• votre commentaire
  • Migrants : la patronne d'EELV prône l'accueil de «tout le monde»

    Il y a 1 an

    Emmanuelle Cosse, la secrétaire nationale d'Europe-Ecologie-Les-Verts (EELV)

    Emmanuelle Cosse, la secrétaire nationale d'Europe-Ecologie-Les-Verts (EELV) Crédits photo : François BOUCHON/Le Figaro

    LE SCAN POLITIQUE/VIDÉO - Pour Emmanuelle Cosse, si le Liban arrive à compter 25% de réfugiés dans sa population, la France, plus riche, «a les moyens de ne pas se poser (la) question du nombre» de migrants à accueillir.

    Si à gauche comme à droite la crise des migrants se révèle être un débat d'équilibriste, il semble plus simple à la tête d'Europe-Ecologie-Les Verts (EELV), où le traditionnel «Nous ne pouvons pas accueillir toute la misère du monde», autant utilisé au PS que chez les Républicains (LR), ne fait pas recette. «Je crois sincèrement, que ce n'est pas en posant la question du nombre que l'on répond» à la crise des migrants, explique Emmanuelle Cosse, la secrétaire nationale du parti invitée mardi d'ITélé. «Ce n'est pas une bonne manière de poser (le débat) car ça laisse entendre que c'est un afflux de populations», juge la conseillère régionale d'Île-de-France.

    L'élue veut «une politique européenne sur la question de l'accueil des réfugiés et surtout (qu'elle) dise “Maintenant nous accueillons les gens qui sont sur notre territoire”. Il n'y a pas d'autre possiblité». Pour appuyer son argument, l'écologiste a cette comparaison: «Aujourd'hui, combien le Liban accueille-t-il de réfugiés? Plus d'un quart de sa population». Ajoutant: «Je crois qu'en France on a les moyens de ne pas se poser cette question-là. Nous sommes un pays extrêmement riche qui a des capacités d'accueil extrêmement fortes». «Donnons le message que nous accueillons tout le monde et que nous pouvons leur donner des droits (...) Ce sont des gens qui n'ont pas le choix de toute façon», explique-t-elle.

    «Je l'assume totalement»

     

    L'écologiste trouve «inadmissible qu'on laisse ces gens qui ont déjà vécu des choses extrêmement difficiles dans cet avenir totalement incertain». Et si son discours peut sembler isolé, elle n'en a cure: «Je l'assume totalement. On ne peut pas être le pays des Droits de l'Homme et de la dignité humaine et se cacher la face devant des réfugiés qui sont à côté de nous». Une déclaration qui devrait agacer le député EELV François de Rugy qui vient de publier “Ecologie ou gauchisme: il faut choisir” et qui a récemment fustigé «l'approche morale» de l'ex-ministre Cécile Duflot sur cette même question des migrants.

     http://www.lefigaro.fr

    votre commentaire
  •  LE DROIT DE SAVOIR  

    L’adjudant-chef Roger Vandenberghe, le « Tigre noir » d’Indochine

    vandenberghe-20150830

    À 24 ans, Roger Vandenberghe avait déjà derrière lui un grand passé de soldat. Adjudant-chef, il était chevalier de la Légion d’Honneur, titulaire de la Médaille Militaire et de 15 citations, dont 6 à l’ordre de l’armée. Sans compter les blessures reçues au combat : 12 au total!

    La vie n’a pas été tendre avec Roger Vandenberghe, né à Paris le 27 octobre 1927 dans un milieu extrêmement modeste. Son père, invalide de guerre d’origine belge étant atteint de turberculose, sa mère, juive espagnole, a du mal à faire vivre la petite famille, d’autant plus qu’elle tombe malade à son tour. Aussi, en 1932, il est placé, avec son frère aîné, Albert, à l’assistance publique.

    Après trois années difficiles en internat, les deux frères sont confiés à deux familles de cultivateurs du village de Castillon d’Arthez, dans le Béarn : Roger est placé chez les Lacomme et Albert chez les Lafitte.

    Les deux enfants peuvent alors s’épanouir. Seulement, Roger donne du fil à retordre à ses instituteurs : à la salle de classe, il préfère battre la campagne, se livrer au braconnage ou encore participer aux travaux des champs.

    En septembre 1939, Roger et Albert perdent leur père, victime de la tuberculose. Leur mère, raflée par les nazis en 1943, meurt en déportation. Un an plus tard, les deux frères entrent dans la Résistance et rejoignent la Compagnie Peillon du Corps Franc Pommiès, qui, au niveau opérationnel, dépend directement du Bureau central de renseignements et d’action (BCRA), créé par le général de Gaulle à Londres. Ils prennent alors part aux actions de harcèlement des troupes ennemies dans les secteurs de Monein et d’Arthez de Béarn.

    Après la libération du département, Roger est affecté à une unité de surveillance de la frontière franco-espagnole. Puis il rejoint plus tard le Corps Franc Pommiès à Dijon. Début 1945, en Alsace – il n’a alors que 17 ans – il obtient sa première citation à l’ordre du régiment pour avoir une mission de reconnaissance au cours de laquelle il a été blessé.

    À la fin de la guerre, il décide de s’engager dans l’armée. Comme son aîné. Il est alors affecté avec les galons de caporal à la 2e compagnie du 49e Régiment d’Infanterie (RI) avant de se porter volontaire, avec son frère, pour l’Indochine, où le Vietminh vient de lancer ses opérations.
    En janvier 1947, les frères Vandenberghe embarquent avec le 1er Bataillon du 49e Régiment d’Infanterie de Bayonne à destination de l’extrême-Orient. Douze jours après son arrivée, Roger s’illustre à nouveau et obtient une nouvelle citation – sa première en Indochine. Il fait alors preuve de courage à toute épreuve. Et d’audace aussi.

    « Exemple de soldat toujours présent pour les postes difficiles en même temps que meneur au combat. A été depuis le début des opérations dans le secteur de Tourane, volontaire pour toute les missions. S’est particulièrement fait remarquer le 14 février 1947, devant le village de Mienh Beng, en continuant à avancer et à tirer debout sous le feu des défenseurs du village », dit le texte de cette citation

    Le 49e RI étant dissous, Roger et Albert sont mutés à la 10e compagnie du 6e Régiment d’Infanterie Coloniale (RIC) et commandent chacun une section de supplétifs indochinois. L’un et l’autre se font remarquer par les succès qu’ils obtiennent sur le terrain.

    Le 6 janvier 1948, Roger subit un coup dur : Albert, 22 ans et demi, titulaire de la Médaille Militaire et de 6 citations, est tué au cours d’une opération à Ha Dong. Dès lors, sa détermination n’en sera que davantage renforcée.

    Muté à la 5e compagnie du 6e RIC, le sergent Roger Vandenberghe multiplie les opérations audacieuses avec sa section de supplétifs. Chargé le plus souvent d’effectuer des missions de reconnaissance, avec une certaine liberté d’action, il s’infiltre dans les lignes de l’ennemi, assimile les modes opératoires de ce dernier et développe ses propres tactiques d’une manière empirique. Sa réputation, excellente, est vite établie, ce qui ne va pas sans susciter quelques jalousies…

    Mais, en février 1949, il s’en faut de peu pour que le jeune sergent soit tué au combat : touché à la poitrine – une balle a manqué d’atteindre le coeur -, il est rapatrié en France. Il est fait chevalier de la Légion d’Honneur à l’âge de 21 ans.

    Après plusieurs mois de convalescence, Roger Vandenberghe retrouve l’Indochine et accompli de nouveaux faits d’armes. C’est ainsi qu’en 1951, à la tête de sa section, il ira récupérer le corps du lieutenant Bernard de Lattre de Tassigny, tué à l’ennemi lors de l’attaque de Ninh Binh.

    Plus tard, le père de Bernard, le général de Lattre de Tassigny, alors commandant le Corps expéditionnaire français en Extrême-Orient, décide la création des commandos Nord-Vietnam. Il s’agit de mettre sur pied des unités légères avec des supplétifs, encadrés par des sous-officiers et des officiers français. L’objectif est de porter des coups au Vietminh en employant les mêmes méthodes que lui.

    Ainsi, 8 commandos sont d’abord créés. Leur nombre montera jusqu’à 45 au total, dont le commando n°24, confié à l’adjudant-chef Roger Vandenberghe. Ce dernier peut compter notamment sur deux proches : les sergents Puel, un Béarnais issu, comme lui, du 49e RI, et Tran Dinh Vy, un ancien instituteur qui finira, plus tard, colonel de la Légion étrangère.

    Ce commando n°24 multiplie les raids en territoire ennemi, ce qui lui vaut rapidement une solide réputation. Pour ce type de missions, menées dans les environs de Nam Dinh, Ninh Binh et Phu Ly, les hommes de Vandenberghe portent une tenue noire comme celle des paysans indochinois, également adoptée par le Vietminh. Et cela afin de créer de la confusion chez ce dernier… D’où le surnom donnée à l’unité commandée par le jeune sous-officier : les « Tigres noirs ».

    Parmi les coups de mains audacieux de l’adjudant-chef Vandenberghe, l’on peut citer celui où, s’étant fait passer pour prisonnier de ses propres hommes déguisés en soldats du Vietminh, il a attaqué un PC ennemi après avoir parcouru plusieurs kilomètres en territoire hostile. Les documents récupérés à cette occasion renseigneront les forces françaises sur les préparatifs d’une grande offensive planifiée par l’état-major du général Giap.

    « Semant à chaque fois la panique chez 1′adversaire auquel il ne laisse aucun répit, le Commando Vandenberghe lui a infligé en quatre mois des pertes s’élevant à 193 tués et 25 prisonniers. lia récupéré en zone vietminh 8 mortiers, 2 pistolets mitrailleurs, 19 fusils, 5 pistolets, 250 mines, de nombreuses grenades et des documents importants (…). Unité d’élite, d’une ardeur et d’un esprit offensif rarement égalés a contribué à créer en zone Sud un complexe de supériorité générateur de succès et a affirmé au Tonkin la doctrine des troupes de choc de la Première Armée Française », peut-on ainsi lire dans une citation à l’ordre de l’armée attribuée aux « Tigres Noirs » en septembre 1951.

    Cependant, recruter des supplétifs ou parmi d’anciens combattants vietminh faits prisonniers n’est évidemment pas sans risque. Et l’adjudant-chef Vandenberghe, qualifié de « meilleur soldat d’Indochine » par de Lattre, le paiera de sa vie.
    Le 5 janvier 1952, le sous-lieutenant Nguien Tinh Khoï, fait prisonnier quelques mois plus tôt alors qu’il servait dans les rangs vietminh avant de rejoindre le commando n°24, assassine l’adjudant-chef Vandenberghe de la plus lâche façon qui soit en lui tirant dessus dans son sommeil. Le sergent Puel connaîtra également le même sort.

    « Jeune chef de guerre de 24 ans, au passé légendaire d’un courage hors de pair et frisant parfois la témérité, qui a porté de rudes coups aux rebelles au cours de quatre ans de séjour dans le Nord Viet-Nam, à la tête de son commando, dont il avait fait un magnifique instrument de combat grâce à sa valeur personnelle et son sens du commandement. (…) Restera pour tous un magnifique exemple de devoir et d’abnégation poussé jusqu’au suprême sacrifice », peut-on lire dans le texte de la citation qui lui sera décernée à titre posthume.

    http://www.opex360.com


    votre commentaire
  • Le plan Coudenhove-Kalergi est en marche pour diluer l'identité ethnique des européens Hd 720


    votre commentaire
  •  Cannes, France : attentat terroriste, 11 victimes – silence média total

    48540d23b49713c5b6817cc5f697c822

    Nice Matin est le seul média à avoir rapporté l’attentat terroriste qui s’est produit dimanche soir, à Cannes, et
    il l’a enfoui dans la rubrique « Faits divers ».

    Oui chers lecteurs, les médias à court d’excuses pour protéger l’islam (loup solitaire, drame conjugal, désespoir, déséquilibre mental, Vladimir…) jettent l’éponge et les attentats terroristes sont relayés aux faits divers, tant ils sont devenus banals et presque quotidiens.

    Les faits :

    Un mahométan de 42 ans a violemment attaqué onze personnes sur le Vieux Port de Cannes, puis les a jetés dans l’eau pour les noyer, en hurlant Allahou Akbar.

    Le terroriste – que Nice matin qualifie de « sans domicile fixe » pour fabriquer l’image d’une victime de la société alors qu’il s’agit d’un homme extrêmement agressif et violent, avait ciblé des victimes faciles : un groupe de retraités, vacanciers insouciants.

    Selon des témoins, le musulman a violemment frappé ses victimes, puis les a jetés à l’eau en hurlant Allahou Akbar.

    Les victimes ont été légèrement blessées par l’agresseur, mais elles sont très choquées, rapporte Nice Matin, qui s’en est pris aux pompiers arrivés rapidement sur place..

    L’agresseur a été arrêté par la police et placé en garde à vue, pour rien : la semaine précédente, il agressait sa mère et un voisin, à Antibes, et était remis en liberté.

    Il a comparu aujourd’hui mercredi devant le tribunal correctionnel de Grasse qui l’a condamné et fait emprisonner.

    Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Christian Larnet pour Dreuz.info.


    votre commentaire