• L’islamosphère, pire que les islamistes ?

    Ce n’est plus un secret pour personne qu’il y a belle lurette que la gauche socialiste a abandonné l’ouvrier pour l’immigré, la nation pour le monde, le social pour le sociétal. D’ailleurs, cette gauche a fini par s’éloigner du socialisme tout court, qu’elle avait préempté au moment de l’affaire Dreyfus par opportunisme et tactique électorale.

    « Je suis de gauche et je me bats contre le rejet des musulmans en France », affirmait Clémentine Autain (Libération, 14 avril 2016), résumant ainsi le positionnement idéologique actuel d’une certaine frange politique allant de La France insoumise à la gauche du Parti socialiste (représentée, en l’occurrence, par Benoît Hamon), les uns et les autres entretenant des liens plus ou moins renforcés avec la mouvance islamique.

    Cette connivence politico-intellectuelle, voire cet encanaillement avec les organisations musulmanes de France – elles-mêmes ayant, pour certaines, partie liée avec les principaux foyers internationaux du financement du terrorisme comme le Qatar ou l’Arabie saoudite –, a été à l’origine du concept d’islamo-gauchisme. Le terme ne renferme, à lui-seul, qu’une vague signification mêlant tiers-mondisme décolonisateur et préoccupation pro-palestinienne.

    L’historien Jacques Julliard n’hésite pas à aller beaucoup plus loin dans la théorisation d’un vocable qui exhale une ancienne et persistante odeur de soufre : « Il y a quelque chose d’insolite dans le néocléricalisme musulman qui s’est emparé d’une frange de l’intelligentsia. Parce que l’islam est le parti des pauvres, comme ils le prétendent ? Je ne crois pas un instant à ce changement de prolétariat. Du reste, allez donc voir en Arabie saoudite si l’islam est la religion des pauvres. Je constate plutôt que l’islamo-gauchisme est né du jour où l’islamisme est devenu le vecteur du terrorisme aveugle et de l’égorgement. Pourquoi cette conversion ? Parce que l’intelligentsia est devenue, depuis le début du XXe siècle, le vrai parti de la violence. Si elle préfère la révolution à la réforme, ce n’est pas en dépit mais à cause de la violence. Sartre déplorait que la Révolution française n’ait pas assez guillotiné » (Le Figaro, 26 août 2016).

    Le Figaro Magazine de ce week-end a réuni cette charmante coterie sous l’oriflamme, sans doute moins connotée, « d’islamosphère », allant jusqu’à faire sienne l’expression – utilisée par Pascal Bruckner – d’« agents d’influence de l’islam » pour désigner intellectuels, politiques et associatifs qui se comportent en « vrais complices […] aux ordres des Frères musulmans ou des wahhabites, Edwy Plenel, capo dei capi ». Bruckner considère à bon droit que « l’islamosphère entend contrôler toute parole sur la religion du Prophète pour l’exonérer de ses responsabilités dans le crimes djihadistes et les imputer aux seules nations occidentales, coupables par essence ».

    Ces « coallahbo » (Plenel précité, mais aussi Emmanuel Todd, Pascal Boniface, Edgar Morin, Laurent Joffrin et bien d’autres), monopolisant studios et plateaux, sont évidemment en première ligne depuis des années pour sidérer l’auditeur ou le téléspectateur en lui instillant au tréfonds du cortex les poisons intellectuellement létaux du type « cépasalislam », « padamalgam », « l’islam-est-une-religion-de-paix-et-d’amour ».

    À cette enseigne, leur responsabilité dans les actes terroristes qui frappent la France – le jugement vaut également pour leurs épigones européens – n’en est que plus évidente, leur bienveillance à l’égard de l’islam étant parfois des plus ambivalentes, confinant à une douce complaisance quand elle s’obstine au déni de réalité, sinon au négationnisme.

    Aristide Leucate

    Source : http://bvoltaire.com


    votre commentaire
  • Jack Lang : « Paris est une des capitales du monde arabe »

    Le 29 septembre, Jack Lang, président de l'Institut du Monde Arabe, était l'invité de Radio Orient, à l'occasion des 30 ans de l'Institut du monde arabe. L'ancien Ministre de la culture a osé dire (à partir de 4 minutes et 50 secondes) : « Paris est d'une certaine manière l'une des capitales du monde oriental, l'une des capitales du monde arabe. »

    Pour avoir des éclaircissements, on peut écrire ici.

    Source : http://lesalonbeige.blogs.com


    votre commentaire
  • Avignon : Samir 30 ans pour un crime de "déshonneur"..Il n’acceptait pas la relation de sa sœur avec un Français ...

    Le verdict est tombé peu avant minuit. La cour d'assises de Vaucluse, après un rapide délibéré de deux heures, a déclaré Samir Kouider, 27 ans, coupable d'Avignon : 30 ans pour un crime de "déshonneur"avoir le 28 décembre 2013 à Avignon tué d'un coup de couteau Kevin Roudesly, 21 ans. L'accusé n'acceptait pas la relation qu'avait sa sœur, âgée de 19 ans, avec "un français".

     

    Il a été condamné à la peine maximale de 30 ans requise par l’avocate générale qui a parlé d’un crime de déshonneur. La défense avait plaidé l’acquittement en soutenant que l’accusé, qui s’était battu avec la victime, a été tué ensuite par d’autres jeunes venus assister à la bagarre.

    La Provence

    /////

    Kevin Roudesly, a été tué le 28 décembre 2013 au soir. À l’ arme blanche , au pied de l’ immeuble. Quelques jours plus tard , un homme s’est rendu. L’ ensemble des témoignages le désignait comme le coupable. Il est toujours en prison depuis (lire ci-contre). Il s’agit du frère de la petite amie de Kevin. Les éléments de l’enquête de police le disent : ce soir-là, Samir Kouider est venu avecplusieurs autres jeunes , voir Kevin chez lui. Il ne supportait pas larelation qu’il entretenait avec sa sœur Imen.

    « Des gens ont dit à la police avoir vu plusieurs personnes le frapper, même quand il était au sol » soulève la mère. « Chaque jour j’espère d’autres arrestations, mais pour l’instant il n’y a que le frère en prison. » Isabelle a écrit à tout le monde : « Hollande, Taubira, Valls, Cécile Helle… Quand c’était trop dur, j’écrivais. » Une fois, elle a été reçue par le juge d’instruction. « Aujourd’hui je ne me fais plus d’illusions. Même si au quartier, ça parle… Les gens “savent” qui est impliqué mais c’est dur à prouver. » Son avocat M e Geiger insiste : « La justice semble ne pas se préoccuper des co-auteurs… Même s’il est vrai que les dépositions faites aux policiers ne sont pas aussi précises que ce qui se dit en dehors… »

    http://www.ledauphine.com/


    votre commentaire
  • Un Américain converti à l'Islam abat 50 personnes à Las Vegas et en blesse 400, Daech revendique l'attentat

    Via son agence de propagande Amaq, l'État islamique a revendiqué la tuerie de Las Vegas, qui aurait été perpétrée par l'un de ses « soldats ». Le suspect, Stephen Paddock, se serait converti à l'islam il y a plusieurs mois.

    C'est la fusillade la plus meurtrière de l'histoire moderne des États-Unis. Au moins 50 personnes ont été tuées et 406 blessées à Las Vegas par un homme qui a tiré à l'arme automatique sur des milliers de spectateurs venus assister à un concert de musique country, dimanche soir. Le tireur a ouvert le feu depuis le 32e étage d'un hôtel sur la foule pendant près de 5 minutes. 

    Le tueur s'est vraisemblablement donné la mort avant l'arrivée de la police dans sa chambre d'hôtel. Il a été identifié comme étant Stephen Paddock, un habitant de la région âgé de 64 ans.

    Source : http://francais.rt.com


    votre commentaire
  • France: une école baptisée du nom d'un bébé mort à Auschwitz

    L'entrée du camp de concentration nazi d'Auschwitz-Birkenau le 25 janvier 2015

    Nice (AFP) - Initiative rare en France, une école primaire va prendre le nom d'une enfant juive, Nelly Ovadia, morte gazée à Auschwitz-Birkenau, lors d'une cérémonie lundi à Tourtour (sud-est), le village où elle fut arrêtée puis déportée à l'âge de 15 mois.

    Une plaque avec la photo de la fillette aux joues rebondies, une houppette et des yeux rieurs, sera inaugurée par le comité local de l'Institut pour la mémoire de la Shoah Yad Vashem et le conseil municipal, en présence de sa tante, arrêtée avec elle par la Gestapo.

    Très alerte malgré ses 95 ans, cette dernière garde un souvenir très vif de ce 30 janvier 1944 où elle dut se livrer aux Allemands, le bébé dans les bras. A cette date, Tourtour est en zone libre comme tout le sud de la France mais l'occupant italien a capitulé et été remplacé par les nazis, et des maires nommés par le gouvernement collaborationniste de Vichy dénoncent les juifs.

    "Ma soeur et mon beau-frère ont été pris avant moi pendant que je gardais ma petite nièce. Je me suis échappée avec le bébé dans les bras dans la forêt. J'ai été obligée de me rendre parce que les jeunes du village sont venus nous voir et m'ont dit "Annette, si vous ne vous rendez pas, on fera 10 otages". Alors, je me suis rendue, toute penaude, je ne savais plus comment faire", raconte à l'AFP Annette Barbut.

    "J'ai frappé à toutes les portes pour qu'on me prenne le bébé, tout le monde avait peur", dit-elle. A Tourtour, une dame, enfant à l'époque, a confié à Annette que sa mère avait eu toute sa vie le remord de n'avoir rien pu faire.

    Conduite à la Kommandantur de Draguignan puis à la prison des Baumettes à Marseille, Annette Barbut s'échappera du convoi dans lequel sa nièce est déportée avec ses parents et gazée dès son arrivée à Auschwitz le 27 mars 1944.

    Depuis plusieurs années, elle se rend dans les écoles pour témoigner. La très vive émotion ressentie par le conseil municipal de Tourtour lors d'une de ses interventions a poussé la commune et l'institutrice du village à baptiser l'école, qui n'avait pas de nom.

    "Ce sera une leçon d'histoire, et chaque année on a convenu d'aller parler aux élèves", indique Daniel Wancier, de Yad Vashem, lui aussi rescapé des persécutions antisémites. Selon M. Wancier, une seule autre école française porte le nom d'enfants morts victimes de la Shoah, dans le sud-ouest du pays.

    https://fr.news.yahoo.com


    votre commentaire