• Législatives en Algérie: la participation pour principal enjeu

    AFP
    Modifié le 04/05/2017 à 10:42 - Publié le 04/05/2017 à 04:27 | AFP
     

    votre commentaire
  •  Taverny 

    Alexandre Simonnot, ex-patron du FN 95 : «J'ai été jeté comme une merde»

    Alexandre Simonnot, patron du FN 95 depuis 2010 et proche de Jean-Marie Le Pen, vient d'être démis de ses fonctions

    Alexandre Simonnot voit rouge vis-à-vis de son parti: «On critique les communistes, mais ils se comportent en staliniens».Alexandre Simonnot voit rouge vis-à-vis de son parti: «On critique les communistes, mais ils se comportent en staliniens».

    C’est un petit coup de tonnerre politique. À la tête de la fédération Front national du Val-d’Oise depuis 2010, Alexandre Simonnot, 37 ans, conseiller municipal d’opposition de Taverny, a été démis de ses fonctions par le bureau politique du FN, réuni lundi 4 mai à Nanterre.

    Alexandre Simonnot est un proche de Jean-Marie Le Pen, qui a été son témoin de mariage. La décision intervient justement en même temps que la suspension du président d’honneur du FN de son statut d’adhérent, par le bureau exécutif.

    «J’ai été remercié par un simple coup de fil du secrétaire général du mouvement, Nicolas Bay, réagissait, mardi 5 mai, Alexandre Simonnot, sous le choc. Je suis jeté comme une merde. Je suis habitué à encaisser les coups, mais là, le choc est balèze. Jamais on ne m’a traité comme cela. Ça fait mal. Un simple coup de fil alors que je suis au FN depuis l’âge de 14 ans. J’ai été le plus jeune adhérent de France».

    «Je suis un des derniers représentants de la ligne catho tradi. Ces communiqués d’hommage à Jeanne d’Arc, ça ne plaît pas au mouvement, dirigé par une majorité d’homosexuels.»

    Alexandre Simonnot estime être évincé du fait de sa proximité avec Jean-Marie Le Pen. «On m’explique que la décision est prise pour le renouvellement de la fédération. C’est bidon ! Cette décision est liée à ma proximité avec Jean-Marie Le Pen. Notre amitié n’est un secret pour personne. Il me protégeait. J’ai toujours dit que tant qu’il était là, j’étais tranquille. Ils n’ont même pas eu la décence d’attendre quelques jours. Je pense que ma religion catholique a joué. Je suis un des derniers représentants de la ligne catho tradi. Ces communiqués d’hommage à Jeanne d’Arc, ça ne plaît pas au mouvement, dirigé par une majorité d’homosexuels.» Il estime ne pas avoir démérité à la tête de la fédération. «Je n’ai jamais eu aucun plainte de ma hiérarchie, j’ai toujours fait un travail impeccable. Je n’ai rien à me reprocher. On parle de renouvellement en mettant M. Dubois, qui a dirigé la fédération pendant de nombreuses années, avec un bilan désastreux !»

    Jean-Michel Dubois, qui fut à la tête du Fn 95 «une quinzaine d’années», rappelle-t-il, retrouve le poste qu’il avait quitté pour se présenter aux élections régionales dans l’Eure.

    «Cette décision du bureau politique n’a rien à voir avec la décision prise concernant Jean-Marie Le Pen. Il s’agit de réorganiser et dynamiser la fédération. Lors de la campagne des départementales, il y a eu une certaine carence au niveau de l’appui et de la préparation de nos candidats»

    L’élu d’Enghien affirme que «cette décision du bureau politique, dans lequel je siège n’a rien à voir avec la décision prise concernant Jean-Marie Le Pen. Moi-même, je suis très proche de Jean-Marie Le Pen. Je suis parti souvent en vacances avec lui, j’ai quasiment fait le tour du monde avec lui. Et je lui conserve toute mon amitié à titre personnel. J’ai pour lui beaucoup d’affection, mais ses propos dans “Rivarol” étaient problématiques. Je le lui ai dit. Pétain c’est de l’histoire ancienne. Il joue la provocation pour passer dans les médias. Puis, son attitude lors de la fête du 1er mai n’a rien arrangé».

    Jean-Michel Dubois explique que le «remplacement» d’Alexandre Simonnot est destiné à «réorganiser et dynamiser la fédération. Lors de la campagne des départementales, même si on a fait un bon résultat, il y a eu une certaine carence au niveau de l’appui et de la préparation de nos candidats».

    Alexandre Simonnot de son côté se dit convaincu «qu’il y aura d’autres évictions. Beaucoup vont rendre leur carte. On ne traite pas ainsi le président d’honneur du Fn». En soutien, l’élu a affiché un “Je suis Jean-Marie” sur sa page Facebook. «C’était après la décision du bureau politique. Cela veut dire qu’on me traite comme lui», conclut Simonnot.

    Taverny, 95
    http://www.gazettevaldoise.fr/2015/05/05/alexandre-simonnot-ex-patron-du-fn-95-jai-ete-jete-comme-une-merde/

    votre commentaire
  • Des ultrasons pour pister les téléphones

    Quatre chercheurs ont étudié l’utilisation du pistage des téléphones par ultrasons et ses impacts sur la vie privée .

    LE MONDE  Par Martin Untersinger

    Est-il possible de suivre à la trace un téléphone et son possesseur grâce à des ultrasons ? Si la technologie existe depuis quelques années et si plusieurs entreprises affirment l’utiliser sous une forme ou sous une autre, elle est restée jusqu’à présent relativement confidentielle.

    Pour la première fois , quatre chercheurs de l’université technique de Bunswick ( Allemagne) ont étudié son utilisation réelle et ses impacts sur la vie privée. Ils ont présenté le résultat de leurs recherches mercredi 26 avril à Paris , dans le cadre du deuxième symposium sur la sécurité et la vie privée.

    Le sujet du suivi par ultrasons a fait parler de lui en 2014 lorsque la société Silverpush a déposé un brevet permettant d’inclure des signaux ultrasons dans des publicités diffusées à la télévision . L’idée était que, dotés de l’ application idoine, les téléphones des téléspectateurs seraient capables de reconnaître le signal dans la publicité, permettant à l’annonceur de savoir que tel ou tel consommateur avait visionné sa publicité.

    Cette technologie, très invasive, a suscité de vives remontrances de la Federal Trade Commission américaine . L’entreprise a, dans un second temps, annoncé qu’elle renonçait à cette technique. Les chercheurs ont pourtant observé des fonctionnalités de traçage par ultrasons lui appartenant dans plus de 200 applications pour Android , disponibles essentiellement en Asie, à l’insu de leurs utilisateurs.

    Comment fonctionne cette technologie ?

    Les appareils électroniques comme les smartphones sont capables de recevoir et d’émettre des fréquences jusqu’à 20 kHz. L’oreille humaine , notamment avec l’âge , ne capte pas toujours les fréquences les plus élevées. Cela laisse , expliquent les chercheurs, une plage entre 18 et 20 kHz quasiment inaudibles pour l’oreille humaine que peuvent détecter les appareils électroniques. Il suffit donc de diffuser un signal sonore en ultrason reconnaissable par l’application installée sur le téléphone pour identifier ce dernier de manière unique.

    Cela a de « sérieuses implications en matière de vie privée », explique au Monde Daniel Arp, un des chercheurs. En effet, plusieurs utilisations de cette technologie peuvent être imaginées :

    • Localiser un téléphone  : lorsqu’il réagit à un signal ultrason, cela signifie qu’un téléphone est à proximité immédiate de l’émetteur du signal. Cela permet de localiser un appareil et de repérerd’éventuels passages répétés, très utile dans un magasin par exemple.
    • Détecter de nouveaux appareils  : il permet aussi de repérer si un individu utilise un second appareil (une tablette par exemple) : un graal pour les publicitaires qui cherchent à proposer des publicités à la même personne sur plusieurs appareils.
    • Désanonymiser  : l’utilisation d’un réseau anonymisant, comme TOR, peut être contourné. Il suffit pour cela que l’ internaute visite un site émettant un signal en ultrason pour repérer son appareil, et établir une corrélation entre le visiteur, pourtant protégé par le réseau anonymisant, et son appareil rempli de données personnelles.

    234 applications utilisant l’ultrason découvertes

    Les chercheurs ont téléchargé et analysé 1,3 million d’applications disponibles pour Android  : 234 d’entre elles comportaient le code et la fonctionnalité de signal ultrason à laquelle Silverpush avait pourtant annoncé renoncer . A l’inverse, d’autres solutions par ultrasons étudiées par les chercheurs, Silverpush n’est pas une application que l’utilisateur télécharge sur son téléphone, mais d’unelibrairie – du code informatique qui peut être utilisé par d’autres applications –, ce qui explique sa présence à l’insu des utilisateurs. Certaines applications concernées ont été téléchargées plusieursmillions de fois, selon les chercheurs.

    Pour savoir si ce traçage par ultrasons était effectif , ils ont également analysé 140 heures de flux de télévision dans sept pays, notamment en Asie du sud-est, à la recherche de signaux ultrason. En vain. Mais cela ne signifie pas nécessairement que la technologie n’est pas utilisée : les chercheurs ont analysé ces flux via Internet, où le son est fortement compressé pour économiser de la bandepassante, faisant disparaître la plupart des sons en haute fréquence utilisés par la technologie ultrason.

    « Technique plutôt fiable »

    Enfin, les chercheurs ont réalisé plusieurs tests afin de déterminer si la technologie de signaux ultrasons était fiable. Ils ont disposé cinq différents modèles de téléphones et de tablettes Android, sortis entre 2012 et 2015, face à une télévision diffusant des fichiers vidéo contenant un signal ultrason. « La technique est plutôt fiable » , constate Daniel Arp. Les ondes à haute fréquence étant facilement arrêtables, par exemple par du verre, les appareils doivent être à proximité immédiate de l’émetteur sonore.

    Par ailleurs, les chercheurs ont fait écouter ces mêmes fichiers sonores à un panel d’humains, et déterminé que dans la plupart des cas, ces derniers étaient incapables, sauf à haut niveau sonore, dedistinguer la balise ultrason.

    « Actuellement la menace de ce type de technologie est limitée, dans la mesure où d’autres techniques de pistage sont disponibles et nécessitent moins d’effort » , explique M. Arp. Ces travaux montrent cependant que la technologie de suivi par ultrason est possible et que cette technologie « doit être suivie avec attention » écrivent les chercheurs.

    www.lemonde.fr/pixels/article/2017/04/28/des-ultrasons-pour-pister-les-telephones_5119198_4408996.html#8Mris64jjRHPe8jT.99


    votre commentaire
  • Les tee-shirts de soutien à Marine Le Pen

    Les tee-shirts de soutien à Marine Le Pen sont made in… Bangladesh

    Le Made in France est un des maîtres-mots de Marine Le Pen dans cette campagne. Elle invite d’ailleurs souvent les Français à acheter français. Or, ce dimanche à Villepinte pour son grand meeting d’entre-deux-tours, on s’est rendu compte que le discours n’était pas accompagné des actes. Salhia Brakhlia et Fanny Morel sont allés jeter un coup d’œil du coté des goodies et autres tee-shirts vendus par le Front national. Et même si les étiquettes de ces derniers ont été retirés, ils ont bel et bien été fabriqués au Bangladesh :

    Source : ndf


    votre commentaire
  • Schengen : l'UE mettra fin aux contrôles aux frontières en novembre

    La Commission européenne va mettre un terme en novembre aux dérogations exceptionnelles accordées depuis 2015 aux pays européens confrontés à un fort afflux migratoires pour des contrôles aux frontières internes de l' espace Schengen, a-t-elle annoncé mardi.

    Bruxelles estime que, dans les six mois à venir, l' Allemagne , l'Autriche , le Danemark , la Suède et la Norvège doivent mettre fin aux contrôles systématiques à certaines de leurs frontières.
    "Ce sera la dernière prolongation", a prévenu le commissaire européen à laMigration , Dimitris Avramopoulos, lors d'une conférence de presse.
    "Il est temps de prendre la dernière mesure concrète pour revenir progressivement au fonctionnement normal de l'espace Schengen", a-t-il déclaré à Bruxelles.

    Les Etats membres doivent encore formellement adopter cette "recommandation" de la Commission pour qu'elle se concrétise.
    La Suède a toutefois déjà annoncé, un peu plus tôt dans la journée, la suppression de ses contrôles systématiques à sa frontière avec le Danemark.

    En mai 2016, l'exécutif européen avait accepté pour la première fois une prolongation exceptionnelle --au-delà de la durée autorisée en temps normal-- des contrôles rétablis en 2015 à certaines frontières de ces cinq pays membres de l'espace Schengen.

    La Commission avait assuré qu'il s' agissait d'une situation exceptionnelle, justifiée par la porosité alors anormale des frontières extérieures de l'UE et s'était fixé pour objectif un retour à la normale d'ici la fin 2016.
    Mais elle avait ensuite donné deux fois son feu vert à des prolongations, qui couraient jusqu 'à la mi-mai.

    La Commission justifie cette "dernière" prolongation par le nombre toujours important de migrants présents en Grèce en attente d'une décision sur leurstatut de réfugiés, les risques de " mouvements irréguliers" le long de laroute des Balkans occidentaux, le programme de relocalisation depuis la Grèce vers d' autres Etats membres qui tourne au ralenti ou encore la mise en place du corps des garde-frontières européen qui nécessite "encore quelques efforts".

    En parallèle de cette nouvelle échéance de fin des contrôles, la Commission suggère de renforcer le recours à des "contrôles de police proportionnés sur le territoire des Etats membres" et plus particulièrement le long des frontières.

    L'Orient-Le Jour


    votre commentaire