• Fréjus : un clandestin tunisien frappe, tente d'étrangler et viole une Française de 67 ans

    Les faits s’étaient déroulés ce vendredi 15 juin vers 17h dans le parc Areca, situé à Saint-Aygulf. Un homme avait suivi, attrapé et fait tomber la victime dans un fossé. Il l’avait frappée et tenté de l’étrangler avant de la violer.

    Des passants, croyant à un couple ayant une relation sexuelle en public, avaient prévenu le gardien qui avait alerté la police. L’agresseur avait été neutralisé.

    Le maire de Fréjus, David Rachline, indique que le violeur est un migrant clandestin de Tunisie. C’est ce qu’il indique dans un communiqué : « Enfin, je dénonce la politique d’immigration massive et incontrôlée de notre gouvernement qui met en péril la sécurité et le cadre de vie de nos compatriotes. Car oui, il faut dire les choses : le violeur est un clandestin tunisien. J’espère de tout cœur que la justice française et nos pouvoirs publics se montreront intraitables et sévères, qu’ils condamneront cet énergumène et le renverront chez lui, en Tunisie. »

    Il est peu probable que le souhait de l’édile se matérialise : les migrants clandestins ne sont, en règle générale, jamais renvoyés dans leur pays par le gouvernement. Coupables de crimes ou non.

    Source : http://borislelay.com


    votre commentaire
  • L’accusant de « racisme », le migrant syrien décapite sa voisine suédoise

    Un migrant syrien de 26 ans a poignardé mortellement sa voisine 130 fois et grièvement blessé la sœur de la victime à Vetlanda, en Suède.

    L’origine de cet acte de violence particulièrement brutal serait lié au fait que la voisine de ce migrant était « trop bruyante ». Mais durant son procès, l’auteur des faits a assuré qu’il croyait que la victime avait « fait une remarque raciste » durant une conversation.

    Durant la nuit du 20 février, les sœurs s’étaient barricadées dans leur salle de bain d’où elles se sont excusées à plusieurs reprises.

    « C’est trop tard » leur a répondu le meurtrier.

    La sœur survivante a fait la morte après avoir été poignardé tandis que l’homme coupait la tête de l’autre femme, frappant son corps de 130 coups de couteau.

    Le migrant syrien a été condamné à la prison à vie ainsi qu’à des dédommagements à hauteur de 200.000 euros pour la survivante. Cette dernière est actuellement suivie dans un hôpital psychiatrique en raison de tendances suicidaires depuis les faits.

    L’individu a en outre été condamné à l’expulsion vers la Syrie.

    Source : http://breizatao.com


    votre commentaire
  • Le lobby LGBT fête son anniversaire à la mairie de Bordeaux

    Girofard-300x424"A Bordeaux le lobby homosexuel est représenté par les activistes du Girofard (dont le but est de « promouvoir la culture LGBT »).

    L’association présidée par Michaël Agbadebo (voir notre article) fête ses 11 ans dans les salons de la mairie de Bordeaux, invitée par son maire Alain Juppé et son adjoint Marik Fetouh !

    « Le Girofard Bordeaux, votre centre LGBT+ bordelais, fête ses 11 ans, et pour fêter cela nous vous convions à nous retrouver toutes et tous à l’hôtel de ville de Bordeaux le mercredi 27 Juin à 20H. Pour un moment d’échange et de partage, dans la bienveillance et le respect autour d’un verre. Une invitation exceptionnelle de la Mairie de Bordeaux qui marque l’engagement du Girofard à faire vivre la communauté LGBT+ de la ville depuis 11 ans »."

    La première adjointe au maire de Bordeaux est Virginie Calmels.

    Michel Janva

     

    Source : lesalonbeige


    votre commentaire
  • (Allemagne )Wendlingen  : pendant qu’elle dormait, une femme de 90 ans a été agressée sexuellement dans son lit par un demandeur d’asile africain

    Allemagne – Un demandeur d’asile gambien âgé de 21 ans a été arrêté après avoir volé et agressé sexuellement une femme âgée allemande dans une maison de retraite.

    Le migrant africain est accusé d’être entré dans la chambre d’une femme de 90 ans le matin du 26 mai 2018 dans une maison de retraite de Wendlingen. Il est accusé d’avoir agressé sexuellement la femme âgée endormie.

    Quand elle s’est réveillée et a repoussé l’homme, il a essayé de retirer l’alliance du doigt de sa victime. Quand cela a échoué, il l’a lâchée et a pris un téléviseur à écran plat.

    (…) Presseportal

    (Via De souche)


    votre commentaire
  • « L’appel du 18 juin » ou l’histoire d’une imposture

     

    appel du 18 juin,de gaulle,imposture

    Le texte ci-dessous, de 2010, n’a rien perdu de sa valeur.

    « Le 18 Juin 2010 va être célébré le 70ème anniversaire du célèbre appel de Londres de Charles de Gaulle. Or la version officielle, qui va être lue à la BBC, est un faux, comme le démontre le général d’aviation Le Groignec, compagnon de Saint-Exupéry, dans son livre paru en 2004 Philippiques contre les Mémoires gaulliens (Nouvelles Editions latines).

    Le texte prétendu être celui de l’appel du 18 Juin commence par cette phrase : « Des gouvernants de rencontre ont pu capituler, cédant à la panique, oubliant l’honneur, livrant le pays à la servitude. Cependant rien n’est perdu …. »

    Or, historiquement, Charles De Gaulle n’a pu prononcer cette phrase insultante pour le Maréchal Pétain et le général Weygand pour les deux raisons suivantes :

    · 1° A cette date du 18 juin 1940, ces « gouvernants de rencontre » n’avaient pu capituler, car non seulement l’armistice n’était pas signé, mais les plénipotentiaires français n’avaient pu encore rejoindre les lignes allemandes étant donné les difficultés des communications. Cet armistice ne sera signé que le 22 juin avec l’Allemagne, et le 24 juin avec l’Italie. Par ailleurs on ne peut confondre armistice et capitulation. L’armistice est un acte politique, une suspension d’armes où le vaincu peut négocier certaines conditions, c’est le contraire d’une capitulation où le vaincu doit se soumettre sans condition au vainqueur, ce à quoi De Gaulle a consenti le 19 mars 1962 en capitulant devant le FLN, ennemi vaincu sur le terrain, pour se débarrasser du « boulet algérien ».

    En demandant un armistice, la France demande et obtient, le 22 juin 1940, que ni la marine, ni l’Afrique française, ne soit livrées à l’ennemi, qu’un tiers du pays reste en zone libre, et que Lyon et Clermont Ferrant soient évacués par l’armée allemande. En cas de capitulation il y aurait eu deux millions de prisonniers de plus, et tout le territoire aurait été occupé : les Allemands, en effet, avaient atteint Valence et se trouvaient à une étape de Marseille lorsque l’armistice a été signé. ·

    2° Devant l’échec total de cet « appel du 18 Juin » auquel n’avait répondu aucun chef militaire de l’armée, de la marine ou de l’aviation, notamment aucun officier de la division que Charles De Gaulle commandait devant Arras en mai 1940 (suprême affront !) aucun homme politique, aucun diplomate français accrédité à Londres ou dans une autre capitale étrangère , aucun gouverneur ou responsable des colonies de l’Afrique française, aucun ministre résidant dans les pays sous protectorat ou sous mandat, Charles De Gaulle va s’affoler, car il se trouve désormais à Londres complètement isolé, en rupture de ban, sans mission officielle. En effet, la guerre continue et le gouvernement français le somme de rentrer en France, sous peine d’être jugé comme déserteur. Alors de Gaulle écrit au général Weygand la lettre suivante à la date du 20 juin 1940 :

    Londres le 20 Juin 1940 Mon Général, J’ai reçu votre ordre de rentrer en France. Je me suis donc tout de suite enquis du moyen de le faire car je n’ai, bien entendu, aucune autre résolution que de servir en combattant ….. ( MEMOIRES DE GUERRE) Charles de Gaulle- Edition PLON 1954 tome I – page 269)

    Depuis 1958, cette lettre est dans les livres scolaires, car incompatible avec la légende, avec l’Histoire de France revue et corrigée par la falsification gaulliste, en vigueur encore aujourd’hui.

    La suite reste entourée de mystère. Car de Gaulle ne dispose à cette date d’aucun moyen de transport pour rejoindre Bordeaux où siège le gouvernement français. Il est probable que Churchill, qui venait de rompre avec la France, refusa de lui donner un avion pour que de Gaulle rentre en France. La dissidence de la « France Libre » est donc née sous la contrainte de l’Angleterre, vérité que s’efforce de masquer l’imposture de la version officielle actuelle. Si de Gaulle avait pu rejoindre Bordeaux, comme il en avait manifesté l’intention le 20 Juin 1940, il n’y aurait probablement jamais eu ni de saga, ni de fabulation gaulliste. En effet, quand un officier français écrit une telle lettre pleine de déférence et d’esprit de discipline à son supérieur hiérarchique le 20 juin 1940, il ne peut être le même que celui qui aurait déclaré le 18 juin, deux jours avant, au micro de Londres, parlant du même supérieur, que ce dernier appartenait à « un gouvernement de rencontre qui a capitulé, cédant à la panique, oubliant l’honneur, livrant le pays à la servitude ».

    C’est pourtant ce faux, fabriqué après coup, qui est répandu dans tous les livres scolaires depuis 1958, qui est inscrit dans le marbre au 4 Carlton Garden à Londres, et que nous allons entendre dire et répéter des milliers de fois lors de la célébration officielle du mythe de l’Appel du 18 Juin 1940, pour continuer à entretenir le mensonge de la légende gaullienne de l’homme providentiel. »

    Jean-Marie AVELIN Alain ALGUDO et Geneviève de TERNANT Président Vice-présidents Et l’équipe de Veritas

     

    Source : contre-info


    votre commentaire