• L'EI menace d'intensifier ses attaques contre la France

     

    © Fournis par AFP Le camion criblé de balles de l'auteur de l'attentat sanglant le 15 juillet 2016 à Nice

    Le groupe extrémiste Etat islamique (EI) a menacé d'intensifier ses attaques contre la France dans une vidéo postée sur des réseaux sociaux mercredi et où apparaissent deux jihadistes francophones.

    Ces derniers félicitent l'auteur de la tuerie de Nice qui a fait 84 morts le soir du 14 juillet, et procèdent à la décapitation de deux hommes qu'ils accusent d'avoir "espionné" l'EI, un "message" pour la France, selon cette vidéo que mentionne également SITE, le centre américain de surveillance des sites jihadistes.

    La vidéo aurait été "produite" par l'EI dans la province irakienne de Ninive (nord) où l'EI contrôle des territoires, selon SITE.

    S'adressant en francais au président et au gouvernement de la France, l'un des deux membres de l'EI menace d'"intensifier" les attaques.

    L'EI avait revendiqué samedi l'attaque de Nice en affirmant qu'elle venait "en réponse aux appels du groupe à prendre pour cible les pays faisant partie de la coalition" antijihadiste en Irak et en Syrie. La France fait partie de cette coalition menée par les Etats-Unis qui bombarde des positions du groupe ultraradical.

    Des experts estiment que l'EI ne semble pas avoir organisé directement les récentes attaques en France ou en Allemagne mais pourrait avoir inspiré ses auteurs et chercher à renforcer son image de terreur en les revendiquant.

    http://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/lei-menace-dintensifier-ses-attaques-contre-la-france/ar-BBuzDqM


    votre commentaire
  • Votre nouveau VA est dans les kiosques. Comment détruire les islamistes


    votre commentaire
  • Nouvelle nuit de violences à Beaumont : 4 gendarmes légèrement blessés, 10 interpellations 

    Nouvelle nuit de violences à Beaumont

    Nouvelle nuit de violences à Beaumont (Val-d'Oise) après la mort d'Adama Traoré. Quatre militaires de la gendarmerie ont été légèrement blessés par des tirs de chevrotine. Les forces de l'ordre ont procédé à dix interpellations.
     
    D e nouvelles violences ont éclaté dans la nuit de vendredi à samedi, à Beaumont et Persan, communes du Val-d'Oise touchées par des émeutes depuis la mort d'Adama Traoré, un jeune homme de 24 ans décédé mardi soir suite à une interpellation. 
    Quatre militaires de la gendarmerie ont été légèrement blessés par des tirs de chevrotine.
     Les forces de l'ordre ont procédé à dix interpellations.

    Les violences se sont de nouveau concentrées sur la cité du Village, à Persan, et sur le quartier Boyenval, d'où était originaire Adama, à Beaumont. 

    La commune de Bruyères-sur-Oise a également été touchée. 

    En tout, dix voitures et six poubelles ont été incendiées sur les trois villes et de nombreux tirs de mortier ont été recensés. 150 militaires de la gendarmerie et fonctionnaires de police avaient été déployés en début de soirée, mais le dispositif est progressivement « monté en puissance avec des renforts de police » d'après la préfecture du Val-d'Oise.
    D'après les premiers rapports d'autopsie, dévoilés jeudi par le procureur de la République de Pontoise, Adama Traoré serait mort d'une « infection grave », et son corps ne présentait «aucune trace de coups». 
    Mais ce vendredi, la famille a annoncé qu'elle demanderait une contre-expertise indépendante. 
    Dans l'après-midi, une marche avait réuni 1 500 personnes qui ont réclamé justice après la mort de cet habitant de la cité Boyenval, à Beaumont.

    source

    votre commentaire
  • En ce 23 juillet, hommage à notre bon Maréchal de France, Philippe Pétain.

    Philippe Pétain.

     


    votre commentaire
  • Le coup de gueule d’Alain Sanders

    Les Khmers verts veulent détruire nos kiosques ! Sous la patte d’Anne Hidalgo, pasionaria plutôt roja, elle, les Khmers verts de la Mairie de Paris continuent leur petite révolution culturelle. Après avoir notamment pourri la vie des automobilistes (et on n’a pas encore tout vu), ils s’attaquent désormais à un mobilier urbain emblématique de la capitale : les kiosques à journaux (voir Présent du 16 juillet). Si rien n’est fait pour contrer les furieux de l’Hôtel de Ville, les quelque 360 kiosques parisiens, de style Art Nouveau, seront bientôt remplacés par des édicules dits « innovants ». Dans une pétition, que l’on peut trouver – et signer – sur internet, on dénonce ce projet iconoclaste sans charme, totalement impersonnel, qui ferait perdre aux kiosques leur frise en fer forgé et leur petit dôme caractéristique : « Nous sommes pour que les kiosques à journaux parisiens aient un design qui reflète ce qui fait tout le charme du Paris romantique cher aux touristes de France et du monde entier. » Le Paris romantique, le Paris éternel, ce n’est pas la tasse de thé de la Mairie de Paris qui, par ailleurs, soutient un projet intitulé « Migrantour » consistant à emmener « les touristes provinciaux et étrangers » découvrir le Petit Mali (un marché africain de Château-Rouge dans le 18e arrondissement) ou les « sapeurs » de Fashion Mix dans la Goutte-d’Or qui, nous dit-on, rendent « visibles la participation des immigrants à la culture et au prêt-à-porter français » (sic). Pour Hidalgo et sa bande, les kiosques sont « obsolètes ». Il est donc urgent de les « moderniser ». Pour cela, la pasionaria a lancé un appel d’offres. Il a été remporté par MédiaKiosk (du groupe J.-C. Decaux). La conception des nouveaux édicules a été confiée à la designer Matali Grasset. Qui a prévu un éclairage vert ou rouge pour signaler si le kiosque est ouvert ou fermé. Et l’installation d’écrans interactifs à l’intérieur. Histoire de se mettre dans la poche les kiosquiers, qui font un travail souvent contraignant, on leur promet une gestion informatisée, un espace de rangement pour leurs effets personnels, du chauffage et une bonne isolation. Spécialiste du Paris haussmannien, Michel Carmona dit son inquiétude : « Il y a un paysage parisien qui doit beaucoup à Haussmann et qui est un des fonds de commerce de Paris. C’est dommage de le démanteler. » D’autant que ce caprice va coûter plusieurs millions d’euros. Cela n’émeut pas Hidalgo et ses Gardes rouges : « Les kiosques que vous voyez sont des plagiats d’haussmanniens qui sont en plastique et qui ont été installés dans les années 80 et l’autre partie, les espèces de bulles en plastique qui sont assez laides et qui ont mal vieillies, c’est ça qu’on veut changer. » C’est faux : les kiosques haussmanniens ne sont pas des « plagiats », mais des copies à l’identique. S’il faut changer quelque chose à Paris, c’est Hidalgo et ses septembriseurs !

    ALAIN SANDERS alain.sanders@present


    votre commentaire