• Drôle de guerre, où les terroristes se fondent dans notre France accueillante

    Un bouleversement culturel et civilisationnel est en marche.

    Il est bien, Momo ! C’est vrai qu’il est bien, Momo, et qu’il n’a rien d’effrayant a priori. Il n’a pas de barbichette, il ne porte pas de djellaba, il ne fait pas réellement le ramadan, il boit un Pastis de temps en temps et, en plus, il est gentil garçon. Comme, par exemple, cet adolescent de 15 ans radicalisé arrêté par la police ce week-end alors qu’il aurait eu l’intention de poignarder des passants près de chez lui, sur la promenade de la Coulée verte, dans le 12e arrondissement de Paris, mais décrit par sa mère comme « un bon gars, quelqu’un qui est tolérant, ouvert d’esprit, cultivé »

    Il est le portrait craché que décrivent tous les voisins étonnés qu’un Momo qu’ils ont « croisé » cent fois ait pu couper la gorge d’un mécréant qui vivait à deux pâtés de maison. Un accès de folie, sans doute, une radicalisation spontanée, un acte isolé, un loup solitaire, un instable, un laissé-pour-compte de la société.

    Autant d’arguties et de litanies serinées à longueur d’article et qui font une belle jambe au défunt et à la famille du décapité !

    Cette fois, nous sommes en guerre contre des djihadistes. Certes, tous les musulmans ne sont pas des terroristes djihadistes. Certes, tous les djihadistes n’ont pas de sang sur les mains, mais tous les terroristes étaient des musulmans. Allez savoir à qui, cette fois, il nous faut faire la guerre, hein ?

    Avec ce même nom de drôle de guerre, la dernière fois, nous l’étions contre les nazis.

    Certes, tous les Allemands n’étaient pas nazis, mais nous avons fait la guerre à tous les Allemands ! Vous parlez d’un défit : comment, aujourd’hui, séparer le bon grain de l’ivraie ? Comment pouvoir vivre ensemble lorsque l’ennemi s’est déjà introduit derrière la ligne Maginot ?

    À cet égard, les codes vestimentaires, par exemple, sont un élément fondamental pour se fondre dans le pays accueillant. Comment vivre ensemble si cet immigrant souhaite, dans une civilisation autre que la sienne, conserver, en dehors de la sphère privée, ses coutumes, ses mœurs, ses traditions vestimentaires ? Est-ce le bon moyen pour se fondre dans une société française, par exemple ? Est-ce réellement la volonté avouée d’une assimilation souhaitée ?

    Par ailleurs, dans les moments troublés que nous vivons, certains vêtements sont portés tels les oriflammes d’une revendication identitaire et religieuse susceptible de provoquer le trouble ou une crainte légitime. Comment ne pas s’avouer que ces revendications ostensiblement communautaristes sont des gifles au visage de Marianne ?

    Comme évoqué précédemment, il va sans dire que tous les musulmans ne sont pas intégristes. Le problème est qu’aujourd’hui, pour un Européen, croiser un homme de type nord-africain, a fortiori s’il est porteur de barbe et de djellaba, ou une femme vêtue d’un hidjab, un niqab ou un burkini, est un élément qui prête à s’interroger. Ce personnage est-il un musulman pacifiste, un djihadiste actif, un futur djihadiste ou un djihadiste repenti ?

    Dans le même temps, combien il doit être redoutable d’être né dans une culture musulmane et, nonobstant, être non croyant ou simple humain pacifiste, et par là même vomir les atrocités perpétrées au nom d’une religion criminogène à laquelle on vous assimile et dont vous pouvez aussi être physiquement victime…

    En guise d’épilogue, et comme a pu le faire Jean Raspail, il est voluptueux pour l’agnostique de prendre à témoin un évangile pour le moins prémonitoire : selon l’Apocalypse de saint Jean, la submersion de la France résulte de l’incapacité tant des pouvoirs publics que de la population à réagir face à cette invasion.

    Ainsi donc, et progressivement, un bouleversement culturel et civilisationnel est en marche. Pour n’avoir pas eu le courage de nous opposer à ce déferlement, à ces arrivées massives sur les côtes méditerranéennes de l’Europe, par cette vacuité, cette veulerie, cette résignation benoîte de l’Occident, de ses gouvernants et du peuple, ce sont les générations futures qui en paieront le lourd tribut. Celui de la dhimmitude.

    http://www.bvoltaire.fr


    votre commentaire
  • Allemagne : des réfugiés allocataires partent en vacances dans le pays qu'ils ont fui

    Image d'illustration ©Reuters
    Image d'illustration ©Reuters
     

    Le journal allemand Die Welt am Sonntag révèle que des personnes réfugiées en Allemagne, bénéficiaires d'allocations, feraient des séjours dans leur pays d'origine. Cela jetterait le doute sur la réalité des persécutions ayant motivé leur exil.

    Selon une enquête de l'hebdomadaire allemand Die Welt am Sonntag, des réfugiés enregistrés en Allemagne, et à ce titre bénéficiaires d'allocations, feraient de courts séjours dans leurs pays d'origine. On note parmi ces destinations la Syrie, l'Irak et l'Afghanistan. Autant de pays dont certains ressortissants obtiennent le statut de réfugié en Occident compte tenu des dangers et des persécutions dont ils pourraient être victimes en y vivant. Des pays où les consulats occidentaux recommandent de ne pas se rendre, sinon pour des raisons d'extrême urgence.

    La Bundesamt für Arbeit (BA), l'agence fédérale allemande pour l'emploi, évoque pour sa part un «certain nombre de cas» de séjours de migrants au pays. Mais selon un porte-parole cité par Die Welt am Sonntag, l'agence est dans l'impossibilité de fournir des statistiques précises : «Il n'y a pas base légale pour cela, aussi nous n'avons aucune information.» Selon les règles allemandes régissant les droits des demandeurs d'asile, les migrants ont le droit de quitter leur pays d'accueil pour un durée maximale de 21 jours.

    Des réfugiés économiques ?

    Et si les réfugiés bénéficiaires d'allocations doivent communiquer à l'administration les dates et durée de leur «congé», rien ne les oblige à en donner la destination. Or, même si l'agence fédérale pour l'emploi venait à en être informée, cette dernière n'est pas autorisée à la transmettre à d'autres organismes publics et encore moins au public, au nom de la «protection des données personnelles».

    L'Office fédéral de la migration et des réfugiés (BAMF) y voit pour sa part une bonne nouvelle. «S'il s'agit d'un voyage d'agrément, c'est une indication que le réfugié ne craint pas les persécutions». Mais le ministère allemand de l'Intérieur n'est pas de cet avis et a expliqué que le voyage d'un demandeur d'asile dans un pays dit de «persécution» prouvait de facto l'absence de danger – base de la demande d'asile – et pouvait conduire au retrait du statut de réfugié.

    https://francais.rt.com/international


    votre commentaire
  • 11 Septembre : l'hommage de Hollande passe mal outre-Atlantique

    Dans un post Facebook posté à l'occasion du 11 septembre, François Hollande rendait hommage aux victimes du terrorisme. Mais le président français y dénonçait aussi "les réponses que l’administration américaine a apportées à ces attaques". Des propos critiqués aux Etats-Unis.

    © Fournis par JDD

    Le 11 septembre, sur son compte Facebook, François Hollande publiait un hommage aux victimes du terrorisme. "Face au terrorisme, la démocratie triomphera car la liberté est une force que rien n’arrête, dès lors que les peuples ne cèdent jamais à la peur, qu’ils sont unis et solidaires", écrivait notamment le Président. Mais c'est un autre passage, qui a suscité des réactions outre-Atlantique, comme l'a noté mardi Courrier international.

    Dans son texte, le chef de l'Etat français critique les décisions prises à l'époque par le président George Bush, sans le nommer directement. "Les réponses que l’administration américaine a apportées à ces attaques planifiées de l’intérieur et exécutées de façon méthodique, loin d’éradiquer la menace, l’ont élargie à un plus vaste espace. Et notamment en Irak", commence François Hollande. Avant d'ajouter : "Et si la France, avec Jacques Chirac, a refusé légitimement de se joindre à l’intervention, et l’a même condamnée, elle n’en a pas moins été victime des conséquences du chaos qu’elle a engendré."

    "Le prix du plus mauvais commentaire de la semaine"

    Pour ces propos, le New York Post lui a donné lundi "le prix du plus mauvais commentaire de la semaine". "Peu importe que l'Irak, la Syrie et la Libye étaient en paix quand Bush a quitté ses fonctions, avec la menace terroriste en baisse. Mettez de côté aussi, le rôle de la politique française dans la construction de la menace actuelle", écrit le quotidien américain. S'il ne dédouane pas complètement l'ancien président américain, le New York Post juge qu'il n'appartient pas à François Hollande "d’accabler son allié le plus important, surtout en un jour si sacré". Dimanche, des cérémonies d'hommage étaient organisées en Amérique pour les 15 ans de l'attaque.

    Le journal rappelle aussi le président français à ses déclarations, l'appelant à s'occuper plutôt de sa promesse, à savoir "détruire l'organisation Etat islamique". Un autre quotidien y est aussi allé de sa critique. Réagissant au post Facebook de François Hollande, le Washington Post évoque l'implication de la France dans de nombreux autres conflits.

    Et pour insister sur le travail qu'il reste à faire, le quotidien indique qu'un récent sondage montre que près des deux tiers des Français pensent que des faits concernant le 11-Septembre ont été délibérément cachés. 

    http://www.msn.com/fr-fr


    votre commentaire
  • MA BELLE FRANCE


    votre commentaire
  • Turquie : 5 Maghrébins de Roubaix, à papiers français, ont violé une mineure

    turquie_5_roubaisiens_violeurs

    5 Maghrébins possédant des papiers français et originaire de Roubaix sont actuellement détenus en Turquie, soupçonnés d’avoir violé collectivement une mineure anglo-américaine d’origine marocaine. En villégiature dans un hôtel de Bodrum, les 5 envahisseurs (Fayçal, Belkacem, Malik, Rabah et le quatrième dont le nom n’a pas été révélé du fait de sa minorité) ont profité d’une soirée, dans une chambre de l’hôtel, pour avoir des relations sexuelles, tour à tour, avec la jeune fille dont la famille était en vacance au même endroit. Selon la version peu crédible des agresseurs, la jeune fille auraient eu des relations sexuelles avec chacun d’entre eux de façon consentie alors qu’ils ne savaient pas qu’elle était mineure… C’est en sortant de la chambre qu’elle aurait été surprise par son grand frère qui alerté ses parents qui auraient appelé la police.

    Les forces de l’ordre turques enquêtent alors que dans ce pays les abus sexuels sont punis de 3 à 8 ans de prison. Et en cas de circonstances aggravantes les peines peuvent aller jusqu’à la prison à vie. Les 5 violeurs ont été placés en détention après leur garde à vue, à la prison de Mugla, dans l’attente de leur jugement qui est prévu le 24 septembre.

    Message aux Turcs : gardez-les et faites en ce que vous voulez.

    http://www.jeune-nation.com


    votre commentaire