• Un chauffeur de taxi passé à tabac à la gare centrale de Bruxelles

    Rédaction en ligne

    Raphael Spapen, un chauffeur de taxi, a passé un sale moment près de la gare centrale de Bruxelles, dans la nuit de jeudi à vendredi. Il a été littéralement passé à tabac par deux hommes que l’on cherche toujours.

    Selon Het Laatste Nieuws, c’est la société Axi Taxi qui a elle-même posté la mésaventure de son chauffeur Raphael Spapen. « Aux environs de minuit, nous avons reçu un appel d’un client qui voulait aller de Bilzen à la gare centrale de Bruxelles », écrit la société sur Facebook.

    Raphael Spapen, que la société qualifie de « meilleur et le plus adorable chauffeur », a donc été envoyé sur place. Mais à son arrivée à Bruxelles, deux hommes étaient là et l’ont tabassé. Ils lui ont aussi volé sa recette.

    Un témoin qui a assisté à la scène a appelé les secours. Le chauffeur a été conduit à l’hôpital où il devra subir une intervention chirurgicale. Les deux hommes ont pris la fuite

    Vandaag om 00u12 kwam er oproep binnen bij onze centrale nummer van Axi Taxi. Een klant had taxi nodig vanuit sint lambertus 32 in Bilzen naar Brussel. Onze beste en een lieve chauffeur, een man met hart van goud namelijk Raphael Spapen heeft deze klant opgepikt in Bilzen en gebracht naar Brussel waar andere twee personen op hun aan het wachten waren. Waarschijnlijk zijn compagnons!! Met hun drie hebben ze Raphael onmenselijk geslagen en beroofd. God zijn dank, was er een man in buurt die Raphael heeft geholpen en snel naar ziekenhuis heeft gebracht. De drie daders zijn momenteel spoorloos. Graag deze bericht zoveel mogelijk te delen!!! Hopelijk maken wij toch een kans om die daders te vinden via getuigen of iemand die iets van deze daders afweet !!...

    De hele team en ik wensen je een spoedig herstel Raf!!!!

     voir la traduction ci-dessous  

    Aujourd'hui à 00 U12 a appel à notre centrale numéro de taxi axi. Un client avait besoin de prendre un taxi à partir de Saint-Lambert 32 de bilzen vers Bruxelles. Notre meilleur et un bon chauffeur, un homme avec un cœur d'or, en effet, Raphael Spapen ce client a récupéré et mis dans le Touquet à Bruxelles où deux autres personnes sur leur attendaient. Probablement ses compagnons !! avec leurs trois raphael inhumain, ils ont tabassé et volé. Dieu merci, il y avait un homme dans le quartier qui a aidé Raphael et vite à l'hôpital. Les trois auteurs sont actuellement sans laisser de trace. Aime ce message partager le plus possible !!! J'espère que nous avons tout de même une chance de trouver ces auteurs par les témoins de quelque chose ou quelqu'un qui sait de ces auteurs !!...
    Toute l'équipe et moi vous souhaitons un prompt rétablissement Raf !!!!
    http://www.lacapitale.be/1644003/article/2016-08-12/un-chauffeur-de-taxi-passe-a-tabac-a-la-gare-centrale-de-bruxelles

    votre commentaire
  • Henri BouladHomélie du Père Henri Boulad
    Eglise des Jésuites

    Henri Boulad  


    votre commentaire
  •  

    L’ETAT ISLAMIQUE : « IMPOSER LA LOI D’ALLAH PAR L’ÉPÉE EST UNE OBLIGATION FONDÉE SUR LE CORAN »

    dabiq15

    Dans son magazine de propagande Dabiq, l’État islamique publie un article intitulé « Par l’épée », qu’il faut faire lire aux promoteurs du « vivre ensemble », aux politiciens qui œuvrent au grand remplacement, à leurs complices journalistes et à ceux qui, dans le clergé catholique, trahissent la doctrine de l’Eglise en faveur d’un syncrétisme mondialiste.

    Le rédacteur djihadiste se moque de la « naïveté » du pape.

    « Le Pape combat contre la réalité quand il s’efforce de présenter l’islam comme une religion de paix, alors que celui-ci enjoint aux vrais croyants de tirer l’épée du djihad. C’est même leur plus grand devoir : imposer la loi d’Allah par l’épée est une obligation fondée sur le Coran, parole de notre Seigneur. »

    « Même si vous arrêtiez de nous bombarder, de nous jeter en prison, de nous torturer, de nous abêtir et d’usurper nos terres, nous continuerions de vous haïr ; même si vous nous payiez le jizyah [l’impôt pour les infidèles, ndlr] et viviez humiliés sous l’autorité de l’islam, nous continuerions de vous haïr. Pourquoi ? Parce que le Coran nous commande de le faire. Nous ne cesserons donc de vous haïr que lorsque vous aurez embrassé l’islam. »

     

    Source : medias-presse.info


    votre commentaire
  •  Les Djihadistes de l'EI enlèvent 2.000 civils dans le nord de la Syrie

    Les Djihadistes de l'EI enlèvent 2.000 civils dans le nord de la Syrie


    Beyrouth (AFP) - Des combattants du groupe djihadiste Etat islamique (EI) ont enlevé vendredi environ 2.000 civils pour les utiliser comme "boucliers humains", dans leur fuite de la ville de Minbej dans le nord de la Syrie, selon une ONG et une alliance antijihadistes.

    Cette alliance de combattants arabes et kurdes regroupés au sein des Forces démocratiques syriennes (FDS) a pris le 6 août Minbej aux jihadistes dont un petit nombre continue de résister dans cette cité de la province d'Alep.

    "En se retirant d'al-Sireb, le dernier quartier où ils étaient retranchés à Minbej, les jihadistes ont enlevé quelque 2.000 civils dont des femmes et des enfants", a indiqué à l'AFP un porte-parole militaire des FDS Cherfane Darwich.

    "Ils ont utilisé ces civils comme boucliers humains lors de leur retrait, ce qui nous a empêchés de les prendre pour cible", a-t-il ajouté.

    Vous aimez cet article ?Inscrivez-vous à la Newsletter de l'Obs×

    Adresse email
    S'inscrire
    Les jihadistes ont fui avec leurs otages vers Jarablous, un fief de l'EI situé à une quarantaine de km au nord de Minbej, près de la frontière turque, selon les FDS.

    L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), qui s'appuie sur un vaste réseau de sources et de militants dans le pays ravagé par la guerre, a confirmé l'enlèvement.

    "L'EI a enlevé quelque 2.000 civils qui ont été emmenés dans 500 voitures en direction de Jarablous", a dit l'ONG. Les voitures utilisées appartiennent à des civils habitant al-Sireb où se cachaient une centaine de jihadistes.

    - 'L'EI est à bout' -

    Le porte-parole militaire des FDS a précisé que celles-ci avaient "réussi à sauver 2.500 habitants qui étaient détenus par l'EI" et continuaient de ratisser le quartier al-Sireb à la recherche des derniers jihadistes.

    Appuyées par les avions de la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis, les FDS avaient lancé le 31 mai leur offensive pour reprendre Minbej, qui servait à l'EI de carrefour vital d'approvisionnement à partir de la frontière turque vers ses zones en Syrie, dont Raqa, plus à l'est.

    Des dizaines de milliers d'habitants avaient réussi à fuir Minbej, mais des dizaines de milliers d'autres avaient été pris au piège des combats.

    L'utilisation par les jihadistes d'habitants comme boucliers humains avait retardé la prise de la ville, les FDS disant vouloir éviter des victimes civiles.

    Selon l'OSDH, depuis le début de l'offensive, 437 civils ont été tués dont 105 enfants dans Minbej et sa région. Parmi les civils, 203 ont péri dans les frappes de la coalition. Durant la même période, 299 membres des FDS on péri, ainsi que 1.019 jihadistes.

    L'Union européenne a dénoncé l'enlèvement des civils, "principales victimes du conflit", en soulignant que l'EI "continue de constituer une menace pour les peuples de Syrie, d'Irak, de la région ainsi que d'Europe et au-delà".

    La prise de Minbej a constitué une grande victoire pour les FDS, l'une des principales forces antijihadistes en Syrie, où une guerre complexe a fait depuis mars 2011 plus de 290.000 morts et jeté sur les routes des millions de personnes.

    "Bien que les combats se poursuivent à Minbej, l'EI est clairement à bout. Il a perdu le contrôle du centre de Minbej, il a perdu le contrôle de Minbej", a assuré Gordon Trowbridge, un porte-parole du Pentagone.

    - 20 morts dans la province d'Alep -

    Quand leurs adversaires tentent de prendre les villes qu'ils contrôlent, les combattants de l'EI utilisent les civils comme boucliers humains, soit en se cachant parmi eux pour éviter les bombardements, soit en les prenant en otage.

    Le dernier enlèvement en date remonte à avril, quand l'EI a enlevé plus de 300 ouvriers d'une cimenterie à Dmeir, au nord-est de Damas. Quatre jours plus tard, le groupe en a libéré la majorité après un accord avec des responsables de la localité. Il en avait exécuté quatre.

    L'EI, responsable d'atrocités -enlèvement, viols, décapitations- continue de contrôler de vastes régions du nord syrien.

    Sur un autre front de la guerre dans la province d'Alep, 20 civils dont cinq enfants ont été tués dans des raids du régime syrien et de son allié russe sur trois localités rebelles proches de la ville éponyme, selon l'OSDH.

    Dans la ville même d'Alep, la baisse de l'intensité des frappes a permis aux habitants des quartiers rebelles de se rendre dans les marchés pour faire des provisions après des semaines de pénurie, selon un correspondant de l'AFP sur place.

    Déclenché par la répression de manifestations pacifiques prodémocratie, le conflit en Syrie s'est complexifié avec l'intervention de pays étrangers et la montée en puissance de jihadistes.

    http://tempsreel.nouvelobs.com


    votre commentaire
  • Egypte : 82 églises chrétiennes brûlées en 2 jours par les Frères Musulmans..

    Egypte82Eglisesbrûlées

    Imaginons ce que ce serait, si 82 mosquées avaient été détruites par des chrétiens devenus enragés… Ici en Europe, la simple arrestation légale d’un délinquant multirécidiviste dans son quartier embrase voitures et commissariat durant des jours. Ceux qui crient à l’islamophobie dès qu’apparaissent les multiples problèmes sociétaux liés à l’immigration sont étonnamment muets lorsque des chrétiens sont discriminés, attaqués, massacrés, et lorsque les églises sont incendiées rageusement.

     

    Egypte : 82 églises chrétiennes brûlées en 2 jours par les Frères musulmans, c’est ce que rapporte officiellement le délégué de l’Union égyptienne des Droits de l’Homme.

    Et les exactions antichrétiennes continuent, alors que se  réactivent les injonctions coraniques hostiles aux « infidèles » qui méritent selon la tradition islamique le châtiment de la part d’Allah.

    Imaginons ce que ce serait, si 82 mosquées avaient été détruites par des chrétiens devenus enragés… Ici en Europe, la simple arrestation légale d’un délinquant multirécidiviste dans son quartier embrase voitures et commissariat durant des jours. Ceux qui crient à l’islamophobie dès qu’apparaissent les multiples problèmes sociétaux liés à l’immigration sont étonnamment muets lorsque des chrétiens sont discriminés, attaqués, massacrés, et lorsque les églises sont incendiées rageusement.

    Voit-on des musulmans modérés descendre dans la rue en Europe ou ailleurs pour se désolidariser de ces actes barbares ? Non, peut-être une déclaration insipide lancée diplomatiquement du bout des lèvres dans un style convenu par tel recteur de mosquée occidentale ou telle association, et encore, il faut bien chercher.

    Les chrétiens d’Egypte (appelés coptes) sont cependant depuis l’aube du christianisme sur leur terre ancestrale. Ils y ont créé une civilisation florissante qui a brillé jusqu’à l’arrivée des guerriers de Mahomet, puis ils se sont retrouvés brimés, spoliés, écrasés dès que l’islam a conquis leur territoire et leur espace social. Leur nombre a fortement chuté au cours des siècles et ils ont été confinés dans les limites arbitraires qui sont celles de la dhimma.

    Les graves événements du Caire et des villes égyptiennes de ces derniers jours laissent craindre le pire pour les très minoritaires chrétiens autochtones, maintenant livrés au déchaînement du fanatisme qui règne désormais dans toute la région.

    Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Abbé Alain René Arbezpour www.Dreuz.info

    A propos de l'auteur

    Abbé Alain René Arbez, Curé de l'unité pastorale Nations Unies/St-Jean (Genève-centre) Délégué aux relations avec le judaïsme, Consulteur islam pour la conférence des évêques suisses.

     http://www.dreuz.info/2013/08/egypte-82-eglises-chretiennes-brulees-en-2-jours-par-les-freres-musulmans/?

     


    votre commentaire