• BEZIERS : Discours de Robert Ménard : cérémonie aux victimes de la rue d'Isly

    Discours que Robert Ménard a prononcé ce jour à 11H lors de la cérémonie aux victimes de la rue d'Isly au cimetière neuf de Béziers.

    Mesdames, Messieurs, Mes chers amis,

    Voilà exactement 54 ans, le 26 mars 1962, l'armée française tirait sur des Français d'Algérie. 67 morts, 200 blessés.

    Le soir même, le général de Gaulle prenait la parole à la télévision. Il exhortait les Français à dire oui au référendum sur l'autodétermination – l’indépendance en fait - de l'Algérie.

    Le président d'un État dont les forces de l'ordre venaient d'assassiner 67 civils prononçait, osaient prononcer ces mots : « En faisant sien ce vaste et généreux dessein, le peuple français va contribuer, une fois de plus dans son Histoire, à éclairer l'univers ».

    Mots grandiloquents, mots emphatiques, mots de morgue, mots de mensonge. En fait d'univers éclairé, c'était une nuit sans étoiles et sans lune qui s'abattait sur les Français d'Algérie et sur les harkis. Une nuit d'effroi et d'agonie, de rapts, d'égorgements, de viols. Pour tout un peuple, il n'y aura plus jamais d'aurore sur cette rive de la Méditerranée.

    Trois mois plus tard, c'était l'exode d'un million de Français fuyant les couteaux et les balles des barbares avec lesquels ce même général de Gaulle avait signé un accord. Trois mois plus tard, des dizaines de milliers de harkis étaient abandonnés à leurs assassins. Ils allaient mourir dans une orgie de violence...

    Un demi-siècle a passé. Deux générations. Beaucoup sont morts qui n'auront jamais revu leur terre natale, goûté ses fruits gorgés de soleil, senti de nouveau l'odeur des eucalyptus, ri à gorge déployée sur les plages de leur enfance.

    Pourquoi revenir sur cette période autrement qu’en déposant symboliquement, protocolairement, une artificielle couronne d'hommage, sertie de phrases creuses et mornes ? Pourquoi se livrer à ce qui peut ressembler à un combat d'ombres évanouies contre des spectres sans linceul ? Pourquoi ? Parce que rien n'est achevé. Rien n'est clos. Tout revient.

    Le passé, vous savez, le passé se déverse dans l'avenir. Il est un torrent qui n'oublie rien et qui charrie en ses eaux toutes les fautes, tous les renoncements, tous les mensonges. Un jour, le torrent resurgit à la surface et l'on s'aperçoit alors que ce que l'on croyait disparu voyageait, souterrain, en silence. Il n'est pas rare dans l'histoire - car l'histoire n’a ni morale ni fin - qu'une génération doive payer pour une autre. C’est bien ce qui nous menace aujourd’hui...

    Le massacre de la rue d'Isly, comme le dieu Janus, a, au fond, deux visages. Isly est à la fois un commencement et une fin. Une porte d'entrée et une porte de sortie. Isly est la puissance et la gloire, mais aussi la faiblesse et la honte.

    Puissance, car s'il existait à Alger une rue d'Isly, c'est parce qu'auparavant, il y avait eu une bataille d'Isly. Le 14 août 1844, aux confins de l'Algérie, 11 000 Français avaient vaincu 25 000 Marocains. Battus, en déroute, ces Marocains abandonnèrent l'émir Abdel Kader et ses tribus épuisées. L'Algérie pouvait devenir française. Isly, c'est donc une victoire fondatrice, c’est l'Empire, c'est la France sûre d'elle, de sa force, de sa langue, de sa civilisation.

    Mais, depuis le 26 mars 1962, Isly est aussi le symbole de la France qui fuit, de la France qui se ment à elle- même, de la France qui meurt...

    A cinquante ans de distance, nous vivons des faits similaires. Les événements de 2015 à Paris – ou à Bruxelles - sont l'écho des événements d'Algérie de 1954 à 1962. Hier déjà, le fanatisme islamiste galvanisait ceux qui s'appelaient entre eux, non pas des fellagas, mais des moudjahidines.

    Ce fanatisme qui a fait le tour de l'Orient campe désormais dans nos villes. Le dire n'est pas faire un contre-sens historique, mais un raccourci libérateur qui mène d'une vérité à une autre, pour faire comprendre les liens qui existent et qui expliquent ce qui se passe et ce qui risque de se passer.

    Certains nous accusent d'instrumentaliser l'histoire au prétexte que nous lui donnons un sens qui n'a pas le bonheur de leur plaire. Mais il y a une différence entre ces gens et nous. Pour la plupart d'entre eux, l'histoire, ce sont des livres, des films, des cours... Pour nous, l'histoire, cette histoire, c'est notre histoire. Nos familles ont payé du prix de l'exil, du prix des larmes, du prix du sang, le droit de dire cette histoire.

    Eux parlent ou écrivent, nous, nous avons vécu. Et ils voudraient encore, ils voudraient en plus que nous nous taisions ? Que nous les écoutions nous expliquer la guerre d'Algérie tout en nous excusant de ne pas être morts comme tant des nôtres ?

    Nous ne nous tairons jamais. Et encore moins au regard des événements de 2015 et de ce début d'année. Et encore moins devant, face à ce qui vient à nous.

    L'islamisme, cela commence par des insultes - « sale français » -, cela continue par des mosquées fanatisées, ça se termine par des attentats. Croire que nous n'avons en face de nous que quelques fous, commandés de loin, c'est se leurrer. L'islamisme se cache dans chacune de nos villes, chaque jour renforcé par l'afflux de migrants. Les musulmans qui refusent leur loi seront les premiers à devoir fuir ou mourir. Puis - ou en même temps - ce sera notre tour. La France est en première ligne. C'est donc de France que partira, que doit partir la résurrection de l'Europe.

    Voilà pourquoi nous sommes ici aujourd'hui. Voilà pourquoi nous n'étions pas là, il y a une semaine, pour le 19 mars.

    Nous ne commémorons pas le 19 mars parce que nous ne sommes pas des traîtres.

    Nous ne commémorons pas le 19 mars parce que nous ne crachons pas sur nos morts.

    Nous ne commémorons pas le 19 mars parce que nous nous voulons des Français dignes de ce nom.

    Chers amis, mes amis, ceux de la rue d'Isly sont morts en martyrs de l'Algérie française. D'autres sont tombés en héros pour sauver l'honneur de la France sur cette terre abandonnée. Ne les oublions jamais.

    Dans les temps qui viennent, nous devons conserver en nous la mémoire des uns et l'exemple des autres. Et alors, nous saurons que nous ne marcherons jamais seuls sur le chemin du combat.

    Vive la France ! Vive la plus grande France ! Vive la France toujours et encore !

     

    Robert MENARD - Maire de BEZIERS (26-03-16 )

    http://www.herault-tribune.com/


    votre commentaire
  • IL MIME DES TIRS DE MITRAILLETTE DANS LE MÉTRO ET FINIT EN GARDE À VUE

    Un homme de 46 ans a été interpellé ce vendredi après avoir mimé des tirs de mitraillette dans le métro toulousain. Il a été placé en garde à vue. 

    archives © MaxPPP

    © MaxPPP archives

    Il y a des gestes qu'il ne faut surtout pas faire en ce moment. Mimer des tirs de mitraillette dans le métro toulousain peut conduire en garde à vue.

    C'est ce qui est arrivé ce vendredi à un homme âgé de 46 ans. C'est le PC sécurité de Tisséo qui a alerté la police après avoir observé le comportement de cet homme, qui portait une capuche et des bandages aux mains, type boxer, suivi par les agents de Tisséo sur les caméras de vidéosurveillance.

    L'homme mimait des gestes de mitraillage. Il a été interpellé vers 14h10 à la station Mermoz et placé en garde à vue. Il ne portait aucune arme à feu sur lui. 
     

    votre commentaire
  • Le pape François lave et baise les pieds d’envahisseurs étrangers

    Tout un symbole.

    Le pape François a lavé jeudi les pieds de onze migrants de confession chrétienne, musulmane ou indoue et d’une employée de leur centre d’accueil à Castelnuovo di Porto, près de Rome, témoignant de la priorité qu’il accorde à l’accueil.

    Dans une courte homélie improvisée, le pape a opposé ce geste de « fraternité » au « geste de guerre, de destruction commis (…) par des gens qui ne veulent pas vivre en paix », en allusion aux attentats qui ont fait 31 morts et près de 300 blessés mardi à Bruxelles.

    Le pape a demandé aux centaines de demandeurs d’asile de toutes religions présents à la cérémonie de « tous faire un geste de fraternité » entre eux.

    Au cours de cette messe célébrée en plein air, le pape s’est agenouillé devant les migrants et leur a lavé un pied avant de l’essuyer et de l’embrasser.

    Les migrants étaient manifestement émus, et plusieurs ont en retour embrassé la main du pape et certains ont pleuré.

    Quand je regarde la photographie que j’ai mise en illustration de l’article, les hommes n’ont pas l’air si émus si ce n’est une certaine arrogance.

    Chaque année, lors de la messe du Jeudi Saint précédent Pâques, il est de tradition que les prêtres, y compris le pape, lavent les pieds de 12 personnes, en mémoire du geste que Jésus a fait pour ses 12 apôtres selon les Evangiles.

    Parmi les onze migrants sélectionnés se trouvaient trois femmes et huit hommes, âgés de 20 à 37 ans : quatre Nigérians catholiques, trois Erythréennes coptes, trois musulmans venus du Mali, de Syrie et du Pakistan, un Indien de confession hindoue.

    Ces pauvres victimes innocentes, ces pauvres réfugiés, fuient la brutale guerre civile syrienne, goyim ! Vous savez bien que cette guerre ravage la moitié du monde, depuis le Mali et le Nigéria, jusqu’à l’Inde ! Vous devez leur ouvrir votre coeur ! Et votre porte-feuille et votre cul avec aussi.

    Le centre pour demandeurs d’asile de Castelnuovo di Porto dépend du ministère italien de l’Intérieur, et héberge actuellement 892 personnes originaires de 25 pays, en majorité musulmanes.

    Ces dernières années, François a innové en lavant les pieds de non catholiques et de femmes, au grand dam des milieux conservateurs catholiques.

    Je crois qu’à ce stade c’est anecdotique, quand on a un pape qui nous affirme que oui « il y a une invasion arabe », mais que nous devrions trouver ça magnifique et accueillir tout ces colons étrangers.

    Bien sûr, laver les pieds de personnes d’autres confessions est un signal exécrable, mais si quelqu’un bloque là-dessus en acceptant bon an mal an le reste, il y a un problème sérieux. De toute façon, si il n’y avait eu que des hommes nègres catholiques, ces gens auraient trouvé cela acceptable, moi toujours tout aussi révulsant.

     
     

    votre commentaire
  • «Ça va, Jeanne d’Arc, descends de ton cheval!»

    FranceLe voyage de Marine Le Pen au Canada vire au fiasco. Elle s’est fait incendier par la presse canadienne et ignorer par les politiciens locaux. La présidente du FN a voulu expliquer aux Canadiens qu’ils faisaient fausse route avec l’immigration.

    A propos de Marine Le Pen, l'éditorialiste du journal québécois <i>La Presse</i> écrit: «Je ne me souviens pas d’un politicien étranger important venu donner autant de leçons avec autant d’outrecuidance en aussi peu de temps!»

    A propos de Marine Le Pen, l'éditorialiste du journal québécois La Presse écrit: «Je ne me souviens pas d’un politicien étranger important venu donner autant de leçons avec autant d’outrecuidance en aussi peu de temps!»Image: AFP

    «La jeunesse emmerde le Front national!» C’est au son del’hymne des Béruriers Noirs - «Porcherie» de 1989 - que de jeunes Québecois ont interrompu une conférence de presse de Marine Le Pen. Comme un parfum d'autrefois... La dédiabolisation du FN ne semble pas avoir touché le Nouveau continent.

    La semaine canadienne de la présidente du FN a été, en effet, pour le moins compliquée. Boudée par les politiciens canadiens, chahutée lors de ses déplacements par les mouvances antifascistes de la Belle province, boycottée par certaines entreprises qu’elle devait visiter, Marine Le Pen n’a pas réussi à donner la hauteur internationale voulue à son voyage.

    Comme le relatent de nombreux médias canadiens, le Premier ministre québécois Philippe Couillard a été l’un des premiers à refuser de voir la présidente du premier parti de France, comme le répète Marine Le Pen à chaque interview. Les partis du centre droit ont eux aussi décliné, avant que le parti indépendantiste québécois prenne ses distances.

    Quelques jeunes militants du parti ont effet rencontré Marine Le Pen, mais la direction du parti s’est empressée de préciser que ces personnes ne représentaient qu’elles et que le FN était une formation politique «dont l’histoire, la doctrine et les propositions sont aux antipodes de nos valeurs (ndlr : celles du parti indépendantiste québécois).»

    Les Bisounours

    Mais qu’est-ce qui a fâché les Canadiens ? Marine Le Pen a critiqué frontalement la politique migratoire du Canada qui a notamment accueilli 25'000 réfugiés syriens depuis l’automne dernier. Et estimée, lors de ses interventions dans les médias, que le Canada lui faisait penser à la France d’il y a 20 ans. Soit un pays qui ferme les yeux sur la problématique du fondamentalisme islamiste. «La classe politique canadienne vit au pays des Bisounours!», a conclu Marine Le Pen.

    Ces propos ont été plutôt reçus froidement dans un pays qui, s’il connaît parfois des tensions, se targue de vivre une intégration heureuse. Ainsi la ville de Calgary est dirigé depuis 2010 par un maire musulman: Naheed Nenshi. Ce fils d’immigrés tanzanien, né en 1972, est l’un des politiciens les plus populaires du Canada.

    Réponse cinglante

    Entre autres, le journal québécois La Presse a répondu avec humour et virulence dans un édito cinglant: «Jeanne d’Arc chez les Bisounours». Et l’éditorialiste de développer : «Je ne me souviens pas d’un politicien étranger important venu donner autant de leçons avec autant d’outrecuidance en aussi peu de temps». Marine Le Pen y est qualifiée de «leader d’un parti nationaliste hargneux». Et ça se termine par «Ça va, Jeanne d’Arc, descends de ton cheval!»

    Un vrai ratage que ce déplacement de six jours au Canada pour Marine Le Pen. Le périple outre-Atlantique de la présidente du FN s’est conclu par une visite éclair sur les îles de Saint-Pierre-et-Miquelon. Un petit bout de France.

    (24 heures) CH

    (Créé: 25.03.2016, 10h09)

    votre commentaire
  •  Tous unis contre la Haine  ...Deux poids deux mesures ..Par :Sylvestre Brunaud..

     

     

    Mesdames,Mesdemoiselles,Messieurs;
    OUI tous unis contre la haine, ces braves Charlie de la honte, ou cette gauche ferait bien de se regarder dans un miroir leur visage destructeur de notre nation, comme l'effet dévastateur (Tous ensemble, tous ensemble) de la dame du poitou (d'une affaire de gout )

     Tous unis contre la Haine  ...Deux poids deux mesures ..

    L'immigration incontrolable et envahissante sur tout le territoire Français comme Europëen
    Nous assistons depuis ses dernières années le pire à nos portes, dont les viols et agressions sexuelles que nous en avons constaté en grand nombre qui se sont produits en Allemagne à la Saint-Sylvestre - en grande partie commis par des réfugiés en provenance du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord - ont brutalement rappelé à l’Allemagne comme en France à Calais les réalités les moins souriantes de cet envahisseur de masse sur le territoire qui ce réparti en ce moment dans les localités de région Française, voire de département comme nous constatons par ordre de préfet par ordre du gouvernement la destruction de nos villes et villages .
    La police et la grande presse, cache beaucoup de choses comme nous avons constaté en suède quant à elle caché des agressions sexuelles commises par des migrants lors d’un des plus grands festivals de musique suédois, rappelez-vous (We are Stockholm, en 2014 et en 2015.)Dont nous vivons pas dans un cauchemar, mais dans la preuve formelle d'un vivre (Tous ensemble , tous ensemble à la méthode de la reine du Poitou que vous connaissez tous), une réalité d’un vivre-ensemble multiculturel . La France est en train de s’effondrer, mais ils ne veulent pas (encore) l’admettre. C'est cela la gauche et drote molle surtout de sauver leurs tiroirs-caisses au bon oseille, au détruimant du petit peuple qui est le nôtre (la France)
    Notre territoire, privé du contrôle de ses frontières et confronté à une invasion migratoire, est devenu une jungle où des bandes, face au laxisme d’État, n’hésitent plus à violenter et dépouiller les populations locales (comme exemple de tous les jours ; Calais). qui en suivra ainsi de suite dans nos campagnes comme dans ma région de l'Indre situé dans le centre de la France, qui à ce jour,où cela prend beaucoup d'importance, Ou la peur de petites gens qui d'ailleurs nous le font savoir ,que le soir parli elle ,se renferme en vase clos après 20 heures du soir ,dans des rues déserte qui assombrie la peur .
    C’est un aveu de faiblesse symbolique terrible de par nos élus locaux comme National comme Europëenne . Notre État, notre société ne sait plus se défendre et assurer la sécurité. Or, la sécurité est un droit. Si l’État ne remplit pas son rôle, ce sont les citoyens qui feront justice eux-mêmes. Et cela je le constate chaque jour qui le fera eux-mêmes pour uniquement par protection de leur Famille..
    N'oubliez pas de ce qui s’est passé en Allemagne est un avertissement comme pour notre population Calaisienne qui subit en ce moment où les familles ont peur, peur du barbare enjamber des terres qui ne leur appartiennent pas .Si nos dirigeants ne sortent pas au plus vite de leur aveuglement et ne réalisent pas que la situation migratoire entraîne notre pays dans un chaos social, économique et sécuritaire. Qui sera demain une terre à ride comme l'Algérie est devenue depuis le départ des Français exemple (les orangers, vignes ect ,ect)
    L’appel d’air tant redouté depuis plus de soixante ans, s’est bel et bien produit, puisque plus d’un million (chiffre incontrôlable pour ma part )de personnes sont entrées en Allemagne pour la totalité de l’année 2015 et qu’il continue d’en arriver encore par milliers chaque jour comme chez nous en France .Parmi cette invasion sans destination préalable , parmi ce million , il y a des terroristes et violeurs en puissance, même sur des enfants ,diligentés ou non par Daech.
    Madame Angela Merkel, un peu perdue d'ailleurs comme le petit chaperon rouge, d'après la presse allemande, s’est refusé à établir tout plafond maximum du nombre de migrants que son pays pouvait accueillir mais le plus dangereux est à venir : l’arrivée ininterrompue de nouveaux migrants (que ne risquent pas d’enrayer les accords désastreux et peu applicables passés entre l’UE et la Turquie) ne pourra que compliquer les problèmes commes toutes les femmes et filles enfants débarqueront sur le sol Européen prochainement, je ne vous dis pas du reste , de cohabitation mais pas uniquement, ainsi envenimer les tensions qui se développent fatalement de jour en jour,que cela devient de plus en plus grave au jour le jour...n'importe !
    Nous voyons bien dans quelle folie et désastreuses conséquences que cela nous a apportées à la sortie des urnes depuis plus de soixante ans , une politique de fausse générosité que la gauche au pouvoir et ceux d'avoir voté pour eux ! quand nos ministres comprendront ce fait réel de la réalité...Bonne question ! Je vous remercie .

    Sylvestre Brunaud


    votre commentaire