• Accueil

    Accueil

  •  PARIS :les « cadenas d’amour » vendus aux enchères au profit d’associations d’aide aux migrants

    Plusieurs centaines de kilos de « cadenas d’amour », ces cadenas gages de fidélité que les touristes accrochent aux grilles des ponts et que la Ville de Paris enlève, seront vendus aux enchères le 13 mai en faveur d’associations d’aide aux migrants. 45 tonnes de métal avaient ainsi été enlevées lors du nettoyage du Pont des Arts.

    Quinze grilles portant des centaines de cadenas, pesant jusqu’à 500 kg, et 150 grappes de cadenas de tailles diverses, seront proposées à la vente. Les bénéfices iront à trois associations mobilisées dans l’accueil et l’accompagnement des réfugiés accueillis par la Ville : Solipam, l’Armée du Salut et Emmaüs Solidarité.

    Cette « vente au profit des associations qui accompagnent les réfugiés, c’est notre façon de respecter le geste de tous ceux qui ont choisi de venir célébrer leur amour dans une ville ouverte et généreuse« , a assuré Bruno Julliard, premier adjoint de la maire PS de Paris Anne Hidalgo. […]


    Source : fdesouche via  Le Nouvel Obs


    votre commentaire
  • La famille de Théo Luhaka de nouveau soupçonnée d’escroquerie aux aides sociale

    Le Parisien révèle, ce vendredi, que la justice soupçonne « l’existence d’un véritable système familial d’escroquerie aux aides d’État » concernant la famille de Théo.

    Il nous en livre le dernier élément et, pour le moins, celui-ci ressemble comme deux gouttes d’eau à celui déjà dénoncé fin février 2016.

    « Le 10 avril, l’administration a effectué un signalement (article 40) auprès du parquet de Paris concernant une association domiciliée dans le XVIIIe arrondissement de la capitale dans laquelle apparaît en sous-main Michaël Luhaka, 33 ans, un des frères de Théo… » Cette association « spécialisée dans le secteur des organisations religieuses » a obtenu seize emplois d’avenir, dont les aides de l’État ont été suspendues dès que la justice s’est intéressée à l’affaire… « Le parquet de Paris a immédiatement transmis le rapport de l’inspection du travail au parquet de Bobigny où une enquête préliminaire est ouverte depuis juin 2016 pour suspicion d’abus de confiance et escroquerie. »

    Le journal rappelle également que c’est le troisième signalement fait par l’inspection du travail à la justice et… la cinquième procédure en cours ! Quels problèmes posent ces associations ? « À chaque fois, les salariés sont recrutés sous contrat d’avenir mais ne sont jamais payés et l’URSSAF ne perçoit pas les cotisations. »

    Et Le Parisien d’évoquer les faits plus anciens : « Les policiers de la PJ de Seine-Saint-Denis avaient découvert qu’une association domiciliée à Aulnay et dirigé par Michaël Luhaka aurait reçu, entre janvier 2014 et juin 2016, 678.000 € de subvention d’État, dont 170.000 € directement virés sur les comptes de huit membres de la famille et 80 000 € retirés en liquide. Théo a perçu à lui seul 52.000 €. Un flux inexpliqué. »

    Pour l’instant, à part Valeurs actuelles, aucun autre périodique n’a repris cette nouvelle, certainement trop explosive en cette époque d’élection présidentielle.

    Il faut se remémorer que Libération avait titré, le 24 février 2017 : « L’opportune fuite de l’enquête financière visant la famille de Théo L. »

    Nous expliquant que cette attaque sortait comme par hasard au bon moment : « C’est un classique dans les histoires de violences policières […] On sort les vieux dossiers, les casiers judiciaires et les enquêtes en cours. » « À part pour allumer un contre-feu sur la question des violences policières, il n’y a aucune raison que ça sorte maintenant, réagit Simon Picou de la CGT-Travail. Dans un communiqué, son syndicat dénonce toute tentative d’instrumentalisation de l’action des services d’inspection du travail à des fins qui lui sont étrangères. »

    Un papier assez surprenant, quand on sait la campagne qui a été menée contre François Fillon et Marine Le Pen à un mois de l’élection présidentielle. Pour ces deux candidats, on avait aussi sorti très à propos « les vieux dossiers, les casiers judiciaires et les enquêtes en cours », mais Libération, bizarrement, ne s’en était pas indigné.

    En ce qui concerne Théo et ses frères, posons-nous les deux vraies questions :

    – Pourquoi en sommes-nous à la cinquième procédure en cours sans qu’aucune n’ait entraîné les protagonistes devant un tribunal ?
    – Combien, dans les quartiers sensibles, y a-t-il de Michaël Luhaka recourant aux mêmes pratiques ?

    Pour la première question, la visite hospitalière de notre Président « bien aimé » offre peut-être un début de réponse.

    J-P Fabre Bernadac

    Source : http://www.bvoltaire.fr


    votre commentaire
  •  TOULOUSE 

    Un gang jugé pour braquages sur fond de voyage en Syrie

    Cinq jeunes gens de 22 à 30 ans sont jugés pour association de malfaiteurs, accusés d’une série de braquages dans des supérettes toulousaines, courant 2013, et d’une tentative de vol à main armée le 21 décembre 2013 dans un Simply Market, à Launaguet. Cinq faits et une tentative entre mai et décembre 2013, à Toulouse, Colomiers et Launaguet. Impassibles dans leur box, faisant bonne figure et même pressés de s’excuser auprès des victimes, quatre de ces hommes ne reconnaissent que la tentative de braquage de décembre 2013. Le cinquième, Yoann D., 30 ans, est mis en examen pour vol à main armée dans un Carrefour City le 19 juin 2013, avenue de Fronton, à Toulouse.

    Hier, à la barre, experts psychiatres et enquêteurs de personnalité ont dressé un parcours presque banal de ces hommes, «dont l’intelligence aurait pu les emmener plus loin dans leur scolarité ou leur vie professionnelle». Malgré des études écourtées, tous sont insérés, sans antécédent judiciaire et en passe de devenir pères de famille. Entre missions d’intérim et petits boulots, ils cherchent de l’argent, «des motivations purement utilitaires», précise l’expert psychiatre. «La perte de la figure paternelle», pour Mounir D., 22 ans, ou la phobie de la mort obsédante pour Yoann D., a peut-être joué les détonateurs dans cette dérive difficilement compréhensible au regard d’une trajectoire d’adolescents flirtant avec la «normalité». Mais des personnalités dont l’immaturité est frappante. Un mois avant de passer son Bac pro, Rodrigue K., décide de partir en vacances avec ses copains en Tunisie. «Il le regrette aujourd’hui amèrement», affirme l’enquêteur de personnalité. Un voyage en Tunisie qui se poursuit jusqu’en Syrie pour lui et Mounir D. Ce duo, interpellé le 21 décembre lors de la tentative de braquage à Launaguet, avec Mustapha K. et Zied A.,intrigue le président Huet. Lors des perquisitions effectuées par les enquêteurs du SRPJ de Toulouse, on y voit ces deux garçons en tenue militaire, âgés alors de 18 et 20 ans, brandir des fusils d’assaut derrière des drapeaux noirs d’organisations terroristes. Rodrigue K. est photographié en train de porter à bout de bras une tête sanguinolente décapitée. Des documents qui feront l’objet d’une enquête par le parquet antiterroriste. L’instruction n’a pas permis d’établir un financement du jihad par les braquages commis à Toulouse. Mais ce périple syrien, pour le moins gênant pour la défense, s’immisce sournoisement au cours des premiers débats. La présence du Raid, dans les arrière-salles de la cour d’assises sécurise les interruptions de séance. Derrière cette «normalité» évoquée plus tôt, il reste les faits. Pour les victimes, difficile de les oublier. Lors du braquage d’un restaurant Quick, le 5 août 2013 (préjudice 16 000 €) l’un des braqueurs contraint une employée à une relation sexuelle avec son petit ami, lui aussi employé et présent sur les lieux. Aujourd’hui, enquêteurs du SRPJ et experts sont attendus à la barre. Les six faits seront évoqués dès demain. Verdict attendu mercredi 3 mai.

    Source : fdesouche via La Dépêche


    votre commentaire
  • 15 clandestins supplémentaire hébergés dans un CAO à Verfeil (82)

    Les Halles de Verfeil (Tarn-et-Garonne)

    Arrivés de Paris ce mercredi, une quinzaine de clandestins sont logés dans un nouveau centre d’accueil et d’orientation (CAO) à Verfeil (82). Ils seront hébergés et nourris pour une période minimale de trois mois. 

    Ils sont arrivés hier en bus depuis Paris. 15 clandestins sont depuis ce mercredi hébergés dans un gîte privé à Verfeil, où un nouveau centre d’accueil et d’orientation (CAO) a ouvert.

    Ils seront logés et nourris, et pourront aussi bénéficier d’un indispensable accompagnement social et administratif. Leur séjour est prévu pour une durée d’environ trois mois, le temps qu’une solution pérenne soit trouvée. L’Udaf (Union Départementale des Associations Familiales), ainsi que des bénévoles sont mobilisés pour favoriser le bon déroulement ce séjour.

    Dans le Tarn-et-Garonne, un autre CAO est déjà ouvert depuis l’automne dernier et accueille une vingtaine de clandestins venus de la « jungle » de Calais après son démantèlement, dans les locaux de l’ancienne gendarmerie de Bruniquel. Le centre d’accueil des 50 migrants mineurs de Réalville a été, quant à lui, fermé.
     
    Source : infos-toulouse

    votre commentaire
  • « En un siècle, à force de bras, les colons ont, d’un marécage infernal, mitonné un paradis lumineux. Seul, l’amour pouvait oser pareil défi… Quarante ans est un temps honnête, ce nous semble, pour reconnaître que ces foutus colons ont plus chéri cette terre que nous, qui sommes ses enfants » (Boualem Sansal – 2002)

     Au fil des générations, nos hommes politiques et les médias qui les soutiennent, n’ont eu de cesse de cultiver le mythe de la culpabilité nationale : Colonisation… Repentance… Soumission… ignorant, comme le disait Charles Péguy, « qu’il y a des contritions plus sales que les péchés ». C’est pourquoi, le « remords » aidant, ils s’interdisent (et nos magistrats avec eux) toute action systématique de reconduite à la frontière qui pourrait être interprétée par le lobby pro-immigrationniste comme un acte raciste… Et de cette façon, la misère s’ajoute à la misère… et déjà dans ce pays, la démocratie ipso facto repose sur la cosmopolite reconnaissance du peuple français à disparaître inéluctablement. Ainsi, inexorablement, toutes les traditions historiques qui ont fait la grandeur de la France sont en train de se dissoudre dans un pluralisme qui admet tout et comprend tout et qui n’est que trop voisin de la lâcheté pure et simple. Elle agit, cette France-là, comme si elle n’était plus intéressée à maintenir sa position dans le monde. Elle s’accuse elle-même et se déclare honteuse de son passé guerrier, impérialiste et colonialiste, oubliant toutefois que le passé des autres nations n’est ni plus paisible, ni plus vertueux…

    Dénigrer l’histoire de son pays, de son passé, sa grandeur et le sacrifice de ses aînés est un acte criminel. Nous n’avons pas à tronquer notre histoire pour faire plaisir à telle minorité, telle association au « cœur sur la main » ou tel parti politique. « Dans cette rumination morose, les nations européennes oublient qu’elles, et elles seules, ont fait l’effort de surmonter leur barbarie pour la penser et s’en affranchir » écrivait Pascal Bruckner. Que ceux qui s’adonnent à ce type d’autoflagellation jouissive n’oublient pas cette mise en garde de Henri de Montherlant : « Qui a ouvert l’égout périra par l’égout. »

    Ce dénigrement perpétuel de la France et de son passé colonial par nos « bien pensants »,martyrocrates de profession, faussaires de l’antiracisme, est le pire danger auquel elle est confrontée. L’historien Max Gallo, dans son essai « Fier d’être Français », déclare : « Il faut bien que quelqu’un monte sur le ring et dise : “Je suis fier d’être français”. Qu’il réponde à ceux qui condamnent la France pour ce qu’elle fut, ce qu’elle est, ce qu’elle sera : une criminelle devenue vieillerie décadente. […] Ils exigent que la France reconnaisse qu’elle les opprime, qu’elle les torture, qu’elle les massacre. Seule coupable ! Pas de héros dans ce pays ! Renversons les statues, déchirons les légendes. Célébrons Trafalgar et Waterloo et renions Austerlitz ! Ils veulent que la France s’agenouille, baisse la tête, avoue, fasse repentance, reconnaisse ses crimes et, tondue, en robe de bure, se laisse couvrir d’insultes, de crachats, heureuse qu’on ne la “nique” qu’en chanson et qu’on ne la brûle que symboliquement chaque nuit ! Il est temps de redresser la tête, de hausser la voix, de monter sur le ring… et de boxer à la française ! »

    Et Malika Sorel, française d’origine algérienne, de renchérir : «Au Maghreb, les gens sont consternés par ce qui se passe en France. Pour eux, la situation est liée à cette « repentance » et la responsabilité en incombe aux adultes français qui passent leur temps à se prosterner et être à genoux…»

    – Repentance ! C’est un mot que les Français commencent à connaître tant ils l’entendent ! Celui-ci désigne la manifestation publique du sentiment personnel qu’est le repentir pour une faute que l’on affirme avoir commise et dont on demande le pardon.

    – Pardon ! Mais quelle faute a bien pu commettre la France pour demander pardon ?

    Et à qui ? Pardon d’avoir un passé colonial ? Mais, Messieurs les détracteurs, le colonialisme que vous décriez, la main sur le cœur aujourd’hui, n’est rien d’autre que ce phénomène qui a poussé l’Occident à partager l’essentiel de son avance technique avec le reste du monde qui ne l’avait même pas entrevue. L’entreprise s’est accompagnée de souffrances, certes, mais il n’est pas d’aventure humaine qui ne s’accompagne de ce douloureux cortège… Il est le prix de sueur et de sang qu’il faut payer, mais le bilan est positif. J’en appelle à tous ceux qui ont atterri dans une colonie soumise à la loi et aux méthodes de l’Occident. Le changement de tableau est subit. Des récifs, elle a fait des ports ; de la poussière et des marais, elle a édifié des villes ; dans cet air embrasé, elle a fait pousser des feuillages et des jardins. Quand un contraste crie, il faut l’entendre, et ce serait être apocryphe en nature humaine, en morale pure, que de ne pas comprendre la puissance occidentale.

    Voyez donc, en exemple, ce qu’est devenue l’Algérie en un siècle seulement de colonisation… Au départ des Européens en 1962, les terres arables et fertiles ont été gagnées sur le désert et sur les marais au prix de tant de tombes qui jalonnent l’Afrique du Nord que le terme même de « colonisation » est aujourd’hui dépassé. Comment oublier que ce sont les premiers Européens (les pères de ces enfants qui ont été chassés) qui ont asséché les marais, ensemencé les maquis, transformé les douars, les casbahs, les repaires de pirates en paisibles villages, en cités prospères, en ports dignes de ce nom, bâti les écoles, les universités et les hôpitaux, tracé les routes et édifié les ponts, chassé la maladie, la famine, fait jaillir des pierres la vigne généreuse et les orangers ? Comment oublier que c’est la France, et elle seule, qui a fait gicler du sable du désert le pétrole et le gaz ? Et c’est pour toutes ces réalisations qu’il faudrait demander pardon ? A cela, qu’ont opposé les révolutionnaires ?… La révolte, le terrorisme, l’abomination et pour finir, la dilapidation de l’héritage « colonial ».
    Avant que la France ne vienne dans ce pays, les autochtones jouissaient-ils de toutes ces réalisations ? Les avaient-ils réalisées ? La France les en avait-t-elle privées ? La réponse est NON ! Et ce qu’ils n’ont pas su faire eux-mêmes en tant de siècles, voici qu’ils se l’approprient aujourd’hui et qu’ils accusent la France de n’avoir rien fait pour eux en 132 ans… Dès lors, les voix des apparatchiks du FLN, au pouvoir depuis 1962, conscients de leur responsabilité dans la misère qui frappe le peuple, n’ont de cesse de façonner les esprits en utilisant invariablement ce même refrain, vieux d’un demi siècle, qui répète sans cesse que les Français sont des ravisseurs et des bourreaux, qu’ils ont dévasté par le fer et par le feu la patrie algérienne en pillant ses richesses et exigent aujourd’hui réparation etrepentance.

    Dans les livres d’histoire, écoliers et étudiants retiennent de l’armée française, qu’elle ne s’est strictement et uniquement livrée qu’à des exactions envers la population civile algérienne. C’est proprement odieux ! A l’inverse, rien n’apparaît sur les bienfaits de la Pacification et sur le bien-être que cette armée-là a apporté à l’homme du Bled. Sur les réalisations précitées, rien n’est mentionné. L’Histoire de l’Algérie rapportée par les livres est une Histoire tronquée, falsifiée, vide de toute vérité vraie et injurieuse vis-à-vis de ces milliers d’hommes et de femmes, Européens et Musulmans, qui ont œuvré de concert pour sortir ce pays du cadre moyenâgeux qui était le sien en 1830. Et il se trouve des Français pour soutenir les thèses diffamatoires du FLN !… des nigauds de naissance, champions des « droits de l’homme », de « l’antiracisme » et de « l’antifrance » qui demandent à grands cris la « révision des livres d’histoire ».

    « Rien n’est plus dangereux au monde que la véritable ignorance et la stupidité consciencieuse » a écrit Martin Luther King…

    Dès lors, que peuvent bien retenir les jeunes enfants dès leur scolarité ? Une histoire de France faite d’intolérance, d’inégalités, de compassion excessive, de récriminations et d’accusations qui ne manqueront pas de marquer à jamais leur esprit et d’entacher durablement l’image qu’ils se feront désormais de leur pays. « Vous tenez en vos mains, l’intelligence et l’âme des enfants. Vous êtes responsables de la Patrie. Les enfants qui vous sont confiés… ils sont Français et ils doivent connaître la France, sa géographie, son histoire : son corps et son âme », déclarait Jean Jaurès… ce que dénia Jacques Chirac en interdisant les cérémonies en mémoire de l’Empereur Napoléon Bonaparte au nom du complexe des conquêtes des siècles passés…

    Quant aux immigrés, comment les encourager à s’intégrer à une nation qui n’a de cesse de culpabiliser et de se mépriser elle-même ? Dans le journal « Le Monde » du 21 janvier 1992, Michel Serres suppliait les journalistes : « Si vous pouviez… de temps en temps dire un peu de bien de la France ! » Et en 1947, déjà, Raymond Aron déclarait : « La vanité française consiste à se reprocher toutes les fautes sauf la faute décisive : La paresse de la pensée ».

    « Je vous laisse deviner ce qui se passe lorsqu’un peuple estime que ses élites ne le représentent plus, ne défendent plus son identité, ne défendent plus ce qu’il est, eh bien l’étape suivante, c’est que le peuple reprend son destin en main » a lancé, en guise d’avertissement, Malika Sorel.

    Quant aux adeptes de la « repentance » et de l’anticolonialisme, ils devraient s’inspirer de cette cinglante leçon d’histoire que nous donne Walter Williams, Africain-Américain et professeur d’économie à l’université George Mason de Virginie (Etats-Unis) : « Peut-être que votre professeur d’économie vous a enseigné que la pauvreté du Tiers-Monde est l’héritage de la colonisation. Quel non-sens ! Le Canada a été une colonie, comme l’Australie, la Nouvelle-Zélande ou Hong-Kong. En fait le pays le plus riche du monde, les Etats-Unis, fut jadis une colonie. Par contraste, l’Ethiopie, le Liberia, le Tibet, le Sikkim, le Népal et le Bhoutan ne furent jamais colonisés et pourtant ils abritent les populations les plus pauvres du monde… » Mortifiant sujet de réflexion…

    José CASTANO

    Source

    e-mail : joseph.castano0508@orange.fr


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique