• 19-MARS : DES HARKIS EN FORCE AU MÉMORIAL DE RIVESALTES POUR DIRE QUE CETTE DATE NE MARQUE PAS LA FIN DU CONFLIT MAIS LE DÉBUT D'UN MASSACRE

    Publié par Guy Jovelin le 19 mars 2016

    Le 19 mars à 15h26 

    PHOTO/MICHEL CLEMENTZ

    Entre 150 et 200 harkis se sont réunis ce samedi, devant le mémorial du camp de Rivesaltes, pour dénoncer leur "abandon" par la France et "l'insulte" de François Hollande en ce 19 mars. Brandissant en particulier une pancarte "19 mars" barrée d'un bandeau de deuil, les harkis "veulent rappeler à toute la France notre abandon" en cette date anniversaire du 19 mars 1962, a déclaré Hocine Louanchi, coordinateur du Rassemblement militant de la cause harkie. "Le 19 mars, c'est la date de notre massacre", a-t-il poursuivi, "François Hollande a voulu nous insulter" en commémorant pour la première fois le cessez-le feu décrété le 19 mars 1962 en Algérie au lendemain des accords d'Evian.

    Les harkis, dont certains venus d'autres départements, comme le Nord ou l'Ariège, ont déposé une gerbe sur le mémorial du camp de Rivesaltes, près de Perpignan, où nombre d'entre eux avaient été enfermés dans des conditions insalubres ou ont péri, au sortir de la guerre d'Algérie. "On oublie nos morts, où sont nos morts?", a déclaré à la foule M. Louanchi, qui a passé neuf mois à Rivesaltes. Il a qualifié le mémorial du camp, inauguré en octobre par le Premier ministre Manuel Valls, de "falsification" de l'Histoire: "on n'a pas écrit notre Histoire, on nous a gazés sur le plan psychologique", a-t-il dit, estimant que l'exposition à l'intérieur du mémorial donnait "l'impression que nos parents sont venus ici en colonie de vacances". "C'est pour l'honneur de nos parents, pour notre reconnaissance et pour une loi de réparation sans cesse promise et jamais votée" que les harkis manifestent ce 19 mars, a ajouté M. Louanchi, qui fut l'un des acteurs des premières révoltes harkies de 1975.

    Selon lui, "la responsabilité de la France dans le drame des harkis est actée"et François Hollande doit tenir sa promesse électorale d'avril 2012 de reconnaître cette responsabilité "dans l'abandon des harkis, le massacre de ceux restés en Algérie et les conditions d'accueil des familles transférées dans des camps en France". L'initiative présidentielle, cette année, de commémorer le cessez-le-feu est contestée par de nombreuses associations d'anciens combattants et de pieds noirs pour qui le 19 mars marque non pas la fin du conflit algérien, mais le début de l'exil et du massacre de civils et des harkis.

     

    Source : http://www.lindependant.fr/


    votre commentaire
  • HAYANGE|Débordements d'un élu FN
     
     Posté par:
    Ligue patriotique 36
     
     
     
    HAYANGE|Débordements d'un élu FN en pleine commémoration du 19 mars 1962

    Provocations, violence, inepties : l’élu FN de Hayange insulte la mémoire des anciens combattants en pleine commémoration.

    L’association Hayange, plus belle ma ville s’indigne des agissements et du comportement inadmissible de l’adjoint au maire chargé de représenter le maire FN de Hayange Fabien Engelmann à l’occasion de la commémoration de l’anniversaire de la fin de la guerre d’Algérie à Marspich ce matin.
    Sur sa page Facebook, ce dernier avait produit un communiqué de presse farfelu appelant au boycott de la cérémonie, en précisant qu’ « un adjoint au maire se pliera à la lecture du discours officiel. »
    Scène surréaliste ! Devant le monument aux morts, l’élu FN Francis Langlois accompagné de René Heidmann, contre le protocole, a forcé lecture d’un message du maire de Hayange condamnant violemment cette cérémonie, et provoquant stupeur et colère des anciens combattants et de la population sur fond de « sonnerie aux morts » et de « Marseillaise », le tout, sous la passivité la plus totale des policiers municipaux présents.
    Telle est la vision de la démocratie, de l’ordre et du devoir de mémoire par le Front National, exemple supplémentaire – comme s’il en fallait encore – des provocations et des atteintes régulières à la démocratie par cette municipalité.
    Nous ne pouvons garder silence devant de tels faits. Nous réclamons la démission immédiate de cet élu FN violent indigne de représenter la République.
    Julien Knaff, pour l’association “Hayange, plus belle ma ville

    votre commentaire
  • Par: Sylvestre Brunaud

     

     

     

    Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs

    La France va continuer à s'humilier... Jusqu'à quand ?

    Résultat de recherche d'images pour "Image ,non au 19 mars"


    Tous ces sacrifiés au nom de « la raison d'État », torturés et massacrés après le 19 mars 1962 avec une barbarie épouvantable, dans l'indifférence générale d'une France métropolitaine amnésique, méritent que l'on honore leur mémoire en refusant la loi précitée. Notre Collectif fera tout pour qu'elle soit annulée un jour, avec l'aide d'une prochaine majorité de droite !
    Notre objectif est clair : rétablir la vérité historique sur le 19 mars 1962, mais surtout sur le terrible génocide qui s'est ensuivi, dans une totale indifférence du gouvernement de l'époque, complice du FLN algérien, ainsi de nombreux collabos et porteurs de valises pour tuer du Français enfin de favoriser la porte ouverte à un grand Maghreb islamisé où pour but a la suite de Franchir la Méditerranée pour pouvoir avoir accès plus facilement le pays de la mère-patrie, et cela étant le cas aujourd'hui .
    Aux côtés d'autres associations amies qui travaillent déjà efficacement sur ce sujet, nous souhaitons ajouter nos efforts aux leurs et combattre le défaitisme et la lâcheté de l'actuel gouvernement qui a osé, sur une proposition venue des rangs communistes, faire voter par le Sénat, le 8 novembre 2012, l'officialisation du 19 mars 1962, date des « accords d'Evian » entérinant un « cessé le feu » jamais respecté, comme étant la date officielle de la fin de la guerre d'Algérie et des combats au Maroc et en Tunisie.
    Cette loi est une offense grave faite à la mémoire de toutes les victimes de la guerre d'Algérie, Pieds-noirs, militaires et Harkis, et surtout à celles du véritable génocide déclenché après le 19 mars 1962, victimes dont le total avoisinerait les 150.000 martyrs, dont environ 3.000 « disparus ».
    Avec la date du 19 mars, la gauche Française commémore sa victoire sur le peuple Français et sur le peuple algèrien, ce qui a fait triompher les intérêts de l'union soviétique, de l'Angleterre et des États-Unis d'Amérique. Il se trouve que par l'ampleur des crimes commis après les pseudo-accords d'Evian, cette date est une des plus honteuse de l'histoire Française. Honteuse parce qu'il se trouve que la guerre d'Algérie était gagnée militairement et psychologiquement, et que l'état français pouvait empêcher ces crimes, pouvait trouver une autre issue pour la France et pour l'Algèrie, qu'il s'en est rendu complice et y a fait participer son armée. Honteuse parce que l'Algérie était le pays le plus moderne d'Afrique avec l'Afrique-du-sud et que le FLN, parti totalitaire, a volé l'indépendance du peuple algérien, que ses chefs sont devenus milliardaires, pendant que le peuple algérien s'appauvrissait toujours plus et n'a jamais profité de la manne pétrolière. Honteuse enfin parce que De Gaulle s'est appuyé sur la propagande communistes (presse et écrits universitaires) pour camoufler ses crimes et ceux du FLN, ce qui continue encore de nos jours. Une grande partie de l'incompréhension actuelle entre le peuple algérien et le peuple Français provient justement d'une histoire volontairement falsifiée et d'une repentance à sens unique. Symbole de cette falsification de l'histoire, il est urgent que cette date ne soit tout simplement plus commémorée et ne souille plus nos noms de rues.
    C’est pourquoi la majorité des associations d’anciens combattants, ainsi que les représentants des pieds-noirs et des harkis refusent de commémorer cette date, qui constitue pour eux un douloureux souvenir.
    Depuis 1963, la FNACA essaie d’abuser une partie de l’opinion publique française en laissant croire que la date du 19 mars 1962 peut être retenue pour commémorer le sacrifice des soldats français tombés pour la France en Algérie et pour honorer les victimes du terrorisme. Historiquement, le 19 mars 1962 est le premier jour d’entrer en vigueur des accords d’Evian qui devaient garantir la sécurité des biens et des populations musulmanes, juives et chrétiennes désirant rester françaises en Algérie. Or pour ces populations cette date est maudite ! Elle leur rappelle ce qu’il y a de plus honteux et de plus douloureux dans le drame franco-algérien.
    L’ensemble des Pieds-Noirs et des Harkis disent » Non au 19 mars 1962‘
    Mesdames et messieurs, même à ce jour, nous constatons que le FN de Marine le Pen prendrait son virage à gauche avec comme complice, son valet de deuxième classe fils spirituel de De Gaulle en portant ses couleurs dont me font gerber ... Nos enfants et petits-enfants auront le droit de dire plus tard, que certains de leurs parents, voisins étaient des lâches ... Je vous remercie Sylvestre Brunaud ...


    votre commentaire
  • Par: Pieds Noirs 9A..

     


    votre commentaire
  • Mariage gay : Marion Maréchal-Le Pen dérape .

    968afeee387184a840e24d9e6ba99

    Marion Maréchal-Le Pen, députée FN du Vaucluse.

    En déplacement en Italie, la députée frontiste du Vaucluse a déclaré craindre que la reconnaissance du mariage homosexuel n’ouvre la voie à des dérives, « notamment la polygamie ».

    C’est un véritable pavé dans la mare qu’a jeté Marion Maréchal-Le Pen lors de sa tournée de deux jours à Milan. Venue en Italie remercier son allié de la Ligue du Nord pour son soutien pendant les régionales en Paca, Marion Maréchal-Le Pen a mis un bémol au refrain de la « France apaisée » entonné par le FN depuis le début de l’année. Lors d’une conférence de presse, la députée du Vaucluse a affirmé craindre que la reconnaissance du mariage homosexuel n’ouvre la voie à la polygamie.

    Cela risque « d’ouvrir la voie à des dérives »

    Selon elle, le mariage entre personnes du même sexe risque « d’ouvrir la voie (…) à de très nombreuses dérives. D’autres minorités chercheront à faire reconnaître leur forme d’amour, je pense notamment à la polygamie ». La députée listait les points communs entre le FN et son allié italien anti-immigrés et anti-européen qui l’avait soutenue par une lettre du président « leguiste » de la région Lombardie, Roberto Maroni, lors de sa candidature de décembre en Paca. Elle a également déclaré que le mariage ne devait pas être « une reconnaissance sociale de l’amour ».

    Au lendemain d’une réunion publique à Rome, elle a listé les convergences sur la souveraineté, l’UE, l’hostilité à Schengen, à l’euro ou encore la crainte des « conflits » liés à « l’arrivée massive d’une population qui viendrait presque en remplacer une autre sur une partie du territoire ». Sa déclaration, rapprochant le mariage homosexuel de la polygamie, intervient alors que l’Italie, dernier grand pays d’Europe occidentale à ne reconnaître aucun statut aux couples de même sexe, vit un débat agité autour d’une loi a minima, la loi dite Cirinnà, sur les unions civiles.

    AFP


    votre commentaire