• Le nombre de mineurs étrangers en France explose, leur coût atteindrait 1,5 milliards d’euros

    Par 

    Le coût annuel de leur accueil atteindrait 1,5 milliard dans six mois. L’État livrera ses solutions le 6 mars.

    La courbe est exponentielle. De l’aveu même des départements, le coût de la prise en charge des mineurs étrangers non accompagnés (MNA) ne cesse d’augmenter. Compte tenu du nombre d’accueils enregistrés chaque semaine, les collectivités estiment que la facture pourrait atteindre 1,5 milliard dans six mois, alors qu’elle était évaluée à 1 milliard en septembre dernier.

    Dans les Hautes-Alpes, la situation devient préoccupante. «Les chiffres avaient déjà été multipliés par vingt entre 2016 et 2017 et le flux continue, crescendo. On ne sait pas comment nous allons finir 2018», s’alarme Jean-Marie Bernard, président de ce département de 140.000 habitants, qui compte 1300 MNA. En plein mois de février et malgré les neiges hivernales, les arrivées sont aussi importantes qu’au mois d’août.

    Le coût de la prise en charge d’un mineur étranger au titre de l’aide sociale à l’enfance (ASE) atteint 50.000 euros par jeune et par an, alors que la contribution de l’État ne dépasse pas 1250 euros par mineur. Chaque année, les départements assument ainsi 25.000 cas, soit 1,25 milliard d’euros.

    Le 6 mars, le premier ministre recevra le président des départements de France, où ce problème aigu sera abordé. Édouard Philippe a commandé un rapport sur ces mineurs isolés pour évaluer précisément l’ampleur du phénomène et proposer des solutions. Cette mission a été conjointement menée par les services de l’État et les départements.

    Selon une récente note issue de ces travaux, révélée mardi, deux scénarios sont envisagés pour décharger les collectivités. Le premier conserve le principe de l’évaluation décentralisée des migrants, en augmentant les moyens financiers jusqu’à 106 millions d’euros pour 60.000 individus.

    La seconde piste consisterait à confier l’évaluation et la mise à l’abri des jeunes migrants à l’État. Ce projet ne pourrait s’amorcer qu’à partir de 2019. Il impliquerait la construction de centres d’hébergement et l’organisation de plateformes interdépartementales. Coût prévu: 125 millions d’euros par an pour 50.000 jeunes étrangers.

     

    Le Figaro via fdesouche


    votre commentaire
  • Soumis à l’islam, Macron s’attaque à la loi de 1905 : mobilisation !


    Soumis à l’islam, Macron s’attaque à la loi de 1905 : mobilisation !

    L’offensive est lancée… Hollande et le PS en avaient rêvé, le freluquet de l’Elysée va le réaliser !

    La loi de 1905 est un obstacle sûr à l’islamisation de la France : il faut la détruire tout en poussant les feux de l’immigration sous toutes ses formes et en activant le multiculturalisme, étai idéologique du communautarise diviseur de notre société.

    Fantoche de ses maîtres financiers et mondialistes, le freluquet aux 24% d’électeurs veut organiser « l’islam de France » …

    Outre qu’il n’y a pas « d’islam de France », mais un « islam EN France », produit putride d’importation porté par des flux migratoires inutiles depuis 40 ans et tendant à s’imposer dans notre espace sociétal comme une métastase létale, il faudrait rappeler à l’histrion élyséen que l’Etat n’a pas à s’occuper de l’organisation de telle ou telle religion … « Je veux l’Etat chez lui, et l’Eglise chez elle » a pu s’écrier, laïque précurseur, Victor Hugo !

    En même temps, le cacochyme de la place Beauvau affirme vouloir former « les imams » et les payer, sans doute… pour les rendre républicains-démocrates-compatibles…

    Cri d’indignation : l’article 2 de la loi de 1905 précise bien :  » la République  ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte … » ...Le cacochyme islamophile, ancien maire de Lyon où il a lourdement sévi, montre bien ici qu’il n’a que mépris pour   la laïcité de notre espace social  et qu’il est prêt à refiler l’argent public de nos impôts, taxes et cotisations à un projet politico-religieux ségrégationniste et conquérant dont toute l’Histoire montre qu’il n’a fait que détruire les sociétés qu’il a conquises et colonisées !

    Mort de rire aussi ! Comme si cette pseudo-religion qu’est l’islam avait quoi que ce soit à voir avec la démocratie et les valeurs de la République laïque qui nous organise ! Comme si ces imams et autres prosélytes islamiques avaient le moindre souci de ce qui n’est pas parole de leur supposé prophète ou de leur divinité ectoplasmique !

    Comme si, dans leur majorité, les pratiquants de cette idéologie séparatiste et mortifère ne plaçaient pas leur soumission à la loi de leur prophète et de leur divinité au dessus des lois de la République que nous définissons par nos votes…

    Car c’est bien là l’essentiel : l’islam n’a rien à voir avec nos valeurs historiquement et philosophiquement élaborées…

    La loi de 1905 qui fonde notre socle laïque et démocratique impose la liberté de conscience de chacun : l’islam appelle à la destruction des autres croyants et des non croyants, ne reconnaît pas l’apostasie, soumet à sa dure loi d’oppression tous ceux qui ne  le professent pas quand il est « religion d’Etat »…

    D’ailleurs, toute son histoire le montre : outre qu’il est né de la guerre par l’intermédiaire de son chef guerrier  « mahomet », il s’est répandu par la conquête militaire, la destruction, le massacre partout où il a régné, et a conduit les civilisations qu’il a soumises à la récession et à l’abrutissement des individus (Proche et Moyen Orient, Asie Centrale, Egypte, Maghreb, Soudan, Afrique sub- saharienne )… Et qu’on ne nous bassine pas avec  Haroun ar- Rachid (et les « Mille et une nuits » qui ne sont que contes…) dont le calfat fut fait de massacres, conquêtes, meurtres et autres soumission des peuples tombés sous sa coupe, ou avec  « Al Andalus »  dont l’universitaire essayiste espagnol Sérafin Fanjul vient de démonter de manière irréfutable l’illusion manipulatrice dans son ouvrage : « Al Andalus, la naissance d’un mythe… » (« L’artilleur » – 2017)

    Ne rêvons pas : son implantation massive en France donnerait à l’islam – et à ses prosélytes, puisque cette idéologie mortifère se veut expansionniste – les moyens de détruire de l’intérieur notre Histoire, notre identité, nos valeurs, nos principes – et, accessoirement (sic), notre espace laïque et démocratique !

    La loi de 1905 fait de chacun d’entre nous, de chacune d’entre nous,  un (une) individu libre de pensée, de parole, d’écriture, à égalité de droits et de devoirs avec celui qui est dans son espace sociétal… et un(e) citoyen(ne) égal(e) à chacun des autres citoyens dans l’élaboration démocratique de la loi générale qui nous organise….

    Qui peut aujourd’hui avoir la mauvaise foi de dire que cela est compatible avec les préceptes de l’islam qui soumettent l’homme à sa divinité sans réflexion aucune, la femme à l’homme sans discussion aucune, l’individu à la loi islamique sans contestation possible ?

    En islam, la loi « de dieu » est première… En République laïque et démocratique, c’est la loi créée par l’ensemble des citoyens qui domine ….Qu’y-a-t-il de commun ? D’autant que la loi islamique pousse le ridicule jusqu’à décider du costume, de la nourriture, des gestes quotidiens et intimes, des paroles, des pensées que chacun doit observer sous peine d’exclusion de la « communauté  des croyants « …

    Alors que notre laïcité refuse toute communauté idéologique, religieuse, ethnique, revendiquant l’unité de notre espace sociétal et du Peuple qui l’occupe.

    Sur ce point encore, l’islam n’a rien à voir avec ce que nous sommes !

    Les sociétés qu’il organise sont à mille lieues des nôtres… et restent marquées par la violence sous toutes ses formes, dont la guerre multiséculaire des sunnites et des chiites est le symbole le plus marquant !

    Mais restons lucides : l’orchestration de la parole et des intentions du freluquet élyséen est en place… Il ne va pas manquer de séides marcheurs, de nervis ministériels, de sbires associatifs pour monter au créneau afin de nous convaincre de nous suicider via islam imposé….

    Et les media serviles et lécheurs de fondements feront flèche de tout bois, entassant reportages bidonnés, sondages manipulés, discours frelatés, émissions prosélytes, afin de nous faire avaler la potion amère qui doit nous annihiler…

    La bataille est lancée et l’heure est grave…

    Aussi serait-il temps que tous ceux qui se réclament de la défense de notre espace laïque et démocratique, de nos valeurs historiques et patriotiques, de nos principes de vie libre, oublient leur pré carré où ils tournent en rond en repoussant leurs  proches, dépassent les ego qui les stérilisent, effacent les inimitiés et les ambitions perverses qui les plombent, pour se fédérer en un vaste mouvement politique – car la bataille à gagner est politique – susceptible de porter un projet à l’ambition majoritaire…

    Ce n’est pas en gémissant chaque jour devant l’expansion de l’islam (et ses effets négatifs et dangereux) et la complicité active de la Macronie comme celle de la Gauche coco, (prétendument) insoumise ou socialo (en loques) pour le faire gagner, que nous arrêterons l’inondation.

    C’est en nous rassemblant dans une force nouvelle à objectif global : celui de prendre le pouvoir à partir des 33 % d’électeurs qui ont refusé le freluquet au second tour .

    https://ripostelaique.com


    votre commentaire
  • Marine Le Pen odieuse avec son père : « Pour quelques minutes d’existence médiatique, il ferait n’importe quoi »

    Marine Le Pen a réagi à la décision judiciaire maintenant son père à ses fonctions de Président d'honneur du Front National en citant un passage de l’arrêt de la cour d’appel. Celui-ci dispose que « l’Assemblée générale peut nommer un président d’honneur […]. Il est membre de droit de toutes les instances du mouvement (Conseil national, Comité central, Bureau politique, Bureau exécutif, Commission nationale d’investitures) ». Pour Marine Le Pen, « cette liste limitative n’inclut aucune des assemblées générales qui nécessitent d’être adhérent à jour » du FN, explique-t-elle. Donc, pour la présidente du FN, son père n’a « juridiquement aucun droit d’assister » au congrès.

    Et s’il le faisait quand même ? « Pour quelques minutes d’existence médiatique, il ferait n’importe quoi », a-t-elle répondu avec l'élégance qu'on lui connaît. Elle qui n'est qu'une bulle médiatique et prête à tous les reniements pour plaire à l'engeance médiatique parisienne...

    Source : http://www.leparisien.fr/politique/fn-selon-sa-fille-jean-marie-le-pen-ferait-n-importe-quoi-pour-quelques-minutes-d-existence-mediatique-09-02-2018-7550340.php


    votre commentaire
  • Bientôt la démission pour Nicolas Hulot ?

     

    Reçu à sa demande sur le plateau de Jean-Jacques Bourdin, le ministre de la Transition énergétique est dans la tourmente. Pour une fois, ce ne sont pas les couleuvres que lui font avaler ses chefs qui sont au cœur de l’actualité. Les rumeurs vont bon train sur des écarts sexuels dont se serait rendu coupable à plusieurs reprises le ministre. Hulot dément catégoriquement toutes les accusations et bénéficie du soutien total de ses collègues. Soulagement dans les rangs de la majorité ! On va pouvoir continuer à faire de l’écologie purement médiatique.

    L’orage gronde au-dessus des hommes politiques. Ceux qui sont censés être des modèles de vertus, dignes de gouverner la France sont pris les deux pieds dans des affaires sexuelles scabreuses. Entre Denis Baupin dont les agissements présumés n’ont pas attendus l’affaire Weinstein pour éclater dans la presse en passant par les accords immoraux du ministre Darmanin, plus aucune bête politique n’est à l’abri. La dernière victime en la matière n’est pas un professionnel de la politique, mais il est peut-être le plus connu des ministres : Nicolas Hulot.

    Scandale sexuel ou diffamation ?

    L’animateur de télévision qui a fait fortune en vendant des gels douche est au cœur d’une tourmente qui le voit accusé de harcèlement sexuel sur plusieurs femmes. Un article long de deux pages du nouveau magazine Ebdo dépeint le ministre comme un prédateur sexuel avec des témoignages à la clé. Un bon moyen pour un nouveau média de se faire de la pub ? Peut-être… En tout cas, Nicolas Hulot prend les devants et rappelle que certains faits qui lui ont été reprochés ont été classés sont suite il y a dix ans.

    Dans l’interview accordée à Jean-Jacques Bourdin ce matin, Hulot s’est montré combattif et héritier d’un soutien inconditionnel de la part du Premier ministre et du Président de la République. Et pour cause ! Ces deux gusses ont besoin d’un Hulot ministre pour faire croire à tous les crédules qu’un exécutif qui s’intéresse vraiment à la cause écologiste est aux commandes. L’abandon du projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes est un blanc seing pour se faire passer pour un amoureux des fleurs, mais avec un Hulot en tête d’affiche, l’artifice passe bien mieux.

    Ainsi, que les rumeurs soient fondées ou non, qu’un accord secret ait été conclu entre Hulot et l’une de ses possibles présumées victimes, il sera soutenu à bout de bras pour éviter toute démission bien dommageable pour l’image du Gouvernement. Imaginez si un harceleur sexuel avait pris place entre Darmanin et Edouard Philippe ? Nul doute que Hulot sera choyé par tout le Gouvernement. Il est trop précieux pour se perdre sur une mine du type « Balance ton porc ». La presse peut circuler quitte à trouver un second couteau sur lequel se faire les dents un peu plus longuement.

    Source : 24heuresactu


    votre commentaire
  • Le sémillant Steeve Briois annonce que le FN interdira l'entrée de son Congrès à Jean-Marie Le Pen

    Alors que la cour d'appel de Versailles a confirmé vendredi son exclusion du Front national, celui qui demeure néanmoins président d'honneur du parti ne pourra pas assister au congrès du FN les 10 et 11 mars à Lille.

    Motif ? Jean-Marie Le Pen n'est pas "adhérent", a affirmé le secrétaire général du fan club de Marine Le Pen, Steeve Briois.

    Interrogé sur BFM-TV pour savoir si le FN interdirait l'accès du congrès à M. Le Pen, Steeve Briois a répondu avec perfidie : "évidemment".

    Jean-Marie Le Pen "n'a pas été reconnu comme adhérent du Front national. Et, à Lille, seuls les adhérents à jour (de cotisation) peuvent venir s'exprimer et voter", a expliqué le responsable frontiste.

    Pourtant, sa fonction honorifique lui permet, théoriquement, de participer aux bureaux politiques du parti. Mais Steeve Briois a estimé que "dans un mois, toute cette question de la présidence d'honneur sera réglée par le vote des adhérents".

    Jean-Marie Le Pen, joint par l'AFP, a menacé vendredi de se rendre au congrès du Front national en mars en recourant à la "force publique", après une décision de justice qui confirme son exclusion du parti politique mais le maintient à sa présidence d'honneur.

    Jean-Marie Le Pen pourrait également être accompagné de nombreux "fidèles" voire même de bikers prêts à l'aider à entrer en force s'il le faut.

    Source : http://nicematin.com


    votre commentaire