• Toujours plus comique : Aurélien Taché compare le voile islamique au serre-tête catholique

     
      

    La République en marche toujours plus loin, toujours plus fort.
    Les sites satiriques peinent à se renouveler, ont l’angoisse de la page parce qu’il faut bien le dire : certains politiques leur font une concurrence déloyale éhontée. 

    Ainsi un député vient de comparer le voile islamique au serre-tête catholique : Le Gorafi en avait rêvé, Aurélien Taché l’a osé. 
    Mis en difficulté par Zineb El Rhazoui qui lui demandait son avis sur les fillettes de 11 ou 12 ans voilées, c’est la seule parade qu’il a trouvée. 
    Parce qu’il est bien connu qu’un peu partout dans le monde, de nombreuses jeunes filles catholiques ne peuvent pas sortir sans leur serre-tête. 
    Sur les réseaux sociaux, le hashtag « #Prisonnière du serre-tête à Versailles » fait florès, des jeunes résistantes ayant préféré la barrette ou l’élastique pour se coiffer auraient même été aspergées d’acide ou assassinées. 
    Même Marlène Schiappa – c’est dire ! – a trouvé que c’était un peu fort de café : « Il faut cesser ce relativisme qui nous fait mettre sur le même plan des choses qui sont opposées. » 
    C’est l’hôpital qui se moque de la charité, pourrait rétorquer son petit camarade, eu égard à sa propre sortie sur LMPT et les islamistes. 
    Le postulat de base est, d’ailleurs, le même : le problème, c’est LA religion, quelle qu’elle soit, avec cette différence près que si l’on a réussi à mater le catholicisme, l’islam plus jeune et plus fougueux commet encore quelques « incartades » avec lesquelles il faut être indulgent, compte tenu du traitement discriminatoire dont tant de musulmans font l’objet dans notre pays. 
    Contrairement aux catholiques, en tous points favorisés comme chacun sait : on peut donc, avec eux, se défouler à loisir sans se gêner. 
    Et tant pis si laïcité et féminisme, qui sont au cœur de leurs propos, ont l’une (« il faut rendre à César ce qui est à César ») et l’autre (« il n’y a plus ni grec, ni juif, ni esclave, ni homme libre, ni homme, ni femme, car vous êtes tous en Jésus-Christ ») fleuri sur ce terreau chrétien qu’est l’Occident.
    Notons, au passage, que si le catholicisme est immédiatement appelé à la rescousse pour relativiser les écarts islamistes, l’inverse, en revanche, n’est pas vrai, l’amalgame ne fonctionnant que dans un sens : il n’est de pédophiles, par exemple, que dans le clergé catholique. 
    Agnès Thill qui, eu égard à ses positions contraires à la doxa sur la PMA, subit les persécutions de son propre camp – Aurélien Taché en tête, signataire de la lettre exhortant leur président de groupe à faire montre de « fermeté » à son endroit – ironise sur Twitter : « Ouh la la… le coup du serre-tête des petites filles catholiques… et du voile islamiste… par notre Fouquier Tinville d’opérette… Aurelien Taché des excuses ? Une commission des conflits ? #2poids2mesures ? Bah nul n’est parfait ! » 
    C’est surtout Aurélien Taché qui devrait songer à ôter son propre serre-tête idéologique, qui tend à lui comprimer le cerveau et lui atrophier les neurones.

    Addenda : Aurélien Taché a publié dimanche soir un communiqué de presse : « Je tiens à m’excuser si mes paroles ont pu blesser. » 

    Gabrielle Cluzel

    votre commentaire
  • Jeudi 28 février, à Pessac près de Bordeaux, dans le cadre du « Grand débat », le président Macron crut bon de s’inviter à une réunion de femmes. Mal lui en prit…
     
     
    Le premier épisode de ce triple camouflet, vous devez tous le connaître : une femme, surgie du public, offre un collier avec un gilet jaune en pendentif au président interloqué, qui refuse de l’enfiler, mais est contraint de l’accepter.
    Si je vous repasse cette vidéo, ce n’est pas pour le plaisir de vous remontrer cette humiliation qui fait le buzz, mais pour que vous vous concentriez sur la pauvreté des réponses du président :
    « Je suis le président de toutes les Françaises et de tous les Français… Ce débat pour moi, il est très important et c’est très important que vous puissiez dire les choses… Je vous le redis, je suis le président de toutes les Françaises et de tous les Français… Je suis très content que vous soyez là… Moi, je crois au dialogue… Je considère et j’ai toujours respecté tous les Français… »
    En bref, un festival de formules complètement creuses débitées par un personnage en perdition manifeste.
     
     
    Mais le calvaire d’Emmanuel Macron n’allait pas s’arrêter là.
    À peine la scène du premier camouflet achevée, c’est vers la trublionne en gilet jaune que se précipitaient les médias, laissant en plan un président désemparé qui s’époumonait à rappeler sa cour à l’ordre pour sauver son show :

    « Et je demande aux journalistes qui sont là, on n’est pas dans un show télévisé où il y a des bêtes étranges [la « bête étrange » en question se prénomme Nathalie, ndlr] qui sont plus intéressantes. Je vous invite à reprendre votre place… »
     
     
    Le coup de grâce allait être donné dans le troisième épisode, quand une journaliste de la chaîne présidentielle, BFMTV, pensa pouvoir mettre en difficulté la factieuse par une question qui tue :
    « Mais qu’est-ce que vous demandez, en fait ?
    – Ah oui, BFM, alors vous ne savez toujours pas ce que veulent les Français ? Ils veulent vivre !
    – [Bredouillis de la journaliste de BFMTV]
    – Allez, dégagez, BFM, parce que franchement, vous êtes BFMerde !
    – [Voix blanche de la journaliste] Je ne comprends pas, Madame… – Ah, vous ne comprenez pas ?! »
     
     
    source

     


    votre commentaire
  • Gilets jaunes, acte 16, violences inadmissibles de la milice de castaner

     
        
     

    votre commentaire

  • votre commentaire
  • Par: Pieds Noirs 9A..
     
    Article N°5206 du dimanche 03 février2019
     
    La trahison de Macron envers les Français d'Algérie ....
     
    Macron doit nous rendent des comptes sur la collaboration de participation de sa repentance à sans unique ...
     
    A Alger, Emmanuel MACRON insulte la mémoire des Français d'Algérie, et s'enfonce dans la repentance ...
     
    Son voyage à Alger n’aura été qu’une resucée de ce qu’ont fait à peu près tous ses prédécesseurs, venus chercher l’adoubement électoral du président BOUTEFLIKA, ,et de mise a genoux devant les généraux du FLN ,en déclarant que la colonisation est un acte de barbarie et un crime contre l’Humanité.(que fait-il en ce moment envers les gilets jaunes) !!!
    En affirmant qu’en Algérie, la France avait commis des crimes terribles, de la torture et de la barbarie, Emmanuel MACRON est tombé dans le travers habituel de la repentance à sens unique, qui condamne sans appel l’œuvre des Français d’Algérie profondément attachés à leur terre natale., de son armée Française de la traînée dans la boue ,..
     
    Les Français d’Algérie n’ont pas à rougir de ce qu’ils ont été.
     
    L’histoire ne s’écrit pas en noir et blanc, telle que la pensée unique à laquelle semble se rallier Emmanuel MACRON, voudrait nous le faire croire. Nous n'avons pas a nous s’excuser des souffrances que nous avons endurées, ma maman jetés a la rue a 1 heure du matin en chemise de nuit et nous papa et moi en pyjamas ,ses drames que nous avons connus et des milliers d’assassinats que nous avons subis dont moi même torturé a l'age de 13 ans par ses barbares anti France ...
     
    Avant le terrible exode de l’été 1962, les Français d’Algérie ont connu, eux aussi, les fouilles dégradantes, les perquisitions sauvages, les arrestations arbitraires, les camps d’internement, les interrogatoires musclés, les tortures. Dans les derniers mois de l’Algérie Française, la caserne de la gendarmerie mobile, aux Tagarins, sur les hauteurs d’Alger, était devenue un centre clandestin d’interrogatoire de suspects arrêtés dans la lutte anti-OAS. Sous l’autorité du colonel Debrosse, gendarmes mobiles, policiers ou barbouzes venus de Paris y pratiquaient la question poussée à l’extrême. Des femmes, des hommes, sympathisants de l’Algérie Française, furent martyrisés aux Tagarins par des représentants de l’autorité Française qui reprenaient les méthodes utilisées contre certains terroristes du FLN pendant la bataille d’Alger. Mais cette fois, il ne s’agissait pas de savoir où étaient les bombes qui pouvaient à tout instant déclencher des massacres. Aucun de ces détenus n’était soupçonné, et encore moins coupable, de crimes de sang. Ils étaient retenus illégalement. Jusqu’aux aveux ou jusqu’à l’agonie...
     
    Notre destin fut fatal .
    Le destin d'un Pays et d'un Drapeau est l'histoire de tous les Pieds Noirs, car depuis 14/18 - 39/45 -Les Pieds Noirs ont prouvé leur patriotisme et leur détermination .Ce drapeau aux trois couleurs qui éblouissait leur yeux et leur cœur , représentait leur amour envers leur pays,notre pays La France .Les Français ,malgré toutes les guerres ,n'auront pas connu ce que représente l'abandon de leurs berceaux, de leurs générations et de leurs morts. 
    Avec le temps qui passe ,tous les anciens Pieds Noirs ,comme moi ,auront eu , à chaque jour qui passe ,comme un couteau planté dans le dos ,des matins ,des jours et des nuits ...
    pleins de souvenirs douloureux et des yeux chargés de larmes , pleurant de honte pour l'Algérie !. Le Destin d'un pays qui trahis les siens , ses frères et sœurs de sang ,ses enfants de la patrie ,
    est à la merci de l'histoire qui se répète ...
     
    La France va vers sa fin et les Français ,à leur tour ,vont devoir choisir leur avenir ...ils seront vomis par leurs enfants ! La France de tout temps depuis la deuxième guerre mondiale ,a toujours été entre les mains de collabos , traites et de corrompus ...
    L'heure des comptes va bientôt sonner ... 

    Ci-Dessous;

    "Enlevé et torturé par le FLN", André Aussignac témoigne !

    André Aussignac, Bordelais, militaire appelé en Algérie, fut enlevé par le FLN après l'indépendance. Il raconte en détail le calvaire inhumain qu'il a subi de la part des fellaghas dans une mine de fer près de Milliana, avec d'autres français, civils ou militaires. André Aussignac était un appelé du 23e RIMa à Alger, il a été déclaré disparu le 21 juillet 1962, par l'armée française dont le chef était alors le colonel Charles de Gaulle.

    Au temps de l'UMPS à Macron  ne cesse de nous parler de repentance, le témoignage ci-dessous permet de mettre en relief l'idéologie criminogène de ceux vers qui, François Hollande 1er, dit le Normal, comme le dernier Macron ,étant faire moult courbettes,dont les généraux du FLN adorent cela ...

    Pieds Noirs 9A..

     


    votre commentaire