• "SAUVAGEONS""SAUVAGEONS"

    Les enfants de chœur de monsieur Cazeneuve

     

    "SAUVAGEONS"Mesdames ,Mesdemoiselles ,Messieurs
    j'adore le terme de sauvageons
    Notre brave petit Petit ministre Charlie,"Sauvageons."..On aurait presque envie de les prendre dans les bras pour les bercer afin de les calmer.! Le ministre de l'Intérieur affectionne ces bandes armées prêt à tué, par l'intermédiaire du terme sauvageons ,Bref !!! Il va se rattraper. La prochaine fois, il évoquera des "petits coquins" et des "chenapans". Je doute que la police de ce pays apprécie !... Quels horribles crimes faut-il faire en France pour être nommé du bon qualitatif.. ?

    Bernard Cazeneuve l'enfant biberon , a-t-il gardé en mémoire cette polémique pour considérer que le terme "sauvageons" ne correspondait pas ,mais alors pas du tout a une bande armée de bouteilles molotofs et de jeunes a mon sens cagoulés comme leurs agneaux anti Fa ,dont à la description d'une bande de jeunes cagoulés coupable d'une attaque aussi violente ,dont pour ma part provocant même vouloir mort d'Homme ? dont cela ce nomme une guérilla ... Quoiqu'il en soit le ministre de l'Intérieur a aussi qualifié cette agression "d'abjection" et a promis que les agresseurs seront "rattrapés par la justice" et "très sévèrement punis". Mais monsieur Cazeneuve nous prendrais pas pour des imbéciles , Prenez-en un en garde a vue et le lendemain le poste de police explose ...

    Un ministre sans cervelle étant bien naïf ...Car ses guerriers ne sont pas Français même né en terre Française ,et ils commencent sérieusement a vous le prouvez, à tous les Charlie quelques qu'ils soit .. Ils veulent conquérir la France a tout prix ,alors assez de nous prendre pour des imbéciles ,ainsi de dire le mot "sauvageon", un sauvageon se corrige ,mais pas des adultes dont des enfants et petits-enfants issu de parents d'avoir combattut contre la France ,une France qui leurs a tout apportaient ,même en aide médical .Mais voilà la gauche continue à leur donner raison et cela ne date pas d'aujourd'hui, comme nous voyons encore une fois le dérapage de Monsieur Hollande avec la Marianne , que demain sera voilée, dont tous cela renforce cette jeunesse armée contre la France ,dont De Gaulle a bien contribuer à leurs avancements...

    Pour ma part personnelle ; Cazeneuve n'a absolument aucune compétence pour être dans ce genre de ministère, ça doit déprimer toute les polices de France. Le fonctionnaire de Bruxelles est et sera toujours un simple gratte papier. Ses discours sont des plats sans saveur et il n'y a pas un mot plus haut que l'autre , ni une idée. Il ne lui reste plus qu'a payer les droits d'auteur à Chevènement a qui il a volé le seul élément de langage qui le sort aujourd'hui de sa désespérante platitude.Cet innocent de ministre est bien coupable qui ignore les lois :
    http://www.justice.gouv.fr/…/lordr…/cour-dassises-12027.html
    Je vous remercie ...
    Sylvestre Brunaud ..


    votre commentaire
  • Communiqué de presse : France Police dénonce l'incurie du gouvernement face à la racaille.

    Une nouvelle fois, au lieu de s'en prendre réellement à la racaille et aux islamistes, le gouvernement de monsieur Valls veut se contenter de mieux équiper les policiers pour qu'ils puissent mieux se faire attaquer par les "sauvageons".

    Sauvageons étant bien évidemment le nom gentil utilisé au pays merveilleux des Bisounourses pour qualifier les terroristes et autres délinquants et criminels.

    Si toute la vermine multirécidiviste avait été, au fur et à mesure, placée derrière les barreaux, si tous les djihadistes avaient été expulsés de France vers l'Irak ou la Syrie et empêchés de revenir, il n'y aurait point besoin d'équiper en matériel militaire les forces de l'ordre sur le territoire de la Nation.

    Sauf que, pas question de priver les sauvageons de leur précieuse liberté, droits de l'homme oblige.

    Depuis les émeutes de 2005, les militants France Police dénoncent la situation sécuritaire en Métropole et en Outre-mer et demandent des mesures particulièrement fortes de la part de l'Etat français.

    Or, malheureusement plus la violence augmente, plus la réponse des pouvoirs publics s'affaiblit.

    Le marasme sécuritaire actuel est la conséquence directe de la politique pénale conduite par la France et des réformes pénales imposées par l'Union Européenne visant à protéger la racaille au détriment des victimes.

    Depuis 1945 et la fameuse ordonnance relative aux mineurs, quasiment la totalité des évolutions législatives ont été favorables aux mis en cause et ce, au détriment des moyens d'enquête.

    Empoisonnée par l'idéologie islamo-gauchiste, l'Union Européenne a imposé aux pays membres le principe d'alternative à l'incarcération comme religion d'Etat au nom des droits de l'homme et des libertés. Mais les seules libertés réellement protégées par Bruxelles, ce sont celles des voyous et des terroristes.

    Oui, il faut équiper les policiers et les gendarmes comme nos soldats engagés sur les théâtres d'opérations extérieures car malheureusement, il est devenu aussi dangereux de pénétrer dans certaines cités françaises que de patrouiller au Sahel. Mais cela ne suffira pas pour autant. Il faut s'attaquer à la racine du mal.

    Il est urgent d'écarter la vermine de la société, faute de quoi le cancer continuera à progresser. La seule solution est d'expulser ceux qui peuvent l'être et de placer en détention les autres, encore faut-il construire des prisons. C'est à ce prix qu'on pourra reprendre le contrôle des centaines de Molenbeek qui gangrènent aujourd'hui le pays et menacent notre démocratie.

    L’image contient peut-être : voiture, plein air et une personne ou plus
     
    Afficher plus de réactions

    votre commentaire
  • Par:Pieds Noirs 9A..

    Article N° 3044 du Mercredi 12 Octobre 2016

     

    La France livrée aux voyous .

    Pour quelle raison ? Tout le monde le sait : parce que la France est livrée aux voyous et que l’État ne fait strictement rien pour enrayer le phénomène. La société française se barbarise. Le peuple s’asphyxie. Sa police s'effondre. La France craque en sanglots

    La France livrée aux voyous .

    Les filles souffrent d’être harcelées et de ne plus pouvoir prendre les transports en commun après 21 heures de peur d’être victimes d’agression sexuelle. Les collégiens souffrent d’un racket de masse dont ils sont les cibles privilégiées. Les commerçants souffrent des braquages de plus en plus réguliers. Les usagers de métro et de RER souffrent des incivilités quotidiennes, par exemple de tous ceux qui imposent à des wagons entiers, terrorisés, le son horrible d’un groupe de rap via leurs téléphones portables. La France n’en peut plus de toute cette violence gratuite, dont les causes ne plongent dans des problématiques de flot de guérilla urbaine .

    La France souffre de toutes ces agressions, de toute cette haine, de toute cette grossièreté, de cette dégradation de ses conditions de vie, de cette peur mélangée au dégoût qu’elle doit goûter chaque jour qui passe.

    La petite délinquance des années 90, certes déjà très diffuse, s’est lentement mais sûrement transformée en une criminalité de masse dont les bastions, qui vivent de l’économie parallèle, ont fait sécession avec le reste de la société.

    Quelle est la réaction de nos médias face à ce phénomène ? Ils excusent, ils atténuent, ils cachent,ils menttent, ils maquillent et ils nient … quand ils n’insultent pas. Songeons au regard plein de haine il y a environ 3 ans ,l'anti-France Aymeric Caron la porté sur Laurent Obertone lors de son passage à On n’est pas couché. Un monsieur plein de haine ,qui me fait gerber ..

    Comment expliquer l’indulgence dont ces gredins bénéficient auprès de nos médias bobocrates ? Pourquoi un tel mouvement de pitié envers des voleurs, des agresseurs, des racketteurs, des violeurs, des dealers et parfois même des assassins ? On le sait tous : parce que les racailles ne sont plus mais petits sauvageons de notre ministre Decazeneuve a ce jour , sont dans leur grande majorité d’origine ...Et qu’importe si personne n’est assez bête pour faire de l’essentialisme et imputer la cause de l’acte incivique à l’origine des concernés.

    La France ne veut plus baisser les yeux. Pourtant, l’État refuse de mener une guerre contre les pendards. Une guerre implacable. Si la puissance publique persiste dans l’inaction, gageons que le peuple ne lui demandera pas sa permission pour le faire à sa place.

    À l’heure où l’on apprend que la Troïka, complice des banques, fait basculer Chypre dans la dictature, en validant la destruction du droit de propriété pour permettre le plus grand braquage de l’histoire de l’humanité, on se dit qu’entre les racailles d’en haut et celles d’en bas, le peuple français a bien du souci à se faire. OUi bien du soucis ..Pieds Noirs 9A..


    votre commentaire
  • Salles de shoot et camps de « migrants » : le progrès vu par les socialistes ..

     

    Vous avez la chance d’avoir un camp de « migrants » près de chez vous ? Réjouissez-vous donc, les socialistes ont décidé de rajouter une « salle de shoot » qui devrait apporter à votre quartier un charme pittoresque qui le rendra bien plus vivant. Nul doute que la valeur de vos biens montera en flèche.

    Ce mardi 11 octobre, Anne Hidalgo inaugurait dans le Xe arrondissement de Paris la toute première « salle de shoot », renommée en novlangue politiquement correcte « salle de consommation à moindre risque ». Du moins pour les consommateurs, ce voisinage n’allant pas sans risques évidents pour les riverains, dont tout le monde ou presque se fiche. Jamais en retard d’une bataille sociétaliste à livrer, l’édile de la capitale se félicite de l’installation de ce lieu hautement symbolique de la politique qu’elle entend mener.

    Conçue pour accueillir 200 personnes quotidiennement, la salle de 400 m2 sera gérée par l’association Gaïa, qui s’est rendue célèbre par l’opération du « bus méthadone ». Toute proche de la gare du Nord, haut lieu du trafic de drogues dures dans Paris, la salle mettra à disposition des drogués des kits d’injection « propres et stériles », afin qu’ils consomment en toute sérénité les substances achetées dans le quartier : héroïne, crack, sulfate de morphine, crystal meth… Il leur suffira, pour cela, de s’être préalablement enregistrés de manière anonyme.

    Une aubaine commerciale pour les nombreux dealers africains du quartier spécialisés dans la vente d’héroïne.

    Après tout, pourquoi s’en faire pour un peu plus d’insécurité supplémentaire dans ce qui ressemble déjà à un véritable bouge à ciel ouvert ? Comme pour les camps desdits « migrants », jamais les riverains n’ont été consultés. Ils auraient certainement vivement manifesté leur opposition à ce projet délirant qui drainera un véritable ballet de voyous, de règlements de comptes, de seringues usagées à même la rue dès la fermeture des lieux…

    Comment peut-on imaginer lutter contre la consommation de drogues en dépénalisant sa consommation de fait ? Les usagers de la « salle de shoot » ne peuvent, en effet, pas être poursuivis pour usage et détention illicites de drogues. L’agenda secret des socialistes n’est donc rien de moins que la légalisation progressive des drogues.

    Quel bilan merveilleux que celui des socialistes : insécurité, tourisme en berne, terrorisme islamiste, réformes sociétales majeures, croissance bloquée et maintenant « salles de shoot ». Ils ont transformé la France en un camp de la mort de la tolérance, asile de fous à ciel ouvert où l’ennemi est celui qui respecte les lois, les traditions et les vertus de notre civilisation. Si vous nourrissez le funeste dessein de protester contre les bienfaits de l’Empire du bien, vous serez immédiatement traité de tous les noms, culpabilisé, psychiatrisé, ostracisé, sommé de vous taire au nom du « vivre ensemble ».

    Vous préféreriez des crèches plutôt que des camps de « migrants », des « salles de shoot » et autres plages de nudistes en plein Paris ? Vous êtes un monstre froid, intolérant, insensible, incapable de faire preuve d’empathie pour les plus démunis. Voilà où nous en sommes.

    Gabriel Robin

    Source : http://www.bvoltaire.fr


    votre commentaire
  • Une députée interpelle Jean-Michel Baylet sur des violences contre une collaboratrice, classées sans suite... 

    Posté par: LA LIGUE PATRIOTIQUE 36

    Coupe de théâtre à l'Assemblée nationale ce mardi. La députée (non-inscrite) Isabelle Attard a interpellé le ministre Jean-Michel Baylet au sujet d'une plainte déposée par une ancienne collaboratrice. Le ministre a riposté en rappelant l'affaire avait été classée sans suite. 

    © ERIC FEFERBERG / AFP

    © ERIC FEFERBERG / AFP

     
    En plein débat sur le projet de loi montagne, la députée écologiste Isabelle Attard a accusé mardi Jean-Michel Baylet de "violences" passées envers une collaboratrice, ce à quoi le ministre a rétorqué que ce dossier avait été classé sans suite par la justice.

    Sous les yeux ébahis de ses collègues dans un hémicycle dégarni, l'élue du Calvados (non inscrite), qui a porté plainte en juin pour harcèlement contre le député écologiste Denis Baupin, a pris la parole. "Le président de la République a dit vouloir un gouvernement exemplaire" et "la lutte contre les violences faites aux femmes est une exigence" pour lui, a-t-elle commencé.

    "Et pourtant, le 11 février 2002, vous étiez encore sénateur du Tarn-et-Garonne lorsque votre collaboratrice parlementaire a porté plainte contre vous à la gendarmerie de Toulouse", a lancé Mme Attard au ministre de l'Aménagement du territoire, de la Ruralité et des Collectivités territoriales.

    Et l'élue du Calvados d'ajouter : cette collaboratrice a déclaré avoir été "frappée au visage, à plusieurs reprises" et "vous avez enfermé votre collaboratrice chez vous", puis "chassé", la laissant dans la rue "entièrement dévêtue et pieds nus".

    La vidéo de cet échange a été mis en ligne par Buzzfeed : 
    Vidéo Baylet interpellé par une députée
     
    Quand cette affaire est sortie, via le site Buzzfeed en mars 2016, "vous avez choisi le silence" et "vous ne serez jamais condamné, puisque vous avez acheté le silence de votre victime", a encore accusé Mme Attard, après une brève coupure de micro à la demande de la présidente de séance Laurence Dumont (PS).

    Elle n'a cependant pas pu prononcer au micro sa dernière phrase de son interpellation : "Comment osez-vous encore vous présenter à l'Assemblée nationale?".

    Peu après, le ministre lui a répliqué calmement : "On peut tout romancer, mais il y a eu une instruction judiciaire dans cette affaire et elle a été classée sans suite, ce qui prouve, vous l'imaginez, que les choses ne se sont pas passées comme vous le racontez".
     

    votre commentaire