•  Nord: 5 membres d'une même famille retrouvés morts

    Cinq membres d'une même famille, dont trois enfants, ont été retrouvés morts mercredi soir à leur domicile de la banlieue de Lille.

    © Fournis par BFMNews

    Cinq membres d'une même famille, dont un bébé de six mois, ont été retrouvés morts mercredi soir dans leur domicile d'Haubourdin, une commune de la banlieue sud de Lille, a-t-on appris de source policière. Ils seraient décédés depuis le 16 octobre, précise La Voix du Nord.

    Les corps des trois enfants, une fillette de 10 ans et deux petits garçons de 4 ans et six mois, celui de la mère, âgée de 40 ans, ont tous été retrouvés dans leur lit, dissimulés sous des couvertures, au domicile familial. "Il n'est pas exclu qu'au moins l'une d'entre elles ait été étouffée", a précisé Frédéric Fèvre, le procureur de Lille. Le corps du père, 42 ans, a lui été découvert pendu dans le garage.

    Difficultés financières

    Selon le quotidien régional, c'est la tante et la nourrice des enfants qui a prévenu la police, alors qu'elle ne parvenait pas à joindre quiconque au téléphone. Les deux femmes ont été prises en charge par la cellule psychologique du SAMU. De source proche du dossier, la famille n'avait plus donné signe de vie depuis plusieurs jours.

    D'après les premiers éléments de l'enquête, confiée à la Sûreté urbaine de Lille, évoqués par le quotidien régional, le père de famille aurait tué sa compagne et ses trois enfants avant de se suicider. Il a laissé une lettre, datée de vendredi dernier, pour expliquer son geste. Dans celle-ci, il parle de grosses difficultés financières. "Il a évoqué le surendettement", explique Frédéric Fèvre.

    Des riverains en larmes

    Sur place, les policiers ont établi un imposant périmètre de sécurité autour de cette maison de briques de deux étages donnant sur une placette avec parking, situé dans un quartier résidentiel d'Haubourdin à sept kilomètres à l'ouest de Lille.

    A l'intérieur de ce périmètre, les policiers de l'identité judiciaire étaient à l'oeuvre dans la soirée. Une quinzaine de riverains étaient également présents sur place. Beaucoup d'entre eux étaient en pleurs, selon un journaliste de l'AFP sur place.

    Selon leurs témoignages, ils ont entendu arriver les pompiers vers 20 heures. "Cette famille n'était pas installée là depuis très longtemps, depuis un an environ. Ici, c'est un quartier extrêmement calme et résidentiel, les enfants y font souvent du vélo et de la trottinette", a déclaré Christelle, une voisine.

    La rédaction avec AFP

    votre commentaire
  • Un chirurgien a été bloqué par la grève de la FGTB et l'autoroute en feu à Liège: sa patiente est décédée.

    Une touriste danoise est décédée ce lundi matin à Liège. Le chirurgien qui devait l'opérer a été bloqué à Herstal, dans un embouteillage provoqué par les manifestants de la FGTB, comme l'a expliqué la direction médicale de l'hôpital à Vincent Jamoulle. Le chirurgien a été coincé devant le pont de Cheratte, là où des grévistes avaient allumé des feux à même le sol.

    La dame de 74 ans a été admise en urgence lundi à 6h du matin à la clinique Notre-Dame de Hermalle pour une rupture d'anévrisme, comme le précise la RTBF. "Pour atteindre l'hôpital, le médecin a appelé un motard de la police qu'il a vu près de lui. Puis ils ont pris tant bien que mal l'autoroute à contre-sens", explique notre journaliste Vincent Jamoulle, qui a rencontré la direction médicale.

    Au total, le chirurgien a pris une heure pour effectuer le parcours qui était censé lui prendre quinze minutes. Il a finalement pu pratiquer l'opération, mais son retard a fortement diminué les chances de survie de sa patiente. Celle-ci est décédée quelques heures plus tard.


    jamoulle-directionmedic
    La direction médicale du Centre Hospitalier Chrétien a présenté ses explications à la presse


    La FGTB perplexe face au fonctionnement de l'hôpital et le comportement du médecin

    Le Centre Hospitalier Chrétien a déposé plainte contre X pour homicide involontaire. L'hôpital n'établit pas de lien de cause à effet direct, mais souhaite surtout lancer la réflexion sur les limites du droit de grève et sur ses conséquences.

    Du côté de la FGTB, on s'interroge sur le comportement du chirurgien, et sur le fonctionnement de l'hôpital face à une situation d'urgence. Le syndicat se montre désolé face au décès de la patiente, mais n'établit pas de lien de cause à effet.

    La FGTB attend les résultats de l'enquête de la police, mais annonce qu'une réflexion sera menée sur la façon dont les prochaines actions de grève seront exécutées.

     http://www.rtl.be/info/article/regions/liege/un-chirurgien-a-ete-bloque-par-la-greve-de-la-fgtb-et-l-autoroute-en-feu-a-liege-sa-patiente-est-decedee-764266.aspx?utm_medium=email


    votre commentaire
  • Anne Hidalgo interdite de séjour à Maisons-Laffitte : un exemple à suivre ?..

     
    Le 21/10/2015
     
    Jacques Myard a pris un arrêté municipal interdisant le séjour de la dame sur sa commune.
        
    L’humour et les bonnes blagues en politique ne sont pas si fréquents, alors il faut les saluer lorsque cela arrive.
     D’autant qu’à bien y réfléchir, quand la situation atteint le niveau de blocage où elle est actuellement, la farce est peut-être une arme beaucoup plus efficace qu’on ne l’imagine.
    Jacques Myard, maire de Maisons-Laffitte, est furieux de la nouvelle lubie du maire de Paris.
    Anne Hidalgo veut, en effet, « piétonniser les quais bas de la rive droite à partir de l’été prochain », comme on dit dans le jargon municipal, cela sans doute du tunnel des Tuileries jusqu’au port de l’Arsenal, à la Bastille.
     Ce qui va créer une pagaille encore plus inextricable sur les quais hauts de la Seine, et sûrement pas arranger le niveau de pollution déjà extrême dans la capitale.
     Bref, a dit Jacques Myard, puisque madame Hidalgo se fout pas mal des banlieusards contraints de passer des heures dans leur voiture faute de transports en commun efficients, eh bien, qu’elle reste donc dans sa ville !
     En conséquence de quoi il a pris un arrêté municipal interdisant le séjour de la dame sur sa commune.
    Parfaitement légal, le message est on ne peut plus clair : « Sa seigneurie Anne Hidalgo, encore maire de Paris, est interdite de séjourner sur tout le territoire de Maisons-Laffitte pour une durée indéterminée, du moins jusqu’à ce qu’elle revienne sur ses projets idéologiques de ghettoïsation de la ville de Paris. »
    En conséquence : « Le directeur général des services, la police nationale, la police municipale et les gardes particuliers sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l’exécution du présent arrêté. »

    Toutefois, au terme de la loi, comme le précise Le Parisien, le présent arrêté « peut faire l’objet d’un recours pour excès de pouvoir auprès du tribunal administratif de Versailles dans les deux mois à compter des mesures de publicité ».
     Cher Monsieur Myard, sachez que je vous applaudis des deux mains et aussi des deux pieds.
    Et si je puis me permettre une requête : vous feriez annoncer cela dans les rues de votre bonne ville par un garde champêtre précédé d’un roulement de tambour que j’en serais ravie.
     Comme vous le dites si bien, l’initiative Hidalgo, « c’est une politique de Gribouille des socialistes qui courent après leurs ex-petits copains Verts qui leur font aujourd’hui un bras d’honneur ».
    Alors militons nous aussi pour le bras d’honneur, et votre arrêté municipal en est un de belle facture qui mérite de servir de modèle.

      Je forme un vœu : que votre initiative marque l’aube d’une saine révolte citoyenne.
    Que les maires de France vous imitent et interdisent leurs communes à tous ces Charlots qui passent leur temps en balades pour aller à la pêche aux voix au lieu de gouverner le pays.
    Puisque les urnes sont impuissantes, puisqu’il n’y a plus de représentativité du pays réel, alors frondons !

     Mesdames et Messieurs les maires, à vos arrêtés : boutez hors de vos villes tous ces cuistres et ces clampins, sortez les Valls et les Hollande, interdisez les tournées des Sarkozy et autres chevaux de retour.

    Ce sont des clowns ?

     Alors rions, mais rions en masse !

     Et s’il pouvait se trouver quelques centaines de maires, sur les 36.000 communes que compte le pays, pour prendre semblable arrêté, alors je reprendrais espoir en la France !

    votre commentaire
  • Le numéro 2 du FN en Dordogne parle de "dictature" et dit avoir été débarqué

    Par Antoine Balandra, France Bleu Périgord mercredi 21 octobre 2015 à 11:21

    Wilrfied Peyronnet lors de la campagne des départementalesWilrfied Peyronnet lors de la campagne des départementales © Radio France - Benjamin Fontaine

    Wilfried Peyronnet, secrétaire départemental adjoint, responsable de la permanence de Bergerac, numéro 5 sur la liste départementale du Front pour les régionales et ex candidat aux départementales a été débarqué du Front National. Il évoque un parti qui ressemble de plus en plus à une dictature

    Wilfried Peyronnet secrétaire départemental adjoint, responsable de la permanence de Bergerac, numéro 5 sur la liste départementale du Front pour les régionales et ex candidat aux départementales aurait donc reçu un mail hier lui signifiant "sa fin de mission au sein du Front National".

    Il aurait été débarqué, c'est en tout cas ce qu'il affirme sur sa page Facebook. Il y évoque aussi "un parti qui ressemble de plus en plus à une dictature". Wilfried Peyronnet se dit pour autant très attaché à son parti et ne souhaite donc pas accorder d'interviews à la presse, du moins pas pour l'instant.

    Le numéro 2 du FN en Dordogne parle de "dictature" et dit avoir été débarqué

    Antoine Balandra, France Bleu Périgord 


    votre commentaire
  •  Hongrie : Depuis la construction du mur, le nombre d’immigrés clandestins proche de zéro; débâcle politique pour Merkel  

    merkel-angry

    BREIZATAO – ETREBROADEL (20/10/2015) Chacun se souvient de l’hystérie de la part de la presse occidentale et, à sa suite, du personnel politique ouest-européen, lors de l’annonce par Viktor Orban, Premier ministre hongrois, de la création d’un mur de protection aux frontières du pays pour stopper l’arrivée des migrants. La publication, lundi, des derniers chiffres du nombre de clandestins ayant pénétré en Hongrie est sans appel : il est désormais proche de zéro.

    Conséquence indirecte de cette victoire hongroise : une débâcle politique d’ampleur inédite se profile à l’horizon pour Angela Merkel, désormais contestée aussi bien par l’opinion publique allemande qu’européenne, mais également au plus haut niveau de l’état.

    Les prophéties de Merkel désavouées

    En septembre dernier encore, marxistes fiévreux et patrons avides de dumping social donnaient conjointement de la voix pour dénoncer “l’horreur” des mesures hongroises et assuraient avec aplomb qu’elles étaient vouées “à échouer”.

    Viktor Orban, sans prêter le moins du monde attention aux épileptiques du droits-de-l’hommisme, mobilisait l’armée pour mettre en place le mur de protection, avec l’aide d’experts israéliens, et se pressait de finaliser le bouclage complet pour octobre.

    Comme à l’accoutumée, joignant la meute journalistique de gauche et d’extrême-gauche, les politiciens occidentaux dénonçaient tout aussi furieusement les décisions de Budapest.

    Pour mesurer le degré d’incompétence de la classe politique ouest-européenne, citons les propos d’Angela Merkel en date du 6 octobre dernier – il y a seulement deux semaines donc – sur le sujet (lire ici) :

    “Les “réfugiés” (sic) ne seront pas stoppés si nous construisons simplement des barrières. De cela, je suis profondément convaincue, et j’ai vécu derrière un mur assez longtemps”.

    Difficile de comprendre la référence au Mur de Berlin faite par Angela Merkel, cette dernière n’ayant visiblement pas remarqué à l’époque qu’il était conçu pour empêcher les gens de quitter la RDA et non d’y venir.

    Il est probable que la chancelière, ne sachant plus comment justifier sa politique délirante d’accueil sans restriction de clandestins musulmans, jugeait nécessaire d’agiter les mauvais souvenirs de la période communiste pour mieux terroriser l’opinion publique allemande.

    En tout état de cause, Merkel, en plus de s’être durablement discréditée auprès de l’opinion publique européenne, voit ses fabuleuses prophéties s’écrouler en moins de deux semaines.

    Le mur hongrois : de 10 000 migrants par jour à presque zéro

    Ce sont les autorités hongroises qui ont annoncé le triomphe politique de Viktor Orban en publiant les chiffres officiels du nombre d’immigrés clandestins musulmans ayant pénétré dans le pays.

    Agence France Presse (source) :

    La Hongrie a annoncé lundi que la fermeture de sa frontière avec la Croatie avait pratiquement ramené le nombre de migrants entrant sur le territoire à zéro.

    Seulement 41 personnes ont traversé la frontière pour rejoindre cet état-membre de l’UE, a déclaré le gouvernement.

    “La fermeture de la frontière fonctionne, elle a efficacement stoppé les traversées illégales” a indiqué le porte-parole du gouvernement Zoltan Kovacs depuis Nagykanizsa, une localité proche de la frontière croate.

    “Le gouvernement hongrois est déterminé à maintenir en place ces mesures aussi longtemps que nécessaire” a-t-il ajouté.

    “Nous surveillons en permanence la situation aux frontières slovènes, croates et serbes, et nous sommes prêts à réagir à tout incident” a-t-il assuré.

    Le chiffre de 41 immigrés clandestins et un nouveau record à la baisse pour l’année 2015 en Hongrie qui a vu jusqu’à 10 000 personnes traverser ses frontières depuis l’été.

    Au total, environ 390 000 immigrés clandestins ont transité par la Hongrie depuis le début de l’année selon les derniers chiffres de la police.

    Tous les journaux acquis à l’immigration de masse, au multiculturalisme et à l’antiracisme sont dans le désarroi le plus complet. Un de leurs arguments les plus utilisés pour démoraliser les masses face à leur politique d’africanisation et d’islamisation du continent consistant à dire que, même si un gouvernement voulait “fermer ses frontières”, ce serait “matériellement impossible”. L’exacte rhétorique utilisée par Merkel.

    Les Allemands veulent maintenant leur propre mur

    Alors que l’Allemagne doit gérer désormais 10 000 entrées par jour sur son territoire, ce sont certaines autorités sécuritaires allemandes qui exigent désormais la construction d’un mur de protection.

    Décision qui, si elle était prise, signifierait un fiasco spectaculaire et historique pour la chancelière allemande, acquise à une politique délirante d’immigration massive. Merkel passant ainsi du statut de possible candidat au Prix Nobel de la Paix à celui de chancelière la plus incompétente de l’histoire récente.

    DeutscheWelle (source) :

    Un responsable syndical de policiers a demandé la construction d’une barrière afin de réduire le flux de migrants. Rainer Wendt a déclaré au journal “Welt am Sonntag” que les autres pays agiraient de la même façon ensuite.

    Wendt a insisté sur le fait que des mesures dures – comme la construction d’un mur le long de la frontière avec l’Autriche – était vitale pour le pays “afin de mener un contrôle des frontières sérieux”.

    “Si nous fermons nos frontières de cette façon, l’Autriche fermera également les siennes avec la Slovénie. C’est exactement l’effet dont nous avons besoin” a déclaré Wendt, président de l’Union des Policiers d’Allemagne.

    En somme, la politique patriotique de Viktor Orban était la seule possible, saine et raisonnable. La politique combattue avec acharnement par tous les doctrinaires de l’immigrationnisme et de l’afro-islamisation de l’Europe. Cette débâcle politique, si d’aventure Merkel devait capituler, aurait des répercussions politiques sur tout le continent.

    BREIZATAO – ETREBROADEL (20/10/2015)


    votre commentaire