• En 1962, pieds-noirs et harkis étaient moins bien accueillis que les migrants aujourd’hui

    Où étaient-ils, ces gens si généreux aujourd’hui, si absents, si hostiles en 1962 ?

    Journaliste
    Ancien chef d’édition à RTL (1967-2001)

    Qu’il y ait en ces jours rassemblements et pétitions pour ceux qui fuient les décapitations par les islamistes, c’est louable. Mais combien de Français se sont rassemblés ou ont pétitionné pour nous défendre en 1962 – j’avais 16 ans – à notre arrivée d’Algérie (française), notre terre natale ?

    Le réalisateur Bernard Murat, suivi par 66 « pros » du spectacle, appelle à soutenir les réfugiés : « Nous ne pouvons pas rester claquemurés dans l’indifférence et le silence devant la tragédie de ces hommes, de ces femmes et de ces enfants qui meurent, faute d’être accueillis, victimes de la barbarie… » Que n’a-t-il écrit les mêmes phrases en 1962 à l’adresse des pieds-noirs et harkis, « victimes de la barbarie » d’autres égorgeurs ?

    Né en… Algérie, à Oran, mais étant depuis longtemps à Paris, il avait alors 21 ans : a-t-il été parmi la minorité de Français nous ayant secourus ou parmi la majorité de « métropolitains » qui, à l’image d’un Jean-Paul Sartre ou du socialiste Gaston Defferre, futur ministre de l’Intérieur de François Mitterrand, ont été hostiles à notre venue ? A-t-il protesté contre ce Defferre haineux ordonnant « que les “pieds-noirs” aillent se réadapter ailleurs » ? A-t-il dénoncé Jean-Paul Sartre pour ses propos sur les Français d’Algérie : « … il faut tuer : abattre un Européen, c’est faire d’une pierre deux coups, supprimer en même temps un oppresseur et un opprimé : restent un homme mort et un homme libre : le survivant. » (préface des Damnés de la terre, du tiers-mondiste Frantz Fanon, 1962)

    Ces mêmes questions sont à poser aux pétitionnaires qui, en 1962, étaient eux aussi en âge de réagir à notre exode : Line Renaud (34 ans) ou Pierre Arditi (18 ans)… Ainsi qu’aux Français ouvrant grand leurs bras à ceux qui, c’est vrai, méritent un havre de paix. Mais où étaient-ils, ces gens si généreux aujourd’hui, si absents, si hostiles en 1962 ?

    C’est un fait : les photos d’enfants (cathos, juifs, musulmans) émasculés puis égorgés par leurs amis du FLN n’étaient pas publiées mais censurées ! Et mes parents, « les oppresseurs » selon Sartre, passaient pour des gens bardés d’or après avoir fait « suer le burnous » : mon père, fort de son « certif’ de maréchal-ferrant » (et j’en suis fier) a évolué jusqu’à mécanicien sur avion et ma mère se vantait (et je l’admirais) de son « certif’ de sténodactylo ». Avec cinq fils, ils ne roulaient pas sur l’or ! Qui était là pour nous accueillir ? Toutefois, notre malheur était encore enviable face au drame des harkis qui, au lieu d’honneur, étaient honnis par ceux qui, en cette fin d’été, ouvrent leur porte aux victimes d’une même barbarie…

    Mais notre plus grand tort, alors, n’était-il pas, pour l’intelligentsia, que nous tous, pieds-noirs et harkis, n’étions que de modestes… Français ?


    votre commentaire

  • votre commentaire
  •  Par :Pieds Noirs 9A.. 

     Un billet de 2015

    Le FN serait t'il d'accord pour une France Algérienne  ? Ma foi OUI !!!                                                   

    LE FN TOURNE LACHEMENT LE DOS
    Â UN VOTE ÊMINEMMENT IMPORTANT !!!

    ILS N'ONT PAS VOTÊS CONTRE
    L'ACCUEIL DES MIGRANTS DÊLINQUANTS !!!

    GENS DU FN ? DE QUOI AVOIR HONTE ..


    votre commentaire
  •  Par :Pieds Noirs 9A.. 


    votre commentaire
  • Nassim Saadi, le joueur des Francs Borains, dérape sur Charlie Hebdo: "Dommage, les frères Kouachi ne sont plus là!"

    Mis à jour le lundi 14 septembre 2015

    Faits divers Choqué par une caricature d’Aylan, l’attaquant du RFB regrette les frères Kouachi.

    La mort du petit Aylan n’a pas fini de faire couler de l’encre. L’image-choc du garçon échoué sur la page de Bodrum a inspiré de nombreux dessinateurs à travers le monde. Cette semaine, Charlie Hebdo y est allé de son coup de crayon, sans faire dans la dentelle.

    Dans la rubrique Les couvertures auxquelles vous avez échappé, plusieurs dessins aux traits tout aussi épais que l’esprit. Sur les réseaux sociaux, les critiques ont fusé. Un joueur des Francs-Borains a quant à lui littéralement dérapé. Sur son mur Facebook, Nassim Saadi commente en ces termes l’un des cartoons : "Je suis pas Charlie et je le serai jamais bande de fils de… Dommage, les frères Kouachi sont plus là. J’espère que d’autres gars referont la même chose. Je dis ce que je pense. Liberté d’expression."

    Nous ne sommes pas parvenus à joindre le jeune attaquant de 21 ans. Du côté de la direction des Francs-Borains, on semble abasourdi. "Je ne suis pas très actif sur les réseaux sociaux", confesse Pierre Ubrain, le dirigeant du club de Promotion. "L’information m’a été rapportée par un administrateur. Nous n’avons pas encore pu nous entretenir avec le joueur, mais nous comptons faire toute la lumière sur cette histoire. Le sujet sera d’ailleurs à l’ordre du jour du prochain conseil d’administration mardi. Je sais par ailleurs que d’autres joueurs ont déjà dit à Nassim qu’il devrait modérer ses propos."

    Une tuile de plus pour le RFB qui peine à se remettre de sa lourde défaite face à Hal la semaine dernière et qui a été tenu en échec par l’Olympic de Charleroi ce week-end. "Nous n’avions pas besoin de ça", soupire Pierre Urbain. "En tant qu’ancien lecteur de Charlie Hebdo, je sais qu’il faut pouvoir prendre du recul devant certains dessins. Je mets cette erreur sur le compte du jeune âge de notre attaquant qui est plus à l’aise sur le terrain pour exprimer son talent."

    Si rien ne saurait justifier l’attentat du 7 janvier, ce nouvel incident devrait nous rappeler que le terrorisme ne tombe pas du ciel et qu’il serait temps d’en sonder les racines. Depuis que l’impensable s’est produit, "Je suis Charlie" a sonné comme un mot d’ordre autour duquel les positions se sont crispées. Plutôt que de botter en touche en convoquant des enfants dans des commissariats pour apologie du terrorisme, ne serait-il pas temps de remettre la balle au centre pour mener sereinement un débat de fond ? 

     

    http://www.dhnet.be/


    votre commentaire