• Le sénateur PS Philippe Kaltenbach condamné à un an de prison ferme pour corruption

    Le Monde.fr avec AFP  

    Le sénateur PS, Philippe Kaltenbach a été condamné, jeudi 22 octobre, à un an de prison ferme pour corruption passive. Le sénateur PS, Philippe Kaltenbach a été condamné, jeudi 22 octobre, à un an de prison ferme pour corruption passive. JEAN AYISSI / AFP

    Le sénateur PS des Hauts-de-Seine, Philippe Kaltenbach, a été condamné à deux ans d’emprisonnement, dont un ferme, pour corruption passive, jeudi 22 octobre, par le tribunal correctionnel de Nanterre. Il a également écopé d’une amende de 20 000 euros et de cinq ans d’inéligibilité. Il a indiqué qu’il allait faire appel.

    L’ancien maire de Clamart a été reconnu coupable d’avoir accepté de l’argent liquide de la part d’un de ses adjoints, contre une promesse d’attribution de logement social. Selon M. Kaltenbach, il s’agissait d’un « remboursement de prêt » à son adjoint. 

    « Je suis victime d’un coup monté visant à me salir et à m’éliminer politiquement. Je n’ai jamais touché d’argent en échange d’un quelconque avantage ou d’un appartement », a-t-il affirmé sur son blog après le rendu de la décision, alors qu’il était absent de l’audience.

    L’accusation repose principalement sur une vidéo, tournée en 2010 à l’insu de Philippe Kaltenbach par son adjoint de l’époque, et diffusée sur Internet en 2012. Dans une séquence, on voit le maire de Clamart recevoir, dans son bureau, une somme d’argent en liquide de Mohamed Abdelouahed. Pendant la remise de fonds, les deux hommes discutent de ce qui semble être l’attribution d’un logement à un tiers.


    En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2015/10/22/le-senateur-ps-philippe-kaltenbach-condamne-a-un-an-de-prison-ferme-pour-corruption_4795008_1653578.html#WXAiSueorVkme8B6.99

    votre commentaire
  • LES INDISCRETS

    VENT DE FRONDE AU FN VOSGES

    23/10/2015
     

    « Suite aux importants incidents qui ont abouti à l’explosion de la fédération FN des Vosges, ce site est en travaux pour une totale refonte. Vous retrouverez toutes nos informations au lendemain de notre conférence de presse qui aura lieu dans les jours à venir. » Cette phrase, postée mercredi matin sur le site du FN Epinal, a de quoi interpeller car il y est fait état de querelles internes au sein de la fédération vosgienne.

    Joint par téléphone, Pierre-Jean Robinot, conseiller municipal d’opposition FN à la Ville d’Epinal, revient plus en détail sur le malaise latent qui existe, depuis plusieurs mois, au sein de la structure. « Depuis un an, la fédération des Vosges va très mal. Tout ça provient du fait qu’on a un secrétaire départemental qui n’est d’ailleurs pas vosgien et qui coupe des têtes dès qu’on n’est pas d’accord avec lui. Aujourd’hui, la fédé a perdu 90 % de ses membres. C’est une catastrophe. On a essayé de régler nos problèmes en interne mais ce n’est plus possible. On attend le dépôt des listes pour dire toute la vérité. Aujourd’hui, personne ne sait qui est sur la liste. C’est un grand secret. Il n’y a aucune discussion possible. »

    L’élu spinalien va même plus loin dans ses accusations : « J’ai réussi à tenir le FN Vosges pendant tout ce temps. J’ai alerté à plusieurs reprises l’instance parisienne mais elle s’en fout complètement. Le problème, c’est que je ne suis pas d’accord avec le programme décidé pour les élections régionales. Les orientations données vont totalement dévaloriser les Vosges. Je ne peux pas en dire plus pour l’instant. La seule chose, c’est que le parti a trahi son électorat. C’est très grave. Un parti politique, c’est une structure où on échange, où on doit être écouté. Le FN n’est pas un parti démocratique. Moi, je ne veux pas trahir les gens qui ont voté pour moi. La supercherie a assez duré », explique l’élu, annonçant qu’une réunion des frondeurs est organisée ce soir à huis clos (lire hier soir, NDLR) pour décider du comportement à adopter dans les prochains jours.

    La dizaine de conseillers municipaux du Front national pourraient, à en croire notre interlocuteur, adopter une stratégie commune.

    Hormis bien entendu le secrétaire départemental Jordan Grosse-Cruciani, élu de l’opposition à Thaon-les-Vosges.

    Ce dernier, supposée tête de liste vosgienne pour les prochaines régionales, tente quant à lui, de relativiser et désamorcer la bombe. « J’ai été surpris de découvrir le site sans que j’en sois informé auparavant. Je pense que c’est plus une position opportuniste de Pierre-Jean Robinot qu’autre chose. S’il avait quelque chose à dénoncer, pourquoi ne l’a-t-il pas fait avant ? Je trouve ça étrange. Il visait une place pour les régionales et il ne sera pas en position éligible. Je pense que le malaise vient essentiellement de là. »

    Et le jeune homme de défendre son bilan depuis son arrivée à la tête de la fédération vosgienne : « Quand j’ai repris la fédération en 2012, nous étions un peu plus de 200 cotisations ; lors de la dernière réunion en juin, nous étions plus de 600. Le seul canton où il n’y a pas eu de renouvellement, c’est sur le canton d’Epinal. Les seuls qui essayent de s’écarter un peu du mouvement, c’est Epinal. Tous les autres sont avec nous. Tous les élus vosgiens FN à part ceux d’Epinal nous soutiennent. Avant de faire de telles déclarations, il ferait mieux de balayer devant sa porte. Il n’a qu’à regarder la liste qu’il a menée pour les municipales à Epinal pour s’apercevoir qu’il y a eu beaucoup de déperditions. »

    Dans l’entourage des deux frontistes, beaucoup préfèrent ne pas commenter pour le moment. Il faudra attendre quelques jours pour lever le voile sur le réel état de santé du Front national vosgien.

    Sébastien COLIN

    http://www.vosgesmatin.fr/politique/2015/10/23/vent-de-fronde-au-fn-vosges


    votre commentaire
  • Par Ivan Rioufol ..

    Marine Le Pen leur dit merci !

    Marine Le Pen peut faire confiance à ses adversaires : ils font tout, pour lui donner un coup de pouce.

    Pour elle, la semaine a bien commencé: poursuivie par des organisations antiracistes, elle a pu se présenter devant la justice en défenseur de la liberté d’expression.
    Cette fois, c’est le rapprochement entre Nicolas Sarkozy, patron des Républicains, et Jean-Christophe Cambadélis, patron du PS, qui vient donner raison à la présidente du FN, quand elle assure que droite et gauche sont des alliés de fait.
     A se demander d’ailleurs si Sarkozy n’a pas perdu la main.
     C’est une faute qu’il a commise, en s’alliant à Cambadélis, pour protester contre la place laissée à Marine Le Pen dans une émission de France 2.

     Récemment, le patron des Républicains a propulsé, involontairement, Nadine Morano dans les sondages, après l‘avoir sanctionnée pour son mot de trop, sur la race.

     Cette fois, en faisant cause commune avec le PS, il intronise Le Pen en opposante principale.


    votre commentaire
  • Immigration – Les médias veulent vous apitoyer, voici la réalité..


    votre commentaire
  • Jet pour des migrants: Dupont-Aignan s'"inquiète pour la santé mentale du gouvernement"


    votre commentaire