiques et les difficultés alimentaires ne sont pas niables. Nourrir plus de dix mille prisonniers représente une charge presque insupportable pour Nantes. Jean-Baptiste Carrier voulait ravitailler d'abord l'armée et ensuite pourvoir la ville.

    La crainte de l'épidémie

    La crainte de l'épidémie a beaucoup joué dans la décision d'isoler les détenus à la prison de l'Entrepôt des cafés puis sur des navires mouillés dans le port ; elle a incité à vider les prisons du centre-ville. Les pertes enregistrées dans le personnel de surveillance, le corps médical, les infirmiers, les juges même, ont pu semer l'effroi chez les responsables nantais et les inciter à tout faire plutôt que de périr de la maladie répandue par les vaincus.

    Les conférences du 4-5 décembre 1793 (14 et 15 frimaire an II)

    Le 4 décembre 1793 au soir, Jean-Baptiste Carrier, les membres principaux du Comité révolutionnaire de Nantes, François Louis Phelippes-Tronjolly et ses collègues, Minée pour le département, Renard pour la municipalité, des représentants de Vincent-la-montagne, se réunissent. Ils décident de constituer un jury chargé de dresser une liste de proscrits. Le 5 décembre 1793 plus de trois cents noms seront couchés sur le papier. Il ne reste plus qu'à ordonner l'exécution. Pour cela, Carrier imagine un procédé radical qu’il appelle la déportation verticale : au lieu de les envoyer vers des îles lointaines, il fait embarquer les condamnés sur des barques à fonds plats qui sont coulées au milieu de la Loire, au niveau de Chantenay. Les exécutions ont lieu de nuit pour plus de discrétion, mais les corps flottent ensuite en surface pendant des jours.

    Identité des noyeurs

    Ils se divisent en deux groupes:
    - La compagnie révolutionnaire Marat
    - Guillaume Lamberty et ses hommes.

    Les noyades

    Première noyade

    Les premières noyades commises sont celles des prêtres réfractaires, cent soixante environ, condamnés à la déportation. Dans la nuit du 16-17 novembre 1793 (26-27 brumaire an II), Guillaume Lamberty et ses hommes passent à l'exécution, quatre-vingt-dix prêtres sont noyés. En réalité, ce carnage compte trois survivants. Repêchés par les marins d'un navire de guerre, l' Imposant, ils sont remis aux autorités de la ville. Ramenés sur la galiote, ils périssent lors de la seconde noyade de prêtres. Plusieurs cadavres de prêtres viennent s'échouer sur les berges du fleuve. Un seul prêtre survivra à ce massacre, l'abbé Landeau. Excellent nageur il réussit à s'enfuir du bateau et nagea entre deux eaux jusqu'a la rive de la Loire.

    Seconde noyade

    La seconde noyade de prêtres est encore le fait de Guillaume Lamberty. Plusieurs hommes de la compagnie Marat conduits par Foucauld détroussent méthodiquement les cinquante huit prêtres arrivés d'Angers. Les prêtres sont transférés sur une gabare spécialement aménagée et emmenés loin du port, à l'entrée de l'estuaire où il est procédé à leur submersion. Cette fois il n'y a aucun survivant.

    Troisième noyade dite du Bouffay

    La troisième noyade, dite du Bouffay, est aussi bien connue, sinon mieux, que les deux précédentes. Elle a coûté la vie à cent vingt-neuf détenus, dans la nuit du 14-15 décembre 1793 (24-25 frimaire an II). Menés par Jean-Jacques Goullin et Michel Moreau-Grandmaison, les "Marat" gagnent la prison du Bouffay, la plupart sont ivres. Ils ne sont plus tout à fait en état de consulter leurs listes, et procèdent au hasard, raflant les prisonniers dans leurs cellules, puis les attachant deux par deux après les avoir dépouillés de leurs objets personnels et de leur argent. Embarqués sur une sapine, les suppliciés sont dirigés vers l'aval et l'embarcation coulée un peu plus loin que Trentemoult, au bout de l'île Cheviré.

    "Les mariages républicains"

    Les noyades suivantes posent plus de problèmes à l'historien. Leur nombre, leur importance, les circonstances exactes, tout prête à controverse. C'est à propos de ces noyades qu'ont circulé diverses affabulations, dont celles des "navires à soupapes", des "mariages républicains" et des noyades systématiques d'enfants. Jean-Baptiste Carrier aurait ordonné d'accoupler homme et femme, curé et sœur surtout, et de les ligoter dans des postures obscènes avant de les jeter dans la Loire. Il aurait qualifié ces atrocités de "mariages républicains".

    Quatrième noyade (23 décembre 1793)

    La noyade du 23 décembre 1793 (3 nivôse an II) est attestée de trois façons, au moins, deux témoignages très sûrs et confirmés. Pierre Robin, Fouquet et d'autres chargèrent environ huit cents individus de tout âge et de tout sexe sur deux bateaux, qui furent conduits vis-à-vis de Chantenay et furent noyés.

    Noyades des galiotes

    Du 29 décembre 1793 (9 nivôse an II) au 18 janvier 1794 (29 nivôse an II) ce furent les "noyades des galiotes", des navires hollandais restés à Nantes par suite du blocus et qu'on déplaça pour la circonstance vers la prison de l'Entrepôt des cafés. Impossible de dire s'il y eut deux ou trois expéditions. A chaque fois deux cents à trois cents victimes, hommes, femmes et enfants mêlés. Il semble que l'ultime noyade organisée sous la direction de Carrier, était destinée à vider la prison de l'Entrepôt des cafés ait été perpétrée dans la nuit du 29 au 30 janvier 1794 (10-11 nivôse an II) et ait concerné quatre cents détenus environ.

    Dernière Noyade

    L'ultime noyade eut lieu le 9 ventôse de l'an II (27 février 1794). Selon des pièces officielles lues à la Convention, le 21 vendémiaire de l'an III (12 octobre 1794), cette dernière noyade fut ordonnée par l'Adjudant-Général Lefebvre et aurait provoqué la mort de 41 personnes: 2 hommes, dont un vieillard aveugle de 78 ans, 12 femmes, 12 filles et 15 enfants, dont 10 de 6 à 10 ans et 5 enfants à la mamelle. L'opération eut lieu dans la baie de Bourgneuf.Hippolyte Taine Les origines de la France contemporaine. La Révolution: le gouvernement révolutionnaire, le régime moderne Edition Robert Laffont, d'après Le Moniteur universel XXII, 227.

    Nombre exact des victimes des noyades

    Il est impossible de déterminer le nombre exact des victimes des noyades collectives. Pour Alfred Lallie, elles furent 4 860 ( ce chiffre fut repris par Hippolyte Taine et Reynald Secher), pour Jean-Clément Martin environ 4000, pour Gaston Martin environ 1 800 , pour Fouquet 9 000, pour Mellinet 3 500. ==

    Plaque commémorative sur l'ancien Entrepôt des Cafés

     Soyons Clair et Net ...


    votre commentaire
  • Deux blessés à bord d'un train Thalys dans une fusillade, un homme interpellé en gare d'Arras

     
    Par  francetvinfo.fr..
     
     
    Un homme a été arrêté en gare d'Arras (Pas-de-Calais), vendredi 21 août 2015, après des coups de feu à bord d'un train Thalys.

    Un homme a été arrêté en gare d'Arras (Pas-de-Calais), vendredi 21 août 2015, après des coups de feu à bord d'un train Thalys. (MAXPPP)

    Deux personnes ont été blessées, selon un dernier bilan, par un homme armé à bord d'un Thalys entre Amsterdam et Paris, vendredi 21 août.

    Le train a été arrêté peu après 18 heures, avant d'être dérouté vers la gare d'Arras (Pas-de-Calais), où l'individu a été arrêté.Le suspect était lourdement armé. Il avait notamment une arme de guerre, de type kalachnikov, et avait, entre autres, neuf chargeurs sur lui. La section antiterroriste du parquet de Paris s'est saisie de l'enquête.
      Suivez notre direct  Deux soldats américains auraient maîtrisé le tireurLes deux blessés sont les deux Américains qui ont maîtrisé l'auteur des tirs, selon le parquet. 
    Le pronostic vital de la personne touchée par balle n'est pas engagé, la seconde a été blessée plus légèrement, victime de coups, selon la même source.
     "Deux militaires américains auraient entendu dans les toilettes le bruit de la culasse d'une arme lourde en train d'être chargée", selon La Voix du Nord. "Ils seraient intervenus à temps pour maîtriser l'homme avant qu'il ne puisse utiliser l'arme dans la rame. Les coups de feu se seraient produits à ce moment-là."
    Jean-Hugues Anglade, qui était à bord, avait d'abord été annoncé parmi les blessés, selon le quotidien La Voix du Nord (abonnés) et un autre journaliste local. A priori, selon France Inter, il aurait été "choqué", et peut-être blessé à la main en tirant l'alarme.
     Bernard Cazeneuve se rend sur place"Les voyageurs sont en sécurité, la situation est maîtrisée. Le train est à l’arrêt et les services d’urgence sont sur place", a fait savoir la SNCF, en réponse aux voyageurs qui l'interpellaient.
    Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, est attendu sur place, a précisé Pierre-Henry Brandet, le porte-parole du ministère de l'Intérieur.
    Il a confirmé à l'AFP qu'un homme avait ouvert le feu dans le train, ajoutant qu'à ce stade "on ignore tout de ses motivations".

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique