• Radicalisations : police, armée, gendarmerie ?

    Par:Manuel Gomez..

    Radicalisations : police, armée, gendarmerie ?

    Une note confidentielle, rédigée fin décembre 2015 par la Direction de la sécurité de proximité de l’agglomération, a dénombré 17 cas de transgrétion du príncipe de laïcité entre 2012 et 2015, avec une accélération dès 2014 au sein de la police parisienne, forte de plus de 27.000 policiers et agents de surveillance.

    Les incidents portaient surtout sur l’exercice de la religion musulmane au sein des commissariats, notamment sur les prières quotidiennes (cinq prières chaque jour).

    La préfecture de police a décidé de recenser désormais chaque semaine ces comportements contraire à la laïcité et qui ne peuvent que porter préjudice au bon fonctionnement des forces de l’ordre :

    *Refus de protéger une synagogue.

    *Chants religieux en patrouille.

    *Refus de participer à la minute de silence.

    Etc.

    De ces constatations il résulte donc que des fonctionnaires (policiers) armés se radicalisent. Il s’agit là d’un nombre limité, certes, de policiers qui se dirigent vers un fondamentalisme musulman.

    Pour 1/3 ces policiers sont des femmes et elles se radicalisent plus que les hommes en affichant des signes extérieurs de religiosité, comme le voile.

    Il a même été relevé une incitation à commettre des attentats et un appel au meurtre sur “Facebook”, qui a conduit son auteur devant la justice (quelle a été la sanction ou la condamnation?)

    Les dérapages les plus importants se produisent sur les réseaux sociaux.

    Quatre de ces affaires de radicalisation conduisent vers des convertís à l’islam.

    Ces dix-sept cas recensés concernent des fonctionnaires assez jeunes, entrés comme agent de sécurité au début des années 2000 qui ont réussi le concours interne. Ils ne concernent que des gardiens de la paix ou brigadiers et, jusqu’à présent, aucun cas dans les échelons supérieurs.

    Ces policiers savent qu’ils s’exposent à des sanctions et, à terme, des exclusions.

    Cela nous semble extrêmement grave et plus que préoccupant car ces policiers ont accès aux fichiers des personnes recherchées (terroristes) et aux renseignements communiqués par les services officiels.

    **La chaîne anglaise d’informations “Sky News” vient d’annoncer la remise de documents indiquant les noms de 22.000 djihadistes, dont certains non identifiés se trouvant encore en Europe occidental et, peut-être, en France. D’après les services secrets allemands cette liste est certifiée exacte.

    Nous espérons que les services du ministère de l’intérieur prennent très au sérieux ces radicalisations excessivements dangereuses car, si l’on en croit les services concernés, elles sont susceptibles de se poursuivre au cours des prochains mois.

    Il serait judicieux que la transparence existe également sur les cas de radicalisation dans la gendarmerie nationale et dans l’armée, surtout à l'heure actuelle où il est fait appel aux "réservistes".


    votre commentaire
  • Gaël Rougemont avait sorti un fusil pour menacer les migrants: légitime défense selon le Parquet

    rougemont

    L’affaire remonte au samedi 23 janvier 2016.

    David Rougemont et Gaël, son fils, ont une altercation avec un groupe de migrants en marge d’une manifestation en soutien aux exilés à Calais. Le jeune Calaisien sort alors un fusil.

    Ce jeudi le procureur de la République de Boulogne-sur-Mer, Jean-Pierre Valensi, a annonce à Metronews qu'il n'y aura finalement aucune poursuite contre Gaël Rougemont.

    « Il n'y aura aucune poursuite à l'encontre de Gaël Rougemont. Tout d'abord, parce que le jeune homme a été agressé. Ensuite, parce que le fusil qu'il a brandi n'était pas chargé. L'affaire est classée sans suite pour légitime défense", précise Jean-Pierre Valensi" à Metronews. »

    Nord Littoral


    votre commentaire
  • Girouette cherchant gamelle à tout prix ...

    Ligue patriotique 36

    Piqure de rappel a ce monsieur..

    Quand le FN Nicolas BAY insulte Marine LE PEN : "la Tanguy de la politique nationale"

    Avant de retourner sa veste, Nicolas BAY tacle violemment Marine LE PEN. Au bal des faux culs, il a décroché le pompom ! Remercié dans le petit monde des extrêmes, il est aujourd'hui tête de liste FN aux Régionales 2015 en Normandie, Secrétaire national du FN et député européen FN...


    votre commentaire
  • Le chef de file du FN en Normandie, Nicolas Bay, sanctionné pour avoir voté à la place de Marine Le Pen

    L'eurodéputé FN Nicolas Bay, tête de liste du Front national aux dernières régionales en Normandie, a été sanctionné financièrement pour avoir voté à la place de Marine Le Pen au parlement européen.

    avec AFP

    © Christophe Petit Tesson / MAXPPP

    © Christophe Petit Tesson / 

    L'eurodéputé FN Nicolas Bay a été sanctionné financièrement par la présidence du Parlement européen, pour avoir, en violation du réglement, voté en octobre dernier à la place de Marine Le Pen qui s'était absentée de l'hémicycle strasbourgeois, a annoncé jeudi un des vice-présidents de l'institution.

    M. Bay, qui siège à côté de Mme Le Pen dans l'hémicycle et est secrétaire général du FN, verra ses indemnités parlementaires réduites de 1.530 euros, ce qui correspond à cinq fois l'indemnité versée aux élus pour chaque jour de présence effective, a annoncé depuis le "perchoir" du Parlement le député roumain Ioan Mircea Pascu. M. Bay a été sanctionné pour avoir, le 28 octobre, utilisé la machine de vote électronique de Mme Le Pen, alors que celle-ci venait de s'absenter avant la fin d'une longue séance de votes.

    Le règlement du Parlement européen interdit aux députés de voter en lieu et place d'un ou d'une collègue. Les votes, lorsqu'ils ne se déroulent pas à main levée, s'effectuent à l'aide d'une carte électronique nominative que chaque élu doit insérer dans un appareil placé devant lui.

    La même sanction avait été appliquée le 17 décembre, pour les mêmes raisons, à l'eurodéputé néerlandais Marcel De Graaff, qui co-préside avec Mme Le Pen le groupe "Europe des Nations et des Libertés". M. De Graaff a commis une "maladresse"  par "courtoisie" et "esprit chevaleresque" mais "sans mon autorisation", avait plaidé la présidente du Front national, qui a souligné jeudi qu'elle avait "été totalement innocentée dans cette affaire".

    De son côté, M. Bay a annoncé qu'il allait "bien sûr déposer un recours contre cette décision (...) qui ne s'appuye sur aucun élément de preuve", et qui selon lui repose sur des "accusations fantaisistes". Les faits avaient été publiquement dénoncés, quelques minutes après le vote controversé, par une eurodéputée conservatrice suédoise, Anna Maria Corazza Bildt. "Le FN pense qu'il est au-dessus des règles, dans cette maison", a-t-elle déploré jeudi dans l'hémicycle.

    Nicolas Bay avait été la tête de liste du Front national lors des dernières élections régionales en Normandie. Il est président du groupe FN au Conseil régional.
     
    http://france3-regions.francetvinfo.fr/

    votre commentaire
  • Si vous êtes sensible aux injustices fiscales entre autre cette vidéo est faite pour vous.


    votre commentaire