• Le Calcul du nombre des victimes ..Par: Sylvestre Brunaud ..
     

    Petite anecdote en ce temps de pluie ..
    Hollande ..Inapproprié!
     

    Mesdames ,Mesdemoiselles,Messieurs.

    Le calcul du chiffre des victimes dont personne à ce jour se pose encore la vraie question ...
    Le comptage des victimes d'attentats ou autres a la socialisation ... Dont une démonstration et humour et même un peu noir disons-nous ...
    Pour qui nous prendrait-on, un calcul comme pour les accidents de la route, vraiment nous vivons où ? Une victime ce compte pour une personne entière et non le quart ou un demi-quart d'une personne ... Soyons sérieux tout de même... la France n’a pas fini d’en supporter l’inefficacité.
    Donc mes chers enfants nous allons définir aujourd’hui ce qu’on appelle un nombre imaginaire. Nous allons prendre un exemple simple qui nous est suggéré par le ministère de l’éducation nationale. Vous savez sans doute que grâce au président Hollande, le nombre de victimes des attentats terroristes a été jusqu’à ce jour limité à 130, soit pour environ 1381 jours de mandat 0, 0963 victimes par jour, ce qui comme vous pouvez voir est très peu. Pas de quoi fouetter un chat. Mais 0, 0963 victimes, ça n’existe pas, les personnes humaines victimes d’attentat ne peuvent malheureusement se compter que par nombres entiers. Donc 0, 0963 victimes par jour est ce qu’on appelle un nombre imaginaire, nombre irréaliste mais qui multiplié par un certain nombre de jours, permet proportionnellement de trouver un nombre réel de victimes entières. Avez-vous compris ? ..

    SYlvestre Brunaud ..


    votre commentaire
  • La rechute de Normal 1er

    french-president-francois-hollande-might-give-upAprès une petite embellie, de courte durée, due aux tristes événements de novembre dernier, la côte des gouvernants est à nouveau en baisse, on pourrait même dire en chute libre. Seuls 15% des Français portent un jugement positif sur l’action de François Hollande et 78% jugent son action négative. Comment pourrait-il en être autrement ? Nous avons un président qui a été élu sur des promesses qu’il n’a pas tenu et plus par opposition au sortant, que par adhésion à son idéologie.

    Quoi de plus normal, que les Français soient déçus ! Nous avons à faire à un gouvernement qui pratique l’effet d’annonce . On nous promet telle ou telle mesure, qui paraît aller dans le bon sens , mais à l’arrivée, le projet est revue , corrigé et vidé de l’essentiel . Résultat, une mesurette est adoptée, et rien ne change. Nous avions aussi connu cela avec l’ancien président.

    Pourquoi assiste t-on à ces pratiques ? Et bien à mon avis, tout simplement parce qu’il n’y a plus dans notre pays de majorité d’idée, et que les gouvernants sont faibles. Ils vont de compromis en compromis, pour ménager la chèvre et le chou et les veaux comme nous appelait le Général, n’ont plus d’herbe à brouter.

    Alors, pour 2017, on nous annonce des changements, qui seraient portés par de vieux chevaux de retour. Un ancien premier ministre, spécialiste lui aussi des reculades lors qu’il tenait les rênes du pouvoir, soutenu par un autre premier ministre spécialiste des “Raffarinades“. Avec eux, soyez en sûr, ça va changer ! Et si vous n’y croyez pas, vous êtes comme moi !

    Nous avons besoin d’un homme fort, pour que la France et l’Europe redeviennent fortes, et relève tous les défis, présents et à venir. Parmi les candidats en lice à ce jour, je n’en vois aucun qui serait en capacité de les relever.

     

    Francis Bocquillet

    Membre de l’Avant-Garde (08)


    votre commentaire
  • Coup de fil de Hollande au Qatar pour sauver la Corrèze..

    François Hollande entretient les meilleures relations avec l’Emir du Qatar, Tamin ben Hamed Al Thani, dont le père avait avait tant séduit Nicolas Sarkozy.

    Tout en ayant longtemps dénoncé, dans l’opposition, les relations privilégiées que Nicolas Sarkozy entretenait avec le petit Qatar, le chef de l’Etat français, François Hollande, une fois parvenu au pouvoir, est resté en excellents termes avec cette pétro-monarchie. Lors de la campagne présidentielle de 2012, le candidat à la Présidence de la République qu’il était n’avait pas hésité à demander à Manuel Valls, son directeur de campagne, de rencontrer, dans les salons d’un palace parisien, le Royal Monceau, le Premier ministre qatari et grand ami de son prédécesseur Nicolas Sarkozy, Haman Bin Jassim Al Thani.

    Il fallait alors encourager l’Emir du Qatar à investir dans « le Tanneur », la principale entreprise corrézienne qui connaissait -déja- de graves difficultés. Cela aurait été du pire effet pour François Hollande si en pleine campagne électorale, le fleuron de l’industrie en Corrèze avait déposé son bilan. On l’a oublié, mais le candidat Hollande, lors de la première grande émission télévisée de la campagne en janvier 2012, remerciait publiquement l’ami qatari pour son rôle dans le redressement du Tanneur.

    Et lorsqu’à peine élu il s’envole aux Etats Unis avec sa compagne d’alors, Valérie Trierweiler, le couple présidentiel emporte dans ses bagages un sac du « Tanneur » pour leur hôte à la Maison Blanche, Michelle Obama.

    Le coup de fil de Hollande

    En 2012, le nouveau pouvoir socialiste tente bien de rééquilibrer ses relations avec le Qatar. La première visite officielle du président Hollande dans le Golfe sera pour l’Arabie Saoudite, le frère ennemi du petit Emirat, qui aura droit à des égards particuliers. Pour autant, la nomination aux Affaires étrangères de Laurent Fabius, un familier du Qatar, rassurera définitivement les autorités de Doha. Le Quai d’Orsay, qui ne s’en vante guère, fermera les yeux sur l’aide apportée par les fianciers qataris aux groupes djihadistes en Syrie, Al Nosra et d’autres

    Alerté au coeur de l’été 2015 sur la situation à nouveau déficitaire de l’entreprise « le Tanneur », François Hollande n’a pas hésité à appeler son nouvel ami, l’émir Tamim ben Hamad Al Thani, pour lui demander, une nouvelle fois, de renflouer les caisses de cette société de maroquinerie.

    Pas question pour le Président français que des centaines de licenciements soient annoncés dans le département qui fut son fief électoral, comme cela se profilait. Lui qui s’en va répétant en qu’il soumettait sa candidature aux présidentielles de 2017 à une baisse du chômage doit d’abord veiller sur ses ouailles corréziennnes.

    Cet ami qui nous veut du bien.

    De son coté, le Qatar n’a rien à refuser, ces derniers mois, au Président français. L’Emirat fait tout pour s’attirer la bienveillance des Français dans une période internationale tendue: accusations de financement d’organisations terroristes en Syrie, comme Al Nosra; retour de l’Iran chiite sur la scène internationale. L’émir du Qatar n’a donc pas hésité un instant à combler les déficits du « Tanneur » et envoyer une nouvelle directrice à la tète de la société en Corrèze.

    Plus encore, on l’a vu récemment acheter des Rafales à la France. Et ses investissements dans le CAC 40 peuvent se poursuivre allègrement, avec les encouragements de l’Elysée obsédé par la relance de l’économie française et qui veille jusqu’au détail sur les accords entre Canal Plus et Being Sport, la chaine qatari du foot. Espérons que « le Tanneur » ne connaitra pas de nouvelles difficultés obligeant François Hollande à pratiquer, une fois encore, la mendicité.

     http://www.mondafrique.com/


    votre commentaire
  • LETTRE DE GERARD, UN CALAISIEN HUMILIE


    Vu que personne ne veut nous entendre, je veux faire part de notre détresse à Calais.
    Je suis né à Calais en 1952, de parents et de grands parents calaisiens, en 1978 nous avons fait construire notre petite maison avec un petit jardin.
    A la retraite depuis 4 ans, je comptais profiter de ma maison et de mon jardin, mais c’était sans compter sur la présence des centaines de migrants arrivés à Calais.
    Calais est devenu invivable, je ne reconnais plus ma ville, insécurité, agressions, insultes, viols, vols sont monnaies courantes. Si un calaisien se plaint c’est tout de suite un fasciste, un FN, un salaud, ce n’est plus supportable.
    L’année dernière mon jardin a été ravagé, ils m’ont volé tous mes légumes, sont passés dans mon poulailler, m’ont volé lapins, poules, mon épouse en pleurait. Je ne peux plus cultiver mon jardin, mes poiriers, pommiers, pêchés sont pillés.
    En décembre ils sont rentrés dans mon garage, ont volé des outils, des bouteilles, un préjudice de 2000€.
    Mais le plus beau, c’est que dans leur camp ils ont créés des commerces où ils vendent ce qu’ils ont volé dans les alentours. Certains ont des voitures et vont commettre leurs vols dans les villages alentours, mon fils qui habite le village de Peuplingues s’est fait voler tous ses légumes et un vélo.
    La police refuse de prendre nos plaintes et nous suspecte de nous voler nous-mêmes. Les bien-pensants et les ONG nous accusent de stigmatiser, qu’ils ne sont pas des voleurs. Nous nous faisons insulter par les personnes qui soutiennent ces migrants, nous avons des menaces de mort.
    Le 23 décembre nous avons acheté pour Noël un VTT à notre petit fils, le 26 il s’est fait agresser par trois migrants qui lui ont volé son VTT. Un voisin est venu nous voir il a vu le VTT entre les mains de gamins dans le camp des migrants. Comme nous avions porté plainte, nous avons alerté la police, ces derniers nous ont dit qu’ils ne pouvaient rien faire, qu’ils avaient des ordres. Nous avons décidé mon fils et moi d’aller au camp pour récupérer le VTT, nous nous sommes fait agresser et insulter par des migrants mais aussi par des membres d’une ONG qui nous ont dit je cite : « Vous n’allez pas nous faire tout un plat pour un simple vélo ! » Mon fils a voulu récupérer le vélo, le membre de l’ONG a averti la police. La police nous a évacués manu militari ! Le monde à l’envers.
    Régulièrement ils rentrent dans notre jardin, défèquent, urinent dans ce dernier, mon épouse est en dépression, elle a la sclérose en plaque. J’ai fait plusieurs courriers au préfet Vincent Berton, à madame le maire, au ministre de l’intérieur, rien ! on se fiche des calaisiens.
    Ma fille et mon gendre ont voulu vendre leur maison, elle est invendable, Calais est une ville sinistrée. La maison a perdu plus de 50% de sa valeur. Ma fille s’est faite agressée 3 fois depuis 2013. Le 5 décembre 2015 elle est rentrée presque nue chez elle, si un routier Polonais n’était pas venu à son secours, elle aurait été violée. Notre plainte n’a pas abouti. Mais je n’étais pas au bout de mes surprises, samedi 6 février 2016 je décidais d’aller à la manifestation où le général Piquemal fut arrêté, nous étions plus de 150 contrairement à ce que disent les médias, et nous n’avions pas d’intentions hostiles ou velléitaires, ce sont les forces de l’ordre qui nous ont agressés, et violemment car les calaisiens ont le droit de se faire agresser, comme cela s’est pas passé la semaine d’avant lors de la manifestation en faveur des migrants ; 34 calaisiens ont été agressés, mais les médias ont préféré montrer cette famille dont l’un des fils a sorti un fusil. Je connais cette famille ce sont de braves gens, qui ne roulent pas sur l’or, dont les fins de mois sont difficiles. Mais eux ce sont les méchants, pas les migrants.
    Le 8 février j’ai vu les RG débarquer chez moi, ils ont fouillé ma maison du grenier à la cave, me traitant de fasciste et faisant parti du réseau Pégida, alors que je suis militant UDI. Ils nous ont traités comme des terroristes. Ils m’ont conduit au poste, ils ont pris mes empreintes, m’ont pris en photo, ils étaient menaçants. Ils ont enquêté chez mon fils, chez ma fille. Jamais je n’avais été humilié de la sorte. Tout calaisien qui essai de dénoncer le moindre fait est traité de fasciste.
    J’ai toujours payé mes impôts, je n’ai jamais eu une amende, j’ai toujours été honnête et voilà comment ce gouvernement nous traite, comme de la m………
    Certes le sort de ces migrants est peu enviable, mais nous ne devons pas être les boucs émissaires de leur détresse. Les journalistes, les élus nous méprisent se fichent éperdument de nos peurs de nos angoisses, de notre insécurité permanente.
    Les calaisiens sont devenus des agresseurs, des fascistes, ils n’ont qu’un droit, se taire et subir.
    Les ONG sur place nous méprisent, ce gouvernement crache sur les français, bafoue les règles élémentaires des principes républicains, de la démocratie. Mon grand-père, résistant fut fusillé en 1942, par les allemands, mon père entra en résistance à l’âge de 17 ans. Et aujourd’hui les RG me traitent de fasciste, j’en pleure. Moi-même je fus au service de la France pendant 16 ans et voilà comment ce gouvernement nous traite, ma famille et moi.
    Je constate avec désespoir que la délinquance, à un bel avenir en France. Mais le pays est à l’image de ceux qui le dirige. De l’extrême gauche à l’extrême droite en passant par le droite et la gauche, tous se fichent de l’intérêt général, de la France ce qui les préoccupe c’est leur place et leurs privilèges, doivent-ils pour cela s’assoir sur les valeurs de notre République.
    Mais qu’attendre de gens qui conspuaient la Marseillaise, traitaient de fasciste ceux qui brandissaient un drapeau Bleu Blanc Rouge et maintenant ils font l’inverse. Des opportunistes prêts à vendre leur pays pour être élu.
    Pour faire entendre la voix de ceux qui sont bâillonnés faites circuler cet article pour que les calaisiens soient entendus
    Merci d’avance
    Gérard un calaisien humilié.


    votre commentaire
  • SNCF : vers la suppression de la quasi-totalité des lignes INTERCITÉS de nuit

     
    intecites-suppression-train-nuit

    Le gouvernement a décidé de suivre les recommandations du rapport sur l’avenir des trains INTERCITES remis par Philippe Duron l’année dernière. Au cours d’une conférence de presse, Alain Vidalies, le secrétaire d’Etat chargé des transports, a présenté la réforme pour le renouveau des trains d’équilibre du territoire (TET). Une réforme qui passe par des investissements de matériel mais surtout par la suppression de la quasi-totalité des lignes INTERCITÉS de nuit.

    Des trains (fortement) déficitaires

    Depuis 2011, les trains INTERCITES de nuit ont vu leur fréquentation diminuer de 25% alors qu’elle ne représente que 3% des voyageurs transportés. Une situation qui n’est plus économiquement viable, Alain Vidalies précisant que « chaque billet vendu nécessite plus de 100 € de subventionnement public en moyenne » sur ces trains.

    Par conséquent, la totalité des lignes de nuit à l’exception de celles entre Paris-Briançon et Paris-Rodez / Latour de Carol seront supprimées à partir de l’été 2016. Ces deux lignes seront maintenues, car contrairement aux autres, les territoires concernés ne disposent pas d’alternatives de transports suffisantes.

    Si l’Etat a décidé de ne plus financer les lignes Paris-Toulouse/Rodez-Carmaux-Albi, Paris-Hendaye-Tarbes, Paris-Savoie, Paris-Nice, Luxembourg-Nice/Port-Bou et Strasbourg Nice/Port-Bou, il a cependant décidé de permettre « à tous les opérateurs ferroviaires de proposer, pour leur propre compte, de nouveaux schémas d’exploitation innovants, susceptibles de redonner de l’attractivité aux trains de nuit ». En d’autres termes, ces lignes sont ouvertes à la concurrence et les candidats pour leur exploitation doivent présenter leurs offres avant le 1er juillet 2016. D’ici là, les lignes circuleront normalement et seront toujours opérées par la SNCF.

    Associations et syndicats protestent

    La CGT Cheminots a réagi dès la fin de la conférence de presse en demandant à l’Etat de renoncer à la suppression ou à la privatisation des lignes de INTERCITES. Le syndicat s’interroge : « Comment peut-on affirmer que ces dessertes sont indispensables à l’aménagement du territoire pour garantir un traitement équitable des citoyens et envisager de les supprimer ou de privatiser leur exploitation ».

    Thierry Nier, porte parole de la CGT Cheminots, rappelle que « les INTERCITÉS répondent à des besoins d’aménagement du territoire en desservant des zones qui ne le sont pas par les TGV ou TER. » Un point de vue partagé par la FNAUT (Fédération nationale des associations d’usagers des transports) qui indique que « l’offre actuelle, contrairement aux affirmations du Ministre, répond aux attentes d’une part importante de la clientèle. Celle-ci se reportera bien davantage sur l’autocar ou l’avion que sur le TGV de jour – une aberration écologique. »

    De plus, si l’association constate que la décision du gouvernement d’investir dans le matériel des trains INTERCITES est positive (1,5 milliard d’euros sur les lignes structurantes Paris-Limoges-Toulouse, Paris-Clermont Ferrand, Bordeaux-Toulouse-Marseille et Paris-Caen-Cherbourg), elle regrette que l’appel à manifestation d’intérêt « n’apporte aucune garantie de pérennisation de ces relations : le délai est trop court, et les nouveaux opérateurs ne pourront pas exploiter aussi des relations de jour afin de mieux équilibrer leurs comptes – alors que le cadre juridique l’autorisait comme pour les relations de nuit ».

    Sources : SNCF, Les Echos, CGT Cheminots, FNAUT – Crédit Photo : Cjp24

     


    votre commentaire