• Un billet de Pieds Noirs 9A..  

    Article N°1832 du 02 Novembre 2014 ..  

     

    A l'Auberge Espagnole ,on joue et on fait les fous ..

    A l'Auberge Espagnole ,on joue et on fait les fous ..Rassurez-vous que le vote FN ne suffira pas à mettre en quarantaine le virus musulman car là ??? Vous êtes en train de patauger dans la semoule quel que soit le citoyen que vous soyez ...

    Le vote FN est un réflexe identitaire, un carton rouge aux partis qui invitent
    L’islam en France : l’UMP et le PS... Surtout aujourd'hui du changement au sein et d'entourage de la fille Le Pen,n'ayant pas les valeurs du père,des cadres d'une incompétence parfaite issue du gaullisme et du "Chevénementisme" , pour continuer à engloutir la France dans son destin.

    On doit que plus que jamais en finir avec le politiquement correct (ce qui n’arrivera pas) et mettre des mots sur les maux des Français. Dans chaque pays du Maghreb, eux défendent leurs peuples, mais en France, c'est là d'hécatombe depuis plus de 40 ans, "enfin la vraie Auberge espagnole ou tout le monde met son nez et son venin "...

    Il est grand temps d’établir une corrélation entre "l’islamisation rampante des institutions de la république" et le retour galopant du populisme, l’intégrisme politique fondé sur le mythe du village gaulois résistant à l’occupant romain qui refait surface avec Marine le Pen dans le rôle d’Astérix, pour contrer l’intégrisme religieux menaçant l’identité Française...

    Profitant de l’absence coupable des partis de gouvernement du terrain de l’identité française, dont la laïcité est l’expression majeure, et qui ont peur de revendiquer les spécificités historiques et culturelles de la France, le nouveau FN RBM ,se retrouve seul à occuper ce terrain, apparaissant ainsi aux yeux de l’opinion comme le seul recours pour sauver la France – et ce n’est qu’une illusion, car nous voyons aujourd'hui, pour arracher là France faiblarde, couarde et capitularde, la France qui a honte d’elle-même, des griffes du prédateur "nazislamiste".

    Au lieu d’imposer aux musulmans un vrai pacte républicain plus sévère encore que celui que Napoléon, en 1807 a passé avec les Juifs et les protestants, de les obliger à expurger le Coran des versets violents, racistes, antisémites, suprématismes, hégémoniques et génocidaires, le FN voudrait faire du rafistolage, prôner un ré-ancrage dans le passé, un retour en arrière, un repli identitaire...

    Très mauvaise stratégie :" le fauve musulman est déjà dans la bergerie française",grâce à la complicité de l’UMP, du PS, des partis de l’extrême gauche et cet angélisme "philo-musulman", héritier des mouvements pacifistes à l’origine de la débâcle de 1939-45 dont Hitler en avait formé un régiment et comment se battent pour gagner,un village,une ville,une capitale ...

    Les votes vont-ils réveiller la majorité des Français, leur faire prendre conscience que le combat contre l’expansionnisme musulman n’est pas seulement l’affaire du FN, qui a eu le mérite de mettre les Français en face de leurs responsabilités historiques avec le père jean Marie Le Pen et non la fille, mais surtout l’affaire de tous les Français soucieux de la pérennité de la France ! ...

    Le danger pour la France n’est pas le vote FN pour l'instant, je dis bien pour l'instant. Le danger est la banalisation de l’idéologie musulmane "comme autrefois le nazisme " ,sauf que ce dernier était exogène alors que l’islam prospère, avance chaque jour à grand pat et savent gérer leurs affaires ou même en pleurant en toute liberté républicaine, au sein même de la France. Les fautes monstrueuses de nos gouvernements depuis des années ont favorisé la colonisation de la France par les Musulmans principalement de provenance de l'Afrique, et d'Afrique du Nord ...

    Dernièrement, la faute grave de Monsieur Hollande président élu par les Français, Citoyen Français lui-même en a même détruit son propre pays, par un mensonge odieux d'abaisser et de se repentir devant le FLN ... N'oubliez pas que cela a apporté de l'eau au moulin de toute cette jeunesse de la troisième génération et à tous les musulmans de France dont leur favorisé la voie de l'islam a grande ampleur ...

    Le vote d'un ou des défenseurs de la France, n’a pas de relent raciste. Il 
    Est un vote pour la survie de la culture Française qui doit, en toute urgence, mettre en quarantaine le virus musulman, et s’en immuniser si elle ne veut pas que son mal ne devienne incurable. Mais comme le mal est déjà bien avancer ???Et que même au FN nous voyons un certain gamin tout de même de 22 ans ne sachant pas ou mettent ses pieds fiévreux ,que moi a 13 ans je me suis battu pour l'Algérie Française .. Je lui souhaite bon courage s'il a choisi sa voie ... Si pour lui, c'est un devoir ma foi ? .Voilà le résultat du gaullisme et du socialo-communiste et si la jeunesse FN si mettent aussi ... Enfin de quoi faire la fiesta demain...Pieds Noirs 9A..

     


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • ALGERIE FRANCAISE : le criminel abandon de juillet 1962 ..

    FERRANDO

    FERRANDO

    Comment le peuple français, qui pourtant n’est pas dénué de sensibilité humaine, en est-il arrivé là ? Comment est-il descendu jusqu’à ce degré d’indifférence, à cette dureté de cœur, à cette sécheresse ?

    Le Christ disait :  » Si votre frère vous demande un pain, lui donnez-vous une pierre ? » et voilà que le peuple de Métropole, d’ancienne formation chrétienne – souvent ses prêtres et ses pasteurs en tête – s’est mis à offrir des pierres à ses frères malheureux qui avaient perdu leur terre. L’explication de ce phénomène paradoxal et révoltant doit être recherchée dans l’immense opération psychologique menée après 1954 par toute une partie de la presse.

    Le problème posé était celui-ci : «Comment faire en sorte que les Français, chrétiens, israélites ou laïques de la Métropole, abandonnent sans remords à la mort ou à l’exil leurs compatriotes, coreligionnaires ou compagnons de convictions philosophiques qui ont eu le tort de naître en Algérie? »

    La réponse est simple : comment présenter ces Français d’Algérie sous un jour tel qu’ils apparaissent haïssables et, par conséquent, comme indignes d’être défendus. La machine de propagande a joué à fond et elle a gagné. Il a été entendu dès le début, pour l’Express comme pour Le Monde puis pour Le Figaro, que le Français d’Algérie avait toujours tort.

    Défendait-il ses droits ? C’était un colonialiste.  Réclamait-il l’égalité des droits entre les musulmans et lui-même ? Il mentait.

    Le F.L.N. massacrait-il femmes et enfants français ? C’était une pénible conséquence d’un état de choses dont, en dernière analyse, les Français d’Algérie étaient eux-mêmes responsables.  Les Français d’Algérie se défendaient-ils ? C’étaient des criminels.

    Les chefs d’orchestre fort habiles et expérimentés qui ont mené cette campagne n’ont pas négligé de faire appel à une gamme très étendue de sentiments : depuis la générosité contre les  » colons  » âpres au gain et attachés à leurs « privilèges » jusqu’à l’envie déchaînée contre ces « milliardaires » qui prétendaient encore faire combattre à leur profit les petits gars du contingent.

    Ainsi on concentrait la haine aveugle du public sur le petit artisan de Bab-el-Oued qui vivotait à 20 % au-dessous du niveau de vie de son homologue  Toujours pour arriver à l’abandon avec bonne conscience, on est descendu jusqu’au racisme.

    « Ces Français d’Algérie,…  » chuchotait-on  » est-ce que ce sont vraiment des Français ? Ne s’agit-il pas plutôt d’un ramassis d’Italiens, d’Espagnols, de Maltais ?  »

    D’où le résultat qu’un Français qui s’appelait Giacomoni et dont le grand-père fut naturalisé à Aix en Provence pouvait sans remords livrer au couteau des égorgeurs un Français appelé Giacomoni dont le grand-père était arrivé à Chiffalo en 1890 !

    De même qu’il fallait dépeindre les Français d’Algérie comme une meute fasciste d’exploiteurs sans scrupules et de réactionnaires attardés, il fallait que les Métropolitains – en particulier les hommes politiques – qui combattaient pour le maintien de l’Algérie dans la République, fussent disqualifiés par une campagne de calomnies allant jusqu’à l’assassinat moral. La presse d’extrême gauche s’est chargée de cette opération, reprise avec une ampleur écrasante par l’Etat lui-même et par tous les moyens de propagande qui dépendaient de lui en 1960. Du moment où l’on défendait l’Algérie Française, on était un « fasciste », un « activiste d’extrême droite » un « néo-nazi ».

    La propagande traitait d’hitlérien Godard qui se battit au Vercors, Bidault qui présida le C.N.R. sous l’occupation nazie, Saint-Marc qui souffrit à Buchenwald et exaltait les « démocrates » du genre de Mohamedi Saïd qui porta l’uniforme allemand et la croix gammée avant d’être parachuté en Algérie en 1943 par la Gestapo dont il était l’agent.

    Ben Khedda qui dirigea avec son chef Zighout Youcef les épouvantables massacres du 20 août 1955 était un modéré tandis que Jouhaud méritait bien d’être condamné à mort et l’on donnait du « Monsieur » à Ben Bella tandis que le dernier des pieds-plats de la R.T.F. se permettait d’insulter Salan !

    Puisque j’exprime ici, en dépit du bâillon que le Pouvoir voulait m’imposer, ma pensée toute entière, j’élève une protestation solennelle et véhémente contre la calomnie sous laquelle on veut accabler les défenseurs de l’Algérie Française. Moi qui n ‘avais en Algérie ni un mètre carré de sol ni un pied de vigne et qui avais tout intérêt à poursuivre une fructueuse carrière politique en me reniant comme Debré et Frey, je déclare que j’ai cru sincèrement à l’Algérie française, que la paix et la réconciliation étaient à portée de notre main après le 13 mai 1958, que je n’ai été guidé dans ce choix par aucun intérêt particulier et que je n’ai jamais eu en vue que celui de mon pays et l’idéal de la République.

    De toutes mes forces, je dénonce l’assassinat moral dont ceux qui pensent comme moi et moi-même avons été les victimes. Le temps peut passer, les faits accomplis succéder aux faits accomplis, un Ossa de lâcheté s’entasser sur un Pélion d’indifférence : jamais, quant à moi, je n’admettrai que le crime perpétué en juillet 1962 soit autre chose qu’un CRIME.

    Jacques Soustelle 11 09 1962

    http://lesamisdalgerianie.unblog.fr/2015/07/01/algerie-francaise-le-criminel-abandon-de-juillet-1962/


    votre commentaire
  •  Indre : le bienfaiteur de la commune condamné à l'indemniser de 3000 euros

    Comme il le voulait, la mairie a bien fait construire un foyer pour les anciens. Sauf que le bâtiment n'a pas été baptisé comme l'octogénaire le souhaitait...  

    Google Street View
     
     
    Z.L.
     
    Faits diversIndreDonCour de cassation
     

    Le retraité n'était pas d'accord avec l'utilisation que sa commune avait faite de son don. Après trois procès contre la ville de Velles, il est condamné à lui rembourser ses frais de procédure. 

    Il voulait bien faire. Pierre Camard, 88 ans, un bienfaiteur de la petite ville de Velles (Indre) est condamné à indemniser de 3000 euros cette même commune, a-t-on appris ce mardi. 

    En 2010, après la mort de son épouse Mauricette dont il est inconsolable, cet artisan mesuisier à la retraite décide de faire un don de 320 000 euros à sa commune de Velles. La condition : doit être construite une salle d'accueil pour les anciens. En 2014, le bâtiment de 120m² sort de terre comme il le voulait. Mais Pierre Camard n'est toujours pas content. «Le maire veut supprimer le nom de Salle d'accueil pour les anciens pour l'appeler Salle intergénérationnelle, dénaturant ainsi l'objet de mon don», s'indigne à l'époque le retraité dans les pages de «La Nouvelle République». Il estime par ailleurs que les activités des différentes générations pourraient gêner les anciens et les empêcher de fréquenter la salle. Sans compter qu'aucune pancarte «Refuge Mauricette Camard» n'est prévue sur la façade.  

    Il écrit à François Bayrou qui démisisonne


    L'octogénaire ne veut pas en rester là. Il porte plainte pour demander la restitution de son don et est débouté une première fois par le tribunal de grande instance de Châteauroux puis par la cour d'appel de Bourges. Il se pourvoit en cassation en mai 2016. 

    Le 4 mai dernier, la Cour de cassation a abouti à un rejet du pourvoi, assorti d'une condamnation à payer 3000 euros à la commune de Velles, au titre du Code de procédure civile. Selon la «La Nouvelle République », Pierre Camard dénonce un «déni de justice». Il aurait depuis écrit à François Bayrou, alors ministre de la Justice... qui donnait sa démission le lendemain. 


    Don contesté de Pierre Camard à la ville de Velles (36)
      Leparisien.fr avec AFP

    votre commentaire
  • De l'acide d'ArcelorMittal aurait été déversé dans la nature

    De l'acide d'ArcelorMittal aurait été déversé dans la nature

    Un chauffeur, ancien sous-traitant de l'usine sidérurgique affirme qu'il avait l'accord des salariés. De son côté, l'entreprise de Florange assure être en règle, et qu'«il n'y a aucun risque environnemental ou sanitaire». La direction régionale de l'environnement a ouvert une enquête.

    Témoignage accablant pour l'usine d'ArcelorMittal Florange. Un chauffeur de camion, qui travaillait en tant qu'intérimaire pour Suez RV Osis Industrial Cleaning, un sous-traitant du géant mondial de l'acier, affirme, vidéo à l'appui, avoir déversé durant trois mois des centaines de mètres cubes d'acide dans un dépotoir en pleine nature de l'usine sidérurgique de Florange. Cet homme, qui témoigne sous couvert d'anonymat, affirme que les salariés de l'entreprise lui donnaient volontairement accès à la décharge (un crassier) alors que cette matière, hautement polluante aurait dû être recyclée au centre de dépollution industrielle de Malancourt-la-Montagne.

    Dans une vidéo de 1minute 45, prise avec son téléphone portable, on un épais liquide vert fluorescent sortir d'un tuyau et se répandre dans l'eau sombre d'une décharge à ciel ouvert. «Et voilà comment on recycle les déchets à Florange chez Arcelor, on balance de l'acide en pleine nature. Pas loin des bois, pas loin des habitations» dénonce l'homme, qui affirme avoir déversé ainsi chaque jour 28 mètres cubes de substance hautement chimique.

    «Les rochers éclataient à cause de l'acidité du produit. Le soir je rentrais avec les yeux rouges.»

    Le chauffeur de camion au micro de France Bleu Lorraine.

    Au micro de France Bleu Lorraine Nord, ce chauffeur de camion raconte: «Je transportais l'acide usagé. Normalement je devais le ramener dans un centre de recyclage à Maloncourt. Mais on me disait de charger l'acide et d'aller au crassier, avec la complicité de salariés d'Arcelor qui me donnaient les bons (de livraison) eux-mêmes. Les bons n'indiquaient pas que c'était de l'acide. Ils indiquaient seulement que c'était de la boue de fer ou de la boue d'épuration. J'arrivais à Florange, à la cokerie, au PC sécurité, et là je me retrouvais dans un crassier à brancher mes tuyaux et déverser mon chargement en pleine nature, directement au sol. Les rochers éclataient à cause de l'acidité du produit. Le soir je rentrais avec les yeux rouges tous les jours pendant la période d'hiver, les trois mois où j'ai bossé en intérim.» «J'avais pour consigne de ne pas tout déverser au même endroit pour ne pas défoncer la nature», raconte-t-il également au Républicain Lorrain.

    L'homme a fini par en parler à un pompier travaillant pour ArcelorMittal Florange. Mais sa direction l'a appris et il a été licencié pour «rupture de discrétion commerciale». Depuis il est au chômage.

    source LeFigaro.fr ( 4 juillet 2017)


    votre commentaire