• Dépôt de plainte suite à des rumeurs de viol homosexuel au FNJ..

    Publié par: Thomas Joly..

    Dépôt de plainte suite à des rumeurs de viol homosexuel au FNJ

    Un dénommé Damien Nicolas, ex-responsable du FNJ pour le Nord, et (ex ?) proche de Florian Philippot, a déposé une plainte contre des militants du FNJ qui font courir la rumeur d'un viol homosexuel dont il se serait rendu coupable.

    Voilà comment ça se passe au néo-FN...


    votre commentaire
  •  LA GRANDE MASCARADE  

    Le bisou Sébastien-Estrosi : « Ça, c’est la politique ! »

    (par Marie Delarue)

    Publié par :Thomas Joly..

    On ne le leur fait pas dire, ils s’en chargent tout seuls : le mélange des genres “pipolesque” entre l’apôtre du coussin péteur et le maire de Nice, « ça, c’est la politique ! » La politique française, en tout cas, et on en crève.

    C’était dimanche, pour la fête de la Musique, du bastringue et du n’importe quoi. L’ineffable Patrick Sébastien animait la soirée officielle de France 2, en direct de Nice où quelque 100.000 personnes, nous assure-t-on, s’étaient massées sur la promenade des Anglais. « Du soleil et des tubes », que ça s’appelle, avec des vedettes en veux-tu en voilà. Il est vrai qu’on ne résiste pas à une telle tentation.

    « Nice est désormais une destination incontournable de culture et de musique », dit la pub municipale, ajoutant « À minuit, France 2 et la ville de Nice vous réservent une surprise. » Ah ben oui, dans le genre, on a même été gâtés. C’est l’histrion de service, ce monument de la culture sous la ceinture nommé Sébastien qui, tout à coup, appelle sur la scène son « très vieil ami », lequel se trouve – un hasard – être le maire de la ville Christian Estrosi. Mais les Niçois, gens sans doute irrespectueux, se mettent à siffler, à pousser des « Hou, hou ! » et puis à crier des choses qu’on ne saisit pas très bien, sinon qu’elles n’ont pas l’air flatteuses pour l’élu.

    Virginie Guilhaume, le faire-valoir tout en seins et tout en jambes de la chaîne, proteste dans son micro : « Ah non ! » Sébastien enchaîne : « Je ne vous permets pas… Je vous demande de vous arrêter ! » Ah bon, et à quel titre ? Devant les ricanements de la foule, il croit devoir vanter la marchandise : « Votre maire, il a quand même été champion de France de moto 250 et 500 cm3. » Et du lancer d’œuf dur, aussi ? Comme les huées se renforcent, il assène l’argument qui doit tout emporter : « Moi, j’ai envie qu’il vienne me faire un bisou. ». Et France 2 de souligner ce grand moment culturel en passant un tweet à l’écran : « Grosse ambiance dans la maison ! » Estrosi arrive enfin pour le baiser tant attendu, salué par cet aveu qu’on n’osait imaginer : « Allez, mon Christian, viens me faire un bisou… Ça, c’est la politique… laisse faire, laisse faire… »

    Oui, hélas, c’est ça, la politique. Des pantins minables, des montreurs de derrière, des champions de la fausse connivence qui racolent sur les plateaux comme les putes ne le font plus sur les trottoirs. Entre l’ex-première dame qui court la planète avec ses minables secrets d’alcôve, le président en titre qui part tirer un coup en scooter, l’ex-président qui joue à Louis de Funès pendant ses meetings, leurs barons qui jouent au casino avec nos impôts, cette clique qui ose nous parler de « culture » me fait honte ! Je ne peux plus les voir ni les entendre. Et quoi, demain, Taubira en vahiné et Balkany faisant la danse du ventre ?

    Allez, ouste, du balai ! Dégagez-moi tout ça !

    Source : http://www.bvoltaire.fr


    votre commentaire
  • Violences conjugales au Havre : il la gifle, la frappe, la fouette et lui urine dessus

     
     
    Violences conjugales au Havre : il la gifle, la frappe, la fouette et lui urine dessus
    La jeune femme n’a déposé plainte qu’après quatre derniers épisodes extrêmement violents (photo d’illustration)
    1/1

     

     

    « Elle a accepté l’inacceptable. Elle était en manque total de repères », décrit Me Sophie Lemonnier représentant la victime de 22 ans humiliée par son petit ami. L’avocate parle d’« emprise » de lui sur elle. La jeune femme n’a déposé plainte qu’après quatre derniers épisodes extrêmement violents. Dans le box du tribunal correctionnel, Ousmane Sow, 24 ans et douze condamnations, se justifie toujours par le même argument. Le Havrais se plaint que sa concubine lui ait avoué en avril avoir eu une infidélité. « En me disant ça, elle m’a tué », ose-t-il formuler auprès des juges.

    Dans la foulée des révélations, le Havrais attrape sa victime et lui flanque trois coups de poing. Au nez et à la lèvre. « Je reconnais juste des gifles », balaye le prévenu qui réfutait tout en garde à vue. Deux jours après ces premiers faits, « sans mot dire », a décrit la jeune femme, il la cogne à coups de pied. Elle est hospitalisée une nuit, tout en refusant encore de déposer plainte. « Là, ce n’est pas moi. Elle m’a dit qu’elle s’était fait agresser dans la rue. » Elle a pourtant dû ramper jusqu’à chez une voisine.

    « Une histoire d’amour passionnelle »

    Concernant le troisième épisode, Ousmane Sow admet « un geste par énervement ». Il saisit un couteau qu’il pique au tibia. Non satisfait, il l’assomme d’un coup de poing au nez. Le souffre-douleur finit en sang. « OK, mais c’est moi qui l’ai nettoyée. » Au fil des jours, la violence du récidiviste grimpe. Jusqu’à début juin. En fouillant le compte Facebook de la victime, Ousmane Sow apprend qu’elle a parlé à une copine des souffrances subies. Il la fouette avec un câble de console de jeux. Quand elle se trouve au sol, Ousmane Sow urine sur elle. « Comment va-t-elle un jour pouvoir oublier l’humiliation ? Monsieur est allé jusqu’à filmer cette scène et menacer de la publier sur Internet », martèle la procureure.

    Face à un tel tableau, le rôle de la défense est bien difficile. « Entre eux, il y a une histoire d’amour passionnelle, tente-t-on. Il dit qu’il l’aime ! Il ment ? » Les yeux grands ouverts au cours de cette plaidoirie, la procureure ne se pose pas cette question. Les juges non plus. Allant au-delà des réquisitions, ils prononcent trois ans de prison, dont deux ans ferme. Une peine que semble accepter Ousmane Sow. Il jette un dernier regard vers ses copains dans le public, avant de partir en détention.

    http://www.paris-normandie.fr/detail_article/articles/3477877/actualites+faits-divers/violences-conjugales-au-havre--il-la-gifle-la-frappe-la-fouette-et-lui-urine-dessus#.VYf5pmMVi73


    votre commentaire
  • Clamart : inquiétudes après les violences au Pavé-Blanc

    Par :Pascale Autran et Valérie Mahaut ..

     
    Clamart, nuit du vendredi 12 au samedi 13 juin. La place Georges-Pompidou et ses abords sont depuis quelques semaines le théâtre d’affrontements entre bandes. Clamart, nuit du vendredi 12 au samedi 13 juin. La place Georges-Pompidou et ses abords sont depuis quelques semaines le théâtre d’affrontements entre bandes. (DR.)

    C’est une flambée de violence qui inquiète les habitants de ce quartier de Clamart, à la lisière de Meudon-la-Forêt. Dans la nuit de vendredi à samedi, aux abords de la place Georges-Pompidou, au pied de la cité des 3 F, deux bandes rivales des deux villes se sont affrontées. Après deux agressions dans la soirée, dont l’une au couteau, un groupe s’en est pris aux occupants d’une Clio.

    Armés de barres de fer et bâtons, ils ont multiplié les coups sur la voiture avant que l’un d’eux ne tire à l’arme à feu sur un des passagers, blessé à la jambe. La police a eu connaissance de l’affrontement en apprenant qu’un groupe s’était rassemblé devant l’hôpital Béclère, où venait d’être admis le blessé. Mais à son arrivée sur les lieux de l’agression, il n’y avait plus personne. Aucune des victimes n’a voulu déposer plainte. L’enquête s’annonce délicate pour la Sûreté territoriale des Hauts-de-Seine, chargée d’identifier les fauteurs de trouble.

    Le maire veut toujours démolir les 3 F

    « Tout ce qui vient de se passer renforce ma détermination ». Le maire (LR) de Clamart, Didier Berger, veut toujours s’attaquer à la transformation du quartier, et voir remplacés les 700 logements sociaux par de l’habitat mixte. « Dans les deux immeubles de Clamart Habitat, les relogements sont en cours avant leur démolition-reconstruction, et les 3 F vont lancer des études avec la mairie », explique l’élu. Le projet ne fait pas l’unanimité, surtout auprès des locataires de la cité des 3-F, rénovée il y a deux ans, qui s’inquiètent de leur relogement. Une centaine de mécontents avaient manifesté en février devant la mairie, et les associations de locataires espèrent toujours voir le projet abandonné : « Le préfet n’a pas encore donné les autorisations de démolir ».

    En attendant, l’émotion a gagné le quartier : « C’était impressionnant, toutes ces voitures de police, les policiers casqués, on n’avait jamais vu ça », soupire cette habitante de la zone pavillonnaire toute proche. « Il y a des échauffourées entre jeunes ces temps-ci, on se méfie, on évite de sortir le soir », témoigne son voisin. La rumeur enfle, on parle d’échanges de coups de feu, sur fond de trafic de drogue : « La place est devenue un centre de deal, et en un mois, il y a eu trois fusillades », croit savoir un commerçant inquiet de cette « ambiance de guérilla urbaine » qui éloigne les clients. « Ça abîme l’image du quartier, regrette un de ses confrères, pourtant depuis une quinzaine d’années, il n’y avait plus de problèmes ». D’autres sont plus circonspects : « Il y a des bruits qui courent sur des fusillades, mais je n’ai rien entendu, affirme un locataire de la cité des 3 F. C’est vrai qu’il y a des règlements de comptes entre bandes, mais ils ne s’en prennent pas à la population. Et le trafic de drogue, il n’y en a pas plus qu’ailleurs », témoigne l’homme. La piste des stupéfiants n’est d’ailleurs pas celle que la police privilégie.

    Les violences du week-end ont pourtant conduit Jean-Didier Berger, maire (LR) de Clamart, à convoquer en urgence une réunion de crise avec son homologue (UDI) de Meudon Hervé Marseille, des représentants de la police, le préfet et le directeur territorial de la sécurité publique. « Voilà plusieurs semaines, plusieurs mois que ça s’aggrave. On atteint un niveau insupportable, avec des violences qui vont jusqu’à l’utilisation d’armes à feu », s’enflamme l’élu. Depuis le début de la semaine, des renforts de police sont arrivés, « mais on veut du long terme », insiste le maire, qui réaffirme sa volonté de mettre en œuvre le programme sécuritaire promis lors de sa campagne. Annoncées pour le premier trimestre 2016 au plus tôt, des caméras de vidéoprotection vont être déployées dans la ville et notamment sur le secteur. A la même période, la police municipale et sa vingtaine d’agents viendront s’installer dans l’antenne du Pavé-Blanc, qui avait été fermée par la police nationale faute d’effectifs.

    L’opposition s’est aussi saisie du sujet : l’ancien maire et sénateur PS Philippe Kaltenbach a rencontré mercredi plusieurs familles sur place et écrit au préfet pour demander à son tour des renforts policiers. Il déplore également que «la nouvelle équipe municipale ait stoppé les actions de prévention en direction des jeunes». Un rassemblement sera organisé samedi à 16 heures sur la place Georges-Pompidou.

     

    (LP/P.A.)
    http://www.leparisien.fr/clamart-92140/clamart-inquietudes-apres-les-violences-au-pave-blanc-18-06-2015-4873801.php

    votre commentaire
  • Complot secret visant à faire entrer 50 millions d’immigrés africains en Europe

    migrants

    Plus de 50 millions de « travailleurs » africains vont être invités à venir en Europe dans le cadre d’un accord secret en matière d’immigration, révèle le Daily Express.

    Une agence pour l’emploi controversée, payée avec l’argent des contribuables, a ouvert ses portes cette semaine au Mali. Et il ne s’agit là que de la première étape d’un plan visant à favoriser la libre circulation des personnes en Afrique et au sein de l’UE.

    Les économistes de Bruxelles déclarent que la Grande-Bretagne et d’autres États de l’UE devront accueillir 56 millions de travailleurs immigrés d’ici à 2050 pour compenser le déclin démographique dû à une baisse de la natalité et à une hausse de taux de mortalité dans l’ensemble de l’Europe.

    Le rapport, publié par Eurostat, prévient que l’Europe pourrait avoir besoin d’un grand nombre d’immigrés pour compenser ce nombre insuffisant dans deux ans, si elle veut financer les retraites et le système de santé de sa population vieillissante.

    « Les pays à faible taux de fécondité pourraient avoir besoin d’un nombre important d’immigrés dans les décennies à venir, s’ils veulent maintenir la population en âge de travailler à son niveau actuel. Disposer d’une population suffisante en âge de travailler est vital en termes d’économie et de recettes fiscales » poursuit le rapport.

    Ce rapport, dont l’auteur [n’est autre que] la députée européenne Françoise Castex, souligne que les immigrés doivent bénéficier de droits juridiques et d’un accès aux aides, notamment aux prestations sociales.

    « Il est urgent que les États membres aient une approche apaisée de l’immigration et disent « oui », nous avons besoin de l’immigration…il ne s’agit pas d’une évolution nouvelle, nous devons l’accepter » a déclaré Mme Castex.

    Parmi les propositions contenues dans le rapport figure la création d’un système de « carte bleue », sur le modèle de la carte verte américaine, qui prévoit d’accorder aux immigrés des permis de travail et des droits sociaux.

    Les titulaires de cette « carte bleue » seraient autorisés à circuler librement au sein de l’UE, et à s’installer dans n’importe lequel des 27 États membres.
    La nuit dernière, Sir Andrew Green, de MigrationWatchUK, a estimé que l’Angleterre, ainsi que la Hollande, était déjà le pays le plus peuplé d’Europe.

    « En l’état actuel des choses, nous devons construire l’équivalent de sept villes de la taille de Birmingham dans les 25 ans pour accueillir ces immigrés, selon les prévisions des autorités. Une fois de plus, la politique « du même pour tous » de l’UE se traduit par des aberrations. Il serait ridicule d’appliquer ces propositions à la Grande-Bretagne. Les autorités doivent s’assurer que ces permis de travail ne seront pas valides au Royaume-Uni. Au regard des perspectives de récession, la dernière chose dont nous ayons besoin, c’est bien d’une immigration encore plus importante » a-t-il ajouté.

    Nigel Farage, chef du parti pour l’indépendance du Royaume-Uni, a qualifié cette approche de « scandaleuse ». « Plus vite la Grande-Bretagne mènera une politique de contrôle de l’immigration, mieux ce sera » a-t-il estimé.

    Ces propositions, qui s’inscrivent dans le cadre du partenariat Afrique-Europe signé en décembre dernier, mettent également en garde contre les effets négatifs d’une immigration massive et préconisent « une meilleure intégration des immigrés africains. »

    Le rapport prône également une approche compatissante envers les huit millions d’immigrés illégaux qui vivent d’ores et déjà en Europe.

    « Les immigrés illégaux ne doivent pas être traités comme des criminels. Nombre d’entre eux risquent leur vie dans leur quête de liberté ou de moyens de subsistance en Europe. Tant que le niveau de vie au sein de l’UE sera supérieur à celui des pays du sud et de l’est, cette tentation de venir vivre en Europe subsistera, surtout s’il y a des emplois à prendre » souligne le rapport.

    Celui-ci estime par ailleurs nécessaire que l’Union européenne aide les autorités africaines à mettre en place des points d’information sur l’immigration « afin de mieux gérer la mobilité de l’emploi entre l’Afrique et l’UE ».

    Cela s’est traduit, lundi dernier, par l’ouverture à Bamako, capitale du Mali, d’une agence pour l’emploi. D’autres agences sont appelées à voir le jour dans d’autres pays africains et ultérieurement en Afrique-du-Nord. (…)

    Le président français, Nicolas Sarkozy, souhaite mettre en œuvre un plan européen en matière d’immigration avant la fin de la présidence française du Conseil de l’UE à la fin de l’année.

    Le ministre français de l’immigration, Brice Hortefeux, a représenté les 27 États membres de l’UE lors de la tournée qu’il a effectuée en Afrique de l’ouest en vue de définir une stratégie en la matière.

    La nuit dernière, le ministère de l’Intérieur a déclaré que le Royaume-Uni n’était pas concerné par ce plan européen. (…)

    Cette initiative viserait à favoriser les voies de l’immigration légale au sein de l’espace Schengen, dont le Royaume-Uni a choisi de ne pas faire partie.

    Sources: Express / Red Ice Creations / Nations Presse, 20 octobre 2008

     


    votre commentaire