• Bruno Le Roux a démissionné après les révélations sur ses filles mineures embauchées comme assistantes à 15 ans.

    Le ministre de l’Intérieur Bruno Le Roux (PS) a remis sa démission. C’est le résultat d’une journée de pression après les révélations apprenant aux Français qu’il avait employé ses filles, alors qu’elles n’étaient que lycéennes.  Les deux filles du ministre socialiste ont cumulé respectivement 14 et 10 CDD entre 2009 et 2016, pour un montant total de quelque 55.000 euros.

    Bruno Le Roux avait été reçu par François Hollande et Bernard Cazeneuve à 14h30. Sa situation était intenable alors que le parquet financier a ouvert une enquête préliminaire sur l’emploi de ses deux filles.

    A un mois de l’élection présidentielle, cette nouvelle affaire est un nouveau coup de marteau pour le parti socialiste. Benoît Hamon, candidat socialiste à l’élection présidentielle, avait déclaré dès la matinée que « la décision la plus prudente, la plus sérieuse » pour Bruno Le Roux serait de démissionner, après l’ouverture par le parquet financier d’une enquête sur le ministre de l’Intérieur.

    « A l’Assemblée en août il n’y a personne », ironise une source parlementaire après la diffusion du reportage de Quotidien, dans lequel le ministre reconnaît l’embauche ponctuelle de ses filles à l’époque où il était député de Seine-Saint-Denis, « sur des étés, notamment, ou des périodes de vacances scolaires » !

    « Un parlementaire ne doit pas utiliser son crédit collaborateurs pour donner de l’argent de poche à ses enfants », a fustigé Anticor, l’association contre la corruption et pour l’éthique en politique.

    Source : http://www.medias-presse.info


    votre commentaire
  • 44 % des lycéens musulmans radicalisés pensent qu’il est acceptable « de combattre les armes à la main pour sa religion »

    Une enquête du CNRS auprès de 7.000 élèves montre qu’un nombre inquiétant de jeunes musulmans adhèrent au fondamentalisme islamique.

    Les idées radicales religieuses ont-elles gagné l’univers lycéen ? À 14-16 ans, moment clé de la construction identitaire, quel est le degré d’adhésion à ces idées radicales? Quels sont les facteurs de prédisposition? C’est sur ces questions que les deux chercheurs et leurs équipes se sont penchés en prenant le parti de mener l’enquête dans 21 lycées où sont surreprésentés les jeunes de classe populaire (41 % de milieu ouvriers), d’origine immigrée (38 %) et de confession musulmane (25 %). Un échantillon « raisonné et diversifié », pour reprendre les mots des chercheurs, qui permet d’étudier des segments de la jeunesse habituellement sous-représentés dans les enquêtes quantitatives.

    Parmi eux, 11 % adhèrent au « fondamentalisme ». Le CNRS préfère d’ailleurs le terme d’« absolutisme religieux », mesuré chez les lycéens à travers deux réponses: « il y a une seule vraie religion » et « dans l’explication de la création du monde, c’est la religion qui a raison plutôt que la science ». La proportion grimpe à 32 % pour les musulmans, contre 6 % chez les chrétiens et 0,6 % chez les sans religion. Cette surreprésentation des jeunes musulmans se retrouve également dans la tolérance à la violence ordinaire.

    Comment les jeunes sondés ont-ils perçu les attentats de 2015 ? Ils sont 32 % à ne pas condamner totalement les attentats contre Charlie-Hebdo et de l’Hyper Cacher, contre 10 % dans l’échantillon témoin représentatif de l’ensemble de la population.

    Voler un scooter, tricher, conduire sans permis, dealer, affronter la police… Des comportements déviants acceptés par 33 % des musulmans. Parmi les lycéens cumulant cette tolérance de la violence et l’adhésion a des idées religieuses radicales, 70 % ne condamnent pas les auteurs des attentats de Charlie Hebdo et de l’Hyper Cacher. Ils sont 44 % à penser qu’il est acceptable, « dans certains cas dans la société actuelle», «de combattre les armes à la main pour sa religion ».

    Sachant que le CNRS est un nid à gauchistes, on peut en déduire que ces chiffres déjà effrayants sont largement sous-estimés

    Source : http://www.fdesouche.com


    votre commentaire
  • Par: Sylvestre Brunaud..

    QUI CROIT ENCORE A NOS VEDETTES POLITIQUE ?.

    Mesdames,Mesdemoiselles,Messieurs ;

    Nous ne pouvons rester silencieux devant le sabordage de notre pays,de toutes nos industries ,de l'avenir de nos enfants ; Ils sont tous pourris, voilà encore à partir du mois d'avril 2017 ,d'avantage de visas d'Algérie vers la France dont ils s'appuient sur Schengen, dont ils nous l'imposent de force ,sachant d'avance que nous pouvons plus nourrir toute la misère du monde ,beaucoup de chef d'entreprise ont fuit (la poudre d'escampette pour ne pas se retrouver à poils longeons les murs de nos villes et villages )

    QUI CROIT ENCORE A NOS VEDETTES POLITIQUE ?

    QUI CROIT ENCORE A NOS VEDETTES POLITIQUE ?La politique et son burinage de crâne au marteau-piqueur, sur les chaînes de télévision et nous faire avaler sans cesse a qui sera le meilleur accouplé à une table ronde, dont cela me faisant bien rire, car ils se foutent tous de notre gueule et certain applaudissent sans savoir qui ?,le pourquoi ?.Cela fait plus de cinquante ans qu'on en soupe de ses metteurs en scène uniquement pour se glorifié et se remplir les poches ,non pas un de bon dans leur copinage du copain des copains aux coquins coquines de cette foire a"l’empoigne" de la politique ,cette politique Française ou on en soupe a tous les râteliers ...

    Pour ma part, j'en ai soupé et souvent gerber surtout de constater l'effondrement de ma France, pas besoin d'un lavage de cerveau, je ne suis ni un mouton, ni un Charlie ,ni de tous ses je suis ceci ,je suis cela !, il participe honteusement à la collaboration du système de vouloir brader la mère patrie , comme ils ont fait pour la fille. Je suis ici pour défendre l'histoire de mon pays la France et l'Empire quelle fût ...

    Nos politiques actuelles, oui tous complice d'un système de vouloir faire un monde musulman et que de cela, dont la loi sera appliquée, après les présidentielles, la France va basculer vers un monde de comploteur et de destruction du Chrétien, Comme nous avons détruit les Français d'Algérie , inutile de me contester, car vous aurez tort, car je l'ai vécu et vue ce que mon petit peuple civil innocent ont subi ...

    Avec l'aide de toutes les gauches Française ,ils y arriveront à leurs buts. Que ce soit depuis des années,Chirac ,Hollande ,Valls ,Macron ,en douce le Bordelais et j'en passe,ils n'ont pas était savouré que le thé la menthe,et la figue de barbarie. Pas un de ses hommes ont eu le courage de mette une gerbe ou se recueillir sur un de nos monuments aux morts ,nos cimetières ...PAS UN ! ... Dont comme notre monument d'Alger a était massacrés et souillés ...Non, ils ne sont pas et non jamais étaient nos président des Français ...
    Pour ma part personnelle, le jour des présidentielles ,dans l'urne, je saurais quoi en jugé en mon âme et conscience et du respect à mon pays France ... Je vous remercie. Sylvestre Brunaud ...

    QUI CROIT ENCORE A NOS VEDETTES POLITIQUE ?


    votre commentaire
  • Affaire Théo : et si ce n’était qu’une vaste fumisterie ?

    par  

    Rebondissement dans l’affaire Théo : sa version craque de tous les côtés ! La soi-disant pauvre victime de violences policières modifie son témoignage. « Des contradictions sont apparues avec les images de vidéosurveillance. Des approximations pointées d’ailleurs par la juge d’instruction chargée du dossier.» révèle aujourd’hui Le Parisien qui a eu accès à la dernière audition de Théo. MPI, en s’appuyant sur des informations policières mais occultées par les grands médias, n’avait par attendu jusqu’à maintenant pour remettre en cause la version Théo. Là se situe la différence entre un média de réinformation et un média de désinformation !

    Le Parisien, qui n’ose écrire que Théo a fabulé, écrit fort pudiquement : ces contradictions « ne remettent en cause ni la réalité de la blessure ni sa gravité, mais relativisent la qualification de viol et la thèse des vêtements baissés. »

    En clair, et en seulement quelques mots, de viol par les policiers point ! De vêtements baissés, point ! Et point c’est tout… Théo, toute sa famille et des banlieues en colère ont, pour le coup, avec force violences, vandalisme, et dégradations, protesté pour un fait que l’on ne peut reprocher aux forces de l’ordre. Et notre président normal François Hollande s’est déplacé au chevet d’un affabulateur.…

    Le Parisien relate :

    « Les policiers ont-ils volontairement baissé le pantalon puis écarté le caleçon de Théo, ce jeune homme de 21 ans, grièvement blessé d’un coup de matraque télescopique, le 2 février dernier à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) ? Cette affaire dramatique a choqué la France, entraînant la mise en examen de 4 policiers dont un pour viol et provoquant plusieurs nuits d’émeutes dans les banlieues. (…) »

    « Le 3 mars dernier, dans le bureau de la juge, le jeune homme reprend le déroulé des faits. La magistrate lui relit ses premières déclarations datées du 2 février. Un fonctionnaire lui aurait «enfoncé le bâton dans les fesses après avoir écarté le caleçon sur le côté» pendant qu’un autre lui «tenait les jambes», un troisième le maintenant «légèrement incliné debout». Cependant, sur la base des vidéos et des constatations effectuées sur le caleçon percé de Théo, la juge remet en cause cette version d’un sous-vêtement écarté au préalable. Lui explique ne pas se souvenir d’avoir mentionné un tel fait. «Comme je vous l’ai dit, la première audition, je n’étais pas en état», se défend Théo, précisant que la commissaire avait insisté pour qu’il témoigne et qu’il n’avait pas relu le procès-verbal.

    S’agissant du pantalon, son témoignage évolue aussi. La magistrate note qu’il porte ce jour-là un jogging très lâche, au point qu’il laisse largement voir le caleçon. «Sur la vidéo, fait- elle remarquer, on voit que vous marchez en approchant des lieux, vous remontez votre jogging, et que vous le portez très bas. Est-ce exact ?» «Si tu ne serres pas ton pantalon avec le cordon, logiquement il se descend tout seul. Et puis je prends mes pantalons en XL, ce n’est pas ma vraie taille», concède Théo. Et de poursuivre : «Quand l’un des policiers m’a attrapé, mon pantalon a glissé.» «Ils tiraient vers le bas quand même, mais je ne pense pas que c’était volontaire, précise-t-il. Ils essayaient de me maîtriser. Et comme mon pantalon n’était pas bien attaché, il tombait.» Une certitude aujourd’hui : les policiers n’ont pas écarté volontairement le caleçon de Théo, ni arraché son jogging, ainsi que nous l’écrivions dès le 9 février. »

    Le Parisien, pour ne pas totalement perdre la face comme les autres médias du système d’ailleurs qui ont tous soutenu mordicus la thèse de Théo et fait monter les tensions en France, -de vrais petits pyromanes-, conclut

    « Il reste maintenant à savoir si le policier a enfoncé la matraque volontairement. Selon le rapport de l’IGPN, la police des polices, «la finalité et les conséquences de ce geste n’étaient pas intentionnelles car il visait la cuisse pour faire plier la jambe de l’intéressé». Théo reste persuadé du contraire. »

    Et si la vérité était ailleurs ? Et si la véritable version de toute cette sale histoire était celle parue sur MPI le 3 mars dernier ? Un règlement de compte brutal de caïd de la drogue qui ont réglé son fait au probable indic « Théo » ?

    Francesca de Villasmundo

    Source : medias-presse.info


    votre commentaire
  • Le pire est devant nous…

    Résultat de recherche d'images pour "le pire est devant nous"Quel que soit le vainqueur de l’élection présidentielle, le pire est devant nous.

    Macron, dit-on, l’emporterait au deuxième tour, mais les législatives de juin donneraient probablement la majorité à la droite parlementaire, d’où une cohabitation rendant impossible toute réforme sérieuse.

    Alors, pratiquement, que se passerait-il ? C’est très simple. Il ne se passerait rien. C’est-à-dire que, comme précédemment, tout augmenterait : l’immigration, et donc l’insécurité, le chômage, la dette et surtout la fiscalité, avec une seule diminution, celle du pouvoir d’achat. Et, si, d’aventure, une majorité se formait, non pas sur son programme (Macron n’en a pas !), mais sur son nom, ce serait pire. À la question : « Baisserez-vous les impôts qui écrasent les ménages et ruinent l’économie ? », je n’ai toujours pas eu de réponse.

    Je rappelle que les deux derniers quinquennats, ceux de Sarkozy et Hollande, ont été financièrement désastreux : une dette passée de 1 253 milliards d’euros à plus de 2 200 milliards. 600 milliards supplémentaires sont dus à Sarkozy et 350 milliards à Hollande. C’est ce que vient de publier Agnès Verdier-Molinié, directrice de l’Ifrap.

    Ces deux présidents ont augmenté les impôts de 76,2 milliards (Sarkozy) et de 79,7 (Hollande). Matraquer et appauvrir les Français, c’est tout ce qu’ont su faire ces deux politiciens démagogues, incompétents, mais qui en ont bien profité sur le dos des Français.

    En outre, cette interminable campagne présidentielle cacophonique et nauséabonde a révélé une faille très grave du système politique français : la politisation de la justice. Les poursuites engagées contre le candidat Fillon, largement décrites par une presse généralement subventionnée, le démontrent amplement. Contre ceux, affichés sur un mur, le « mur des cons », c’est la présomption de culpabilité qui s’applique avec mise en examen et perquisitions à répétition. Les magistrats de gauche et syndiqués disent rendre une justice sociale. En URSS aussi, on rendait une justice sociale !

    « Une dénonciation via un journal visiblement alimenté de bonne source, écrit l’ancien procureur général près la cour d’appel de Paris, dans Le Monde du 3 mars, l’engagement, le jour même, d’une enquête illustrée de fuites bien informées et orientées d’éléments du dossier, l’ouverture d’une information judiciaire en quelques semaines, une convocation quasi immédiate… Combien de justiciables attendent bien plutôt des mois ou des années dans une douloureuse incertitude ? Des millions de Français sont convaincus qu’on veut leur voler leur élection au mépris de la présomption d’innocence. » On ne peut être plus clair.

    Une justice absolument impartiale est le fondement de la sécurité des citoyens et de la démocratie. Force est de constater que, maintenant, en France, il n’y a ni sécurité, ni démocratie.

    Autre constat. L’agression politique et diplomatique du Turc Erdogan contre les Pays-Bas et, de façon générale, contre l’Europe chrétienne, est très significative de l’évolution générale dans le monde et, plus particulièrement, en Europe. Malgré un chaos apparent, cette politique démontre, en effet, l’invasion méthodique par les foules musulmanes de l’Europe où l’on compte déjà quelque 5 millions de Turcs et au moins 40 millions de musulmans, la France étant le pays le plus atteint.

    Dans son dernier ouvrage, « Républicains, osez ! », Alain Mathieu, président honoraire de « Contribuables associés », a fort bien décrit le processus d’invasion : « Tant que la population musulmane ne dépasse pas 2 % de la population d’un pays, les musulmans y sont considérés comme une minorité pacifique et non comme une menace. C’est le cas des États-Unis, du Canada, de l’Australie, etc. De 2 à 5 %, ils commencent à exercer un prosélytisme envers les autres minorités ethniques, recrutant souvent parmi les détenus et les bandes urbaines. C’est ce qui se passe au Royaume-Uni, en Allemagne, etc. Au-delà de 5 %, ils exigent l’introduction de nourriture halal. Ils font pression sur la grande distribution pour qu’elle fasse figurer des produits halal dans ses rayons. Ils exigent que leurs femmes ne soient pas soignées par des hommes, demandent des heures d’ouverture spéciales pour les femmes dans les piscines. Dans les entreprises, ils demandent des pauses pour la prière et des menus spéciaux dans les cantines. Les fêtes musulmanes doivent devenir chômées. Des tribunaux spéciaux appliquant la charia sont demandés. La construction de mosquées se multiplie. En France, il y en avait 4 en 1965, plus de 2 500 maintenant. Et on en manque toujours. Comme le dit Dalil Boubakeur [recteur algérien de la Grande mosquée de Paris] “pour les 7 millions de musulmans de France, les mosquées actuelles ne suffisent pas”. »

    Qui va arrêter cette invasion, alors que la gouvernance française est, de facto, complice des envahisseurs, parce qu’un musulman ayant reçu la nationalité française, distribuée surabondamment, votera socialiste ?
    La France est bradée par des politiciens avides de privilèges et souvent ne maîtrisant pas leur langage – l’un d’entre eux, candidat connu, ne vient-il pas, dans un pays musulman, d’accuser les Français de crimes contre l’humanité et de barbarie. Comment élire à la tête du pays un démagogue hostile à la France et à son histoire ?
    Telles sont les perspectives dans un pays en état d’anarchie dont la politique politicienne méprisable et destructrice est l’une des formes les plus apparentes de la décadence évidente qui le fera disparaître.

     

    Source : les4verites


    votre commentaire