• A Brunei, il est interdit de fêter Noël sous peine de 5 ans de prison ferme

    Publié le 24 décembre 2015 par Dominique CHALARD

    A Brunei, il est interdit de fêter Noël sous peine de 5 ans de prison ferme

    Le sultan de Brunei, ce riche petit Etat enclavé dans la Malaisie, en Asie du Sud-Est, a décidé d'interdire la célébration des fêtes de Noël aux musulmans de son pays. En cas d'infraction à la règle, ils encourent jusqu'à 5 ans de prison et 20.000 dollars d'amende.

    Il pourrait être le Grinch, ce croque-mitaine qui déteste Noël, s'il ne s'agissait que de fiction. Le sultan de Brunei, ce micro-Etat situé sur l'île de Bornéo et enclavé dans la Malaisie, a tout simplement interdit à ses sujets de célébrer les fêtes de Noël et d'afficher les traditionnelles décorations qui vont avec, sous peine de cinq ans de prison et 20.000 euros d'amende.

    Le sultanat de Brunei, en Asie du Sud-Est, compte un peu plus de 420.000 habitants. Seuls les musulmans, qui représentent toutefois plus de deux tiers de la population, sont concernés par cette interdiction de célébrer Noël. Les autres, bouddhistes ou chrétiens, sont libres de fêter cette fin d'année comme ils l'entendent. Mais uniquement dans le cadre privé.

    Résistance

    Cette interdiction n'est pas nouvelle puisqu'elle avait déjà été prise l'année dernière, en même temps que l'application à Brunei de la charia, la loi islamique. Le sultan, Hassanal Bolkiah, a été encouragé dans sa décision par les chefs religieux musulmans locaux. En 2014, les autorités avaient alors fait retirer des commerces tous les sapins et décorations de Noël.

    L'interdiction a provoqué de vives réactions, notamment avec le lancement d'une campagne sur les réseaux sociaux, rassemblée sous le hashtag #MyTreedom. Le principe? Encourager les chrétiens de Brunei et d'autres pays, comme l'Arabie Saoudite ou l'Iran, à poster des photos d'eux ou de sapins de Noël pour lutter contre les persécutions et l'oppression qu'ils subissent.

    Source BFMTV


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • Terrorisme : le faux ventre, nouvelle ruse ?

    Le Parisien: Illustration. Un faux ventre de femme enceinte tapissé d’aluminium, similaire à celui-ci, a été retrouvé chez le jeune couple radicalisé. Les policiers se demandent à quoi pouvait être destiné cet artifice.
    © Le Parisien Illustration.
    Un faux ventre de femme enceinte tapissé d’aluminium, similaire à celui-ci, a été retrouvé chez le jeune couple radicalisé. Les policiers se demandent à quoi pouvait être destiné cet artifice.

    Au lendemain de l'annonce par le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, qu'un «dixième attentat» venait d'être déjoué du côté d'Orléans (Loiret), où deux jeunes hommes sont soupçonnés d'avoir voulu s'en prendre aux forces de l'Etat, un couple, originaire de Montpellier (Hérault) était toujours auditionné, jeudi. Placés en garde à vue lundi dans les locaux de la Sous-direction antiterroriste (SDAT) à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), mari et femme, unis religieusement, sont décrits comme présentant un « profil particulièrement inquiétant » par une source proche de l'affaire.

    Ce couple était surveillé depuis plusieurs semaines. La femme, prénommée Caroline et âgée de 23 ans, s'est convertie à l'islam et semble s'être radicalisée au cours des derniers mois, et avait déjà été auditionnée le 15 décembre pour des faits d'apologie du terrorisme. Puis elle avait été remise en liberté, comme l'a révélé le journal «le Midi libre». Mais l'histoire ne s'est pas arrêtée là.

    « Le matériel informatique et les téléphones portables du couple avaient été saisis pour exploitation, indique un proche du dossier. Il en est ressorti qu'ils avaient consulté des photos de jihadistes en Syrie, ainsi que des scènes très violentes orchestrées et filmées par les hommes de Daech. Il a également été déterminé qu'ils avaient fait des recherches sur les méthodes de fabrication d'engins explosifs. »

    «La détention de ce type de matériel est tout sauf anodine»

    Autre élément particulièrement troublant : les policiers ont découvert au domicile des deux suspects un faux ventre de femme enceinte. Cet accessoire de déguisement, acheté sur Internet, avait été évidé à la main, avant d'être recouvert de papier aluminium. Dans quel but ? « C'est la technique dite du sac plombé, qui consiste à tapisser d'aluminium un contenant, poursuit la même source. Cette action brouille le signal émit par un antivol fixé sur un produit et qui déclenche l'alarme des portiques de détection lorsqu'un voleur ressort avec. Le problème est que dans le cas de cette découverte, on ne voit pas l'utilisation que ce couple pouvait en faire. S'ils avaient voulu dissimuler des armes ou un engin explosif dans ce faux ventre, cela n'aurait de toute façon pas déclenché les portiques de sécurité d'un centre commercial, par exemple. Ces équipements ne s'activent que par rapport aux antivols ».

    Interrogée sur cet objet, Caroline aurait indiqué, toujours selon « le Midi libre », s'être équipée de ce faux ventre pour commettre « des vols à l'étalage ». Une version qui n'a guère convaincu les enquêteurs de la SDAT. Ce faux ventre de femme enceinte, ainsi maquillé, aurait-il pu brouiller les ondes d'un détecteur de métaux, dispositif désormais installé à l'entrée de nombreux bâtiments officiels ? Sur ce point précis, des vérifications sont toujours en cours. « La détention de ce type de matériel est tout sauf anodine, qui plus est au regard du comportement de cette jeune femme et de son mari, note un enquêteur. C'est elle qui semble pousser son mari, âgé de 35 ans et de nationalité franco-tchadienne, à une observance très rigoriste de la religion. »

    Jeudi soir, Caroline et son compagnon étaient toujours auditionnés. « La menace n'a jamais été aussi élevée », a encore insisté, jeudi, le Premier ministre, Manuel Valls, à l'issue du Conseil des ministres.


    votre commentaire
  • Acte Isolé ou déséquilibré .Posté par : Pieds Noirs 9A.. 

    Le Figaro Histoire n°17 décembre 2014-janvier 2015 (6.90€)
    texte des illustrations Thibaut DARY
    éditorial par Michel DE JAEGHERE :
    « - Mensonge d’un FLN qui parvint à se faire reconnaître comme le seul représentant du peuple algérien, quand le nombre de ses militants n’approcha jamais celui des harkis …
    - Mensonge de l’allié américain ruinant à Suez le prestige de la France au lendemain d’une victoire militaire qui aurait privé la rébellion de ses principaux soutiens.
    - Mensonge d’un général de Gaulle proclamant, en juin 1958, à Oran et à Mostaganem : « L’Algérie est une terre française, organiquement, aujourd’hui et pour toujours. » « Vive l’Algérie française ! » Et encore à Saïda, en août 1959 : « Moi vivant, le drapeau vert et blanc du FLN ne flottera jamais sur Alger. »
    - Mensonge d’une paix qui se traduisit par un renouveau de violence contre les Européens, les disparitions, la torture et le massacre de dizaines de milliers de harkis que la France avait promis de ne jamais abandonner, l’exode forcé d’un million de pieds-noirs …
    On a beaucoup spéculé, beaucoup écrit sur le retournement du général de Gaulle …
    On lui fait souvent crédit d’avoir compris que l’empire était devenu pour la France un fardeau insupportable, et que les évolutions démographiques allaient rendre la pression migratoire irrésistible …
    C’est balayer d’un revers de main les solutions confédérales … Tenir pour rien l’abandon du pétrole saharien …
    Mais c’est souligner, en réalité, l’ultime mensonge, celui que la population française s’est fait à elle-même …
    Notre pays en a été payé par la crise de mai 1968, le choc pétrolier de 1973, la vague migratoire qui a fait passer depuis 1962 la population algérienne en France de 300 000 à 5 millions … »

    FIERS D ETRE PIEDS NOIRS


    votre commentaire
  • Acte Isolé ou déséquilibré .Posté par : Pieds Noirs 9A.. 

    La France grande et généreuse ..


    votre commentaire