•  
     "L'OGNON" qui pique les yeux aux Français Depuis à ce jour de mai 68 tout a été déformer ...
    Demain la réforme des prénoms ,le petit Maurice s'appellera Miloud ..
    Comme c'est déjà le cas dans de nombreuses familles Française
     
    Réforme de l’orthographe : la « décomposition française »
     
    Au moins un domaine où nous sommes bons : l’Éducation nationale Française est la troisième plus grande entreprise de destruction de l’histoire après la Wehrmacht et l'Armée rouge.

    La belle de Kacem et ses chefs de l’Élysée me font penser à ces divisions SS qui remontaient vers le nord après le débarquement de Provence en détruisant tout sur leur passage.

    Ils ont la même obsession : détruire le plus possible et le plus vite possible la population Française est déjà pas mal estourbie, voire lobotomisée, avec la réforme de cette ministre franco-marocaine qui, dont aucun gout à la Française, une seule force, détruire la population Française .Aujourd’hui, c’est les langues latines en péril, puis l’étude de l'islam obligatoire, puis dans la foulée, suppression du porc dans toutes les cantines de France et de Navarre, puis tout le monde doit bouffer hallal , puis les élèves du genre féminin devront s’habiller avec des vêtements conformes à l’islam, Mon oncle deviendra ma tante, puis nous allons voir dans les rues de nos villes , la charia police comme nous le voyons chez nos voisins. Puis, un jour le drapeau islamique flottant sur l’Élysée et dans toutes les institutions gouvernementales, en tout, on pourra dire un grand merci à notre président et surtout ceux qui ont voté pour cette gauche sachant qu'il allait tout détruire la civilisation chrétienne, quant à lui (président comme les autres), sera bien à l’abri, nous sommes trahis, vendus, je ne vous ai pas encore dit que, je suis pas mal devin. Premier cas de foulard et premier iman expulse sous Pasqua . Les Français sont ignorants , ne voient que du social, du social qui en a détruit la famille et notre outil de travail à la Française , ils prêtent plus attention à des populations d’immigration qui sont une « véritable chance pour la France » Alors OUI ! Madame Belkacem est une gamine poussée par les chefs donneurs d'ordre comme un peu Marine Lepen suit à la lettre Philippot ..Sylvestre Brunaud ..
     

    votre commentaire
  • SCANDALE : la police de Cazevide, incapable de rétablir l'ordre à Calais, arrête le Général Piquemal, Président de l'Union nationale des parachutistes

    Sans ménagement, les flics ont chargé cet après-midi les patriotes calaisiens qui manifestaient leur légitime ras-le-bol de voir leur ville sombrer dans une situation de plus en plus grave. Rappelons que, samedi dernier, les mêmes flics ont lamentablement déguerpis face aux racailles qui paradaient dans la ville.

    Pour masquer son incapacité totale à régler le problème de l'invasion, le pouvoir aux abois a donc lâcher ses forces de répression et fait arrêter le Général Christian Piquemal, ancien chef de la Légion étrangère et Président de l'Union nationale des parachutistes, qui devait prendre la tête de la manifestation populaire. 

    Synthèse nationale

    12642628_1675823686001541_8721934592492282011_n.jpg

    Le Général Piquémal juste avant son interpellation .


    votre commentaire
  • De retour, Bruno Mégret dresse la liste des «erreurs» de Marine Le Pen

    XVMf5310f9e-cb5a-11e5-826a-63ee7ff6b128.jpg

    Source Le Figaro cliquez ici

    LE SCAN POLITIQUE - Au moment où le FN se réunit en séminaire pour déterminer sa stratégie pour 2017, l'ancien bras droit de Jean-Marie Le Pen publie un roman relatant une victoire de la droite nationale. Mais il n'imagine pas Marine Le Pen en situation.

    Alors que le FN s'apprête à ouvrir ce vendredi un séminaire de deux jours et demi pour tenter de trouver des solutions au «plafond de verre» et gagner l'Élysée en 2017, un ouvrage paru cette semaine pourrait attirer l'attention des cadres du parti. Il s'agit du Temps du Phoenix (éditions Cité Liberté), un roman d'anticipation politique qui raconte par le menu la victoire à la prochaine présidentielle d'un candidat issu de rangs de la droite nationaliste et sa gestion du pouvoir. De quoi inspirer les séminaristes, bien que l'auteur ne soit pas des plus appréciés dans la maison frontiste. Tantôt surnommé «Brutus» ou «le félon» et écarté du FN depuis janvier 1999, Bruno Mégret fut longtemps considéré comme le successeur de Jean-Marie Le Pen. Avant sa rupture avec le «Menhir», en raison notamment du «favoritisme familial» en vigueur au FN. S'il romance aujourd'hui la victoire d'un champion nationaliste, il n'envisage pas en l'état que Marine Le Pen puisse l'incarner.

    La victoire rêvée du nationalisme

    «Si je me suis mis en retrait de la politique, je ne me suis pas pour autant désintéressé du sort de notre nation», explique d'emblée au Scan le fondateur du MNR. Il se défend cependant de vouloir polémiquer avec la famille Le Pen. «J'ai surtout écrit ce livre parce que je suis frappé par l'impuissance des responsables politiques actuels. Le gouvernement est phagocyté par les contraintes institutionnelles et juridiques. Même si un président de rupture, issu des rangs de la droite nationale arrivait au pouvoir en 2017, rien ne serait possible de faire en l'état», juge-t-il.

    Dans Le Temps du Phoenix, l'ancien responsable politique détaille les mesures et les méthodes qui selon lui ouvriraient la voie du succès à l'extrême droite. Mégret plaide d'abord pour la préférence nationale en matière de politiques sociales, et l'extinction des flux migratoires, légaux et clandestins: «Quand une inondation sévit, on ferme la voie d'eau avant de réparer les dégâts», glisse-t-il. Jusque-là, rien de très différent du programme frontiste. C'est sur l'Europe et l'économie que son dessein est «totalement différent». L'ancien député de l'Isère veut le maintien de l'Union européenne et de l'euro, mais plaide pour une évolution vers une «Europe confédérale», et la subordination du droit européen au droit national. Le roman défend par ailleurs un retrait du pouvoir de censure du conseil constitutionnel, «un tribunal idéologique», et le renforcement du pouvoir parlementaire.

    Les erreurs du FN selon Mégret

    «Ce sont là tout un tas d'idées que j'aurais proposées au séminaire si j'avais encore été au FN», assure-t-il. Une manière de dire que les orientations qui se profilent pour la prochaine campagne, avec le nouveau slogan «la France apaisée», ne lui conviennent pas. «Je ne crois pas vraiment que la France ait besoin d'apaisement ou de tranquillité. Il faut de la rupture là où c'est nécessaire». «Sur la sortie de l'euro, sur l'offre de mesures sociales aussi démagogiques que peu crédibles, sur le refus des réformes économiques et de l'abandon des combats de sociétaux, je pense que le Front national actuel commet un certain nombre d'erreurs stratégiques», juge-t-il, en désignant les orientations qui ont été impulsées sous la houlette de Florian Philippot.

    Bruno Mégret poursuit sur sa lancée : «Beaucoup de gens ont été choqués de ne pas voir le Front national uni au premier rang des manifestations contre le mariage homosexuel (…) Il est regrettable que le FN actuel ne soit pas plus clair dans ses positionnements. En politique, il faut des discours limpides. On ne peut pas affirmer, par exemple, vouloir lutter contre l'immigration pour ensuite brouiller le message sous la pression des antiracistes». Comme au moment de son départ du FN, Bruno Mégret reste convaincu que l'avenir du courant national passe des alliances avec le reste de la droite. «C'est aussi une erreur politique que d'avoir refusé de hiérarchiser les opposants. On ne peut pas combattre sur un même plan la droite et la gauche, qui reste l'adversaire prioritaire», juge-t-il, pour dénoncer l'argumentaire «anti-UMPS».

    Une chose est sûre, l'ancien numéro 2 du FN semble n'avoir rien perdu de son ressentiment envers la firme Le Pen, et ne démontre aucune compassion pour son ancien compagnon de route Jean-Marie Le Pen. «Il subit la situation qu'il a lui-même voulue et provoquée en nommant Marine Le Pen à la tête du FN», tranche-t-il. Il promet néanmoins d'envoyer son livre «à un certain nombre de cadres du parti que ça devrait intéresser».

    http://synthesenationale.hautetfort.com/archive/2016/02/06/de-retour-bruno-megret-dresse-la-liste-des-erreurs-de-marine-5756271.html


    votre commentaire
  • Un enfant « transsexuel » de 4 ans a l’autorisation de changer de prénom en Espagne

    enfant transsexuel 4 ans autorisation changer prénom Espagne

    « Lucia », avec ses frères. Ces derniers l’aidèrent à choisir son prénom quand « elle » décida de ne plus s’appeler Luken.


     Luken est devenu « Lucia ». Ce petit garçon de 4 ans vient d’être autorisé à changer de prénom par un tribunal en Espagne au motif de sa « dysphorie de genre » constatée par un médecin. C’est la première fois que le tribunal de Tolosa dans province de Guipuzcoa, au Pays Basque accède à une telle demande. L’enfant, qui demeure dans la petite ville d’Asteasu, se sent fille : la justice en a pris acte, gravant dans le marbre le prénom féminin par lequel il est habituellement désigné.
     
    Il va sans dire que la démarche judiciaire est du fait des parents : ce sont eux qui ont saisi le juge en affirmant qu’il existe une « juste cause » pour passer outre au sexe biologique de leur fils. Ils fondaient leur demande sur la loi 3/2007 qui autorise le changement de prénom dans les registres d’état civil dès lors que la personne qui le sollicite peut justifier d’un diagnostic de dysphorie de genre à la suite d’un examen médical ou psychologique.
      

    En Espagne, la justice donne raison à un enfant de 4 ans « transsexuel »

     
    Cette dysphorie est légalement définie en Espagne comme une « dissonance entre le sexe morphologique ou le genre physiologique initialement inscrit et l’identité de genre ressentie par le demandeur », pourvu qu’elle soit durable et qu’elle ne soit pas associée à un trouble de la personnalité.
     
    Parce que ce n’est pas un trouble de la personnalité ?
     
    Non, depuis que l’idéologie du genre a été intégrée dans la loi sous l’impulsion de Zapatero en Espagne.
     
    Voilà donc un enfant qui se voit finalement imposer une identité civile contraire à sa réalité alors qu’il est encore en maternelle : le jugement prend acte d’« une identité féminine extériorisée » par le petit garçon, « non seulement sur le plan physique mais également par son comportement, et ce malgré son jeune âge ». Il convient donc de le « traiter comme une femme ».
     
    Le tribunal a pris en compte le témoignage d’une compagne de classe – en maternelle, elle aussi… – qui a attesté le fait que Luken est appelée « Lucia » aussi bien à l’école qu’au village.

    Luken obtient l’autorisation de changer de prénom

     La maman du petit garçon, Abigail Labayen, assure pour sa part que l’enfant a demandé dès l’âge de trois ans : « Même si j’ai un pénis, je peux être une fille ? » Depuis « toujours », il aimait les jouets, les déguisements, les vêtements féminins. « Cela a commencé comme un jeu auquel nous ne nous sommes pas opposés, mais à trois ans il a commencé à parler castillan à la maison pour pouvoir parler de lui au féminin, car en basque, que nous parlons, nous, les adjectifs sont neutres. Il disait : “Je suis jolie, je suis une fille.” »
     
    Comme les idéologues du genre n’ont en réalité pas leur pareil pour tenir compte des « stéréotypes de genre », tout cela a conduit la famille de Luken à agir. Abigail Labayen s’est renseignée auprès d’une association de parents de mineurs transsexuels, Chrisallys. Elle était prête lorsque Luken lui demanda s’il pouvait être une fille. Elle a trouvé tout naturel de répondre : « Oui, tu peux être une fille, Lucia. Il y a des filles avec une vulve et des filles avec un pénis. »
     
    La famille a trois autres enfants de 3 à 7 ans, tous garçons. Ce sont eux qui ont trouvé le nouveau prénom de leur frère, qui en a été enchanté.
      
    Anne Dolhein

    reinformation.tv

     

    votre commentaire
  • Un Meetic pour djihadistes romantiques et jeunes filles cherchant héros mythique !

    Publié par Guy Jovelin

    Résultat de recherche d'images pour "meetic pour djihadistes"Barbare et à la pointe de la modernité ! La dernière trouvaille du Califat islamique : faire rêver du djihad avec des histoires d’amour via Internet.

    C’est une espèce d’agence matrimoniale on line qu’a lancé l’Etat islamique, à Raqqa,  afin d’attirer des jeunes filles occidentales, souvent convertis à l’Islam. Romans à l’eau de roses, photographies attrayantes de combattants barbus, miliciens en treillis, kalachnikov à la main, envoyant un baiser fugace à sa dulcinée, moudjahidin posant avantageusement, rencontre d’une barbe et de belles mains fines toute gaînées de noir, ne manquent pas.

    Avec, en premier plan, le commandement poétique : « Épouse la personne qui pourra t’élever moralement,  souviens-toi toujours que pour toi Allah est suffisant. »  Suivi ensuite de l’énumération des cadeaux du Califat aux futures candidates au mariage avec un héros au drapeau noir : « Ils te donnent une maison, où tu peux vivre avec ton mari et élever tes garçons qui seront enrôlés dans la guerre sainte. »

    Une vraie collection Harlequin, sauce dhijadiste, romantique à souhait,  pour adolescentes à la recherche du mari idéal qui à les traits du mâle guerrier défendant sa belle. Image si décriée par notre époque gender à souhait mais qui fait encore rêver les jeunes filles en mal d’amour !

    Éduquées dans le culte  hollywoodien et sentimental du happy end  final, elles ont succombé à ces belles paroles passionnées pour midinettes romanesques, pour leur plus grand malheur. Car par défense de la belle, ces fiancés virtuelles à la tête remplie de chimères, ont découvert l’enfer.

    Sort bien triste que celui de la jeunne Samra Kesinovic, autrichienne de 17 ans, mariée avec le moudjahidin Samra, utilisée comme pom pom girl de la guerre sainte, qui après quelques mois de mariage a tenté de fuir et aurait été tuée à coups de marteau ! 

    Sort bien triste que celui des ces bien jeunes épouses à qui l’on impose un nouveau compagnon quand le précédent meurt au combat : « Allah est grand. Il n’y a pas de mots pour décrire l’émotion que j’éprouve, assise à côté d’une sœur (musulmane) en attente de la nouvelle que son mari est devenu un martyr. » a twitté Umm Layth, une des racoleuses on line de l’État islamique.

    On estime à plus de 500 les jeunes filles occidentales attirées par les sirènes de Daesh dans l’espoir de vivre le grand Amour au travers d’une chanson de gestes moderne et barbare !

     

    Francesca de Villasmundo

    Source : http://www.medias-presse.info/


    votre commentaire