• Allemagne : 200 000 actes criminels commis par des migrants en 2015..

     

    Image d'illustration. Photo AFP

    Migrants.Selon des données partielles dévoilées par le Bureau pénal fédéral allemand, et relayées par le Daily Express, les infractions commises par des migrants en Allemagne ont explosé de 79% en 2015 par rapport à l’année précédente.

    Des chiffres qui font froid dans le dos. Ainsi, selon le Bureau fédéral allemand (BKA), les réfugiés, essentiellement en provenance de Syrie, d’Afghanistan et d’Irak, ont commis 92 000 infractions de plus qu’en 2014, soit une explosion de 79%. Comme évoqué en préambule, ces données sont « partielles » dans la mesures où trois länder, en l’occurrence Hambourg, Brême et surtout la Rhénanie du Nord-Westphalie n’ont pas souhaité divulguer leurs statistiques.

    Pour rappel, ce dernier länd abrite en son sein la ville de Cologne qui, si elle n’est pas la plus capitale de cette région – dévolue à Dusseldörf- demeure néanmoins sa plus grande ville. Ce qui signifie que les agressions sexuelles commises le soir du Nouvel An à Cologne n’ont guère été prises en compte au sein de ces statistiques.

    En outre, le rapport souligne que 240 tentatives de meurtres ont été perpétrées par des migrants – contre 127 en 2014 – et que dans la plupart des cas, les victimes étaient de la même nationalité que leurs agresseurs. Seul un allemand a été tué par des migrants quand 27 réfugiés étaient assassinés par d’autres réfugiés.

    Par ;valeursactuelles.com


    votre commentaire
  •  Italie, les musulmans empêchent leurs femmes de faire du vélo : « c’est une question de pudeur »
     
    PUBLIÉ PAR: ROSALY ..

    01-Csadorban

    Après la femme musulmane comparée à un « champ de labour », voici la femme musulmane, décrite comme un « diamant » qui ne peut pas faire du vélo !

    Ali Abu Shwaima, président du centre islamique de Milan, considère la femme comme un diamant, et pour cette raison, elle ne doit pas faire du vélo.

    J’ai essayé de comprendre le lien entre le diamant et l’interdiction de faire du vélo, sans y parvenir. C’est trop subtil pour mon esprit de simple femme occidentale, insensible à toute la beauté poétique de l’islam.

    « Il est plus approprié et plus respectueux, qu’une femme ne fasse pas du vélo » explique le plus sérieusement du monde Abu Swaima. Mais il n’est pas le seul musulman à penser de la sorte. Si bien que nombreuses sont les femmes musulmanes de Milan à devoir se priver de cette joie sportive, afin de ne pas désobéir à leurs maris si respectueux et prévenants à leur égard.

    A Milan, l’institut Luigi Cadorna en collaboration avec le Ciclo Pride Italia offre des cours de vélo aux femmes de tout âge et de toutes nationalités.

    L’initiative a vu le jour à la demande de certaines mamans musulmanes, qui ont exprimé le souhait de pourvoir se déplacer en vélo dans la ville.

    Devant les caméras de l’émission télévisée « Striscia la notizia », organisant un débat sur ce sujet, certaines mamans musulmanes demandent à être floutées par crainte des réactions de leurs maris.

    « Le vélo , c’est seulement pour les hommes » explique une jeune fille entièrement voilée. A ses côtés, une autre musulmane déclare apprendre à sa fille à rouler à vélo, mais elle s’empresse d’ajouter : « c’est normal … mais jusqu’à vingt ans, après c’est fini ».

    Quelques musulmans sont aussi présents sur le plateau.

    L’un d’entre eux explique : « Ma femme ne fait pas du vélo, elle travaille à la maison et ne sort jamais. » Normal, il protège son diamant de la concupiscence des voleurs, ce brave mari.

    Un autre déclare : « Parfois, je vois des femmes ici en Italie, qui roulent à vélo, et cela me sidère… ». Un rien les choque, ces musulmans, si délicieusement sensibles et délicats.

    « Même l’ongle d’un pied de la femme ne doit pas être montré, car il est une partie intime, qui doit restée cachée», renchérit un troisième.

    La majeure partie des hommes interrogés ont soutenu l’interdiction pour les femmes de faire du vélo, car c’est une question de pudeur pour la femme. Comme ils sont admirables, ces nobles protecteurs de la pudeur de leur femme. J’en suis toute émue…

    Ce n’est pas la première fois que « Striscia la notizia » organise un débat sur cette interdiction absurde. Interdiction qui vient de l’Arabie saoudite, de l’Iran, du Yémen, de l’Afghanistan et des zones rurales du Maghreb. Pays qui eux incarnent l’islam le vrai, contrairement à l’Etat islamique, comme nous le savons tous sur Dreuz.

    « L’homme musulman aime protéger la femme», explique Ali Abu Shwaima, car la femme est une chose sacrée, une chose de valeur … qui ne doit pas être exhibée. Qu’elle roule plutôt en Cadillac ou en Mercedes, mais non en bicyclette.

    Wow ! Mais quelle langue de vipère ose encore prétendre que le mari musulman méprise cette « chose » sacrée, cette « chose » de valeur, qu’est la femme !

    Pas étonnant que des femmes occidentales se convertissent à l’islam dans l’espoir d’épouser de telles perles rares.

    En 2010, Hassan Karami, le chef de la police d’Isfahan en Iran, avait prévenu que toute femme vue sur un vélo serait emprisonnée, conformément à la ligne des dictateurs du pays (« Women cyclists face jail, warns Iranian police chief »).

    Vérifiez : voyez-vous beaucoup de femmes musulmanes à la tête couverte rouler en vélo ? Le tabou était bien gardé, il est maintenant révélé.

    Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Rosaly pour Dreuz.info.

    Source : Il Giornale (traduit et adapté par Rosaly)


    votre commentaire
  • marine-le-pen-arboricultrice-300x22511                    Quand Marine Le Pen prenait la pose avec Marie-Hélène Pelras

    Canohès, Le Soler, Canet-en-Roussillon, Saint-Estève, Perpignan, Bompas… démission après démission, le FN a déjà perdu un grand nombre de ses élus. Et cela moins de deux ans après les élections municipales. Ils n’étaient pourtant qu’un ou deux à siéger au conseil municipal d’une petite dizaine de villes du département. Sauf à Perpignan (11 avant le départ de Clotilde Font)

    Sac de nœuds et démissions en série à Canohès quand la presse (France Bleu Roussillon et France 3) a révélé, peu de temps après le scrutin, que Marti Cama avait clandestinement embarqué des membres du FN sur sa liste, dont le responsable départemental du Front National de la Jeunesse qui n’aura pas participé à un seul conseil municipal.  

    Au Soler, la tête de liste du Rassemblement Bleu Marine, Marie-Hélène Pelras a claqué la porte du FN entraînant avec elle Jean-Marie Serres. La déception de Marie-Hèlène Pelras est à la hauteur de son investissement au FN. Avec son mari François Pelras, ils ont donné beaucoup temps et d’énergie. Son départ n’est pas lié à des désaccords politiques, il repose principalement sur une critique du fonctionnement de la fédération et du comportement de Louis Aliot qui serait plus doué pour diviser que pour fédérer les siens.

    A Canet plus aucun des trois élus ne se réclame du FN. Gérard Vidaller a quitté le groupe dès le premier conseil municipal et, lors de l’élection du maire, il a voté pour Bernard Dupont. Lucie Pastor a démissionné du conseil municipal et a été remplacée par Dominique Gazo qui ne siège pas avec le FN. Ce dernier n’est plus officiellement représenté que par Jean-Pierre Cevaer-Visonneau qui était tête de liste. Mais ce dernier a démissionné du FN et il n’a pas siégé depuis longtemps au conseil municipal. Ne lui parlez pas de Louis Aliot. C’est sa bête noire ! L’avocat qui cultive un style vieille France et la nostalgie du gaullisme social a davantage d’affinités avec Florian Philippot, le rival d’Aliot.

    Le fonctionnement et les relations à l’intérieur de la fédération sont également à l’origine du départ de Yola Guegen, une des deux élus du FN à Saint-Estève, comme en témoigne sa lettre de démission : « Compte tenu des discordes, des incompréhensions, des problèmes d’égos, du mépris qui règnent depuis plusieurs mois sur le FN66 et qui pourrissent l’ambiance et le moral de ceux qui s’étaient engagés convaincus que les gens qui composaient ce parti étaient différents des autres. » Yola Guéguen a rejoint Debout la France. Elle était aux régionales numéro 2 de la liste départementale du mouvement de Nicolas Dupont-Aignan. Et c’est comme élue divers droite qu’elle siège à présent au conseil municipal.

    Clotilde Font a quitté le groupe FN du conseil municipal de Perpignan en soulignant juste qu’elle ne pouvait plus, au sein du groupe, remplir son mandat d’élu tel quelle le concevait.

    Une semaine plus tard, Irina Kortanek faisait une déclaration publique dans laquelle elle apportait son soutien à Clotilde Font et annonçait qu’elle aussi ne siégerait plus sous l’étiquette FN au conseil municipal de Bompas et au conseil communautaire de l’agglo. Au passage elle incendiait Louis Aliot : « Il semble de plus en plus évident que M. Aliot grand donneur de leçons de démocratie bannit, sur le champ et sans appel, tout esprit de dialogue, de concertation et d’opposition … Monsieur Aliot semble oublier qu’un de ses sports favoris consiste à se faire élire, quel que soit le mandat, mais de préférence bien rétribué, d’encaisser les indemnités et de battre ensuite des records d’absentéisme… » Certains présentent le départ d’Irina Kortanek comme la réponse à son éviction de la liste des régionales alors qu’elle était conseillère régionale sortante. Irina Kortanek déclare à ce propos qu’elle « ne se reconnaît plus dans un mouvement principalement occupé à placer les copains et les transfuges de tous poils… »

    Ces démissions révèlent des problèmes internes qui ne sont pas propres à la fédération des P-O. Alliot ne peut donc être tenu comme unique responsable du mauvais climat qui y règne. On observe les mêmes dysfonctionnements dans nombre de fédérations. A quoi tient donc cette difficulté du FN à être une organisation « normale«  ? Une organisation dans laquelle les adhérents arrivent à cohabiter malgré leurs différences, leurs divergences et leurs rivalités ?

    Selon les textes officiels du FN : « Les membres du Front constituent une authentique communauté, soudée face à l’ennemi commun et animée par des liens de fraternité. » Dans les P-O, les hostilités ont tellement pris le dessus que Louis Alliot a du reprendre la direction de la fédération et le poste de secrétaire départemental.

    Fabrice Thomas
    contact : c.politique@orange.fr


    L’Ouillade : P-O : ancien candidat « frontiste » sur le Vernet, Bernard Reyes claque la porte du FN et dit ses 4 vérités dans une lettre à Marine…

    Monsieur le Directeur,

    Par la présente, je viens vers vous afin que vous informiez Marine LE PEN que je ne renouvellerai pas ma carte FN/ RBM.

    En effet, je suis écoeuré du comportement des membres de la Fédération de Perpignan :

    – copinage,
    – manque de respect vis à vis des adhérents (langage grossier de certains élus),
    – image véhiculée dans notre ville peu flatteuse pour le FN/ RBM.

    La suite sur l’Ouillade

     http://www.lefanaldubarcares.com


    votre commentaire

  • votre commentaire
  •  Saint-Denis (93) : Une famille de Roms depuis 5 ans dans un hôtel à 5300 €/mois

    Une famille de 9 migrants Roms vit depuis plus de cinq ans dans une résidence hôtelière : 5.300 euros par mois payés par le Samu social, donc le contribuable. Au plus grand bénéfice du propriétaire.

    Luciano a une grande famille. « Réfugié roumain », il est hébergé depuis plus de cinq ans avec sa femme et ses sept enfants dans une résidence hôtelière de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). Ils sont répartis dans deux studettes mitoyennes de moins de 30 mètres carrés chacune. C’est le Samu social qui paie cet hébergement d’urgence de longue, très longue durée.

    Dans cette résidence, il y a 150 chambres, toutes dédiées à l’hébergement d’urgence. En 2013, le propriétaire a touché plus de 2,3 millions d’euros de l’État. En Île-de-France, sur les 80.000 personnes mal logées, 35.000 sont à l’hôtel. Un business en or fondé sur la détresse des populations les plus fragiles…


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires