• "Jungle" de Calais: un migrant touché par balle à la colonne vertébrale

    "Jungle" de Calais: un migrant touché par balle à la colonne vertébrale

    Ce samedi après-midi, un migrant de la "jungle" de Calais a reçu une balle dans la colonne vertébrale. Les circonstances du drame restent floues.

    Les sources policières restent très prudentes sur les circonstances lors desquelles un migrant de la "Jungle" de Calais a reçu une balle, ce samedi après-midi. Il était entre 15h et 15h30, relate le quotidien La voix du Nord, lorsque le trentenaire, qui serait de nationalité afghane, aurait été touché par une arme à feu à la colonne vertébrale. "Il y aurait eu au moins un tir d'arme à feu" dans ce qui pourrait "s'apparenter à une rixe entre migrants", précise une source policière.

    Une enquête ouverte

    Le sous-préfet de permanence, Philippe Dieudonné, a indiqué que la victime a été hospitalisée. "Il a été blessé assez grièvement mais je n'ai pas connaissance de la nature de sa blessure. Il a été transporté au centre hospitalier de Calais par des associatifs et deux migrants afghans", a-t-il indiqué au quotidien nordiste.

    "A ce stade, les circonstances ne sont pas établies, il faut être prudent, les constatations policières sont en cours", a-t-il ajouté. Une source policière précise que le migrant aurait été "touché à la colonne vertébrale" ce qui "pourrait potentiellement entraîner de graves séquelles". Une enquête a été ouverte par le parquet de Boulogne-sur-Mer, a-t-elle ajouté.

    Une manifestation anti-migrants ce samedi

    Quelque 4000 migrants vivent dans la "Jungle" située à l'est de Calais. L'État a annoncé le 12 février vouloir vider de sa population la moitié de la superficie et a annoncé vendredi l'évacuation par la force si les migrants ne la quittaient pas d'ici mardi soir.

    Ce samedi, des manifestants anti-migrants ont défilé dans les rues de Calais, malgré l'interdiction de la Préfecture. Quatre d'entre eux ont été interpellés.

     


    votre commentaire
  •  Calais : quatre personnes arrêtées lors d'un rassemblement d'extrême droite interdit

    Pour avoir bravé une interdiction préfectorale de se rassembler pour "la défense des Calaisiens", quatre manifestants réputés d'extrême droite ont été interpellés samedi dans la cité portuaire bordée par un camp de quelque 4.000 migrants.

    La manifestation du 6 février à Calais, où le général Piquemal avait été arrêté.

    La manifestation du 6 février à Calais, où le général Piquemal avait été arrêté. (Sipa Press)

    Ils entendaient exprimer leur soutien au général Piquemal, interpellé lors d'une manifestation interdite organisée par le mouvement islamophobe Pegida le 6 février dernier. Samedi, à Calais, des manifestants, ex-légionnaires ou parachutistes, voulaient initialement tenir un rassemblement au stade du Souvenir, mais la mairie de la ville avait affirmé que le lieu n'était pas disponible, avant que la préfecture ne prenne un arrêté d'interdiction de cette manifestation.

    Face à ce refus, les organisateurs, notamment un ancien militaire originaire de Calais dénommé Willy Destierdt, avaient annoncé une "promenade citoyenne". Des petits groupes devaient déposer à partir de 14h des gerbes de fleurs devant divers monuments honorant la mémoire de soldats français morts au combat.

    Un ancien militaire interpellé

    De 20 à 30 personnes, selon la préfecture, dont plusieurs bérets rouges (parachutistes) et bérets verts (légionnaires) arborant des médailles militaires, avaient répondu à l'appel. Ils ont joué au chat et à la souris avec les forces de l'ordre pendant une heure environ. Cent cinquante policiers, CRS et agents de la Sécurité publique répartis en une quinzaine de cars, avaient été déployés en ville pour empêcher le déroulement de cette initiative, ont constaté des journalistes de l'AFP.

    Willy Destierdt est parvenu à déposer une gerbe devant le monument aux morts des cheminots face à la gare de Calais. Auparavant, il avait tenté de déposer des fleurs face à l'Hôtel de Ville, devant le monument au Souvenir français dédié aux "morts pour la France" d'avant les deux guerres mondiales. Sans succès, en raison de la présence de cordons de CRS, qui ont interpellé l'ancien militaire.

    "Tout ça s'est fait sans heurt"

    Trois autres manifestants ont ensuite été interpellés pour avoir tenté d'enfreindre l'interdiction de se rassembler, soit un total de quatre selon le sous-préfet de Calais, Vincent Berton. Peu avant 15h, les CRS ont dispersé les manifestants, dont le rassemblement a pris fin.

    "Tout ça s'est fait sans heurt", s'est félicité le sous-préfet. "Nous n'avons pas besoin de perturbateurs [...], on est déjà dans une situation difficile, cette ville a besoin de sérénité et de calme", a-t-il ajouté.

    Le 6 février, lors d'une manifestation hostile aux migrantsorganisée par Pegida, une vingtaine de personnes avaient été interpellées. Parmi elles, le général Christian Piquemal, 75 ans, poursuivi pour "participation à un attroupement qui ne s'est pas dissout après sommation". Son procès doit avoir lieu le 12 mai au tribunal de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais).

    Anne-Charlotte Dusseaulx (avec AFP) - leJDD.f

    http://www.lejdd.fr/Societe/Faits-divers/Calais-quatre-personnes-arretees-lors-d-un-rassemblement-d-extreme-droite-interdit-773679


    votre commentaire
  • La Ligue Patriotique 36

     

    Calais aujourd'hui interpellation d'anciens militaires venue soutenir les calaisiens et déposer des fleurs aux monument aux morts et la se sont des CRS qui on arrêté des anciens légionnaire et paras.

    La rédaction de WRS Radio est en mesure de vous informer de l’arrestation ce samedi 20 02 2016 vers 15h00 de plusieurs personnes sur la commune de Calais suite à la promenade citoyenne organisée par Monsieur Willy Destierdt, lui même interpellé !

     Patrick Guateri Voila la déclaration mercredi du général Piquemal.Quand au général Piquemal voila sa déclaration de mercredi.Com­mu­ni­qué du Géné­ral (2S) Chris­tian PIQUEMAL
    Pré­sident du Cercle de Citoyens Patriotes

    Le mer­credi 17 février 2016, 22 h 00

    La mani­fes­ta­tion orga­ni­sée par les Anciens des OPEX sera à priori inter­dite ou l’est déjà.

    Aussi mal­gré le sou­tien aux Calai­siens et à moi-même, dont l’intention s’avère louable et géné­reuse, compte tenu des risques et des débor­de­ments qui pour­raient se pro­duire, cette mani­fes­ta­tion est inop­por­tune et contre-productive. Elle des­ser­vi­rait la cause que nous défen­dons tous.

    En c.nsé­quence, j’exprime expres­sé­ment le sou­hait qu’elle n’ait pas lieu.

    J’appelle donc clai­re­ment les orga­ni­sa­teurs, les par­ti­ci­pants et les membres des asso­cia­tions à la rai­son et leur demande, dans un contexte déli­cat, de gar­der leur enthou­siasme et leur mobi­li­sa­tion pour plus tard. Il y aura de nom­breuses occa­sions de les mon­trer ulté­rieu­re­ment.

    Je sais pou­voir comp­ter sur votre sagesse et votre com­pré­hen­sion et par avance vous exprime tous mes remer­cie­ments.

    Fidè­le­ment et fra­ter­nel­le­ment.

    http://blog.cercle-citoyens-patriotes.fr/
     

    votre commentaire
  • LE TRIBUNAL DE TOULOUSE VANDALISÉ CAR A ORDONNÉ 514 EXPULSIONS D’ÉTRANGERS AUCUN MÉDIA EN PARLE

    Mike Borowski
    Mike Borowski
    Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer

    Pour une fois que nos tribunaux font leur job, il faut avoir le courage de le dire. Pourtant ce n’est pas habituel dans notre pays, surtout depuis l’avènement de ces trente dernières années du laxisme d’Etat érigé en politique idéologique.

    L’immigration de masse est un fléau pour notre pays, elle détruit l’économie mais surtout tend à importer une culture différente rejetant celle de l’indigène de France. Il faut donc lutter de toutes ces forces contre cette immigration qui n’a pour unique but que de tuer notre pays. L’Etat, les forces de l’ordre, les magistrats tous doivent avoir cet unique objectif en tête, expulser le maximum d’immigrés, tout en mettant en place une politique répressive les empêchant de fouler notre sol.

    Mais tel n’est pas le cas en France, donc lorsqu’un tribunal comme celui de Toulouse essaie d’apporter une réponse moins laxiste en matière d’expulsion d’étrangers, il faut les soutenir. Ce que ne veulent surtout pas faire nos élites mondialisées, celles-ci rêvant d’une France où l’étranger serait roi.

    Nous apprenons que « le Tribunal administratif de Toulouse, où sur quatre étages, bureaux de magistrats, de greffiers ont été littéralement vandalisés, vraisemblablement lors du week-end du 8 au 9 mars »

    « lundi matin, vers 6 heures 30, les pompiers sont appelés pour un dégât des eaux au Tribunal. Ils sont abasourdis. La juridiction baigne dans l’eau. Visiblement au cours de la nuit, les robinets de l’ensemble du bâtiment ont été sciemment ouverts. L’eau a coulé plusieurs heures durant, abîmant sols et faux-plafonds »

    « Mais le pire est à venir : des dossiers sont éparpillés, parfois déchirés, des photocopieurs ont été renversés, des bureaux visités… Et surtout, sur les quatre étages apparaissent sous forme de tags, les mêmes inscriptions à la bombe de peinture noire : « Le prophète te jugera » ou encore « Avertissement. » « 

    « Pour l’année 2014, comme l’a rappelé La Dépêche, l’un des rares journaux à avoir évoqué ce saccage ahurissant, 6 196 affaires ont été jugées, dont 1853 portant sur le droit des étrangers, parmi lesquelles 514 mesures d’éloignement…Or, certaines reconduites à la frontière ont dû fortement déplaire. D’où une possible vengeance qui aurait débouché sur une action violente. C’est en tout cas une hypothèse sur laquelle travaille de la Brigade de répression du banditisme de Toulouse. »

    « Alors qu’il eut été normal de mettre en vacances le Tribunal pendant au moins une semaine, le temps de le remettre en état, rien n’a été fait. »

    A se demander si nos gouvernants en fermant les yeux ne donnent pas ordre aux magistrats du Tribunal de Toulouse l’ordre de ne plus expulser d’étrangers. Avec tout ce qu’il se passe dans notre pays, et toutes les lâchetés venant de notre législateur pour soi-disant maintenir une certaine paix sociale avec leur électorat, cela ne m’étonnerait pas.

    Source

    lagauchematuer.fr/2015/03/13/le-tribunal-de-toulouse-vandalise-car-a-ordonne-514-expulsions-detrangers-aucun-media-en-parle/#zdTduomD7ejpoqAh.99


    votre commentaire

  • votre commentaire